Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Elie Gardel Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marie Culadet Martin Debat Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Le Gangster, le Flic et l'Assassin (en salles le 14/08/2019)
Lee Won-tae
« Affreux, puant, mal foutu, à éviter de toute urgence. »
« Sur la variation de la confrontation" flic chien fou/ gangster super-violent avec un cœur sur fond de meurtres" que le cinéma coréen affectionne particulièrement, on a vu mieux et le film ne révolutionnera pas le genre mais c'est efficace, plutôt jouissif et porté par la belle énergie de ses comédiens, Ma Dong-seok en tête. »
« La thématique classique du polar sur la porosité entre flic et voyou dopé au dynamisme et au savoir-faire coréen, grâce à des acteurs charismatiques et une intrigue rondement menée. »
« On ne tient pas le chef d'oeuvre de la décennie, ni même de l'année. Mais le divertissement reste total, la mise en scène fluide et dynamique et le duo formé par le gangster et le flic fait mouche. »
« Un énième polar qui n’apporte rien au genre, la faute à un script qui n’exploite jamais à fond son concept d’association/compétition de ripoux et une mise en scène trop sage qui se repose trop souvent sur le charisme de son duo d’acteurs. »
« Une copie propre du polar à la sauce coréenne. Quelques moments un peu trop simples, d'autres bien rythmés. »
« Triste exemple de l'appauvrissement esthétique et thématique du cinéma coréen populaire actuel : aucune idée visuelle, une idéologie rance, un recyclage consensuel des pires clichés des films de gangsters... On ne remercie pas la sélection cannoise qui assure au film une sortie en salles plutôt qu'un passage direct en VOD. »
Le Garçon et la Bête (en salles le 13/01/2016)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Après avoir atteint les sommets avec Les Enfants loups, le nouveau Hosoda déçoit. Ce nouvel opus s'avère en dépit d'une réalisation virtuose être le plus faible de ses œuvres en tant qu'auteur. Quelques très beaux moments ne suffisent pas à combler le manque d'implication émotionnelle dans ce conte initiatique un peu trop balisé. »
Le Garçon et la Bête (en vidéo le 27/05/2016)
Mamoru Hosoda
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma de HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le Garçon et la bête (Kinotayo 2015)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Après avoir atteint les sommets avec Les Enfants loups, le nouveau Hosoda déçoit. Ce nouvel opus s'avère en dépit d'une réalisation virtuose être le plus faible de ses œuvres en tant qu'auteur. Quelques très beaux moments ne suffisent pas à combler le manque d'implication émotionnelle dans ce conte initiatique un peu trop balisé. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma d’HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le jour d'après (Cannes 2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Voilà qui semble être du très grand Hong Sang-soo ! »
Le Jour d'après (en salles le 07/06/2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Pour une fois, Hong Sang-soo travaille sa mise en scène et sa photographie. A part ça, ben... c'est toujours la même ritournelle... »
« Peut être est ce du à l'écho très personnelle de cette histoire pour son auteur qu'elle parvient à toucher sincèrement le spectateur ? Toujours est-il, ce récit adultérin est traité avec beaucoup de soin dans l'écriture de ses personnage et son utilisation de l'image noir et blanc. On fini presque oublier les affreux tics de mise en scène chers à HSS. »
« L'un des plus beaux films de Hong Sang-soo. »
Le Lac aux oies sauvages (en salles le 25/12/2019)
Diao Yinan
« C'est beau, c'est sombre. Plus c'est impressionniste, plus ça fonctionne. Dernier plan magnifique. »
« Nouveau coup de maître pour Diao Yinan avec cette cavale vertigineuse et électrisante. Du putain de cinéma ! »
« Un polar virtuose, coloré et sensoriel. »
« Après un Black Coal sublime mais étrangement trop froid, Diao Yinan transforme l'essai en donnant une âme à cet incroyable thriller. »
