Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Jeremy Coifman Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Marie Culadet Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
GI-HWA (FFCP 2015)
Moon Jeong-yun
« Malgré quelques moments obscurs, Gi-hwa se rattrape par la beauté de ses plans et sa justesse de tons. »
Godzilla (en salles le 14/05/2014)
Gareth Edwards
« Un Godzilla impressionnant mais le plaisir st egâché par un scénario plus que faiblard. »
« À la fois prétentieux et totalement incohérent dans sa gestion de l'espace et des personnages, Godzilla nous fait une fois de plus vivement regretter la migration du monstre du Japon à Hollywood. »
Godzilla II : Roi des Monstres (en salles le 29/05/2019)
Michael Dougherty
« Gareth Edwards était avare mais majestueux dans ses moments kaiju. Pour cette suite supposée plus généreuse, la mise en scène brouillonne et les intrigues humaines inintéressantes ne sont pas rattrapés par quelques money-shot tous vus dans la bande annonce. »
« Un film au scénario paresseux et aux personnages particulièrement pénibles mais bordel, visuellement, ça envoie ! »
« Un Kaiju eiga qui sait se montrer généreux en matière de grand spectacle et respectueux du matériau original, mais doté d’un scénario qui ne traite jamais correctement ses idées intéressantes et qui peine à faire exister convenablement ses personnages humains. »
Going The Distance (FICA 2017)
Harumoto Yujiro
« Une vraie sincérité dans le propos, mais la mise en scène ne tient pas la distance... »
Gonjiam (FFCP 2018)
Jung Bum-shik
« Les 20 dernières minutes sont regardables. Le reste est pénible. »
« Quand le Youtube Game hante le cinéma. C'est (volontairement, certes) vulgaire et inintéressant. À conseiller aux 2000, malgré tout. »
Goodbye Grandpa (FICA 2018 - Compétition)
Morigaki Yukihiro
« Film carte postale sans âme. »
« Goodnight Grandpa. »
Grass (en salles le 19/12/2019)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Grass (FFCP 2018)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Haemoo (FFCP 2014)
Sim Sung-bo
« Une première partie réussie où l'ambiance du huis-clos fait son petit effet. Une seconde partie un peu ratée qui mêle humour et drame de façon maladroite. »
Halte (en salles le 31/07/2019)
Lav Diaz
« Un magnifique film d'anticipation, plus belle charge antifasciste de l'année. Lav Diaz au sommet. »
« Un Lav Diaz plus dostoïeskien que jamais dans sa thématique politique et révolutionnaire. Pour "Les Démons", Dosto prenait la plume. Depuis, le cinéma existe. Lav Diaz le sait. Un film qui fera date. À méditer dans 10 ans. »
« 5h, c'est une durée. Mais ici, la longueur est justement exploitée pour offrir un portrait captivant des régimes fascisants. Beaucoup de films de 2h sur le sujet n'esquissent pas le travail qu'a accompli Lav Diaz sur Halte. »
Haman (Kinotayo 2015)
Okabe Tetsuya
« Eros et Thanatos ont encore frappé ! Mais sans budget ni idées, c'est mauvais. »
« Une mise en place audacieuse rappelant les Cronenberg des années 70, mais le budget n'est pas à la hauteur de ces intentions et on glisse rapidement vers l'ennui et le ridicule. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
Hana & Alice mênent l'enquête (en salles le 11/05/2016)
Shunji Iwai
« Charmant, délicat et attachant ! »
Happy Hour (Kinotayo 2017)
Hamaguchi Ryusuke
« Beaux portraits de femmes, une belle réflexivité sur l'art, mais aussi quelques platitudes dans l'écriture. »
« Le film est maîtrisé du début à la fin, ce qui est un exploit vu sa durée. La mise en scène est travaillée, la construction réussie et les acteurs ont un naturel qui ferait pâlir plus d'un acteur japonais confirmé. Que dire de plus... Petit (et long) chef d'oeuvre ! »
« Il y a du Cassavetes et du Bresson dans cette oeuvre limpide et hypnotique. Une réflexion riche sur les rapports hommes-femmes au Japon... mais aussi sur la mise en scène ! »
« Passé quelques platitudes, un beau film fleuve qui recèle une passionnante réflexion sur l'écriture et la fiction, en plus de présenter un magnifique portrait générationnelle des Japonaises d'aujourd'hui. »
Hard Day (en salles le 07/01/2015)
Kim Seong-hoon
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Hard Day (FFCP 2014)
Kim Seong-bun
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Harmonium (Cannes 2016)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada pami les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Tension palpable, non dits, violence sourde élégance formelle, Harmonium marquera durablement les rétines... »
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Tension palpable, non dits, violence sourde élégance formelle, Harmonium marquera durablement les rétines... »
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Headshot (L'Étrange Festival 2016)
Kimo Stamboel, Timo Tjahjanto
« Malgré quelques problèmes dans le rythme, Headshot est une petite bombe de violence que l'on se prend en pleine poire avec grand plaisir ! »
