Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
The Fake (Deauville 2014)
Yeon Sangho
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Le roi du cinéma d'animation. »
The Fake (FFCP 2014)
Yeon Sang-ho
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Le roi du cinéma d'animation. »
The Ferry (FCCF 2015)
« Un joli film qui ne fait pas de vague. »
The Ferry (FICA 2014)
Shi Wei
« Un joli film qui ne fait pas de vague. »
The Fives (L'Étrange Festival 2014)
Jung Yeon-sik
« Vu et revu. Aussitôt vu, aussitôt oublié. »
The Forest of Love (sur Netflix le 11/10/2019)
Sono Sion
« Synthèse de tout le cinéma de Sion Sono en 2h30, c'est à la fois ébouriffant, choquant et volontairement indigeste. Quel film ! »
« Il est bon de retrouver le maître du chaos, incisif et percutant, pour conclure sa décennie légendaire. »
« C'est à la fois totalement fou et entièrement maîtrisé ! »
« Un concentré de l'œuvre de Sono Sion, de Suicide Club à Why don't you play in Hell? en passant par Cold Fish, doublé d'une auto-réflexion sur son cinéma (les clins d'œil à sa carrière personnelle sont légion). L'envie de toucher un nouveau public grâce à la distribution de Netflix. »
« Et voilà, à cause de Sono Sion, je vais devoir mettre un film Netflix dans mon Top 10 2019... »
The Fortress (FFCP 2017)
Hwang Dong-hyeok
« Cours d'histoire écrasant et didactique, néanmoins assez beau. »
« Un casting de qualité, une belle réalisation, des scènes d'action réussies. Oui mais... 2h20 de dialogues imbitables. En gros, on s'ennuie beaucoup. »
The Great Battle (FFCP 2018)
Kim Kwang-sik
« De belles scènes de bataille, des efforts de réalisation (parfois ratés), mais que diable, les personnages sont inexistants ! »
« Fresque historique et guerrière des plus classiques, sans véritable maestria et avec des personnages bien fades. »
The Great Hypnotist (FCCF 2015)
Leste Chen
« Une sorte de 6e Sens au twist un peu attendu. Pas désagréable mais on est loin d'un chef d’œuvre. »
The Horses of Fukushima (Kinotayo 2014)
Matsubayashi Yôju
« Les chevaux comme métaphore de Fukushima : pourquoi pas ? Mais il faut quand même avoir une âme d'amis des animaux pour être sensible à cette approche. »
The House of Us (FFCP 2019)
Yoon Ga-eun
« Les promesses de World of us sont confirmées dans ce bijou de sensibilité où la candeur de l'enfance cherche à résoudre les insolubles maux des adultes. Après l'influence de Kore-eda, c'est l'ombre de Shinji Somai qui plane sur cette nouvelle merveille. »
« Que dire après avoir vu ce long à la fois brillant de simplicité et émouvant. Le trio de jeunes actrices et époustouflant. On en redemande ! »
« Un nouveau très beau portrait de l'enfance pour Yoon Ga-eun. Quelle direction d'actrices ! »
The Kamagasaki Cauldron War (Kinotayo 2019)
Sato Leo
« Comédie anachronique tournée en 16 mm qui fleure les années 70 et l'Art Theatre Guild. Avec même une apparition d'Adachi Masao. Étonnant ! »
« Par ses choix techniques et narratifs, le film nous fait oublier son époque de réalisation, comme pour attester que la misère est persistante. Radical, drôle, génial. »
The King (FFCP 2017)
Han Jae-rim
« Une première partie assez dingue avec une réalisation très dynamique. Mais le film s’essouffle petit à petit. »
The Kingdom of Dreams and Madness (Kinotayo 2014)
Sunada Mami
« Une plongée dans les secrets du studio Ghibli. Informatif, drôle et touchant. »
« La confirmation du talent de Sunada Mami après son bouleversant Death of a Japanese Salesman il y a 2 ans : son documentaire sur le Vent se lève est mieux que le film qu'il prend comme sujet. »
The last dance with her (FFCP 2015)
Kim Eung-chun
The Light Shines Only There (Kinotayo 2014)
Mipo Ô
« Une mise en scène parfois inspirée gâchée par un jeu jeu d'acteur souvent outré et par des situations au grotesque peu assumé. »
The Long Excuse
Nishikawa Miwa
