Dead Sushi

DVD/Blu-ray – À la rencontre de Sushi Typhoon

Posté le 23 mars 2015 par

Balles puantes, poiscaille vorace : l’esprit Sushi Typhoon en 5 DVD/Blu-ray purement jouissifs.

Comme toute expérience de spectateur, celle du visionnage (quasi simultané me concernant) de ces cinq films inspirés des productions Sushi Typhoon doit s’évaluer d’abord à l’aune d’une alchimie. Soit le plaisir ressenti ou non devant ce cinéma bis ultra régressif, libéré du souci de la cohérence d’une histoire, se refusant, kamikaze, à rendre ses trucages invisibles. Et si je dois être honnête, j’avouerais que pour ma part, l’alchimie fut évidente : j’ai ris, énormément, mais surtout, plus que devant pas mal de chefs-d’œuvre ou supposés tels, écarquillé les yeux sous le coup de l’impact visuel de presque chaque plan.

 DEADBALLキャプチャーデータ 001

Qu’il soit question d’une lutte mortelle avec une balle de baseball (Deadball de Yamaguchi Yudai) ou des sushis tueurs (Dead Sushi), de l’attaque de plus ou moins pauvres victimes par des déjections humaines (Zombie Ass), l’esprit de ces films, signés pour la plupart par le king du genre, Igushi  Noboru tourne autour du tout visible – ou presque –, d’une frontalité amenant à se positionner très vite. Soit je suis plus que bon public et en redemande sans honte, conscient que ce cinéma n’a de toute manière pas vocation à être reconnu comme légitime, soit je me bouche le nez (c’est le cas de le dire) et abrège ma souffrance pour rester fidèle à mon esprit de spectateur « sérieux ». Toujours est-il que pour qui découvre seulement comme moi cet « esprit Sushi », la cohérence esthétique et narrative est plus que saisissante.

 zombie-ass-5

Souvent, au départ, une jeune fille, représentante d’une jeunesse nipponne certes parfois caricaturée, mais pas plus que dans nombre de teen movies américains adorés. Une fois notre pseudo héroïne identifiée, tout le projet du film sera de défier son potentiel érotique en la poussant dans ses retranchements physiques, la confrontant au gore, à l’archi trash. Le sang gicle plus que de raison, la merde envahit l’écran. On se bouche le nez et se cache les yeux si l’on veut, mais pour un peu que l’intro nous ait donné envie d’en voir plus, on plonge surtout, tête la première, avec un sourire d’ado attardé. Principe de plaisir dont Zombie Ass est sans conteste le sommet.

ass

La sortie combinée chez Elephant Films, éditeur DVD et Blu-ray n’ayant plus rien à prouver en termes de mise en valeur de bijoux méconnus, de ces cinq « plaisirs coupables » est donc avant tout une occasion, pour le cinéphile un peu cul serré, d’avoir de la matière plein les yeux. Vous aurez d’ailleurs remarqué que tout cet article aura tourné autour de la question des organes, des sens, de ce qui fait avant tout de nous, spectateurs, des sujets réactifs. C’est ce que nous proposent tout bêtement ces petits films jouissifs : n’écouter pour une fois que notre corps.

Sidy Sakho.

Dead Sushi, Deadball, Samurai Princess, Tomie : Unlimited, Zombie Ass, disponible en blu-ray et DVD, chez Elephant Films, à partir du 3 mars 2015. 
Imprimer


Laissez un commentaire


*