« Un sublime polar qui nous émerveille à chaque plan par son inventivité et son amour du cinéma. »
« Thriller efficace avec quelques moments de stylisation bienvenus. »
« J'ai le droit de refaire mon TOP 10 2019 ? »
Le Lézard noir (L'Etrange Festival 2017)
Fukasaku Kinji
« Mystère, trouble sexuel et visuel tapageur au service d'un mélodrame délicieusement excentrique. »
« Décalé sur le fond et la forme, Le Lézard noir est une superbe adaptation de Rampo. On en redemande ! »
Le Lion est mort ce soir (en salles le 03/01/2018)
Suwa Nobuhiro
« Léaud n'est pas mort, la preuve, il chante et Suwa en témoigne ! »
« Le pendant lumineux (et réussit) de La Mort de Louis XIV. »
Le Mystère des Pingouins (en salles le 14/08/2019)
Ishida Hiroyasu
« Très belle fable absurde qui n'a pas peur d'égarer les enfants pour mieux les émouvoir. »
« Bien loin d'un Miyazaki (malgré ce que la promo laisse entendre), Le Mystère des Pingouins réussit à allier le côté kawaii et celui, souvent moins présent dans les longs-métrages animés, déjanté. On ne comprend pas tout mais on adhère ! »
« Un film aussi léger et touchant qu’un amour de fin d’été. Le film se perd parfois à trop vouloir en raconter mais narre avec délicatesse une belle histoire d’amour et d’amitié. »
« Film plaisant pour son côté foufou qui fait assez souvent mouche mais qui demeure un peu trop sirupeux. »
« Un premier long-métrage qui prouve que son jeune réalisateur Ishida Hiroyasu est loin d'être manchot ! »
Le Palais d'or (FICA 2018 - Regard sur le cinéma de Mongolie)
Dorjpalam Ravjaa, Gottfried Kolditz
« Audace formelle au service d'un objet protéiforme mais limité. »
« Le palais d'or ? Nous aussi un peu... »
Le Passé (Cannes 2013)
Asghar Farhadi
« Personnages énervants pour un scénario bâclé. »
« En passant du farsi au français, Asghar Farhadi perd en subtilité et en force. Son film le plus faible. »
Le Promeneur d'oiseau (en salles le 07/05/2014)
Philippe Muyl
Le Roi Singe (FFCF 2014)
Cheang Pou Soi
Le Secret de Kanwar (en salles le 03/09/2014)
Anup Kanwal Singh
« Une oeuvre ample et âpre, qui mérite un temps de réflexion et plusieurs visions. »
LE SECRET DE KANWAR (EN VIDEO LE 01/09/2015)
Anup Kanwal Singh
« Une oeuvre ample et âpre, qui mérite un temps de réflexion et plusieurs visions. »
Le Secret de la chambre noire (en salles le 08/03/2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Un récit de fantôme fascinant malheureusement plombé par une partie réaliste longuette et ampoulée. »
« Le Secret de la chambre noire montre que la virtuosité du cinéaste est telle qu'il peut révéler aussi bien les fantômes japonais que français ! »
« Kurosawa réussit son incursion dans le cinéma français en y imposant sa patte. Le film est objectivement réussi mais assez inégal. Subsistent les scènes fantastiques qu'il maîtrise toujours à la perfection. »
« La greffe entre le cinéma de Kurosawa et la France marche très bien. Certaines scènes un peu plus faibles sont rattrapées par d'autres magnifiques (dont une sublime apparition spectrale dans une serre et une belle fin). »
Le Serpent blanc (Etrange Festival 2019)
Amp Wong, Zhao Ji
« La réponse à la question "comment adapter une légende ancestrale en 2019 ?" n'est bizarrement pas : une série de cinématiques de mauvais jeu vidéo beauf. »
« La légende du serpent blanc une nouvelle fois adaptée. Bien que la 3D soit assez réussie, notamment pour les décors, le film est d'une lourdeur incroyable, n'apporte absolument rien à cette légende et parvient même à avoir certains effets visuels totalement loupés. »
Leaf Of Life (FICA 2018 - Compétition)
Ebrahim Mokhtari
« Pas mal, sans plus. »
« Un film où l'on peut entendre les spectateurs du FICA se demander en fin de projection si le sujet est "la culture du safran ou la fragilité de l'existence" ne pas pas être complètement mauvais... »
Leçons d'harmonie (en salles le 26/03/2014)
Emir Baigazin
« Une claque. Le Kazakhstan est définitivement un pays à suivre. »
« Une leçon de cinéma administrée par un tout jeune réalisateur kazakh ! »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Elie Gardel Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marie Culadet Martin Debat Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Le Gangster, le Flic et l'Assassin (en salles le 14/08/2019)
