godzilla-resurgence-trailer-poster

2016 : Les films attendus

Posté le 24 janvier 2016 par

Après notre TOP 10 2015 (à découvrir ici), la rédaction d’East Asia livre ses plus grandes attentes 2016 en terme de cinéma asiatique.

Godzilla Resurgence de Anno Hideaki et Higuchi Shinji

Voilà enfin la reprise en main de Godzilla par les Japonais, après le très discutable opus US signé Gareth Edwards en 2014. L’événement est de taille, et pas seulement à cause de celle du monstre, vantée par le studio comme plus imposante que celle d’Hollywood, mais surtout parce qu’il signe le retour à la réalisation d’un film en prise de vue réelle d’Anno Hideaki, accompagné de son compère de GAINAX, Higuchi Shinji. Les premières images, avec ses plans de type Found Foutage dénotent déjà du goût de l’expérimentation du créateur d’Evangelion, qui n’aime rien tant que de casser les codes. Et comme cela fait des lustres que l’on n’a pas été séduit par un gros budget japonais, on espère beaucoup de ce qui se présente comme le blockbuster de l’été 2016.

Victor Lopez.

Tigre et Dragon 2 de Yuen Woo-ping

tigre et dragon 2

Le premier Tigre et Dragon m’avait émerveillé, me donnant envie de plonger dans le film de sabre chinois pour creuser ce genre si particulier et si fascinant. Cependant, si Ang Lee lui rendait bel et bien un hommage (un casting de stars, dont l’héroïne de l’Hirondelle d’or, Yuen Woo-ping à la chorégraphie), il le faisait finalement assez mal, Tigre et Dragon n’arrivant jamais à égaler ses références et n’ayant de l’intérêt que pour les spectateurs peu familiers du genre.

La suite tardive du film se révèle, sur le papier, bien alléchante, même si on ne peut que regretter qu’elle n’ait pas droit à une sortie salle comme son aîné. Yuen Woo-ping à la réalisation et Donnie Yen, formidable artiste martial, au casting (avec Michelle Yeoh), je ne peux qu’espérer que cette suite offrira tout ce que le premier n’avait pas pu donner.

Yannik Vanesse.

The Handmaid de Park Chan-wook

The Handmaid

Park Chan-wook est un réalisateur en qui on peut avoir confiance. Si certains de ses films sont parfois considérés comme un peu « ratés » (Thirst, par exemple), il n’empêche qu’il a toujours réussi à garder sa patte, même avec Stoker, tourné et produit aux Etats-Unis – un petit exploit ! Avec une ambiance entre-deux-guerres, un scénario mêlant amour (et cul), argent et trahison, et des acteurs de qualité, The Handmaid ne peut être qu’une bonne surprise.

Elvire Rémand.

Secret Agent de Kim Jee-woon

Kim-Jee-Woon

Comme nombre de ses confrères, Kim Jee-woon fait partie de cette génération de talentueux réalisateurs qui n’ont su résister à l’appel hollywoodien. The Last Stand est pourtant loin d’être honteux, mais il faut avouer qu’on attendait avec impatience le retour au pays du cinéaste coréen. C’est chose faite avec son prochain film, Secret Agent, qui raconte le parcours d’un groupe indépendantiste luttant contre les colons japonais, en pleine Corée des années 30. Même si les américains sont toujours sur le coup puisque Warner co-produit le film, le sujet est idéal pour se replonger dans le cinéma violent et virtuose de Kim Jee-woon. Pour l’occasion, il retrouve l’un de ses acteurs fétiches, l’immense Song Kang-ho, déjà à l’œuvre dans trois de ses précédents longs-métrages. On espère que le réalisateur pourra laisser libre cours à son talent pour nous servir une fresque historique spectaculaire et somptueuse, en suivant la voie toute tracée par Choi Dong-hoon et son Assassination.

Nicolas Lemerle.

The Assassin de Hou Hsiao-hsien

the assassin

Je ne vais pas faire original. Mon attente est The Assasin de Hou Hsiao-hsien. Parce que ce cinéaste a, avec quelques autres, « fait » ma cinéphilie via des chefs-d’oeuvre absolus des années 90 comme Good Bye, South Goodbye et Les Fleurs de Shanghaï. Qu’il ait reçu un Prix de la mise en scène au dernier Festival de Cannes, et ce quelle que soit la qualité de son dernier opus, est pour moi une juste compensation de l’accueil plus indifférent de ses grands films passés. Un peu déçu par Le Voyage du ballon rouge, sorti il y a déjà huit ans, craignant longtemps que sa carrière soit terminée, j’irai découvrir The Assassin avec un appétit d’adolescent, certain qu’il m’en restera de toute manière quelque chose. Ce n’est clairement plus un Tarantino qui éveillerait pareil appétit chez moi.

Sidy Sakho.

Mitsu No Aware de Ishii Sogo 

mitsu no aware

Une romance teintée d’humour portée par la délicieuse Fumi Nikaido (Himizu, Au revoir l’été). L’histoire d’amour d’un vieil écrivain et d’une nymphette. Exit le cinéma agité pour Ishii Sogo. On attend ça de pied ferme.

Marc L’Helgoual’h.

2 x Kurosawa Kiyoshi La Femme de la plaque argentique et Creepy

creepy

Après nous avoir fait voyager à travers le Japon dans Vers L’autre rive, Kurosawa Kiyoshi pose ses valises en France et ramène ses fantômes avec lui. On attend donc avec impatience de voir ce que donnera La Femme de la plaque argentique, qui semble renouer avec une veine plus expérimentale et introspective de l’auteur dans laquelle on peut mettre Charisma, License to Live, Jellyfish ou Vaine Illusion. Le film s’annonce comme une réflexion sur la fascination de l’image : un photographe invente une nouvelle technique pour rendre les photographies plus réalistes et se sert de sa fille comme cobaye, il recrute un jeune assistant qui devient dès lors fasciné par la jeune femme. Au casting on retrouve Tahar Rahim, Olivier Gourmet, Constance Rousseau, Malik Zidi et Mathieu Amalric, rien que ça ! Le film devrait sortir dans le courant de l’année meme si il n’y a pas encore de date de sortie.

Qu’à cela ne tienne car le maître n’est pas à court de projets. 2016 signe aussi son retour au Japon, et au genre qui l’a révélé, le thriller fantastique, avec Creepy. Le film est l’adaptation d’un roman à succès éponyme. Un détective reçoit la demande d’un ancien collègue de s’intéresser au cas d’une affaire mystérieuse, la disparation d’une famille il y a 6 ans. Le détective suit les pistes que lui offfre la mémoire de la seule survivante. Dans le même temps, il emménage avec sa femme dans un immeuble, où une jeune fille lui fait d’étranges déclarations à propos de sa propre famille. Creepy semble a priori confirmer le retour de Kurosawa Kiyoshi dans ses éléments de prédilection, la psychologie, le mystère, le fantastique et qui sait, peut-être les fantômes ? Concernant le casting on peut compter sur la présence de Teruyuki Kagawa, de Masahiro Higashide et Hidetoshi Nishijima. Creepy est prévu pour le 18 juin au Japon.

Kephren Montoute.

Umi yori mo Mada Fukaku (Deeper than the Sea) de Kore-eda Hirokazu

Umi Yorimo Mada Fukaku

Après le merveilleux Notre Petite soeur (premier de mon top 2015) Kore-eda continue encore et toujours son exploration des relations familiales. J’attends donc avec impatience le huis-clos Umi yori mo Mada Fukaku, qui je suis sûre, va nous surprendre !

Amandine Vatinet.

Imprimer


Laissez un commentaire


*