Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
La Mère (en salles le 09/06/2021)
Naruse Mikio
« Naruse Mikio, épris du goût de l'authentique, semble parmi les seuls à savoir dresser une peinture de quartier populaire avec autant de ferveur que d'amour et d'estime pour ses personnages. »
La Saison des femmes (en salles le 20/04/2016)
Leena Yadav
La Saveur des ramen (en salles le 03/10/2018)
Eric Khoo
« Eric Khoo tente le cinéma populaire, pour le meilleur et surtout pour le pire. Mielleux et kitsch à souhait, Khoo passe totalement à côté de son sujet et arrive même à nous écœurer face à tant de nourriture diabétique. »
« Une tendre et touchante chronique sur la famille et l’héritage culturel, doublée d’un réjouissant voyage culinaire. »
La Tortue rouge (Cannes 2016)
Michael Dudok de Wit
« C'est joli, mignon et quelques séquences sont superbes. Mais même sur 1h20 de film, on trouve quelques longueurs. »
« C'est gentillet, mais simple et souvent beau. »
LA TORTUE ROUGE (en salles le 29/06/2016)
Michael Dudok de Wit
« Chef d'oeuvre de douceur et de lyrisme. »
« C'est joli, mignon et quelques séquences sont superbes. Mais même sur 1h20 de film, on trouve quelques longueurs. »
« C'est gentillet, mais simple et souvent beau. »
La Tortue rouge (en vidéo le 30/11/2016)
Michael Dudok de Wit
« Le cycle de la vie exploré avec minimalisme et poésie dans une oeuvre sensible et formellement somptueuse. »
« Chef d'oeuvre de douceur et de lyrisme. »
« C'est joli, mignon et quelques séquences sont superbes. Mais même sur 1h20 de film, on trouve quelques longueurs. »
« C'est gentillet, mais simple et souvent beau. »
La Vérité (en salles le 25/12/2019)
Kore-eda Hirokazu
« Kore-Eda filme la famille française avec autant de justesse qu'il le faisait au Japon. Deneuve y joue le meilleur rôle de sa décennie, facile. »
« Kore-eda hors de ses terres japonaises joue avec la fiction et l'imaginaire pour creuser avec le même brio ses thématiques familiales. »
« Grand rôle pour Catherine Deneuve, petit film pour Kore-eda. »
Larmes de Stèle (FICA 2018 - Regard sur le cinéma de Mongolie)
Jigjisuren Gombojav
« Le premier volet de l'indispensable trilogie "Au bord de la mort". »
Le Cercle - Rings (en salles le 01/02/2017)
F. Javier Gutiérrez
« J'espère que ce film hantera ses créateurs et qu'après 7 jours en salles, tout cela soit très vite oublié. »
« Une mise à jour que l'on peut se risquer à caractériser d'hommage : sans risque, dispensable et plutôt soigné ! Bref, rien de fou, mais rien honteux... »
Le Client (en salles le 09/11/2016)
Asghar Farhadi
« Quelle longue mise en place pour une développement en demi-teinte, qui sent un peu le réchauffé dans le cinéma de Farhadi. »
Le Congrès (en vidéo le 08/08/2014)
Ari Folman
« Une réflexion sur le cinéma et le progrès technique qui perd de sa puissance lors du passage du film en animé. »
Le Conte de la Princesse Kaguya (En Salles le 25/06/2014)
Takahata Isao
« Beau et poétique. Une merveille. »
« Un conte graphiquement et thématiquement envoutant. Le plus beau film d'animation depuis... Le Tombeau des lucioles ? »
Le Gangster, le Flic et l'Assassin (en salles le 14/08/2019)
Lee Won-tae
« Affreux, puant, mal foutu, à éviter de toute urgence. »
« La thématique classique du polar sur la porosité entre flic et voyou dopé au dynamisme et au savoir-faire coréen, grâce à des acteurs charismatiques et une intrigue rondement menée. »
« On ne tient pas le chef d'oeuvre de la décennie, ni même de l'année. Mais le divertissement reste total, la mise en scène fluide et dynamique et le duo formé par le gangster et le flic fait mouche. »
« Un énième polar qui n’apporte rien au genre, la faute à un script qui n’exploite jamais à fond son concept d’association/compétition de ripoux et une mise en scène trop sage qui se repose trop souvent sur le charisme de son duo d’acteurs. »
« Une copie propre du polar à la sauce coréenne. Quelques moments un peu trop simples, d'autres bien rythmés. »
« Triste exemple de l'appauvrissement esthétique et thématique du cinéma coréen populaire actuel : aucune idée visuelle, une idéologie rance, un recyclage consensuel des pires clichés des films de gangsters... On ne remercie pas la sélection cannoise qui assure au film une sortie en salles plutôt qu'un passage direct en VOD. »
Le Garçon et la Bête (en salles le 13/01/2016)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
Le Garçon et la Bête (en vidéo le 27/05/2016)
