Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Blade of the Immortal (Netflix)
Miike Takashi
« Assez soigné et loin de ses catastrophes précédentes. Des fulgurances. C'est tout de même beaucoup trop long, et très mal rythmé, voire pénible. »
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blade of the Immortal (PIFFF 2017)
Mikke Takashi
« Assez soigné et loin de ses catastrophes précédentes. Des fulgurances. C'est tout de même beaucoup trop long, et très mal rythmé, voire pénible. »
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blind Detective (Cannes 2013)
Johnnie To
« De l'houmour cantonais bien lourd, mais bourré d'idées, ça fait toujours plaisir ! »
Blind Massage (Cannes 2014)
Lou Ye
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »
Blind Massage (FCCF 2015)
« Un film sensoriel, voire sensuel. Une belle réussite. »
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »
Broken (FFCP 2014)
Lee Jeong-ho
« Un scénario typiquement coréen qui mêle viol et vengeance. Pour autant, Broken est plus fin qu'il n'y paraît et pose de nombreuses questions aux spectateurs. »
Brotherhood of Blades (FCCF 2015)
Lu Yang
Call of Heroes (FCCF 2017)
Benny Chan
« Call of Heroes bénéficie de scène d'action impressionnantes, chorégraphiées par Sammo Hung. Malheureusement, le reste ne suit pas. Quant au jeu des acteurs... Il faut peut-être être Chinois pour les supporter ! »
Campaign 1 & 2 (Kinotayo 2014)
Sôda Kazuhiro
« Des longueurs mais une approche fascinante, à la fois bouffonne et glaçante de la politique, qui éclaire la démocratie japonaise, mais résonne aussi bien au delà ! »
Cart (FFCP 2015)
Boo Ji-young
« Cart aurait pu être un très bon drame social, s'il n'oubliait pas son propos en route pour verser dans le pathos. »
Cemetery Of Spendor (en salles le 02/09/2015)
Apichatpong Weerasethakul
« Le pays des songes selon Weerasethakul est à la fois poétique, intelligent, drôle et surtout visuellement superbe. »
« Splendide pouvoir de l'imaginaire au cinéma. »
Cemetery of Splendour (Black Movie 2016)
Apichatpong Weerasethakul
« Le pays des songes selon Weerasethakul est à la fois poétique, intelligent, drôle et surtout visuellement superbe. »
« Splendide pouvoir de l'imaginaire au cinéma. »
Cemetery Of Splendour (Cannes)
Apichatpong Weerasethakul
« Splendide pouvoir de l'imaginaire au cinéma. »
Chanthaly (FICA 2015)
Mattie Do
« Des idées à défaut de moyens. »
Chasuke's Journey (L'Étrange Festival 2015)
Sabu
Chongqing Hot Pot (FCCF 2017)
Yang Qing
« Récit social, amitié et polar ludique se marient astucieusement dans un feel good movie attachant. »
« On se prend au jeu de cette histoire un peu loufoque, comique et pourtant très touchante. »
Claire's Camera (Cannes 2017)
Hong Sang-soo
« Un objet eustachien qui explore la narration épurée en se reposant sur une variation de l'espace. »
« Un film qui donne vraiment la sensation d'être à Cannes... »
Close-Knit (Kinotayo)
Ogigami Naoko
« L'intérêt du film tient davantage au sujet traité qu'à la réalisation. Mais les acteurs très touchants. Mignon. »
« Un film gentillet et assez inoffensif sur la transsexualité, qui a plus le mérite de poser un regard sociologique progressiste sur l'évolution de la famille au Japon qu'un véritable regard cinématographique. »
Collective Invention (FFCP 2016)
Kwon Oh-kwang
« Film de monstre mélancolique et satirique. Peut-être pas assez mordant, à l'image de son homme-poisson. »
« Une première partie bien amenée, drôle et très satyrique sur la société coréenne. La deuxième partie est bien plus faible et oublie son propos initial. Les acteurs, assez mal dirigés, plombent un peu le film. »
« Une fable sympathique sur un homme-poisson qui s'éloigne du côté "Freaks" pour croquer les tares de la société coréenne à travers le regard de personnages secondaires. La satire aurait pu être plus violente. »
« Une satire sociétale en forme de poisson d'avril. Amusant et engagé : on mord à l'hameçon ! »
Come On Irene (Kinotayo 2019)
Yoshida Keisuke
« Ca commençait pas mal pourtant et puis ça s'enlise dans un foutoir pas possible. »
« Film grave sur la misère sexuelle et le racisme au Japon, avec un Ken Yasuda en feu. Houellebecq au Japon ! »
« Un récit qui ne peut s'empêcher d'enchaîner les séquences gênantes. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Blade of the Immortal (Netflix)
