tunnel

FICA 2017 – Tunnel de Kim Seong-hoon : critique et entretien (Vesoul)

Posté le 5 février 2017 par

Troisième film du réalisateur Kim Seong-hoon, que nous avons découvert en 2014 à Cannes avec l’hilarant Hard Day, Tunnel, avec son casting ravageur, a attiré plus de 7 millions de spectateurs en Corée. Film catastrophe, Tunnel l’est, à n’en pas douter, avec ses qualités et ses défauts. Mais il est bien plus que ça ! À découvrir en avant première au 23ème Festival International des Cinémas d’Asie (FICA). Critique et interview ! 

Tunnel est l’un des films les plus attendus de 2017. Tout d’abord parce qu’on aime son réalisateur, Kim Seong-hoon, qui nous avait bluffés avec Hard Day, mais aussi parce que son casting avait tout pour plaire : Ha Jung-woo qui, débutant dans des films d’auteur chez Kim Ki-duk et Hong Sang-soo, a vu son succès grandir petit à petit pour finir dans Mademoiselle de Park Chan-wook, la charmante Bae Doona, capable d’enchaîner le blockbuster américain Cloud Atlas et le film indépendant coréen A Girl at My Door, et Oh Dal-su, l’éternel second rôle sans qui la moitié des films coréens n’aurait pu être tournée.

Comme tout film catastrophe qui se respecte, le synopsis de Tunnel tient sur un post-it. Adapté d’un roman coréen de 2013, le film suit Lee Jung-soo, interprété par Ha Jung-woo, en route pour l’anniversaire de sa fille quand le tunnel qu’il traverse s’effondre. Le voilà coincé sous une montagne de béton et de terre, avec des secouristes peu préparés à une telle situation et un emballement médiatique prêt à dérailler. Avec peu de vivres à disposition, Jung-soo va devoir lutter pour survivre.tunnel

Le cinéma catastrophe est un genre assez peu exploité en Corée. Les rares exemples que l’on peut avoir en tête sont The Last Day réalisé en 2009 par Yoon Je-kyoon ou encore The Tower de Kim Ji-hoon qui ressemblent comme deux gouttes d’eau à des films américains. Tunnel est bien différent de ces films cités et des films catastrophe en règle générale. Evidemment, les ficelles (voire les câbles) habituelles au genre sont bien présentes. Le personnage de Lee Jung-soo se retrouve coincé avec seulement deux petites bouteilles d’eau et un gâteau d’anniversaire comme vivres. Heureusement, son téléphone portable capte le réseau (ça, c’est la magie de la 4G en Corée) et il a accès à une chaîne de radio dans sa voiture. Tout ceci lui permet de contacter les secours ainsi que sa femme. Mais forcément, l’opération de sauvetage ne se déroule pas comme prévu et notre héros passe de nombreux jours sous terre. Décrit comme cela, le film ne sent pas l’originalité à plein nez mais comment réaliser un film catastrophe sans ficelles ? C’est quasiment impossible. Le réalisateur Kim Seong-hoon s’enfonce donc allègrement dans le film catastrophe : les équipes de secours sont un peu neuneu à l’exception du personnage interprété par Oh Dal-su qui a un peu plus de jugeote et de morale que les autres, les journalistes s’engouffrent dans les moindres recoins, les constructeurs du tunnel en question sont de mauvaise foi et, bien sûr, les hommes politiques en profitent pour faire leur publicité. Dans Tunnel, tout le monde en prend pour son grade. Le film ayant été tourné à la même période que la catastrophe du ferry Sewol, qui a causé la mort de plus de 300 personnes, il est difficile de ne pas faire le parallèle. Pour autant, la dénonciation du pouvoir politique, des journalistes et de la désorganisation de la police et des secours est monnaie courante dans le cinéma coréen, même avant 2014 et la catastrophe du Sewol. Il n’est donc pas étonnant d’être confronté à cela dans un film catastrophe, et c’est même plutôt logique.

