Naha

Okinawa International Movie Festival # 3 : coup de foudre en Asie

Posté le 21 avril 2017 par

Nos aventures à l’Okinawa International Movie Festival continuent sous un ciel nuageux et un taux d’humidité avoisinant les 80%. De quoi se sentir bien dans une salle de cinéma climatisée ! Au programme : Welcome Party, déjeuner avec les Nations Unies, interview et quand même, deux films ! 

Le groupe d'idol NMB48

Le groupe d’idol NMB48

Avant l’ouverture officielle du festival s’est tenue une soirée de bienvenue, dite Welcome Party. L’objectif de cette soirée était, bien sûr, d’accueillir la presse étrangère mais aussi de présenter les grands traits de cette 9e édition de l’Okinawa International Movie Festival. Et vu que sur cette île, on sait être détendu, la soirée a été ponctuée de spectacles. Le festival mêle avec brio la culture traditionnelle d’Okinawa (tenues, chant et danse – kachashi) et la pop culture japonaise (découverte du groupe d’idol NMB48, lié de près au groupe sœur AKB48). Une soirée accueillante, à l’image des habitants d’Okinawa.

Spectacle de kachishi, danse traditionnelle d'Okinawa

Spectacle de kachashi, danse traditionnelle d’Okinawa

Après la fête, on passe au travail ! La presse étrangère a été reçue par la directrice du centre d’informations des Nations Unies (UNIC) de Tokyo, Mme Nemoto Kaoru. En effet, depuis cette année, le festival d’Okinawa est le premier festival à traiter des questions de développement durable. Or, en 2016, les Nations Unies ont adopté un nouveau programme de développement durable articulé autour de 17 objectifs. Il était donc logique que les deux structures se retrouvent autour d’un partenariat. Du côté du festival, des actions et des ateliers sont mis en place pour sensibiliser les spectateurs ainsi que les enfants. En outre, un spot a été gracieusement offert par le festival pour présenter les objectifs de ce programme, diffusé avant chaque projection.

Mme Nemoto Kaoru s'adressant à la presse étrangère

Mme Nemoto Kaoru s’adressant à la presse étrangère

Une fois ce déjeuner quelque peu protocolaire passé, direction le cinéma de la ville de Naha, sorte de complexe comprenant trois salles, un café ainsi que des boutiques. Oui, au Japon, on trouve tout partout. Même au cinéma, vous pouvez finir par acheter des algues (et des DVD). Nous avions en effet rendez-vous avec Katabuchi Sunao, réalisateur du remarque Dans un recoin de ce monde (lire la critique ici). Le cinéaste a pris le temps de nous expliquer ses motivations pour tourner ce film d’animation et sa vision de l’histoire. Mais tout cela, vous le lirez prochainement !

Katabuchi Sunao devant le cinéma de Naha

Katabuchi Sunao devant le cinéma de Naha

Passons au premier film de la journée, qui a été un peu choisi par hasard. En tout cas, suivant notre emploi du temps. Et il s’agissait d’une comédie romantique thaïlandaise, A Gift, réalisée par Chayanop Boonprakob, Jira Maligool, Nithiwat Tharatorn et Kriangkrai Vachiratamporn. Apparemment, en Thaïlande, plus on est nombreux à réaliser un film, plus on rit ! Sorti nationalement le 1er décembre 2016, A Gift est la comédie romantique de Noël. Sauf qu’en Thaïlande, à Noël, il n’y a pas de neige. Donc si Coup de foudre à Nothing Hill vous a rendu diabétique par trop de mièvrerie, il conviendra d’éviter le romantisme thaïlandais qui risquerait de vous anéantir. Le film met en scène trois histoires d’amour, plus ou moins liées entre elles, tout en rendant hommage à la musique composée par le roi Bhumipol (décédé en octobre 2016), qui n’a jamais été rendue publique. On ne le sait pas en France mais le roi Bhumipol était un grand joueur de saxophone et admirateur de jazz. Que dire sur A Gift… 2h24 de réalisation du niveau d’un téléfilm de la chaîne M6, une Thaïlande montrée sous ses plus beaux atours (acteurs impeccables, buildings vertigineux, amour filial sans commune mesure), et des musiques entêtantes à vous rendre fou.

Le réalisateur Nithiwat Tharatorn et l'acteur Sunny Suwanmethanon

Le réalisateur Nithiwat Tharatorn et l’acteur Sunny Suwanmethanon

On attendait davantage du deuxième film de la journée, le drame japonais Cross, réalisé par Okuyama Kazuyoshi, remarqué dès 1994 par Kitano Takeshi pour son film Rampo, mais qui est surtout un producteur forcené (L’anguille, Jellyfish, R100, Sayonara…). D’ailleurs, il produit également ce film par le biais de la société Katsu-do, détenue en majorité par Yoshimoto Kogyo Co., organisateur du festival (vous suivez ?). Le film a été coréalisé par Kugimiya Shinji, directeur de la photographie sur Meatball Machine. Cross suit le destin d’un couple et de leur fille, abattus par la faillite de la société du père et par un scandale qui touche la mère. C’est alors qu’une femme, fraîchement sortie de prison, déboule dans leur vie. Présenté comme un thriller érotique, Cross n’en est pas un. Véritable drame familial, le film bénéficie d’une écriture soignée. Malheureusement, il souffre non seulement d’un manque de moyen mais aussi, et surtout, d’une réalisation ratée et d’une photographie inexistante. Le jeu des acteurs n’est pas toujours juste mais une mention doit être rendue à Konno Chiharu, qu’on aimerait revoir dans des films plus ambitieux.

L'actrice Konno Chiharu, le compositeur Kishita Koshi et le réalisateur Okuyama Kazuyoshi

L’actrice Konno Chiharu, le compositeur Kishita Koshi et le réalisateur Okuyama Kazuyoshi

C’est ainsi que se termine cette journée. On vous donne rendez-vous demain !

Elvire Rémand.

À lire aussi

OKINAWA INTERNATIONAL MOVIE FESTIVAL # 1 : OKINA-WHOUAH !

OKINAWA INTERNATIONAL MOVIE FESTIVAL # 2 : HIROSHIMA MON AMOUR

OKINAWA INTERNATIONAL MOVIE FESTIVAL # 3 : COUP DE FOUDRE EN ASIE

OKINAWA INTERNATIONAL MOVIE FESTIVAL # 4 : GUERRE ET PAIX

OKINAWA INTERNATIONAL MOVIE FESTIVAL # 5 : BILAN D’UN FESTIVAL « LAUGH & PEACE » AVEC HIROSHI OSAKI

OKINAWA INTERNATIONAL MOVIE FESTIVAL # 6 : ENTRETIEN AVEC KATABUCHI SUNAO (DANS UN RECOIN DE CE MONDE)

OKINAWA INTERNATIONAL MOVIE FESTIVAL # 7 : ENTRETIEN AVEC GACKT (KARANUKAN)

OKINAWA INTERNATIONAL MOVIE FESTIVAL # 8 : ENTRETIEN AVEC ROGER PULVERS (STAR SAND)

OKINAWA INTERNATIONAL MOVIE FESTIVAL # 9 : RENCONTRE AVEC FRUIT CHAN

Imprimer


Laissez un commentaire


*