« La réalisatrice est trop fortement influencée par Kore-eda pour réussir à trouver son style. Mais si on enlève ce point, le reste est top : on est ému par cette histoire de pères désœuvrés et par les bouilles de ces enfants qui essayent tant bien que mal de continuer à vivre. »
« L'un des meilleurs Kore-eda est signée par une jeune réalisatrice ! »
The Long Excuse (en salles le 29/11/2017)
Nishikawa Miwa
« Un beau récit de reconstruction, tendre et brutalement lucide envers ses personnages et qui sait prendre son temps. »
« La réalisatrice est trop fortement influencée par Kore-eda pour réussir à trouver son style. Mais si on enlève ce point, le reste est top : on est ému par cette histoire de pères désœuvrés et par les bouilles de ces enfants qui essayent tant bien que mal de continuer à vivre. »
« L'un des meilleurs Kore-eda est signée par une jeune réalisatrice ! »
The Lunchbox (en vidéo le 06/05/2014)
Ritesh Batra
« Romance épistolaire, The Lunchbox porte un regard touchant sur la société indienne où les protagonistes, noyés dans la foule de Bombay, souffrent pourtant d'une solitude poignante. Emotion et justesse des sentiments sont les maîtres-mots de Ritesh Batra. »
« Un premier film appétissant. »
The Major (en vidéo le 18/08/2015)
Yury Bykov
« Intense et glaçant, comme l'hiver russe. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
The Fake (Deauville 2014)
Yeon Sangho
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Le roi du cinéma d'animation. »
The Fake (FFCP 2014)
Yeon Sang-ho
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Le roi du cinéma d'animation. »
The Ferry (FCCF 2015)
« Un joli film qui ne fait pas de vague. »
The Ferry (FICA 2014)
Shi Wei
« Un joli film qui ne fait pas de vague. »
The Fives (L'Étrange Festival 2014)
Jung Yeon-sik
« Vu et revu. Aussitôt vu, aussitôt oublié. »
The Forest of Love (sur Netflix le 11/10/2019)
Sono Sion
« Synthèse de tout le cinéma de Sion Sono en 2h30, c'est à la fois ébouriffant, choquant et volontairement indigeste. Quel film ! »
« Il est bon de retrouver le maître du chaos, incisif et percutant, pour conclure sa décennie légendaire. »
« C'est à la fois totalement fou et entièrement maîtrisé ! »
« Un concentré de l'œuvre de Sono Sion, de Suicide Club à Why don't you play in Hell? en passant par Cold Fish, doublé d'une auto-réflexion sur son cinéma (les clins d'œil à sa carrière personnelle sont légion). L'envie de toucher un nouveau public grâce à la distribution de Netflix. »
« Et voilà, à cause de Sono Sion, je vais devoir mettre un film Netflix dans mon Top 10 2019... »
The Fortress (FFCP 2017)
Hwang Dong-hyeok
« Cours d'histoire écrasant et didactique, néanmoins assez beau. »
« Un casting de qualité, une belle réalisation, des scènes d'action réussies. Oui mais... 2h20 de dialogues imbitables. En gros, on s'ennuie beaucoup. »
The Great Battle (FFCP 2018)
Kim Kwang-sik
« De belles scènes de bataille, des efforts de réalisation (parfois ratés), mais que diable, les personnages sont inexistants ! »
« Fresque historique et guerrière des plus classiques, sans véritable maestria et avec des personnages bien fades. »
The Great Hypnotist (FCCF 2015)
Leste Chen
« Une sorte de 6e Sens au twist un peu attendu. Pas désagréable mais on est loin d'un chef d’œuvre. »
The Horses of Fukushima (Kinotayo 2014)
Matsubayashi Yôju
« Les chevaux comme métaphore de Fukushima : pourquoi pas ? Mais il faut quand même avoir une âme d'amis des animaux pour être sensible à cette approche. »
The House of Us (FFCP 2019)
Yoon Ga-eun
« Les promesses de World of us sont confirmées dans ce bijou de sensibilité où la candeur de l'enfance cherche à résoudre les insolubles maux des adultes. Après l'influence de Kore-eda, c'est l'ombre de Shinji Somai qui plane sur cette nouvelle merveille. »
« Que dire après avoir vu ce long à la fois brillant de simplicité et émouvant. Le trio de jeunes actrices et époustouflant. On en redemande ! »
