Le Film de la semaine – Tel père, tel fils de Kore-eda Hirokazu : les liens du sang

Posté le 27 décembre 2013 par

Après un petit détour par la télévision (Going My Home, dont on reparlera bientôt), Kore-eda revient dans les salles françaises avec Tel Père, tel fils

Pourquoi le cinéma de Kore-eda parvient-il à nous toucher quand d’autres cinéastes avec un scénario de ce genre pourraient provoquer les moqueries de petits journalistes malicieux ? C’est la question que soulève le nouvel opus du japonais,Tel Père, tel fils.

Le film relate le destin de deux familles perturbées par un évènement inattendu et totalement déconcertant : leurs fils ont été échangés à la naissance. L’apprendre est déjà en soi une dure épreuve, mais quand c’est au bout de six ans, c’est encore plus problématique. Kore-eda pose la question le plus simplement du monde, les liens du sang sont-ils tout ce qui compte ?

tel_pere__tel_fils_

Le cinéaste oppose assez schématiquement deux familles. L’une aisée, avec un père au poste important et à la mère, desperate Housewives typique, l’autre plus modeste, avec un père flemmard et une mère courage. C’est très appuyé, que ce soit dans la mise en scène (un plan aérien montrant la BMW d’un côté, la camionnette modeste de l’autre) ou dans le comportement des personnages (la rigidité contre la liberté). Le scénario est tout aussi attendu, reposant sur des ficelles assez grosses, ne laissant que peu de place aux surprises. Tout repose sur la dualité entre les deux familles, entre les deux modes de vies, une plus traditionnelle, contre une plus libertaire, plus affectueuse aussi.

Le talent de Kore-eda réside principalement dans cet air de ne pas y toucher (on se souvient de I Wish ou de Still Walking). Là où l’on croit tenir un film tenant plus de l’anecdote qu’autre chose, Kore-eda insinue toujours ce petit plus, cette bonhommie douce-amère, cette candeur qui cache quelque chose de grave. Comme dans I Wish, ou son sublime Nobody Knows, les enfants sont au centre des enjeux. On connaît le talent du cinéaste pour dénicher des enfants/acteurs étonnants,Tel Père, tel fils ne déroge pas à la règle. Ils sont encore une fois prodigieux, et à la trogne irrésistible.

like father like son 2

Ici, le récit n’est cette fois pas à hauteur d’enfant, on se situe au niveau des adultes et leur problèmes. Quand I Wish parlait de la relation fraternelle, Tel Père, tel fils traite du lien avec le père. Comment notre relation avec notre père nous définit en tant qu’adulte. C’est là que réside la profondeur du scénario de Kore-eda, dans cette douleur immense d’un enfant, devenu adulte (très juste Fukuyama Matsuhuru) répétant les même erreurs que son père, incapable de briser la malédiction.

C’est le tour de force de Tel père, tel fils, d’aller jusqu’au bout de son entreprise. Kore-eda instaure une situation et une ambiance naviguant sans cesse entre le surréalisme le plus total, les moments de poésie pure et une douloureuse histoire familiale. Surtout, il aime ses personnages, il brosse un portrait d’une tendresse inouïe, ne jugeant jamais vraiment leurs actions (bien que la fin soit quand même évocatrice du point de vue du cinéaste sur la question). De ce fait, malgré la durée du film (2h tout de même), le scénario aux ficelles bien trop apparentes, c’est la tendresse qui l’emporte.

Tel père, tel fils peut donc légitimement être considéré comme mineur dans la superbe filmographie de son auteur, mais comme pour I Wish, le film révèle en quelques séquences ses trésors. Kore-eda est un cinéaste tout aussi brillant qu’attachant, et il le prouve encore une fois, transcendant un scénario plus convenu par sa justesse de ton et sa pertinence.

Jérémy Coifman

Tel père, tel fils de Kore-eda Hirokazu, Japon, 2013. En salles le 25/12/2013.

Imprimer


Laissez un commentaire


*