tunnel

Pourtant, Tunnel se détache du film catastrophe lambda. Tout d’abord, Kim Seong-hoon a fait le choix, judicieux quoique surprenant, de rentrer dans le vif du sujet après seulement quelques minutes de film. Le personnage principal n’est donc pas caractérisé : l’on sait seulement qu’il est père de famille et qu’il travaille chez Kia Motors. Ha Jung-woo interprète un Monsieur Tout Le Monde, que l’on pourrait croiser dans la rue. Ce qui lui arrive pourrait arriver à n’importe qui. En outre, point d’explosions toutes les 15min dans Tunnel : on peut même dire que le réalisateur a été assez économe sur les effets visuels. Le cinéaste a également tenu à reconstituer un tunnel en éboulement pour filmer son personnage principal. Les lumières utilisées ne sont que celles de la voiture ou du téléphone portable et les jeux de caméra restituent à la perfection l’étouffement et la claustrophobie que quiconque pourrait ressentir dans telle situation. Le coup de force de Tunnel est de réussir à susciter de l’empathie, petit à petit, pour un personnage qui ne se débat pas continuellement contre des éboulements et, surtout, que le spectateur ne connaît pas. En un peu plus de 2h, Jung-soo se dévoile peu à peu alors qu’il est dans une situation plus que délicate.  Son évolution suit le déroulement de son éventuelle évacuation. Jung-soo, quoique fort sonné, reste optimiste au début. Le cinéaste montre cette légèreté par des touches d’humour, qu’on lui connaissait déjà dans Hard Day. Ce n’est que peu à peu que le personnage principal sombre dans le désespoir, à mesure que le temps passe et que son sauvetage semble abandonné par les autorités. Pourtant, l’humour semble toujours présent, comme pour éviter de transformer le film catastrophe en drama dégoulinant de pathos. L’humour n’est pas cantonné au tunnel mais se propage également à l’extérieur, où les équipes de secours, les autorités politiques et les journalistes se démènent (ou pas) pour sauver le personnage principal. A l’instar de cette scène hilarante mais aussi très caustique où les secours utilisent un drone pour s’infiltrer dans le tunnel encombré. Les journalistes ne sont pas en reste puisqu’ils ont tous leur propre drone, ce qui déclenche, forcément, un beau carambolage d’appareils volants.

tunnel

Tunnel est un vrai film catastrophe, souvent très drôle, mais aussi assez émouvant – ce qui n’était pas gagné. Evidemment, le spectateur s’attache en priorité au personnage principal, coincé bien malgré lui donc un tunnel, mais aussi de tout son environnement qui, lui, attend à l’extérieur. Bae Doona, qui interprète l’épouse de Jung-soo, tient le rôle tout en retenue. On pourrait penser ce personnage en retrait et, pourtant, il n’en est rien. L’épouse de Jung-woo est un personnage fort, une sorte de pilier sur lequel s’appuie son époux. L’émotion ne déborde pas mais est bien présente. Le réalisateur évite certains écueils fort appréciés dans les films catastrophe. Ainsi, le rôle de la petite fille de Jung-soo est très secondaire puisqu’on ne voit la petite que quelques secondes. Les rares larmes vues dans le film paraissent donc sincères et non pas surjouées. Le chef de l’équipe de secours, interprété par Oh Dal-su, permet également de faire resurgir l’émotion à l’extérieur du tunnel. En effet, malgré les blocages politiques et la décision prise par l’épouse du héros d’arrêter l’opération de sauvetage afin de pouvoir préserver d’autres vies, il se bat jusqu’au bout pour permettre à Jung-soo de sortir vivant. Le personnage est parfois un peu caricatural car il représente la seule issue de sortie possible mais il est traité intelligemment et on pardonne rapidement les petits défauts inhérents à son rôle.

tunnel

Tunnel est un très bon divertissement, comme savent le faire les Coréens. Du film catastrophe de base à grosses ficelles, Tunnel évolue rapidement vers un film plus protéiforme et ne se cantonne pas dans son genre. Certes, ce n’est pas le coup de cœur qui nous avions eu pour Hard Day mais Kim Seong-hoon nous montre une fois de plus qu’il maîtrise sa réalisation et qu’il y apporte sa touche personnelle : de l’humour et de l’émotion.

Elvire Rémand.

INTERVIEW

Kim Seong-hoon

Kim Seong-hoon

Pourquoi avoir choisi le film de catastrophe pour votre nouveau film ?

Tunnel est un roman à la base. J’étais très intéressé par cette histoire qui raconte la survie d’un homme enseveli sous les décombres d’un tunnel qui s’est effondré, mais aussi le travail des équipes de sauvetage et ce qui se passe à l’extérieur, autour de ce drame. C’est ce qui m’a vraiment plu dans ce livre. Nous nous sommes rapidement rendu compte des contraintes techniques qu’engendrait une telle histoire, mais ce qui m’a motivé était la façon dont je pouvais adapter un tel matériel à l’écran, en mélangeant à la fois du suspense, de l’effroi et de l’émotion. C’est apparu un peu comme un défi personnel.

En réalisant votre film, aviez-vous en tête des exemples de films de catastrophe ? Quels étaient les impératifs du genre et les pièges à éviter ?

