Corée, l'impossible réunification

Corée, l’impossible réunification ? de Pierre-Olivier François : une bonne leçon d’histoire

Posté le 1 novembre 2013 par

La Corée, divisée en deux depuis soixante ans, ne cesse d’intéresser hommes politiques et chercheurs du monde entier. Côté français, nous n’avons pas grand-chose à nous mettre sous la dent. Mais c’était sans compter sur Arte, qui a décidé de s’emparer de cette thématique. Le documentaire livré ici est riche d’enseignements.

046757-002_korea2_02

2013 : soixantième anniversaire de la fin de la guerre de Corée et donc de la division de la péninsule en deux pays : la République Populaire Démocratique de Corée, au Nord et la République de Corée, au Sud. Deux pays unis par un même peuple et une langue semblable et pourtant si éloignés l’un de l’autre idéologiquement, politiquement et économiquement. Face à cette « erreur de l’histoire », Arte France et Alegria Productions ont proposé, il y a 3 ans, au réalisateur Pierre-Olivier François, de se rendre dans les deux Corée et de confronter les regards des Nord et des Sud-Coréens sur cette division qui semble interminable.

Le documentaire se présente en deux parties. La première, plus historique, raconte la genèse de la division coréenne, de l’occupation japonaise à partir de 1910 à la création des deux Etats. La deuxième partie, quant à elle, se situe dans un passé plus récent et analyse les différentes politiques coréennes, de la Sunshine Policy du président Lee Myung-bak aux provocations nord-coréennes de 2009-2010 (second essai nucléaire et bombardement de l’île de Yeonpyeong).

Le documentaire se présente sous une forme ultra-classique : des images filmées çà et là, des interviews, et une voix off. Le classicisme du documentaire lui permet d’être extrêmement didactique, ce qui est une qualité vu la complexité du thème traité. Malheureusement, les non-passionnés d’histoire risquent de se sentir lassés face à autant d’analyses et d’explications et pourraient considérer ce film comme indigeste.

Alors, finalement, qu’est-ce qui fait que ce documentaire est diablement intéressant ? Premièrement, les images d’archives retrouvées n’ont jamais été diffusées, en tout cas pas en France. Certaines sont dures, comme les images d’archives de la guerre de Corée, d’autres sont étonnantes à l’instar de celles de la tentative d’assassinat du général Park Chung-hee en 1974. Le montage du film n’est pas qu’un simple assemblage d’images d’archives. Des parallèles intéressants sont montrés et prouvent que les deux Corées, sur bien des aspects, ne sont pas si différentes. L’Occident rit en douce quand des images de la foule nord-coréenne pleurant la mort de son dirigeant sont diffusées au journal télévisé. Mais qui a vu le peuple sud-coréen hurlant sa peine lors du décès du dictateur Park Chung-hee ? Pourtant, ces images existent. De même, les pèlerinages quasi-obligatoires sur les lieux de vie de Kim Il-sung au Nord ne sont pas sans rappeler ceux pratiqués au Sud autour de la vie de Park Chung-hee.

Deuxième point fort du film : les interviews. Le réalisateur s’est battu pour réussir à mener des entretiens avec des autorités sud-coréennes mais également nord-coréennes. Le film est donc l’occasion rêvée d’entendre les discours des deux côtés de la zone démilitarisée, discours qui, évidemment, se contredisent. Le petit bonus est, pour tout fan de cinéma, l’interview du documentariste officiel nord-coréen, Ri Tong-sob.

Expliquer la situation actuelle en Corée, la mettre en perspective dans l’environnement international et dédiaboliser Pyongyang, tels semblent être les objectifs de ce film. Et c’est réussi. A Pyongyang et à Séoul, on s’habille comme ailleurs, on se déplace en voiture et on téléphone avec un portable. A Séoul et à Pyongyang, on diabolise l’ennemi de toujours, on se victimise et on encense son histoire, sa langue et son peuple. Tout étudiant et journaliste un tant soit peu consciencieux devrait voir ce documentaire, ne serait-ce que pour se cultiver et s’interroger sur ce qu’il sait vraiment à propos de la péninsule coréenne. Visionner ce film est également indispensable pour un passionné d’histoire coréenne. Par contre, les autres spectateurs – en dehors des grands curieux – risquent de se sentir écrasés par autant d’informations. Didactique oui, mais un peu trop…

Lvi

Corée, l’impossible réunification ?, diffusé le 5 novembre à 20h50 sur Arte et disponible en DVD le 20 novembre chez Arte Editions.

Imprimer


Laissez un commentaire


*