Mamoru Hosoda
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma de HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le Garçon et la bête (Kinotayo 2015)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma d’HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le jour d'après (Cannes 2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Voilà qui semble être du très grand Hong Sang-soo ! »
Le Jour d'après (en salles le 07/06/2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Pour une fois, Hong Sang-soo travaille sa mise en scène et sa photographie. A part ça, ben... c'est toujours la même ritournelle... »
« L'un des plus beaux films de Hong Sang-soo. »
Le Lac aux oies sauvages (en salles le 25/12/2019)
Diao Yinan
« C'est beau, c'est sombre. Plus c'est impressionniste, plus ça fonctionne. Dernier plan magnifique. »
« Un polar virtuose, coloré et sensoriel. »
« Après un Black Coal sublime mais étrangement trop froid, Diao Yinan transforme l'essai en donnant une âme à cet incroyable thriller. »
« Le polar à son meilleur niveau. »
« Thriller efficace avec quelques moments de stylisation bienvenus. »
« J'ai le droit de refaire mon TOP 10 2019 ? »
Le Lézard noir (L'Etrange Festival 2017)
Fukasaku Kinji
« Mystère, trouble sexuel et visuel tapageur au service d'un mélodrame délicieusement excentrique. »
« Décalé sur le fond et la forme, Le Lézard noir est une superbe adaptation de Rampo. On en redemande ! »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
La Mère (en salles le 09/06/2021)
Naruse Mikio
« Naruse Mikio, épris du goût de l'authentique, semble parmi les seuls à savoir dresser une peinture de quartier populaire avec autant de ferveur que d'amour et d'estime pour ses personnages. »
La Saison des femmes (en salles le 20/04/2016)
Leena Yadav
La Saveur des ramen (en salles le 03/10/2018)
Eric Khoo
« Eric Khoo tente le cinéma populaire, pour le meilleur et surtout pour le pire. Mielleux et kitsch à souhait, Khoo passe totalement à côté de son sujet et arrive même à nous écœurer face à tant de nourriture diabétique. »
« Une tendre et touchante chronique sur la famille et l’héritage culturel, doublée d’un réjouissant voyage culinaire. »
La Tortue rouge (Cannes 2016)
Michael Dudok de Wit
« C'est joli, mignon et quelques séquences sont superbes. Mais même sur 1h20 de film, on trouve quelques longueurs. »
« C'est gentillet, mais simple et souvent beau. »
LA TORTUE ROUGE (en salles le 29/06/2016)
Michael Dudok de Wit
« Chef d'oeuvre de douceur et de lyrisme. »
« C'est joli, mignon et quelques séquences sont superbes. Mais même sur 1h20 de film, on trouve quelques longueurs. »
« C'est gentillet, mais simple et souvent beau. »
La Tortue rouge (en vidéo le 30/11/2016)
Michael Dudok de Wit
« Le cycle de la vie exploré avec minimalisme et poésie dans une oeuvre sensible et formellement somptueuse. »
« Chef d'oeuvre de douceur et de lyrisme. »
« C'est joli, mignon et quelques séquences sont superbes. Mais même sur 1h20 de film, on trouve quelques longueurs. »
« C'est gentillet, mais simple et souvent beau. »
La Vérité (en salles le 25/12/2019)
Kore-eda Hirokazu
« Kore-Eda filme la famille française avec autant de justesse qu'il le faisait au Japon. Deneuve y joue le meilleur rôle de sa décennie, facile. »
« Kore-eda hors de ses terres japonaises joue avec la fiction et l'imaginaire pour creuser avec le même brio ses thématiques familiales. »
« Grand rôle pour Catherine Deneuve, petit film pour Kore-eda. »
Larmes de Stèle (FICA 2018 - Regard sur le cinéma de Mongolie)
Jigjisuren Gombojav
« Le premier volet de l'indispensable trilogie "Au bord de la mort". »
Le Cercle - Rings (en salles le 01/02/2017)
F. Javier Gutiérrez
« J'espère que ce film hantera ses créateurs et qu'après 7 jours en salles, tout cela soit très vite oublié. »
« Une mise à jour que l'on peut se risquer à caractériser d'hommage : sans risque, dispensable et plutôt soigné ! Bref, rien de fou, mais rien honteux... »
Le Client (en salles le 09/11/2016)
Asghar Farhadi
« Quelle longue mise en place pour une développement en demi-teinte, qui sent un peu le réchauffé dans le cinéma de Farhadi. »
Le Congrès (en vidéo le 08/08/2014)
Ari Folman
« Une réflexion sur le cinéma et le progrès technique qui perd de sa puissance lors du passage du film en animé. »
Le Conte de la Princesse Kaguya (En Salles le 25/06/2014)
Takahata Isao
« Beau et poétique. Une merveille. »
