Shi ki série / anime de Amino Tetsurô (DVD)

Posté le 24 août 2011 par

Le manga Shi ki prend vie dans cette série animée qui nous conte l’invasion d’un petit village isolé par une famille de vampires. Voici une histoire classique, mais dérangeante et malsaine, comme devrait toujours l’être un récit s’intéressant aux vampires. Par Yannik Vanesse.Shi ki est d’abord un manga de Fuyumi Ono. La réalisation de l’animé qui en découle est assurée par Amino Tetsurô. La série, contenant 22 épisodes, raconte la même intrigue que le manga, à savoir une histoire assez classique sur les vampires. L’action se déroule dans le petit village de Sotoba, un peu coupé du reste du monde, et entouré de bois. Ces bois sont assez symboliques puisqu’ils sont utilisés pour les stèles funéraires, ce qui rend ce village métaphoriquement cerné par la mort, comme le souligne un des personnages principaux. Dans ce lieu où l’on enterre encore ses morts, va arriver une famille mystérieuse, qui va s’installer dans le château surplombant le hameau. Leur arrivée coïncide avec une vague de morts par anémie. Oui, l’histoire n’est pas très originale… Le château, presque Transylvanien, étend son ombre sur les maisons de ses victimes. Les vampires sont des nobles et ils doivent demander l’autorisation pour pénétrer dans un lieu. Certains se relèvent après avoir été vidés de leur sang, et rejoignent les rangs des damnés. Ils en deviennent plus fascinants, et ils s’attaquent à leur proches. Finalement, quelques personnes comprennent et essaient de lutter contre cette invasion faisant aussi penser à Body Snatcher.

Mais si l’histoire est prévisible, elle n’en est pas moins passionnante. En effet, elle est bien mise en scène et possède des personnages intéressants, aussi bien du côté des humains que du côté des vampires. Nous découvrons ces derniers dans la deuxième partie de la série. En effet, dans les premiers épisodes, l’action s’intéresse aux humains, sympathiques mais un peu caricaturaux. Nous avons le jeune médecin volontaire, le moine gentil et écrivain à ses heures, l’adolescent taciturne et bien d’autres. Les créatures de la nuit ne sont, à ce stade, qu’une menace diffuse planant sur le village. Les maitres du château ne sont que des silhouettes esquissées, et leurs serviteurs vampiriques ne montrent souvent que leurs yeux, rougeoyant entre les arbres. Et, quand, enfin, on en sait plus sur l’Ennemi, nous découvrons des êtres qui sont bien loin de la sauvagerie presque animale d’un 30 Jours de nuit, par exemple. Au contraire, ils sont tragiquement dominés par leurs désirs de mortels, mais aussi par leur faim insatiable, et obligés d’obéir à leur maitre. Tiraillés entre tout cela, ils sont finalement bien plus passionnants que les simples mortels. Certaines scènes sont on ne peut plus glauques, voir malsaines et effrayantes. Quand un personnage regarde par la fenêtre, se sentant observé, et finalement se détourne, des yeux rouges luisent au milieu des bois. Cette vision, très classique, est suffisamment bien amenée pour faire frissonner. De même, quand une jolie petite vampire sort de sous le lit en se contorsionnant, alors que le jeune homme dort sur un matelas par terre non loin, paralysé mais conscient de ce qui se passe, cela ne laisse pas indifférent. L’animé est aussi fort logiquement sanglant, car il est difficile de parler de vampires sans répandre un peu d’hémoglobine.

Si l’animation n’est que moyenne, les dessins sont superbes. Reprenant la présentation des personnages propre au manga (leurs noms sont écrits sur l’image quand on les voit pour la première fois), l’animé se permet une esthétique parfois audacieuse. Par exemple, quand un personnage se retrouve plongé dans ses pensées, le paysage s’estompe, les gens autour deviennent des ombres. Le résultat est assez efficace.

Voici donc un animé très sympathique, qui plaira à tout amateur de vampires et d’horreur.

Verdict :

L’épisode 1 de Shi ki sur Kazé TV :

Shi ki série / anime de Amino Tetsurô, disponible en deux coffret DVD, édité par Kazé, depuis le 24/08/2011.

Imprimer


Laissez un commentaire


*