Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Going The Distance (FICA 2017)
Harumoto Yujiro
« Une vraie sincérité dans le propos, mais la mise en scène ne tient pas la distance... »
Gonjiam (FFCP 2018)
Jung Bum-shik
« Les 20 dernières minutes sont regardables. Le reste est pénible. »
« Quand le Youtube Game hante le cinéma. C'est (volontairement, certes) vulgaire et inintéressant. À conseiller aux 2000, malgré tout. »
« Un film qui n’exploite jamais vraiment tout le potentiel de son concept et n’arrive pas à la cheville d’un maître-étalon du genre comme REC par exemple. Les quelques frissons du dernier tiers ne suffisent pas relever la barre. »
Goodbye Grandpa (FICA 2018 - Compétition)
Morigaki Yukihiro
« Goodnight Grandpa. »
Grass (en salles le 19/12/2019)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« HSS réinvente une nouvelle fois son décor de cinéma et parvient brillamment à s'amuser avec ses propres codes. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Grass (FFCP 2018)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« HSS réinvente une nouvelle fois son décor de cinéma et parvient brillamment à s'amuser avec ses propres codes. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Haemoo (FFCP 2014)
Sim Sung-bo
« Une première partie réussie où l'ambiance du huis-clos fait son petit effet. Une seconde partie un peu ratée qui mêle humour et drame de façon maladroite. »
« Malgré une première partie réussie, une qualité esthétique indéniable et un Kim Yun-seok encore une fois monstrueux, cette production, co-écrite et produite par Bong Joon-ho, finit par se prendre les pieds dans le tapis à trop vouloir mélanger les genres. »
Halte (en salles le 31/07/2019)
Lav Diaz
« Un Lav Diaz plus dostoïeskien que jamais dans sa thématique politique et révolutionnaire. Pour "Les Démons", Dosto prenait la plume. Depuis, le cinéma existe. Lav Diaz le sait. Un film qui fera date. À méditer dans 10 ans. »
« 5h, c'est une durée. Mais ici, la longueur est justement exploitée pour offrir un portrait captivant des régimes fascisants. Beaucoup de films de 2h sur le sujet n'esquissent pas le travail qu'a accompli Lav Diaz sur Halte. »
Haman (Kinotayo 2015)
Okabe Tetsuya
« Eros et Thanatos ont encore frappé ! Mais sans budget ni idées, c'est mauvais. »
« Un film d'horreur qui manque de mordant ! Entre deux belles scènes pour le moins troublantes, le cinéaste à du mal à meubler son scénario. Une belle révélation tout de même, la jeune et talentueuse Baba Nonoka. »
« Une mise en place audacieuse rappelant les Cronenberg des années 70, mais le budget n'est pas à la hauteur de ces intentions et on glisse rapidement vers l'ennui et le ridicule. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
« Toujours les mêmes thèmes, toujours les mêmes défauts, toujours la même structure narrative, mais une sensibilité et une sincérité qui font mouche. »
Hana & Alice mênent l'enquête (en salles le 11/05/2016)
Shunji Iwai
« Hana et Alice est avant tout la naissance d'une belle amitié. »
« Charmant, délicat et attachant ! »
Happy Hour (Kinotayo 2017)
Hamaguchi Ryusuke
« Le film est maîtrisé du début à la fin, ce qui est un exploit vu sa durée. La mise en scène est travaillée, la construction réussie et les acteurs ont un naturel qui ferait pâlir plus d'un acteur japonais confirmé. Que dire de plus... Petit (et long) chef d'oeuvre ! »
« Il y a du Cassavetes et du Bresson dans cette oeuvre limpide et hypnotique. Une réflexion riche sur les rapports hommes-femmes au Japon... mais aussi sur la mise en scène ! »
« Monumental film de plus de 5 heures sur l'incommunicabilité du sentiment, mis en scène avec une justesse absolue. On pense à Kore-Eda, à Hong Sang-soo, ou à Noah Baumbach, et surtout on en redemande. »
« Passé quelques platitudes, un beau film fleuve qui recèle une passionnante réflexion sur l'écriture et la fiction, en plus de présenter un magnifique portrait générationnelle des Japonaises d'aujourd'hui. »
Hard Day (en salles le 07/01/2015)
Kim Seong-hoon
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un thriller typiquement coréen, qui alterne séquences absurdes hilarantes et moments de tension haletants, en s'amusant de la corruption au sein de la police locale. Pas original pour un sou mais efficace dans son genre. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Hard Day (FFCP 2014)
Kim Seong-bun