Lee Won-tae
« Affreux, puant, mal foutu, à éviter de toute urgence. »
« Sur la variation de la confrontation" flic chien fou/ gangster super-violent avec un cœur sur fond de meurtres" que le cinéma coréen affectionne particulièrement, on a vu mieux et le film ne révolutionnera pas le genre mais c'est efficace, plutôt jouissif et porté par la belle énergie de ses comédiens, Ma Dong-seok en tête. »
« La thématique classique du polar sur la porosité entre flic et voyou dopé au dynamisme et au savoir-faire coréen, grâce à des acteurs charismatiques et une intrigue rondement menée. »
« On ne tient pas le chef d'oeuvre de la décennie, ni même de l'année. Mais le divertissement reste total, la mise en scène fluide et dynamique et le duo formé par le gangster et le flic fait mouche. »
« Un énième polar qui n’apporte rien au genre, la faute à un script qui n’exploite jamais à fond son concept d’association/compétition de ripoux et une mise en scène trop sage qui se repose trop souvent sur le charisme de son duo d’acteurs. »
« Une copie propre du polar à la sauce coréenne. Quelques moments un peu trop simples, d'autres bien rythmés. »
« Triste exemple de l'appauvrissement esthétique et thématique du cinéma coréen populaire actuel : aucune idée visuelle, une idéologie rance, un recyclage consensuel des pires clichés des films de gangsters... On ne remercie pas la sélection cannoise qui assure au film une sortie en salles plutôt qu'un passage direct en VOD. »
Le Garçon et la Bête (en salles le 13/01/2016)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Après avoir atteint les sommets avec Les Enfants loups, le nouveau Hosoda déçoit. Ce nouvel opus s'avère en dépit d'une réalisation virtuose être le plus faible de ses œuvres en tant qu'auteur. Quelques très beaux moments ne suffisent pas à combler le manque d'implication émotionnelle dans ce conte initiatique un peu trop balisé. »
Le Garçon et la Bête (en vidéo le 27/05/2016)
Mamoru Hosoda
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma de HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le Garçon et la bête (Kinotayo 2015)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Après avoir atteint les sommets avec Les Enfants loups, le nouveau Hosoda déçoit. Ce nouvel opus s'avère en dépit d'une réalisation virtuose être le plus faible de ses œuvres en tant qu'auteur. Quelques très beaux moments ne suffisent pas à combler le manque d'implication émotionnelle dans ce conte initiatique un peu trop balisé. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma d’HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le jour d'après (Cannes 2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Voilà qui semble être du très grand Hong Sang-soo ! »
Le Jour d'après (en salles le 07/06/2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Pour une fois, Hong Sang-soo travaille sa mise en scène et sa photographie. A part ça, ben... c'est toujours la même ritournelle... »
« Peut être est ce du à l'écho très personnelle de cette histoire pour son auteur qu'elle parvient à toucher sincèrement le spectateur ? Toujours est-il, ce récit adultérin est traité avec beaucoup de soin dans l'écriture de ses personnage et son utilisation de l'image noir et blanc. On fini presque oublier les affreux tics de mise en scène chers à HSS. »
« L'un des plus beaux films de Hong Sang-soo. »
Le Lac aux oies sauvages (en salles le 25/12/2019)
Diao Yinan
« C'est beau, c'est sombre. Plus c'est impressionniste, plus ça fonctionne. Dernier plan magnifique. »
« Nouveau coup de maître pour Diao Yinan avec cette cavale vertigineuse et électrisante. Du putain de cinéma ! »
« Un polar virtuose, coloré et sensoriel. »
« Après un Black Coal sublime mais étrangement trop froid, Diao Yinan transforme l'essai en donnant une âme à cet incroyable thriller. »
« Un sublime polar qui nous émerveille à chaque plan par son inventivité et son amour du cinéma. »
« Thriller efficace avec quelques moments de stylisation bienvenus. »