Miike Takashi
« Assez soigné et loin de ses catastrophes précédentes. Des fulgurances. C'est tout de même beaucoup trop long, et très mal rythmé, voire pénible. »
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blade of the Immortal (PIFFF 2017)
Mikke Takashi
« Assez soigné et loin de ses catastrophes précédentes. Des fulgurances. C'est tout de même beaucoup trop long, et très mal rythmé, voire pénible. »
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blind Detective (Cannes 2013)
Johnnie To
« De l'houmour cantonais bien lourd, mais bourré d'idées, ça fait toujours plaisir ! »
Blind Massage (Cannes 2014)
Lou Ye
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »
Blind Massage (FCCF 2015)
« Un film sensoriel, voire sensuel. Une belle réussite. »
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »
Broken (FFCP 2014)
Lee Jeong-ho
« Un scénario typiquement coréen qui mêle viol et vengeance. Pour autant, Broken est plus fin qu'il n'y paraît et pose de nombreuses questions aux spectateurs. »
Brotherhood of Blades (FCCF 2015)
Lu Yang
Call of Heroes (FCCF 2017)
Benny Chan
« Call of Heroes bénéficie de scène d'action impressionnantes, chorégraphiées par Sammo Hung. Malheureusement, le reste ne suit pas. Quant au jeu des acteurs... Il faut peut-être être Chinois pour les supporter ! »
Campaign 1 & 2 (Kinotayo 2014)
Sôda Kazuhiro
« Des longueurs mais une approche fascinante, à la fois bouffonne et glaçante de la politique, qui éclaire la démocratie japonaise, mais résonne aussi bien au delà ! »
Cart (FFCP 2015)
Boo Ji-young
« Cart aurait pu être un très bon drame social, s'il n'oubliait pas son propos en route pour verser dans le pathos. »
Cemetery Of Spendor (en salles le 02/09/2015)
Apichatpong Weerasethakul
« Le pays des songes selon Weerasethakul est à la fois poétique, intelligent, drôle et surtout visuellement superbe. »
« Splendide pouvoir de l'imaginaire au cinéma. »
Cemetery of Splendour (Black Movie 2016)
Apichatpong Weerasethakul
« Le pays des songes selon Weerasethakul est à la fois poétique, intelligent, drôle et surtout visuellement superbe. »
« Splendide pouvoir de l'imaginaire au cinéma. »
Cemetery Of Splendour (Cannes)
Apichatpong Weerasethakul
« Splendide pouvoir de l'imaginaire au cinéma. »
Chanthaly (FICA 2015)
Mattie Do
« Des idées à défaut de moyens. »
Chasuke's Journey (L'Étrange Festival 2015)
Sabu
Chongqing Hot Pot (FCCF 2017)
Yang Qing
« Récit social, amitié et polar ludique se marient astucieusement dans un feel good movie attachant. »
« On se prend au jeu de cette histoire un peu loufoque, comique et pourtant très touchante. »
Claire's Camera (Cannes 2017)
Hong Sang-soo
« Un objet eustachien qui explore la narration épurée en se reposant sur une variation de l'espace. »
« Un film qui donne vraiment la sensation d'être à Cannes... »
Close-Knit (Kinotayo)
Ogigami Naoko
« L'intérêt du film tient davantage au sujet traité qu'à la réalisation. Mais les acteurs très touchants. Mignon. »
« Un film gentillet et assez inoffensif sur la transsexualité, qui a plus le mérite de poser un regard sociologique progressiste sur l'évolution de la famille au Japon qu'un véritable regard cinématographique. »
Collective Invention (FFCP 2016)
Kwon Oh-kwang
« Film de monstre mélancolique et satirique. Peut-être pas assez mordant, à l'image de son homme-poisson. »
« Une première partie bien amenée, drôle et très satyrique sur la société coréenne. La deuxième partie est bien plus faible et oublie son propos initial. Les acteurs, assez mal dirigés, plombent un peu le film. »
« Une fable sympathique sur un homme-poisson qui s'éloigne du côté "Freaks" pour croquer les tares de la société coréenne à travers le regard de personnages secondaires. La satire aurait pu être plus violente. »
« Une satire sociétale en forme de poisson d'avril. Amusant et engagé : on mord à l'hameçon ! »
Come On Irene (Kinotayo 2019)
Yoshida Keisuke
« Ca commençait pas mal pourtant et puis ça s'enlise dans un foutoir pas possible. »
« Film grave sur la misère sexuelle et le racisme au Japon, avec un Ken Yasuda en feu. Houellebecq au Japon ! »
« Un récit qui ne peut s'empêcher d'enchaîner les séquences gênantes. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Blade of the Immortal (Netflix)
