Critique de Vampire Island de Tae-gyun Kim (DVD)

Posté le 23 mars 2013 par

Higanjima est un manga de Matsumoto Koji. Son adaptation en film est édité chez Elephant Films sous le nom Vampire Island. Alors, l’adaptation du manga est-elle fidèle au matériau originel ? Par Yannik Vanesse

Vampire-Island

Si l’histoire suit les grandes lignes de la trame de la bande dessinée, elle bénéficie fort logiquement de nombreuses coupes, pour qu’un manga de plusieurs tomes puisse être transformé en film de moins de deux heures. Ainsi, si les personnages sont les mêmes, le héros, Akira, voit son côté looser et amoureux transi de la fiancée de son meilleur ami édulcoré. On le sent amoureux, bien sûr, mais la rivalité est très légèrement esquissée. De même, le fait que les parents d’Akira lui préfèrent son frère disparu n’est qu’esquissé lors d’une très courte scène. Le réalisateur préfère se concentrer sur l’action, et gomme aussi tout le côté sulfureux du manga, qui était par moments assez érotique. En résultent des personnages un peu caricaturaux et une histoire assez prévisible, mais un film sans temps mort et plutôt sanglant.

vampire-island2

Le réalisateur de ce Vampire Island est Tae-gyun Kim, qui a entre autres réalisé WaSanGo, avec Snoop Dogg. Il pose rapidement le postulat de départ, très simple. Le frère d’Akira a disparu voilà un certain temps, quand ce dernier est accosté par une jeune femme aussi mystérieuse que ravissante et qui lui annonce qu’il est encore en vie. Une attaque de vampires plus tard, Akira et son petit groupe d’amis découvrent que la jeune femme vient d’une petite île non cartographiée, envahie par les vampires. Tout ce petit monde s’en va donc pour sauver le frère d’Akira, et va tomber dans un sombre piège. L’île est délicieusement sinistre, environnée de brumes, avec de sombres forêts, des complexes militaires tortueux et un temple glauque où réside le roi des vampires. Ce dernier marie bien le côté sensuel d’un vampire et la folie meurtrière d’un vilain de haut niveau. D’ailleurs, rapidement, le spectateur découvre que, finalement, les vampires ont plus de substance et d’intérêt que les héros. Un Docteur Frankenstein buveur de sang faisant des expériences, une vieille femme se transformant en harpie, et bien d’autres méchants hauts en couleurs peuplent ce Vampire Island.

vampire-island-3

Toute cette ménagerie va se lancer à la poursuite des humains entrés sur leur territoire, et offrir de jolis combats bien sanglants. Certes, tout cela n’est pas très crédible – Akira devient un duelliste confirmé à la vitesse de l’éclair – mais quelle importance, tant que l’on peut voir des combats entre humains et vampires, et que le sol se teinte de sang ? Assez sanglant, le film ravira l’amateur ! De plus, les quelques créatures, en images digitales, sont dans la plupart des cas, bien faites et animées, même si certaines fausses notes dans les effets spéciaux sont à noter. Ainsi, les explosions finales formeront un clou du spectacle particulièrement nanar !

 Vampire-Island-4

En bonus, Elephant Films nous offre un passionnant making-of. Certes un peu promotionnel, il couvre de nombreux aspects du métrage, s’attardant sur les difficultés, les effets spéciaux et autres. De plus, la voix off du documentaire est faite par l’acteur principal de Vampire Island, qui livre ses pensées et son ressenti. Terriblement intéressant !

Yannik Vanesse

Verdict : Vampire Island est une plaisante série B qui offre à son spectateur exactement ce que son titre promet : de l’action sanglante, plein de vampires, et une île. Pas très recherché mais gentiment bourrin, il plaira à l’amateur cherchant à se détendre devant un film d’horreur.

928100Goodcopier

Vampire Island, disponible en DVD chez Elephant Films depuis le 10 octobre 2012

Imprimer


Laissez un commentaire


*