« Un conte graphiquement et thématiquement envoutant. Le plus beau film d'animation depuis... Le Tombeau des lucioles ? »
Le Gangster, le Flic et l'Assassin (en salles le 14/08/2019)
Lee Won-tae
« Affreux, puant, mal foutu, à éviter de toute urgence. »
« La thématique classique du polar sur la porosité entre flic et voyou dopé au dynamisme et au savoir-faire coréen, grâce à des acteurs charismatiques et une intrigue rondement menée. »
« On ne tient pas le chef d'oeuvre de la décennie, ni même de l'année. Mais le divertissement reste total, la mise en scène fluide et dynamique et le duo formé par le gangster et le flic fait mouche. »
« Un énième polar qui n’apporte rien au genre, la faute à un script qui n’exploite jamais à fond son concept d’association/compétition de ripoux et une mise en scène trop sage qui se repose trop souvent sur le charisme de son duo d’acteurs. »
« Une copie propre du polar à la sauce coréenne. Quelques moments un peu trop simples, d'autres bien rythmés. »
« Triste exemple de l'appauvrissement esthétique et thématique du cinéma coréen populaire actuel : aucune idée visuelle, une idéologie rance, un recyclage consensuel des pires clichés des films de gangsters... On ne remercie pas la sélection cannoise qui assure au film une sortie en salles plutôt qu'un passage direct en VOD. »
Le Garçon et la Bête (en salles le 13/01/2016)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
Le Garçon et la Bête (en vidéo le 27/05/2016)
Mamoru Hosoda
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma de HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le Garçon et la bête (Kinotayo 2015)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma d’HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le jour d'après (Cannes 2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Voilà qui semble être du très grand Hong Sang-soo ! »
Le Jour d'après (en salles le 07/06/2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Pour une fois, Hong Sang-soo travaille sa mise en scène et sa photographie. A part ça, ben... c'est toujours la même ritournelle... »
« L'un des plus beaux films de Hong Sang-soo. »
Le Lac aux oies sauvages (en salles le 25/12/2019)
Diao Yinan
« C'est beau, c'est sombre. Plus c'est impressionniste, plus ça fonctionne. Dernier plan magnifique. »
« Un polar virtuose, coloré et sensoriel. »
« Après un Black Coal sublime mais étrangement trop froid, Diao Yinan transforme l'essai en donnant une âme à cet incroyable thriller. »
« Le polar à son meilleur niveau. »
« Thriller efficace avec quelques moments de stylisation bienvenus. »
« J'ai le droit de refaire mon TOP 10 2019 ? »
Le Lézard noir (L'Etrange Festival 2017)
Fukasaku Kinji
« Mystère, trouble sexuel et visuel tapageur au service d'un mélodrame délicieusement excentrique. »
« Décalé sur le fond et la forme, Le Lézard noir est une superbe adaptation de Rampo. On en redemande ! »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
La Mère (en salles le 09/06/2021)
Naruse Mikio
« Naruse Mikio, épris du goût de l'authentique, semble parmi les seuls à savoir dresser une peinture de quartier populaire avec autant de ferveur que d'amour et d'estime pour ses personnages. »
La Saison des femmes (en salles le 20/04/2016)
Leena Yadav
La Saveur des ramen (en salles le 03/10/2018)
Eric Khoo
« Eric Khoo tente le cinéma populaire, pour le meilleur et surtout pour le pire. Mielleux et kitsch à souhait, Khoo passe totalement à côté de son sujet et arrive même à nous écœurer face à tant de nourriture diabétique. »
« Une tendre et touchante chronique sur la famille et l’héritage culturel, doublée d’un réjouissant voyage culinaire. »
La Tortue rouge (Cannes 2016)
Michael Dudok de Wit
« C'est joli, mignon et quelques séquences sont superbes. Mais même sur 1h20 de film, on trouve quelques longueurs. »
« C'est gentillet, mais simple et souvent beau. »
LA TORTUE ROUGE (en salles le 29/06/2016)
Michael Dudok de Wit
« Chef d'oeuvre de douceur et de lyrisme. »
« C'est joli, mignon et quelques séquences sont superbes. Mais même sur 1h20 de film, on trouve quelques longueurs. »
« C'est gentillet, mais simple et souvent beau. »
La Tortue rouge (en vidéo le 30/11/2016)
Michael Dudok de Wit
« Le cycle de la vie exploré avec minimalisme et poésie dans une oeuvre sensible et formellement somptueuse. »
« Chef d'oeuvre de douceur et de lyrisme. »