« Un nouveau très beau portrait de l'enfance pour Yoon Ga-eun. Quelle direction d'actrices ! »
The Kamagasaki Cauldron War (Kinotayo 2019)
Sato Leo
« Comédie anachronique tournée en 16 mm qui fleure les années 70 et l'Art Theatre Guild. Avec même une apparition d'Adachi Masao. Étonnant ! »
« Par ses choix techniques et narratifs, le film nous fait oublier son époque de réalisation, comme pour attester que la misère est persistante. Radical, drôle, génial. »
The King (FFCP 2017)
Han Jae-rim
« Une première partie assez dingue avec une réalisation très dynamique. Mais le film s’essouffle petit à petit. »
The Kingdom of Dreams and Madness (Kinotayo 2014)
Sunada Mami
« Une plongée dans les secrets du studio Ghibli. Informatif, drôle et touchant. »
« La confirmation du talent de Sunada Mami après son bouleversant Death of a Japanese Salesman il y a 2 ans : son documentaire sur le Vent se lève est mieux que le film qu'il prend comme sujet. »
The last dance with her (FFCP 2015)
Kim Eung-chun
The Light Shines Only There (Kinotayo 2014)
Mipo Ô
« Une mise en scène parfois inspirée gâchée par un jeu jeu d'acteur souvent outré et par des situations au grotesque peu assumé. »
The Long Excuse
Nishikawa Miwa
« La réalisatrice est trop fortement influencée par Kore-eda pour réussir à trouver son style. Mais si on enlève ce point, le reste est top : on est ému par cette histoire de pères désœuvrés et par les bouilles de ces enfants qui essayent tant bien que mal de continuer à vivre. »
« L'un des meilleurs Kore-eda est signée par une jeune réalisatrice ! »
The Long Excuse (en salles le 29/11/2017)
Nishikawa Miwa
« Un beau récit de reconstruction, tendre et brutalement lucide envers ses personnages et qui sait prendre son temps. »
« La réalisatrice est trop fortement influencée par Kore-eda pour réussir à trouver son style. Mais si on enlève ce point, le reste est top : on est ému par cette histoire de pères désœuvrés et par les bouilles de ces enfants qui essayent tant bien que mal de continuer à vivre. »
« L'un des meilleurs Kore-eda est signée par une jeune réalisatrice ! »
The Lunchbox (en vidéo le 06/05/2014)
Ritesh Batra
« Romance épistolaire, The Lunchbox porte un regard touchant sur la société indienne où les protagonistes, noyés dans la foule de Bombay, souffrent pourtant d'une solitude poignante. Emotion et justesse des sentiments sont les maîtres-mots de Ritesh Batra. »
« Un premier film appétissant. »
The Major (en vidéo le 18/08/2015)
Yury Bykov
« Intense et glaçant, comme l'hiver russe. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
The Fake (Deauville 2014)
Yeon Sangho
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Le roi du cinéma d'animation. »
The Fake (FFCP 2014)
Yeon Sang-ho
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Le roi du cinéma d'animation. »
The Ferry (FCCF 2015)
« Un joli film qui ne fait pas de vague. »
The Ferry (FICA 2014)
Shi Wei
« Un joli film qui ne fait pas de vague. »
The Fives (L'Étrange Festival 2014)
Jung Yeon-sik
« Vu et revu. Aussitôt vu, aussitôt oublié. »
The Forest of Love (sur Netflix le 11/10/2019)
Sono Sion
« Synthèse de tout le cinéma de Sion Sono en 2h30, c'est à la fois ébouriffant, choquant et volontairement indigeste. Quel film ! »
« Il est bon de retrouver le maître du chaos, incisif et percutant, pour conclure sa décennie légendaire. »
« C'est à la fois totalement fou et entièrement maîtrisé ! »
« Un concentré de l'œuvre de Sono Sion, de Suicide Club à Why don't you play in Hell? en passant par Cold Fish, doublé d'une auto-réflexion sur son cinéma (les clins d'œil à sa carrière personnelle sont légion). L'envie de toucher un nouveau public grâce à la distribution de Netflix. »
« Et voilà, à cause de Sono Sion, je vais devoir mettre un film Netflix dans mon Top 10 2019... »
The Fortress (FFCP 2017)
Hwang Dong-hyeok