Miike Takashi
« Assez soigné et loin de ses catastrophes précédentes. Des fulgurances. C'est tout de même beaucoup trop long, et très mal rythmé, voire pénible. »
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blade of the Immortal (PIFFF 2017)
Mikke Takashi
« Assez soigné et loin de ses catastrophes précédentes. Des fulgurances. C'est tout de même beaucoup trop long, et très mal rythmé, voire pénible. »
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blind Detective (Cannes 2013)
Johnnie To
« De l'houmour cantonais bien lourd, mais bourré d'idées, ça fait toujours plaisir ! »
Blind Massage (Cannes 2014)
Lou Ye
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »
Blind Massage (FCCF 2015)
« Un film sensoriel, voire sensuel. Une belle réussite. »
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »
Broken (FFCP 2014)
Lee Jeong-ho
« Un scénario typiquement coréen qui mêle viol et vengeance. Pour autant, Broken est plus fin qu'il n'y paraît et pose de nombreuses questions aux spectateurs. »
Brotherhood of Blades (FCCF 2015)
Lu Yang
Call of Heroes (FCCF 2017)
Benny Chan
« Call of Heroes bénéficie de scène d'action impressionnantes, chorégraphiées par Sammo Hung. Malheureusement, le reste ne suit pas. Quant au jeu des acteurs... Il faut peut-être être Chinois pour les supporter ! »
Campaign 1 & 2 (Kinotayo 2014)
Sôda Kazuhiro
« Des longueurs mais une approche fascinante, à la fois bouffonne et glaçante de la politique, qui éclaire la démocratie japonaise, mais résonne aussi bien au delà ! »
Cart (FFCP 2015)
Boo Ji-young
« Cart aurait pu être un très bon drame social, s'il n'oubliait pas son propos en route pour verser dans le pathos. »
Cemetery Of Spendor (en salles le 02/09/2015)
Apichatpong Weerasethakul
« Le pays des songes selon Weerasethakul est à la fois poétique, intelligent, drôle et surtout visuellement superbe. »
« Splendide pouvoir de l'imaginaire au cinéma. »
Cemetery of Splendour (Black Movie 2016)
Apichatpong Weerasethakul
« Le pays des songes selon Weerasethakul est à la fois poétique, intelligent, drôle et surtout visuellement superbe. »
« Splendide pouvoir de l'imaginaire au cinéma. »
Cemetery Of Splendour (Cannes)
Apichatpong Weerasethakul
« Splendide pouvoir de l'imaginaire au cinéma. »
Chanthaly (FICA 2015)
Mattie Do
« Des idées à défaut de moyens. »
Chasuke's Journey (L'Étrange Festival 2015)
Sabu
Chongqing Hot Pot (FCCF 2017)
Yang Qing
« Récit social, amitié et polar ludique se marient astucieusement dans un feel good movie attachant. »
« On se prend au jeu de cette histoire un peu loufoque, comique et pourtant très touchante. »
Claire's Camera (Cannes 2017)
Hong Sang-soo
« Un objet eustachien qui explore la narration épurée en se reposant sur une variation de l'espace. »
« Un film qui donne vraiment la sensation d'être à Cannes... »
Close-Knit (Kinotayo)
Ogigami Naoko
« L'intérêt du film tient davantage au sujet traité qu'à la réalisation. Mais les acteurs très touchants. Mignon. »
« Un film gentillet et assez inoffensif sur la transsexualité, qui a plus le mérite de poser un regard sociologique progressiste sur l'évolution de la famille au Japon qu'un véritable regard cinématographique. »
Collective Invention (FFCP 2016)
Kwon Oh-kwang
« Film de monstre mélancolique et satirique. Peut-être pas assez mordant, à l'image de son homme-poisson. »
« Une première partie bien amenée, drôle et très satyrique sur la société coréenne. La deuxième partie est bien plus faible et oublie son propos initial. Les acteurs, assez mal dirigés, plombent un peu le film. »
« Une fable sympathique sur un homme-poisson qui s'éloigne du côté "Freaks" pour croquer les tares de la société coréenne à travers le regard de personnages secondaires. La satire aurait pu être plus violente. »
« Une satire sociétale en forme de poisson d'avril. Amusant et engagé : on mord à l'hameçon ! »
Come On Irene (Kinotayo 2019)
Yoshida Keisuke
« Ca commençait pas mal pourtant et puis ça s'enlise dans un foutoir pas possible. »
« Film grave sur la misère sexuelle et le racisme au Japon, avec un Ken Yasuda en feu. Houellebecq au Japon ! »
« Un récit qui ne peut s'empêcher d'enchaîner les séquences gênantes. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.