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un thriller typiquement coréen, qui alterne séquences absurdes hilarantes et moments de tension haletants, en s'amusant de la corruption au sein de la police locale. Pas original pour un sou mais efficace dans son genre. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Harmonium (Cannes 2016)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada donne à son cinéma un goût plus amer qu'à l'accoutumée. Déconcertant aux premiers abords, son film nous réserve quand même quelques belles scènes. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada pami les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« Fukada assomme avec une mise en scène neurasthénique doublée d'une esthétique figée et ne parvient à insuffler un peu d'âme dans cette énième variation nippone de Théorème de Pasolini. C'est beau, terriblement ennuyeux, bref décevant! »
« Fukada donne à son cinéma un goût plus amer qu'à l'accoutumée. Déconcertant aux premiers abords, son film nous réserve quand même quelques belles scènes. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« Fukada assomme avec une mise en scène neurasthénique doublée d'une esthétique figée et ne parvient à insuffler un peu d'âme dans cette énième variation nippone de Théorème de Pasolini. C'est beau, terriblement ennuyeux, bref décevant ! »
« Fukada donne à son cinéma un goût plus amer qu'à l'accoutumée. Déconcertant aux premiers abords, son film nous réserve quand même quelques belles scènes. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Headshot (L'Étrange Festival 2016)
Kimo Stamboel, Timo Tjahjanto
« Malgré quelques problèmes dans le rythme, Headshot est une petite bombe de violence que l'on se prend en pleine poire avec grand plaisir ! »
« Les Mo Brothers s'associent avec la Uwais Team pour nous servir un film d'action violent et efficace, même si le rythme parfois trop relâché du montage et le manque de variété dans la chorégraphie et la mise en scène des combats empêchent Headshot d'atteindre la maîtrise d'un The Raid 2. »
« Les combats en mettent plein la tête (parfois un peu trop), le reste nous vide la tête... »
Hello Dayoung (FFCP 2018)
Ko Bong-soo
« Film en noir et blanc d'inspiration burlesque. Si le procédé est intéressant, l'histoire, quant à elle, tourne rapidement en rond. »
« Sympathique hommage au film burlesque à a Chaplin. Sans génie mais avec passion. »
« Un jolie exercice de style burlesque. C'est mignon ! »
« Un gentil petit film burlesque, court et rigolo. »
Her Mother (FICA 2017)
Sato Yoshinori
« Un film anti peine de mort qui donne des envies de meurtre. Un comble. »
« Finalement, mieux vaut un bon film pro peine de mort qu'un mauvais film contre la peine de mort... »
Here Comes The Bride (FICA 2014)
Chris Martinez
« Une comédie populaire sympathique, mais un peu téléphonée. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Going The Distance (FICA 2017)
Harumoto Yujiro
« Une vraie sincérité dans le propos, mais la mise en scène ne tient pas la distance... »
Gonjiam (FFCP 2018)
Jung Bum-shik
« Les 20 dernières minutes sont regardables. Le reste est pénible. »
« Quand le Youtube Game hante le cinéma. C'est (volontairement, certes) vulgaire et inintéressant. À conseiller aux 2000, malgré tout. »
« Un film qui n’exploite jamais vraiment tout le potentiel de son concept et n’arrive pas à la cheville d’un maître-étalon du genre comme REC par exemple. Les quelques frissons du dernier tiers ne suffisent pas relever la barre. »
Goodbye Grandpa (FICA 2018 - Compétition)
Morigaki Yukihiro
« Goodnight Grandpa. »
Grass (en salles le 19/12/2019)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« HSS réinvente une nouvelle fois son décor de cinéma et parvient brillamment à s'amuser avec ses propres codes. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Grass (FFCP 2018)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« HSS réinvente une nouvelle fois son décor de cinéma et parvient brillamment à s'amuser avec ses propres codes. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Haemoo (FFCP 2014)
Sim Sung-bo
« Une première partie réussie où l'ambiance du huis-clos fait son petit effet. Une seconde partie un peu ratée qui mêle humour et drame de façon maladroite. »
« Malgré une première partie réussie, une qualité esthétique indéniable et un Kim Yun-seok encore une fois monstrueux, cette production, co-écrite et produite par Bong Joon-ho, finit par se prendre les pieds dans le tapis à trop vouloir mélanger les genres. »
Halte (en salles le 31/07/2019)
Lav Diaz