« Les combats en mettent plein la tête (parfois un peu trop), le reste nous vide la tête... »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Jeremy Coifman Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Marie Culadet Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
GI-HWA (FFCP 2015)
Moon Jeong-yun
« Malgré quelques moments obscurs, Gi-hwa se rattrape par la beauté de ses plans et sa justesse de tons. »
Godzilla (en salles le 14/05/2014)
Gareth Edwards
« Un Godzilla impressionnant mais le plaisir st egâché par un scénario plus que faiblard. »
« À la fois prétentieux et totalement incohérent dans sa gestion de l'espace et des personnages, Godzilla nous fait une fois de plus vivement regretter la migration du monstre du Japon à Hollywood. »
Godzilla II : Roi des Monstres (en salles le 29/05/2019)
Michael Dougherty
« Gareth Edwards était avare mais majestueux dans ses moments kaiju. Pour cette suite supposée plus généreuse, la mise en scène brouillonne et les intrigues humaines inintéressantes ne sont pas rattrapés par quelques money-shot tous vus dans la bande annonce. »
« Un film au scénario paresseux et aux personnages particulièrement pénibles mais bordel, visuellement, ça envoie ! »
« Un Kaiju eiga qui sait se montrer généreux en matière de grand spectacle et respectueux du matériau original, mais doté d’un scénario qui ne traite jamais correctement ses idées intéressantes et qui peine à faire exister convenablement ses personnages humains. »
Going The Distance (FICA 2017)
Harumoto Yujiro
« Une vraie sincérité dans le propos, mais la mise en scène ne tient pas la distance... »
Gonjiam (FFCP 2018)
Jung Bum-shik
« Les 20 dernières minutes sont regardables. Le reste est pénible. »
« Quand le Youtube Game hante le cinéma. C'est (volontairement, certes) vulgaire et inintéressant. À conseiller aux 2000, malgré tout. »
Goodbye Grandpa (FICA 2018 - Compétition)
Morigaki Yukihiro
« Film carte postale sans âme. »
« Goodnight Grandpa. »
Grass (en salles le 19/12/2019)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Grass (FFCP 2018)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Haemoo (FFCP 2014)
Sim Sung-bo
« Une première partie réussie où l'ambiance du huis-clos fait son petit effet. Une seconde partie un peu ratée qui mêle humour et drame de façon maladroite. »
Halte (en salles le 31/07/2019)
Lav Diaz
« Un magnifique film d'anticipation, plus belle charge antifasciste de l'année. Lav Diaz au sommet. »
« Un Lav Diaz plus dostoïeskien que jamais dans sa thématique politique et révolutionnaire. Pour "Les Démons", Dosto prenait la plume. Depuis, le cinéma existe. Lav Diaz le sait. Un film qui fera date. À méditer dans 10 ans. »
« 5h, c'est une durée. Mais ici, la longueur est justement exploitée pour offrir un portrait captivant des régimes fascisants. Beaucoup de films de 2h sur le sujet n'esquissent pas le travail qu'a accompli Lav Diaz sur Halte. »
Haman (Kinotayo 2015)
Okabe Tetsuya
« Eros et Thanatos ont encore frappé ! Mais sans budget ni idées, c'est mauvais. »
« Une mise en place audacieuse rappelant les Cronenberg des années 70, mais le budget n'est pas à la hauteur de ces intentions et on glisse rapidement vers l'ennui et le ridicule. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
Hana & Alice mênent l'enquête (en salles le 11/05/2016)
Shunji Iwai
« Charmant, délicat et attachant ! »
Happy Hour (Kinotayo 2017)
Hamaguchi Ryusuke
« Beaux portraits de femmes, une belle réflexivité sur l'art, mais aussi quelques platitudes dans l'écriture. »
« Le film est maîtrisé du début à la fin, ce qui est un exploit vu sa durée. La mise en scène est travaillée, la construction réussie et les acteurs ont un naturel qui ferait pâlir plus d'un acteur japonais confirmé. Que dire de plus... Petit (et long) chef d'oeuvre ! »
« Il y a du Cassavetes et du Bresson dans cette oeuvre limpide et hypnotique. Une réflexion riche sur les rapports hommes-femmes au Japon... mais aussi sur la mise en scène ! »
« Passé quelques platitudes, un beau film fleuve qui recèle une passionnante réflexion sur l'écriture et la fiction, en plus de présenter un magnifique portrait générationnelle des Japonaises d'aujourd'hui. »
Hard Day (en salles le 07/01/2015)
Kim Seong-hoon
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Hard Day (FFCP 2014)
Kim Seong-bun
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Harmonium (Cannes 2016)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada pami les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Tension palpable, non dits, violence sourde élégance formelle, Harmonium marquera durablement les rétines... »
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Tension palpable, non dits, violence sourde élégance formelle, Harmonium marquera durablement les rétines... »
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Headshot (L'Étrange Festival 2016)
Kimo Stamboel, Timo Tjahjanto
« Malgré quelques problèmes dans le rythme, Headshot est une petite bombe de violence que l'on se prend en pleine poire avec grand plaisir ! »