« C'est joli, mignon et quelques séquences sont superbes. Mais même sur 1h20 de film, on trouve quelques longueurs. »
« C'est gentillet, mais simple et souvent beau. »
La Vérité (en salles le 25/12/2019)
Kore-eda Hirokazu
« Kore-Eda filme la famille française avec autant de justesse qu'il le faisait au Japon. Deneuve y joue le meilleur rôle de sa décennie, facile. »
« Kore-eda hors de ses terres japonaises joue avec la fiction et l'imaginaire pour creuser avec le même brio ses thématiques familiales. »
« Grand rôle pour Catherine Deneuve, petit film pour Kore-eda. »
Larmes de Stèle (FICA 2018 - Regard sur le cinéma de Mongolie)
Jigjisuren Gombojav
« Le premier volet de l'indispensable trilogie "Au bord de la mort". »
Le Cercle - Rings (en salles le 01/02/2017)
F. Javier Gutiérrez
« J'espère que ce film hantera ses créateurs et qu'après 7 jours en salles, tout cela soit très vite oublié. »
« Une mise à jour que l'on peut se risquer à caractériser d'hommage : sans risque, dispensable et plutôt soigné ! Bref, rien de fou, mais rien honteux... »
Le Client (en salles le 09/11/2016)
Asghar Farhadi
« Quelle longue mise en place pour une développement en demi-teinte, qui sent un peu le réchauffé dans le cinéma de Farhadi. »
Le Congrès (en vidéo le 08/08/2014)
Ari Folman
« Une réflexion sur le cinéma et le progrès technique qui perd de sa puissance lors du passage du film en animé. »
Le Conte de la Princesse Kaguya (En Salles le 25/06/2014)
Takahata Isao
« Beau et poétique. Une merveille. »
« Un conte graphiquement et thématiquement envoutant. Le plus beau film d'animation depuis... Le Tombeau des lucioles ? »
Le Gangster, le Flic et l'Assassin (en salles le 14/08/2019)
Lee Won-tae
« Affreux, puant, mal foutu, à éviter de toute urgence. »
« La thématique classique du polar sur la porosité entre flic et voyou dopé au dynamisme et au savoir-faire coréen, grâce à des acteurs charismatiques et une intrigue rondement menée. »
« On ne tient pas le chef d'oeuvre de la décennie, ni même de l'année. Mais le divertissement reste total, la mise en scène fluide et dynamique et le duo formé par le gangster et le flic fait mouche. »
« Un énième polar qui n’apporte rien au genre, la faute à un script qui n’exploite jamais à fond son concept d’association/compétition de ripoux et une mise en scène trop sage qui se repose trop souvent sur le charisme de son duo d’acteurs. »
« Une copie propre du polar à la sauce coréenne. Quelques moments un peu trop simples, d'autres bien rythmés. »
« Triste exemple de l'appauvrissement esthétique et thématique du cinéma coréen populaire actuel : aucune idée visuelle, une idéologie rance, un recyclage consensuel des pires clichés des films de gangsters... On ne remercie pas la sélection cannoise qui assure au film une sortie en salles plutôt qu'un passage direct en VOD. »
Le Garçon et la Bête (en salles le 13/01/2016)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
Le Garçon et la Bête (en vidéo le 27/05/2016)
Mamoru Hosoda
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma de HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le Garçon et la bête (Kinotayo 2015)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma d’HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le jour d'après (Cannes 2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Voilà qui semble être du très grand Hong Sang-soo ! »
Le Jour d'après (en salles le 07/06/2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Pour une fois, Hong Sang-soo travaille sa mise en scène et sa photographie. A part ça, ben... c'est toujours la même ritournelle... »
« L'un des plus beaux films de Hong Sang-soo. »
Le Lac aux oies sauvages (en salles le 25/12/2019)
Diao Yinan
« C'est beau, c'est sombre. Plus c'est impressionniste, plus ça fonctionne. Dernier plan magnifique. »
« Un polar virtuose, coloré et sensoriel. »
« Après un Black Coal sublime mais étrangement trop froid, Diao Yinan transforme l'essai en donnant une âme à cet incroyable thriller. »
« Le polar à son meilleur niveau. »
« Thriller efficace avec quelques moments de stylisation bienvenus. »
« J'ai le droit de refaire mon TOP 10 2019 ? »
Le Lézard noir (L'Etrange Festival 2017)
Fukasaku Kinji
« Mystère, trouble sexuel et visuel tapageur au service d'un mélodrame délicieusement excentrique. »
« Décalé sur le fond et la forme, Le Lézard noir est une superbe adaptation de Rampo. On en redemande ! »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.