« Un Lav Diaz plus dostoïeskien que jamais dans sa thématique politique et révolutionnaire. Pour "Les Démons", Dosto prenait la plume. Depuis, le cinéma existe. Lav Diaz le sait. Un film qui fera date. À méditer dans 10 ans. »
« 5h, c'est une durée. Mais ici, la longueur est justement exploitée pour offrir un portrait captivant des régimes fascisants. Beaucoup de films de 2h sur le sujet n'esquissent pas le travail qu'a accompli Lav Diaz sur Halte. »
Haman (Kinotayo 2015)
Okabe Tetsuya
« Eros et Thanatos ont encore frappé ! Mais sans budget ni idées, c'est mauvais. »
« Un film d'horreur qui manque de mordant ! Entre deux belles scènes pour le moins troublantes, le cinéaste à du mal à meubler son scénario. Une belle révélation tout de même, la jeune et talentueuse Baba Nonoka. »
« Une mise en place audacieuse rappelant les Cronenberg des années 70, mais le budget n'est pas à la hauteur de ces intentions et on glisse rapidement vers l'ennui et le ridicule. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
« Toujours les mêmes thèmes, toujours les mêmes défauts, toujours la même structure narrative, mais une sensibilité et une sincérité qui font mouche. »
Hana & Alice mênent l'enquête (en salles le 11/05/2016)
Shunji Iwai
« Hana et Alice est avant tout la naissance d'une belle amitié. »
« Charmant, délicat et attachant ! »
Happy Hour (Kinotayo 2017)
Hamaguchi Ryusuke
« Le film est maîtrisé du début à la fin, ce qui est un exploit vu sa durée. La mise en scène est travaillée, la construction réussie et les acteurs ont un naturel qui ferait pâlir plus d'un acteur japonais confirmé. Que dire de plus... Petit (et long) chef d'oeuvre ! »
« Il y a du Cassavetes et du Bresson dans cette oeuvre limpide et hypnotique. Une réflexion riche sur les rapports hommes-femmes au Japon... mais aussi sur la mise en scène ! »
« Monumental film de plus de 5 heures sur l'incommunicabilité du sentiment, mis en scène avec une justesse absolue. On pense à Kore-Eda, à Hong Sang-soo, ou à Noah Baumbach, et surtout on en redemande. »
« Passé quelques platitudes, un beau film fleuve qui recèle une passionnante réflexion sur l'écriture et la fiction, en plus de présenter un magnifique portrait générationnelle des Japonaises d'aujourd'hui. »
Hard Day (en salles le 07/01/2015)
Kim Seong-hoon
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un thriller typiquement coréen, qui alterne séquences absurdes hilarantes et moments de tension haletants, en s'amusant de la corruption au sein de la police locale. Pas original pour un sou mais efficace dans son genre. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Hard Day (FFCP 2014)
Kim Seong-bun
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un thriller typiquement coréen, qui alterne séquences absurdes hilarantes et moments de tension haletants, en s'amusant de la corruption au sein de la police locale. Pas original pour un sou mais efficace dans son genre. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Harmonium (Cannes 2016)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada donne à son cinéma un goût plus amer qu'à l'accoutumée. Déconcertant aux premiers abords, son film nous réserve quand même quelques belles scènes. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada pami les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« Fukada assomme avec une mise en scène neurasthénique doublée d'une esthétique figée et ne parvient à insuffler un peu d'âme dans cette énième variation nippone de Théorème de Pasolini. C'est beau, terriblement ennuyeux, bref décevant! »
« Fukada donne à son cinéma un goût plus amer qu'à l'accoutumée. Déconcertant aux premiers abords, son film nous réserve quand même quelques belles scènes. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« Fukada assomme avec une mise en scène neurasthénique doublée d'une esthétique figée et ne parvient à insuffler un peu d'âme dans cette énième variation nippone de Théorème de Pasolini. C'est beau, terriblement ennuyeux, bref décevant ! »
« Fukada donne à son cinéma un goût plus amer qu'à l'accoutumée. Déconcertant aux premiers abords, son film nous réserve quand même quelques belles scènes. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Headshot (L'Étrange Festival 2016)
Kimo Stamboel, Timo Tjahjanto
« Malgré quelques problèmes dans le rythme, Headshot est une petite bombe de violence que l'on se prend en pleine poire avec grand plaisir ! »
