Edito : Paint it Black

Posté le 21 janvier 2014 par

2014 commence sérieusement cette semaine pour East Asia avec la sortie française du Vent se lève, qui assombrit la filmographie de Miyazaki d’un voile plus sombre et pessimiste, et la couverture du Black Movie, qui se tient à Genève entre le 17 et le 26 janvier.

Neuf sur 15 ! Le nombre de films asiatiques de la section Happy Birthday ! du Black Movie, sorte de best-of de toutes ses programmations passées, montre que le continent a pris une place centrale au sein d’un festival originellement surtout consacré aux cultures africaines (lire ici l’entretien avec la co-directrice du festival, Kate Reidy). Et on ne va pas s’en plaindre tant la liste des réalisateurs présentés coïncide avec celle défendue dans ses pages : Hong Sang-soo, Kon Satoshi, Miike Takashi, Brillante Mendoza, Apichatpong Weerasethakul, Bong Joon-ho… Si l’on rajoute à cela une sélection pointue et indépendante, allant de Drug War de Johnny To à Stray Dogs de Tsai Ming-liang, en passant par des dizaines de films inconnus qu’il nous tarde de découvrir, l’occasion d’aller souffler les 15 bougies du festival en compagnie de sa formidable équipe, de vous présenter ses découvertes et  de vous relater les festivités était trop tentante pour être manquée.

L’autre événement de la semaine, c’est la sortie du Vent se lève, ultime ( ?) film de Miyazaki. Lui aussi nous plonge en arrière, en jetant à la fois un regard rétrospectif glaçant de pessimisme sur toute la carrière de son auteur, mais aussi sur un âge d’or du cinéma d’animation en salles en France, dont les films de Ghibli semblent aujourd’hui les seuls rescapés. Il y a 15 ans justement, les sorties événementielles des Miyazaki entraînaient un regard nouveau sur la japanime et portaient la possibilité de sorties audacieuses et variées et originales (on se souvient d’un temps où Kon Satoshi, Oshii Mamoru et même Rintaro nous arrivaient sur grand écran). Qu’en reste-il aujourd’hui, et surtout, qu’en sera-t-il dans… disons 15 ans ? Avec la retraite du co-fondateur du seul studio d’animation japonais largement distribué en Occident, les pronostics ne sont pas forcément heureux pour l’avenir.

Le-Vent-se-Leve

Autant de questions que l’on se pose largement cette semaine, notamment dans le podcast inspiré par le Miyazaki, mais également dans la critique de notre film de la semaine par Jérémy Coifman, dans la Preview Critique de l’histoire de la krincesse Kaguya de Takahata Isao par Nicolas Debarle, notre correspondant qui a pu le découvrir au Japon quelque mois avant sa sortie en France, ou dans la rubrique DVD de Yannik Vanesse, consacrée à l’animation, avec un papier sur Dino King, un retour sur Lettre à Momo et une chronique enthousiaste de Garden of Words de Makoto Shinkai par Justin Kwedi.

Afin de coller au plus près à l’actualité des sorties en salles du lendemain, nos mises à jours éditoriales se feront dorénavant le mardi. La nouvelle version est encore jeune, et des ajustements, à la fois techniques et éditoriaux, sont encore en gestation, mais tout se met en place progressivement et trouvera son rythme de croisière définitif au cours du premier semestre 2014. Cette semaine, couverture de festival oblige, nous faisons d’ailleurs entorse à cette règle des mises à jour du slide hebdomadaire, pour vous proposer des articles quotidiens en direct de Genève collant au plus près de notre expérience au Black Movie pendant le déroulement du festival.

See you, space cowboy!

Victor Lopez

Imprimer


Laissez un commentaire


*