Oui forcément, on pense à tous ces films hollywoodiens à grand spectacle sur des catastrophes gigantesques. C’est divertissant, mais c’est très loin de ce que je fais. Je ne voulais pas me focaliser sur le désastre mais sur les conséquences.

 

On pensait trouver dans votre film une satire des institutions, un peu comme le classique de Billy Wilder, Le Gouffre aux chimères (The Big Carnival -1951), mais vous réalisez plutôt un film de catastrophe à hauteur d’homme. Qu’est ce qui a motivé ce choix ?

Je m’intéressais surtout aux équipes de sauvetage et à ce qui se passe autour de cette catastrophe. Imaginez la situation : des moyens considérables sont mis en œuvre pour sauver un seul individu. Si vous changez l’équation et vous vous retrouvez avec un groupe de personnes enfouis sous les décombres, les institutions, les politiques ou les sauveteurs se conduiraient sûrement très différemment face à un tel drame. Malheureusement, dans ce film il n’y a qu’un survivant, et la question se pose sur la nécessité  de déployer tous ces moyens pour le tirer d’affaire.  C’est un cas de conscience passionnant à traiter. Je me suis concentré sur l’humain et ces groupes d’hommes et de femmes  qui se tuent à la tâche et qui, à mesure que le temps passe dans la mission de sauvetage, perdent espoir et motivation. Je voulais éviter l’approche hollywoodienne, sa débauche de moyens et sa dramaturgie artificielle.

Tunnel 2016

Était-ce une façon pour vous d’aborder la tragédie du ferry Sewol ?

Tunnel fut tourné quand eut lieu cette terrible tragédie. On ne peut nier une certaine influence de ces événements, et je pense que de manière consciente et inconsciente, ils ont trouvé un certain écho dans l’histoire de mon film qui traite de l’importance d’une vie humaine.

Vous rentrez directement dans le vif du sujet. Pourquoi avoir choisi une mise en place aussi rapide ? C’est peu commun dans ce genre de films.

Il est vrai que dans les films de catastrophe, on a tendance à s’attarder sur le développement des personnages qui vont se retrouver au cœur du sinistre avant le climax. Mon choix de montrer la catastrophe au bout des cinq premières minutes d’un film qui dure un peu plus de deux heures était intentionnel. Cela me permettait de me concentrer sur ce qui se passe après et des conséquences, de l’évolution des personnages autour de ce drame.

Pour quelle raison avoir décidé de si peu caractériser votre personnage principal ? Au final, on ne sait rien de lui.

C’était voulu, cela me permettait de créer une identification plus facile de la part du spectateur. C’est Monsieur Tout Le Monde ! C’est un homme ordinaire qui se retrouve dans une situation critique. Cela sous-entend qu’une telle chose peut nous arriver à vous comme à moi.

Dans votre scénario, vous jouez des ruptures de tons. La première partie est plus légère malgré la gravité de l’histoire et la deuxième s’enfonce dans un sentiment désespéré. Pourquoi ?

Effectivement, je voulais mettre l’accent sur ce contraste entre cet homme coincé dans le tunnel suite à ce terrible accident et l’équipe au-dessus qui tente de le sortir de là. Tant qu’il a l’espoir que l’on va venir le sauver, il y a dans le film ce ton parsemé de légèreté et d’humour. Tandis qu’à l’extérieur, la réalité est toute autre, ils perdent pied à mesure que le temps passe, le moral faiblit, l’atmosphère devient alors pesante et le ton plus grave.

Tunnel

En termes de mise en scène, quelles étaient vos directives pour rendre le sentiment de claustrophobie aussi prégnant ?

C’était simple pour moi. Afin de restituer le plus justement ce sentiment de claustrophobie à l’écran, il fallait reconstituer la scène de l’accident à l’identique sur le plateau. Nous avions donc cette voiture encastrée sous un monceau de gravats. En raison du manque de place pour installer des caméras, nous avons mis quatre mini caméras dans la voiture, et l’acteur Ha Jung-woo était comme son personnage coincé à l’étroit dans la caraque du véhicule, et il pouvait jouer librement sans équipe technique autour de lui pour le filmer. Il n’y avait aucune source lumineuse additionnelle, les scènes étaient éclairées aux moyens des lampes, les voyants de la voiture et la torche électrique du personnage principal. Nous aurions très bien pu en studio avoir des parties amovibles qui nous auraient permis de faire des plans larges et de montrer clairement la situation. Mais j’ai opté pour une approche plus immersive avec des scènes filmées en gros plans.

Plateau de tournage de Tunnel

Plateau de tournage de Tunnel

Le film repose en partie sur les talents de vos trois acteurs principaux. Qu’est ce qui a motivé ces choix ?