« Cours d'histoire écrasant et didactique, néanmoins assez beau. »
« Un casting de qualité, une belle réalisation, des scènes d'action réussies. Oui mais... 2h20 de dialogues imbitables. En gros, on s'ennuie beaucoup. »
The Great Battle (FFCP 2018)
Kim Kwang-sik
« De belles scènes de bataille, des efforts de réalisation (parfois ratés), mais que diable, les personnages sont inexistants ! »
« Fresque historique et guerrière des plus classiques, sans véritable maestria et avec des personnages bien fades. »
The Great Hypnotist (FCCF 2015)
Leste Chen
« Une sorte de 6e Sens au twist un peu attendu. Pas désagréable mais on est loin d'un chef d’œuvre. »
The Horses of Fukushima (Kinotayo 2014)
Matsubayashi Yôju
« Les chevaux comme métaphore de Fukushima : pourquoi pas ? Mais il faut quand même avoir une âme d'amis des animaux pour être sensible à cette approche. »
The House of Us (FFCP 2019)
Yoon Ga-eun
« Les promesses de World of us sont confirmées dans ce bijou de sensibilité où la candeur de l'enfance cherche à résoudre les insolubles maux des adultes. Après l'influence de Kore-eda, c'est l'ombre de Shinji Somai qui plane sur cette nouvelle merveille. »
« Que dire après avoir vu ce long à la fois brillant de simplicité et émouvant. Le trio de jeunes actrices et époustouflant. On en redemande ! »
« Un nouveau très beau portrait de l'enfance pour Yoon Ga-eun. Quelle direction d'actrices ! »
The Kamagasaki Cauldron War (Kinotayo 2019)
Sato Leo
« Comédie anachronique tournée en 16 mm qui fleure les années 70 et l'Art Theatre Guild. Avec même une apparition d'Adachi Masao. Étonnant ! »
« Par ses choix techniques et narratifs, le film nous fait oublier son époque de réalisation, comme pour attester que la misère est persistante. Radical, drôle, génial. »
The King (FFCP 2017)
Han Jae-rim
« Une première partie assez dingue avec une réalisation très dynamique. Mais le film s’essouffle petit à petit. »
The Kingdom of Dreams and Madness (Kinotayo 2014)
Sunada Mami
« Une plongée dans les secrets du studio Ghibli. Informatif, drôle et touchant. »
« La confirmation du talent de Sunada Mami après son bouleversant Death of a Japanese Salesman il y a 2 ans : son documentaire sur le Vent se lève est mieux que le film qu'il prend comme sujet. »
The last dance with her (FFCP 2015)
Kim Eung-chun
The Light Shines Only There (Kinotayo 2014)
Mipo Ô
« Une mise en scène parfois inspirée gâchée par un jeu jeu d'acteur souvent outré et par des situations au grotesque peu assumé. »
The Long Excuse
Nishikawa Miwa
« La réalisatrice est trop fortement influencée par Kore-eda pour réussir à trouver son style. Mais si on enlève ce point, le reste est top : on est ému par cette histoire de pères désœuvrés et par les bouilles de ces enfants qui essayent tant bien que mal de continuer à vivre. »
« L'un des meilleurs Kore-eda est signée par une jeune réalisatrice ! »
The Long Excuse (en salles le 29/11/2017)
Nishikawa Miwa
« Un beau récit de reconstruction, tendre et brutalement lucide envers ses personnages et qui sait prendre son temps. »
« La réalisatrice est trop fortement influencée par Kore-eda pour réussir à trouver son style. Mais si on enlève ce point, le reste est top : on est ému par cette histoire de pères désœuvrés et par les bouilles de ces enfants qui essayent tant bien que mal de continuer à vivre. »
« L'un des meilleurs Kore-eda est signée par une jeune réalisatrice ! »
The Lunchbox (en vidéo le 06/05/2014)
Ritesh Batra
« Romance épistolaire, The Lunchbox porte un regard touchant sur la société indienne où les protagonistes, noyés dans la foule de Bombay, souffrent pourtant d'une solitude poignante. Emotion et justesse des sentiments sont les maîtres-mots de Ritesh Batra. »
« Un premier film appétissant. »
The Major (en vidéo le 18/08/2015)
Yury Bykov
« Intense et glaçant, comme l'hiver russe. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.