« J'ai le droit de refaire mon TOP 10 2019 ? »
Le Lézard noir (L'Etrange Festival 2017)
Fukasaku Kinji
« Mystère, trouble sexuel et visuel tapageur au service d'un mélodrame délicieusement excentrique. »
« Décalé sur le fond et la forme, Le Lézard noir est une superbe adaptation de Rampo. On en redemande ! »
Le Lion est mort ce soir (en salles le 03/01/2018)
Suwa Nobuhiro
« Léaud n'est pas mort, la preuve, il chante et Suwa en témoigne ! »
« Le pendant lumineux (et réussit) de La Mort de Louis XIV. »
Le Mystère des Pingouins (en salles le 14/08/2019)
Ishida Hiroyasu
« Très belle fable absurde qui n'a pas peur d'égarer les enfants pour mieux les émouvoir. »
« Bien loin d'un Miyazaki (malgré ce que la promo laisse entendre), Le Mystère des Pingouins réussit à allier le côté kawaii et celui, souvent moins présent dans les longs-métrages animés, déjanté. On ne comprend pas tout mais on adhère ! »
« Un film aussi léger et touchant qu’un amour de fin d’été. Le film se perd parfois à trop vouloir en raconter mais narre avec délicatesse une belle histoire d’amour et d’amitié. »
« Film plaisant pour son côté foufou qui fait assez souvent mouche mais qui demeure un peu trop sirupeux. »
« Un premier long-métrage qui prouve que son jeune réalisateur Ishida Hiroyasu est loin d'être manchot ! »
Le Palais d'or (FICA 2018 - Regard sur le cinéma de Mongolie)
Dorjpalam Ravjaa, Gottfried Kolditz
« Audace formelle au service d'un objet protéiforme mais limité. »
« Le palais d'or ? Nous aussi un peu... »
Le Passé (Cannes 2013)
Asghar Farhadi
« Personnages énervants pour un scénario bâclé. »
« En passant du farsi au français, Asghar Farhadi perd en subtilité et en force. Son film le plus faible. »
Le Promeneur d'oiseau (en salles le 07/05/2014)
Philippe Muyl
Le Roi Singe (FFCF 2014)
Cheang Pou Soi
Le Secret de Kanwar (en salles le 03/09/2014)
Anup Kanwal Singh
« Une oeuvre ample et âpre, qui mérite un temps de réflexion et plusieurs visions. »
LE SECRET DE KANWAR (EN VIDEO LE 01/09/2015)
Anup Kanwal Singh
« Une oeuvre ample et âpre, qui mérite un temps de réflexion et plusieurs visions. »
Le Secret de la chambre noire (en salles le 08/03/2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Un récit de fantôme fascinant malheureusement plombé par une partie réaliste longuette et ampoulée. »
« Le Secret de la chambre noire montre que la virtuosité du cinéaste est telle qu'il peut révéler aussi bien les fantômes japonais que français ! »
« Kurosawa réussit son incursion dans le cinéma français en y imposant sa patte. Le film est objectivement réussi mais assez inégal. Subsistent les scènes fantastiques qu'il maîtrise toujours à la perfection. »
« La greffe entre le cinéma de Kurosawa et la France marche très bien. Certaines scènes un peu plus faibles sont rattrapées par d'autres magnifiques (dont une sublime apparition spectrale dans une serre et une belle fin). »
Le Serpent blanc (Etrange Festival 2019)
Amp Wong, Zhao Ji
« La réponse à la question "comment adapter une légende ancestrale en 2019 ?" n'est bizarrement pas : une série de cinématiques de mauvais jeu vidéo beauf. »
« La légende du serpent blanc une nouvelle fois adaptée. Bien que la 3D soit assez réussie, notamment pour les décors, le film est d'une lourdeur incroyable, n'apporte absolument rien à cette légende et parvient même à avoir certains effets visuels totalement loupés. »
Leaf Of Life (FICA 2018 - Compétition)
Ebrahim Mokhtari
« Pas mal, sans plus. »
« Un film où l'on peut entendre les spectateurs du FICA se demander en fin de projection si le sujet est "la culture du safran ou la fragilité de l'existence" ne pas pas être complètement mauvais... »
Leçons d'harmonie (en salles le 26/03/2014)
Emir Baigazin
« Une claque. Le Kazakhstan est définitivement un pays à suivre. »
« Une leçon de cinéma administrée par un tout jeune réalisateur kazakh ! »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Elie Gardel Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marie Culadet Martin Debat Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Le Gangster, le Flic et l'Assassin (en salles le 14/08/2019)
Lee Won-tae