Pour le personnage principal Jung-soo, qui se retrouve dans une situation très grave, j’ai voulu par contraste prendre pour acteur quelqu’un qui dégage une énergie très positive, une forme de fraîcheur juvénile. Ha Jung-woo est une personne optimiste, très drôle, c’est un petit blagueur ! Il a cette capacité de jeu très minimaliste. Et je pense que dans un contexte de claustrophobie, c’était l’approche idéale.

Concernant Se-hyun, le personnage de l’épouse revient à Bae Doona. C’est peut-être un rôle pour lequel on doit ressentir encore plus de peine que pour la personne prisonnière des décombres. Je ne voulais pas que cette femme dévoile ouvertement ses sentiments et sa détresse. Je ne voulais pas la montrer en train de pleurer à longueur de journée et se lamenter sur son propre sort. Je souhaitais qu’elle ait une certaine retenue dans ses émotions et qu’elle laisse transparaître malgré elle sa tristesse. Un tel rôle correspondait parfaitement aux talents de Bae Doona. Elle ne joue pas, elle n’essaie pas de montrer des émotions, quand elle interprète un personnage, elle l’incarne. Elle ressent ses sentiments. C’est une qualité assez extraordinaire. Je pense avoir eu une chance inouïe d’avoir pu travailler avec des acteurs aussi talentueux.

still-tunnel-1

Bae Doona

Était-ce intentionnel cette volonté de pudeur des sentiments ? Particulièrement pour un film coréen quand on sait à quel point le drame est un genre très populaire. Même la fille du personnage principal apparaît peu. Or dans ce genre de films, les petites filles sont souvent utilisées pour de grandes scènes de chantage affectif.

En effet je ne voulais pas jouer de l’exagération des sentiments, et surtout pas avancer avant les spectateurs. Je voulais qu’ils ressentent les choses par eux-mêmes, et non pas les forcer.  Concernant le couple interprété par Ha Jung-woo et Bae Doona, ils sont déjà dans une situation très difficile, voire critique, qui leur fait ressentir de la peine et de la douleur. Je ne voulais pas grossir le trait de manière artificielle pour manipuler les spectateurs. C’était, il me semble, la bonne méthode à adopter.

Pour quelles raisons avez-vous mis en scène la presse TV traditionnelle mais sans évoquer du tout l’utilisation des réseaux sociaux par les Coréens ? On n’évoque que  très peu les citoyens dans ce film. On reste dans un microcosme famille/sauveteurs/médias/politique. Pourquoi ?

Je voulais monter le spectre des médias coréens. Les réseaux sociaux ont en effet une grande importance, mais dans ce que je souhaitais raconter, ce n’était pas primordial. Je pense que l’on pouvait se concentrer sur les médias classiques de la presse et de la télévision. J’avais filmé des scènes sur la réaction du peuple face à cette catastrophe, mais je les ai supprimées au montage. Et puis je les vois plus comme des spectateurs, comme vous, les spectateurs du film, cela me semblait donc plus intéressant de les suggérer par l’entremise de votre point de vue. Dans le film, il y a cette scène durant laquelle le personnage de Bae Doona reçoit un contrat stipulant l’arrêt des recherches et la reprise de travaux du Tunnel n°2. Et devant ce dilemme, elle interpelle l’officiel en lui disant que si son mari était encore en vie, que faudrait-il faire. J’ai eu des retours de spectateurs qui se sont sentis mal à ce moment, et c’est ce que je voulais faire ressentir. Dans la scène précédente, on pouvait lire sur la une d’un journal le résultat d’un sondage qui indiquait la volonté de l’opinion publique favorable à 65% à la reprise des travaux. C’est de cette façon que j’ai voulu la représenter dans le film.

Quels sont vos futurs projets ?

Je suis sur un projet actuellement et cela va se concrétiser le mois prochain. Mais je ne peux en dire plus pour l’instant, j’ai signé un contrat de confidentialité. Je pense démarrer le tournage l’année prochaine.

Propos recueillis le 27/10/2016 à Paris et retranscris par Martin Debat.

Photo : Martin Debat.

Traduction : Ah-Ram Kim.

Remerciements à Marion Delmas et à toute l’équipe du FFCP.

Tunnel de Kim Seong-hoon, à voir au  23ème Festival International des Cinémas d’Asie (FICA) de Vesoul du 7 au 14 février. Plus d’informations ici !

Vendredi 10 février à 22h30 – Majestic 4
Samedi 11 février à 22h30 – Majestic 4

Imprimer


Laissez un commentaire


*