« Les Mo Brothers s'associent avec la Uwais Team pour nous servir un film d'action violent et efficace, même si le rythme parfois trop relâché du montage et le manque de variété dans la chorégraphie et la mise en scène des combats empêchent Headshot d'atteindre la maîtrise d'un The Raid 2. »
« Les combats en mettent plein la tête (parfois un peu trop), le reste nous vide la tête... »
Hello Dayoung (FFCP 2018)
Ko Bong-soo
« Film en noir et blanc d'inspiration burlesque. Si le procédé est intéressant, l'histoire, quant à elle, tourne rapidement en rond. »
« Sympathique hommage au film burlesque à a Chaplin. Sans génie mais avec passion. »
« Un jolie exercice de style burlesque. C'est mignon ! »
« Un gentil petit film burlesque, court et rigolo. »
Her Mother (FICA 2017)
Sato Yoshinori
« Un film anti peine de mort qui donne des envies de meurtre. Un comble. »
« Finalement, mieux vaut un bon film pro peine de mort qu'un mauvais film contre la peine de mort... »
Here Comes The Bride (FICA 2014)
Chris Martinez
« Une comédie populaire sympathique, mais un peu téléphonée. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Going The Distance (FICA 2017)
Harumoto Yujiro
« Une vraie sincérité dans le propos, mais la mise en scène ne tient pas la distance... »
Gonjiam (FFCP 2018)
Jung Bum-shik
« Les 20 dernières minutes sont regardables. Le reste est pénible. »
« Quand le Youtube Game hante le cinéma. C'est (volontairement, certes) vulgaire et inintéressant. À conseiller aux 2000, malgré tout. »
« Un film qui n’exploite jamais vraiment tout le potentiel de son concept et n’arrive pas à la cheville d’un maître-étalon du genre comme REC par exemple. Les quelques frissons du dernier tiers ne suffisent pas relever la barre. »
Goodbye Grandpa (FICA 2018 - Compétition)
Morigaki Yukihiro
« Goodnight Grandpa. »
Grass (en salles le 19/12/2019)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« HSS réinvente une nouvelle fois son décor de cinéma et parvient brillamment à s'amuser avec ses propres codes. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Grass (FFCP 2018)
Hong Sang-soo
« La petite musique habituelle d'Hong Sang-Soo, pas désagréable mais qui laisse un peu de côté pour cette fois. »
« HSS innove (un peu) et ça fait du bien. Mais le film demeure insignifiant et rapidement oublié. »
« Hong Sang-soo décidément au-dessus du lot. Un triptyque fluide mort/culpabilité, trahison/dépit, amour/espérance porté par des dialogues toujours aussi savoureux (et poignants) et une mise en scène avec laquelle le réalisateur réussit à surprendre. Le meilleur HSS depuis Yourself & Yours. »
« HSS réinvente une nouvelle fois son décor de cinéma et parvient brillamment à s'amuser avec ses propres codes. »
« Voir l'avis de Marc, tout pareil ! »
Haemoo (FFCP 2014)
Sim Sung-bo
« Une première partie réussie où l'ambiance du huis-clos fait son petit effet. Une seconde partie un peu ratée qui mêle humour et drame de façon maladroite. »
« Malgré une première partie réussie, une qualité esthétique indéniable et un Kim Yun-seok encore une fois monstrueux, cette production, co-écrite et produite par Bong Joon-ho, finit par se prendre les pieds dans le tapis à trop vouloir mélanger les genres. »
Halte (en salles le 31/07/2019)
Lav Diaz
« Un Lav Diaz plus dostoïeskien que jamais dans sa thématique politique et révolutionnaire. Pour "Les Démons", Dosto prenait la plume. Depuis, le cinéma existe. Lav Diaz le sait. Un film qui fera date. À méditer dans 10 ans. »
« 5h, c'est une durée. Mais ici, la longueur est justement exploitée pour offrir un portrait captivant des régimes fascisants. Beaucoup de films de 2h sur le sujet n'esquissent pas le travail qu'a accompli Lav Diaz sur Halte. »
Haman (Kinotayo 2015)
Okabe Tetsuya
« Eros et Thanatos ont encore frappé ! Mais sans budget ni idées, c'est mauvais. »
« Un film d'horreur qui manque de mordant ! Entre deux belles scènes pour le moins troublantes, le cinéaste à du mal à meubler son scénario. Une belle révélation tout de même, la jeune et talentueuse Baba Nonoka. »
« Une mise en place audacieuse rappelant les Cronenberg des années 70, mais le budget n'est pas à la hauteur de ces intentions et on glisse rapidement vers l'ennui et le ridicule. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
« Toujours les mêmes thèmes, toujours les mêmes défauts, toujours la même structure narrative, mais une sensibilité et une sincérité qui font mouche. »
Hana & Alice mênent l'enquête (en salles le 11/05/2016)
Shunji Iwai
« Hana et Alice est avant tout la naissance d'une belle amitié. »
« Charmant, délicat et attachant ! »
Happy Hour (Kinotayo 2017)