« Les combats en mettent plein la tête (parfois un peu trop), le reste nous vide la tête... »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Jeremy Coifman Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Marie Culadet Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
GI-HWA (FFCP 2015)
Moon Jeong-yun
« Malgré quelques moments obscurs, Gi-hwa se rattrape par la beauté de ses plans et sa justesse de tons. »
Godzilla (en salles le 14/05/2014)
Gareth Edwards
« Un Godzilla impressionnant mais le plaisir st egâché par un scénario plus que faiblard. »
« À la fois prétentieux et totalement incohérent dans sa gestion de l'espace et des personnages, Godzilla nous fait une fois de plus vivement regretter la migration du monstre du Japon à Hollywood. »
Godzilla II : Roi des Monstres (en salles le 29/05/2019)
Michael Dougherty
« Gareth Edwards était avare mais majestueux dans ses moments kaiju. Pour cette suite supposée plus généreuse, la mise en scène brouillonne et les intrigues humaines inintéressantes ne sont pas rattrapés par quelques money-shot tous vus dans la bande annonce. »
« Un film au scénario paresseux et aux personnages particulièrement pénibles mais bordel, visuellement, ça envoie ! »
« Un Kaiju eiga qui sait se montrer généreux en matière de grand spectacle et respectueux du matériau original, mais doté d’un scénario qui ne traite jamais correctement ses idées intéressantes et qui peine à faire exister convenablement ses personnages humains. »
Going The Distance (FICA 2017)
Harumoto Yujiro
« Une vraie sincérité dans le propos, mais la mise en scène ne tient pas la distance... »
Gonjiam (FFCP 2018)
Jung Bum-shik
« Les 20 dernières minutes sont regardables. Le reste est pénible. »
« Quand le Youtube Game hante le cinéma. C'est (volontairement, certes) vulgaire et inintéressant. À conseiller aux 2000, malgré tout. »
Goodbye Grandpa (FICA 2018 - Compétition)
Morigaki Yukihiro
« Film carte postale sans âme. »
« Goodnight Grandpa. »
Grass (en salles le 19/12/2019)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Grass (FFCP 2018)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Haemoo (FFCP 2014)
Sim Sung-bo
« Une première partie réussie où l'ambiance du huis-clos fait son petit effet. Une seconde partie un peu ratée qui mêle humour et drame de façon maladroite. »
Halte (en salles le 31/07/2019)
Lav Diaz
« Un magnifique film d'anticipation, plus belle charge antifasciste de l'année. Lav Diaz au sommet. »
« Un Lav Diaz plus dostoïeskien que jamais dans sa thématique politique et révolutionnaire. Pour "Les Démons", Dosto prenait la plume. Depuis, le cinéma existe. Lav Diaz le sait. Un film qui fera date. À méditer dans 10 ans. »
« 5h, c'est une durée. Mais ici, la longueur est justement exploitée pour offrir un portrait captivant des régimes fascisants. Beaucoup de films de 2h sur le sujet n'esquissent pas le travail qu'a accompli Lav Diaz sur Halte. »
Haman (Kinotayo 2015)
Okabe Tetsuya
« Eros et Thanatos ont encore frappé ! Mais sans budget ni idées, c'est mauvais. »
« Une mise en place audacieuse rappelant les Cronenberg des années 70, mais le budget n'est pas à la hauteur de ces intentions et on glisse rapidement vers l'ennui et le ridicule. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
Hana & Alice mênent l'enquête (en salles le 11/05/2016)
Shunji Iwai
« Charmant, délicat et attachant ! »
Happy Hour (Kinotayo 2017)
Hamaguchi Ryusuke
« Beaux portraits de femmes, une belle réflexivité sur l'art, mais aussi quelques platitudes dans l'écriture. »
« Le film est maîtrisé du début à la fin, ce qui est un exploit vu sa durée. La mise en scène est travaillée, la construction réussie et les acteurs ont un naturel qui ferait pâlir plus d'un acteur japonais confirmé. Que dire de plus... Petit (et long) chef d'oeuvre ! »
« Il y a du Cassavetes et du Bresson dans cette oeuvre limpide et hypnotique. Une réflexion riche sur les rapports hommes-femmes au Japon... mais aussi sur la mise en scène ! »
« Passé quelques platitudes, un beau film fleuve qui recèle une passionnante réflexion sur l'écriture et la fiction, en plus de présenter un magnifique portrait générationnelle des Japonaises d'aujourd'hui. »
Hard Day (en salles le 07/01/2015)
Kim Seong-hoon
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Hard Day (FFCP 2014)
Kim Seong-bun
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Harmonium (Cannes 2016)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada pami les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Tension palpable, non dits, violence sourde élégance formelle, Harmonium marquera durablement les rétines... »
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Tension palpable, non dits, violence sourde élégance formelle, Harmonium marquera durablement les rétines... »
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Headshot (L'Étrange Festival 2016)
Kimo Stamboel, Timo Tjahjanto
« Malgré quelques problèmes dans le rythme, Headshot est une petite bombe de violence que l'on se prend en pleine poire avec grand plaisir ! »
« Les combats en mettent plein la tête (parfois un peu trop), le reste nous vide la tête... »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.