« Affreux, puant, mal foutu, à éviter de toute urgence. »
« Sur la variation de la confrontation" flic chien fou/ gangster super-violent avec un cœur sur fond de meurtres" que le cinéma coréen affectionne particulièrement, on a vu mieux et le film ne révolutionnera pas le genre mais c'est efficace, plutôt jouissif et porté par la belle énergie de ses comédiens, Ma Dong-seok en tête. »
« La thématique classique du polar sur la porosité entre flic et voyou dopé au dynamisme et au savoir-faire coréen, grâce à des acteurs charismatiques et une intrigue rondement menée. »
« On ne tient pas le chef d'oeuvre de la décennie, ni même de l'année. Mais le divertissement reste total, la mise en scène fluide et dynamique et le duo formé par le gangster et le flic fait mouche. »
« Un énième polar qui n’apporte rien au genre, la faute à un script qui n’exploite jamais à fond son concept d’association/compétition de ripoux et une mise en scène trop sage qui se repose trop souvent sur le charisme de son duo d’acteurs. »
« Une copie propre du polar à la sauce coréenne. Quelques moments un peu trop simples, d'autres bien rythmés. »
« Triste exemple de l'appauvrissement esthétique et thématique du cinéma coréen populaire actuel : aucune idée visuelle, une idéologie rance, un recyclage consensuel des pires clichés des films de gangsters... On ne remercie pas la sélection cannoise qui assure au film une sortie en salles plutôt qu'un passage direct en VOD. »
Le Garçon et la Bête (en salles le 13/01/2016)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Après avoir atteint les sommets avec Les Enfants loups, le nouveau Hosoda déçoit. Ce nouvel opus s'avère en dépit d'une réalisation virtuose être le plus faible de ses œuvres en tant qu'auteur. Quelques très beaux moments ne suffisent pas à combler le manque d'implication émotionnelle dans ce conte initiatique un peu trop balisé. »
Le Garçon et la Bête (en vidéo le 27/05/2016)
Mamoru Hosoda
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma de HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le Garçon et la bête (Kinotayo 2015)
Hosoda Mamoru
« Hosoda entremêle les questionnement autour de la famille à un foisonnant univers mythologique et fantastique pour un de ses meilleurs films. »
« Hosoda livre une œuvre extraordinaire ou deux mondes s'entrecroisent et se mêlent. Des moments de bravoure, de beauté, de mélancolie superbement mis en scène. »
« Après avoir atteint les sommets avec Les Enfants loups, le nouveau Hosoda déçoit. Ce nouvel opus s'avère en dépit d'une réalisation virtuose être le plus faible de ses œuvres en tant qu'auteur. Quelques très beaux moments ne suffisent pas à combler le manque d'implication émotionnelle dans ce conte initiatique un peu trop balisé. »
« Une réussite formelle doublée d’une richesse thématique incroyable, Le Garçon et la bête réconcilie toutes les facettes du cinéma d’HOSODA, en plus d’être son film le plus accessible. »
Le jour d'après (Cannes 2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Voilà qui semble être du très grand Hong Sang-soo ! »
Le Jour d'après (en salles le 07/06/2017)
Hong Sang-soo
« Hong Sang-soo : Eustachien à l'extrême. Simplement génial. »
« Pour une fois, Hong Sang-soo travaille sa mise en scène et sa photographie. A part ça, ben... c'est toujours la même ritournelle... »
« Peut être est ce du à l'écho très personnelle de cette histoire pour son auteur qu'elle parvient à toucher sincèrement le spectateur ? Toujours est-il, ce récit adultérin est traité avec beaucoup de soin dans l'écriture de ses personnage et son utilisation de l'image noir et blanc. On fini presque oublier les affreux tics de mise en scène chers à HSS. »
« L'un des plus beaux films de Hong Sang-soo. »
Le Lac aux oies sauvages (en salles le 25/12/2019)
Diao Yinan
« C'est beau, c'est sombre. Plus c'est impressionniste, plus ça fonctionne. Dernier plan magnifique. »
« Nouveau coup de maître pour Diao Yinan avec cette cavale vertigineuse et électrisante. Du putain de cinéma ! »
« Un polar virtuose, coloré et sensoriel. »
« Après un Black Coal sublime mais étrangement trop froid, Diao Yinan transforme l'essai en donnant une âme à cet incroyable thriller. »