Hamaguchi Ryusuke
« Le film est maîtrisé du début à la fin, ce qui est un exploit vu sa durée. La mise en scène est travaillée, la construction réussie et les acteurs ont un naturel qui ferait pâlir plus d'un acteur japonais confirmé. Que dire de plus... Petit (et long) chef d'oeuvre ! »
« Il y a du Cassavetes et du Bresson dans cette oeuvre limpide et hypnotique. Une réflexion riche sur les rapports hommes-femmes au Japon... mais aussi sur la mise en scène ! »
« Monumental film de plus de 5 heures sur l'incommunicabilité du sentiment, mis en scène avec une justesse absolue. On pense à Kore-Eda, à Hong Sang-soo, ou à Noah Baumbach, et surtout on en redemande. »
« Passé quelques platitudes, un beau film fleuve qui recèle une passionnante réflexion sur l'écriture et la fiction, en plus de présenter un magnifique portrait générationnelle des Japonaises d'aujourd'hui. »
Hard Day (en salles le 07/01/2015)
Kim Seong-hoon
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un thriller typiquement coréen, qui alterne séquences absurdes hilarantes et moments de tension haletants, en s'amusant de la corruption au sein de la police locale. Pas original pour un sou mais efficace dans son genre. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Hard Day (FFCP 2014)
Kim Seong-bun
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un thriller typiquement coréen, qui alterne séquences absurdes hilarantes et moments de tension haletants, en s'amusant de la corruption au sein de la police locale. Pas original pour un sou mais efficace dans son genre. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
Harmonium (Cannes 2016)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada donne à son cinéma un goût plus amer qu'à l'accoutumée. Déconcertant aux premiers abords, son film nous réserve quand même quelques belles scènes. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada pami les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« Fukada assomme avec une mise en scène neurasthénique doublée d'une esthétique figée et ne parvient à insuffler un peu d'âme dans cette énième variation nippone de Théorème de Pasolini. C'est beau, terriblement ennuyeux, bref décevant! »
« Fukada donne à son cinéma un goût plus amer qu'à l'accoutumée. Déconcertant aux premiers abords, son film nous réserve quand même quelques belles scènes. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Harmonium (en salles le 11/01/2017)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada tout en retenue et en équilibriste pour ce drame familial propice aux non-dits, à la solitude et à la vengeance. Une certaine idée d'un Japon malade. »
« Fukada assomme avec une mise en scène neurasthénique doublée d'une esthétique figée et ne parvient à insuffler un peu d'âme dans cette énième variation nippone de Théorème de Pasolini. C'est beau, terriblement ennuyeux, bref décevant ! »
« Fukada donne à son cinéma un goût plus amer qu'à l'accoutumée. Déconcertant aux premiers abords, son film nous réserve quand même quelques belles scènes. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada parmi les grands cinéastes japonais contemporains. »
Headshot (L'Étrange Festival 2016)
Kimo Stamboel, Timo Tjahjanto
« Malgré quelques problèmes dans le rythme, Headshot est une petite bombe de violence que l'on se prend en pleine poire avec grand plaisir ! »
« Les Mo Brothers s'associent avec la Uwais Team pour nous servir un film d'action violent et efficace, même si le rythme parfois trop relâché du montage et le manque de variété dans la chorégraphie et la mise en scène des combats empêchent Headshot d'atteindre la maîtrise d'un The Raid 2. »
« Les combats en mettent plein la tête (parfois un peu trop), le reste nous vide la tête... »
Hello Dayoung (FFCP 2018)
Ko Bong-soo
« Film en noir et blanc d'inspiration burlesque. Si le procédé est intéressant, l'histoire, quant à elle, tourne rapidement en rond. »
« Sympathique hommage au film burlesque à a Chaplin. Sans génie mais avec passion. »
« Un jolie exercice de style burlesque. C'est mignon ! »
« Un gentil petit film burlesque, court et rigolo. »
Her Mother (FICA 2017)
Sato Yoshinori
« Un film anti peine de mort qui donne des envies de meurtre. Un comble. »
« Finalement, mieux vaut un bon film pro peine de mort qu'un mauvais film contre la peine de mort... »
Here Comes The Bride (FICA 2014)
Chris Martinez
« Une comédie populaire sympathique, mais un peu téléphonée. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.