Rounjin-Z

Roujin Z de Kitakubo Hiroyuki (DVD)

Posté le 22 février 2012 par

Kazé revient au début des années 1990 pour nous faire découvrir l’animé Roujin Z. Derrière ce film, quelques grands noms de l’animation donnent envie de se pencher sur ce Roujin Z de Kitakubo Hiroyuki. Par Yannik Vanesse.

Le métrage n’est pas réalisé par n’importe qui. Kitakubo Hiroyuki a par exemple été chargé des effets visuels d’Akira, et réalisera plus tard le magnifique Blood : The Last Vampire, un animé passionnant (qui hélas, donnera lieu à une adaptation live américaine nanardesque). Mais l’homme derrière le scénario de Roujin Z est aussi important, puisque Otomo Katsuhiro s’est chargé de Steamboy ou encore d’Akira. D’ailleurs, ce qui frappe rapidement dans Roujin Z, c’est justement l’histoire, passionnante et toujours d’actualité. Dans un Japon ne sachant plus que faire des personnes âgées, mal soignées et coutant des sommes folles au gouvernement pour s’en occuper, une solution radicale est trouvée. Un lit-robot-infirmier est ainsi créé, dans lequel peuvent être littéralement greffés les malheureux vieillards, et cet objet sans âme mais évolutif est censé palier aux désirs de nos malheureux. Car bien sûr, comme le découvre rapidement l’héroïne, le cobaye sélectionné pour tester l’objet (l’héroïne est la bénévole chargée de s’occuper de lui) n’est pas vraiment heureux du traitement du robot, comme le spectateur s’en doute aisément dès que lui est présenté le dispositif.

Le sujet est fort, et diablement d’actualité, encore maintenant. Cependant, l’histoire décide, au lieu de lui coller un traitement sérieux, de partir quelque peu en vrille. Le robot, après avoir récupéré une conscience, mute ainsi en recueillant le métal aux alentours. Il se transforme donc en énorme mécha pour pouvoir emmener son passager voir la mer, et les autorités n’ont d’autres choix que de s’attaquer à lui par la force… Le changement de ton, volontairement proche du burlesque par moment, avec des personnages versant aisément dans la parodie ou le ridicule, peut surprendre et décevoir, ou au contraire le spectateur adorera.

Et il est vrai que nous n’avons pas l’occasion de voir tous les jours un lit d’hôpital aspirer des engins de chantier pour lutter contre des policiers surarmés. De même, l’histoire oublie souvent toute crédibilité pour s’adonner à la fantaisie, et souvent cela fait mouche et le rire nous saisit. Les hackers du quatrième âge sont particulièrement irrésistibles, de même que les plans déployés par les adolescents pour libérer notre vieillard contrôlant involontairement le lit d’hôpital. Inutile donc d’espérer du réalisme. Pour apprécier l’animé, il faut se laisser porter par l’univers délirant, par moment plus proche du Collège fou, fou, fou, que d’une quelconque crédibilité. Votre serviteur, pour sa part, aurait préféré qu’une telle histoire, diablement profonde, mérite un traitement moins burlesque. Cependant, il s’agit d’une affaire de goût et tout spectateur appréciant le délire s’étalant devant son regard sera aux anges.

Hélas, la réalisation ne suit pas vraiment, Kitakubo Hiroyuki n’étant sans doute pas encore au faite de son art. Ainsi, si les dessins sont plaisants, l’animation est on ne peu plus moyenne, et le plaisir en est gâché. Un film mineur, malheureusement, bien que possédant d’excellentes qualités surtout dans son scénario, et qui ne laisse pas présager du talent de son réalisateur.

Yannik Vanesse.

Verdict :

Roujin Z de Kitakubo Hiroyuki, disponible en DVD et Blu-Ray, édité par Kazé, depuis le 22/02/2012.

Imprimer


Laissez un commentaire


*