« Un sublime polar qui nous émerveille à chaque plan par son inventivité et son amour du cinéma. »
« Thriller efficace avec quelques moments de stylisation bienvenus. »
« J'ai le droit de refaire mon TOP 10 2019 ? »
Le Lézard noir (L'Etrange Festival 2017)
Fukasaku Kinji
« Mystère, trouble sexuel et visuel tapageur au service d'un mélodrame délicieusement excentrique. »
« Décalé sur le fond et la forme, Le Lézard noir est une superbe adaptation de Rampo. On en redemande ! »
Le Lion est mort ce soir (en salles le 03/01/2018)
Suwa Nobuhiro
« Léaud n'est pas mort, la preuve, il chante et Suwa en témoigne ! »
« Le pendant lumineux (et réussit) de La Mort de Louis XIV. »
Le Mystère des Pingouins (en salles le 14/08/2019)
Ishida Hiroyasu
« Très belle fable absurde qui n'a pas peur d'égarer les enfants pour mieux les émouvoir. »
« Bien loin d'un Miyazaki (malgré ce que la promo laisse entendre), Le Mystère des Pingouins réussit à allier le côté kawaii et celui, souvent moins présent dans les longs-métrages animés, déjanté. On ne comprend pas tout mais on adhère ! »
« Un film aussi léger et touchant qu’un amour de fin d’été. Le film se perd parfois à trop vouloir en raconter mais narre avec délicatesse une belle histoire d’amour et d’amitié. »
« Film plaisant pour son côté foufou qui fait assez souvent mouche mais qui demeure un peu trop sirupeux. »
« Un premier long-métrage qui prouve que son jeune réalisateur Ishida Hiroyasu est loin d'être manchot ! »
Le Palais d'or (FICA 2018 - Regard sur le cinéma de Mongolie)
Dorjpalam Ravjaa, Gottfried Kolditz
« Audace formelle au service d'un objet protéiforme mais limité. »
« Le palais d'or ? Nous aussi un peu... »
Le Passé (Cannes 2013)
Asghar Farhadi
« Personnages énervants pour un scénario bâclé. »
« En passant du farsi au français, Asghar Farhadi perd en subtilité et en force. Son film le plus faible. »
Le Promeneur d'oiseau (en salles le 07/05/2014)
Philippe Muyl
Le Roi Singe (FFCF 2014)
Cheang Pou Soi
Le Secret de Kanwar (en salles le 03/09/2014)
Anup Kanwal Singh
« Une oeuvre ample et âpre, qui mérite un temps de réflexion et plusieurs visions. »
LE SECRET DE KANWAR (EN VIDEO LE 01/09/2015)
Anup Kanwal Singh
« Une oeuvre ample et âpre, qui mérite un temps de réflexion et plusieurs visions. »
Le Secret de la chambre noire (en salles le 08/03/2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Un récit de fantôme fascinant malheureusement plombé par une partie réaliste longuette et ampoulée. »
« Le Secret de la chambre noire montre que la virtuosité du cinéaste est telle qu'il peut révéler aussi bien les fantômes japonais que français ! »
« Kurosawa réussit son incursion dans le cinéma français en y imposant sa patte. Le film est objectivement réussi mais assez inégal. Subsistent les scènes fantastiques qu'il maîtrise toujours à la perfection. »
« La greffe entre le cinéma de Kurosawa et la France marche très bien. Certaines scènes un peu plus faibles sont rattrapées par d'autres magnifiques (dont une sublime apparition spectrale dans une serre et une belle fin). »
Le Serpent blanc (Etrange Festival 2019)
Amp Wong, Zhao Ji
« La réponse à la question "comment adapter une légende ancestrale en 2019 ?" n'est bizarrement pas : une série de cinématiques de mauvais jeu vidéo beauf. »
« La légende du serpent blanc une nouvelle fois adaptée. Bien que la 3D soit assez réussie, notamment pour les décors, le film est d'une lourdeur incroyable, n'apporte absolument rien à cette légende et parvient même à avoir certains effets visuels totalement loupés. »
Leaf Of Life (FICA 2018 - Compétition)
Ebrahim Mokhtari
« Pas mal, sans plus. »
« Un film où l'on peut entendre les spectateurs du FICA se demander en fin de projection si le sujet est "la culture du safran ou la fragilité de l'existence" ne pas pas être complètement mauvais... »
Leçons d'harmonie (en salles le 26/03/2014)
Emir Baigazin
« Une claque. Le Kazakhstan est définitivement un pays à suivre. »
« Une leçon de cinéma administrée par un tout jeune réalisateur kazakh ! »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.