Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Exte (en vidéo le 12/10/2016)
Sono Sion
« Sono Sion va au bout des symboles de la J-horror. Aussi amusant que fascinant. »
« Sono Sion est un réalisateur caméléon. Quand il s'empare du genre de la J-horror, il en fait quelque chose de bien différent d'un film d'horreur nippon de base. »
« Sono Sion fait ce qu'il veut avec ses cheveux. »
Extreme Job (FFCP 2019)
Lee Byoung-heon
« C'est marrant, léger et typiquement coréen. Mais le postulat de départ a déjà été vu et revu. »
« Comédie policière efficace au scénario détonnant. »
Face à la nuit (en salles le 10/07/2019)
Ho Wi-ding
« Violent, voire trop parfois. Mais reste longtemps en tête. »
« Le fil rouge d'une vie en trois parties captivantes qui fonctionnent mieux dans leur individualité (la seconde et son romantisme fugace en particulier) que dans la somme narrative du film. »
« Trois segments intéressants mais qui se relient entre eux de façon assez peu naturelle. On ressort du film en se disant "ouais c'est pas mal mais...so what ?". »
« Le pitch est une idée qui tenait à cœur au réalisateur, et dont il a eu bien du mal à accoucher. Le résultat est en demi-teinte : une fois la surprise du background du premier tiers (SF très crédible et originale !), le reste semble beaucoup moins puissant. »
Family Romance, LLC (en salles le 19/08/2020)
Werner Herzog
« Un jeu de dupe aussi touchant que manipulateur où Werner Herzog capture la manière aussi originale et/ou pathétique des Japonais pour répondre à leur maux intimes. »
« On ressent en filigrane l'émotion amenée par cette thématique particulière au Japon. Pourtant, W. Herzog a tendance à rester en surface, ce qui est dommage. »
« Le drame de la solitude 2.0 au pays du soleil levant dans une œuvre où cohabitent plus ou moins harmonieusement fiction et regard documentaire. »
Family Romance, LLC (Etrange Festival 2019)
Werner Herzog
« Entre impudeur sinistre et touchante introspection, une captivante observation de la rémission intime à la japonaise. »
Fantasia (en salles le 01/07/2015)
Wang Chao
« Une belle aventure au sein d'une famille chinoise désœuvrée. A la fois dur et poétique, Fantasia ne peut pas laisser indifférent. »
« Une belle tranche de vie de la Chine contemporaine, filmé d'une regard réaliste, mais toujours bienveillant et jamais désespéré »
Fantasia (FICA 2015)
Wang Chao
« Une belle tranche de vie de la Chine contemporaine, filmé d'une regard réaliste, mais toujours bienveillant et jamais désespéré. »
Fires On The Plain (Kinotayo 2015)
Tsukamoto Shinya
« Un film fort et saisissant malgré une économie de moyens qui se ressent un peu. »
Fires On The Plane (Black Movie 2015)
Tsukamoto Shinya
Firestorm (en vidéo le 08/09/2015)
Alan Yuen
Fireworks (en salles le 03/01/2018)
Shinbo Akiyuki, Takeuchi Nobuyuki
« Une belle romance qui à travers son argument fantastique capture l'anodin, les hasards et lenteurs des sentiments naissants dans un beau spleen adolescent. »
« C'est sympathique, mais on a quand même l'impression d'avoir déjà vu tout ça. »
First Love (Etrange Festival 2019)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Takashi Miike en tres grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
First Love (Kinotayo 2019)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Miike plaisant mais un peu plombé par ses deux personnages principaux transparents et dans lequel les seconds rôles Shota Sometani et Nao Omori volent la vedette. »
« Un Takashi Miike en très grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
First Love, le dernier yakuza (en salles le 01/01/2020)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Miike plaisant mais un peu plombé par ses deux personnages principaux transparents et dans lequel les seconds rôles Shota Sometani et Nao Omori volent la vedette. »
« Un Takashi Miike en très grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
Fleet of Time (FCCF 2015)
Zhang Yibai
« La première partie du film est légère et drôle mais la suite pâtit d'un pathos totalement insupportable. »
Fly With The Crane (FCCF 2014)
Lui Ruijun
Forma (Kinotayo 2014)
Sakamoto Ayumi
« Une construction passionnante qui instaure l'univers de Sakamoto Ayumi avec un premier film impressionnant de maitrise. »
Foxcatcher (Cannes 2014)
Bennett Miller
« Steve Carell jamais drôle dans son imitation de M. Burns. »
Frozen (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Un film fougueux sur un suicidaire. »
« La colère et la rage des début d'un grand cinéaste de la 6ème génération, doublé d'un fascinant témoignage de l'art engagé chinois de la fin des années 90. »
Full Circle (FICA 2015)
Zhang Yang
« Un film qui a mal vieilli. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Exte (en vidéo le 12/10/2016)
Sono Sion
« Sono Sion va au bout des symboles de la J-horror. Aussi amusant que fascinant. »
« Sono Sion est un réalisateur caméléon. Quand il s'empare du genre de la J-horror, il en fait quelque chose de bien différent d'un film d'horreur nippon de base. »
« Sono Sion fait ce qu'il veut avec ses cheveux. »
Extreme Job (FFCP 2019)
Lee Byoung-heon
« C'est marrant, léger et typiquement coréen. Mais le postulat de départ a déjà été vu et revu. »
« Comédie policière efficace au scénario détonnant. »
Face à la nuit (en salles le 10/07/2019)
Ho Wi-ding
« Violent, voire trop parfois. Mais reste longtemps en tête. »
« Le fil rouge d'une vie en trois parties captivantes qui fonctionnent mieux dans leur individualité (la seconde et son romantisme fugace en particulier) que dans la somme narrative du film. »
« Trois segments intéressants mais qui se relient entre eux de façon assez peu naturelle. On ressort du film en se disant "ouais c'est pas mal mais...so what ?". »
« Le pitch est une idée qui tenait à cœur au réalisateur, et dont il a eu bien du mal à accoucher. Le résultat est en demi-teinte : une fois la surprise du background du premier tiers (SF très crédible et originale !), le reste semble beaucoup moins puissant. »
Family Romance, LLC (en salles le 19/08/2020)
Werner Herzog
« Un jeu de dupe aussi touchant que manipulateur où Werner Herzog capture la manière aussi originale et/ou pathétique des Japonais pour répondre à leur maux intimes. »
« On ressent en filigrane l'émotion amenée par cette thématique particulière au Japon. Pourtant, W. Herzog a tendance à rester en surface, ce qui est dommage. »
« Le drame de la solitude 2.0 au pays du soleil levant dans une œuvre où cohabitent plus ou moins harmonieusement fiction et regard documentaire. »
Family Romance, LLC (Etrange Festival 2019)
Werner Herzog
« Entre impudeur sinistre et touchante introspection, une captivante observation de la rémission intime à la japonaise. »
Fantasia (en salles le 01/07/2015)
Wang Chao
« Une belle aventure au sein d'une famille chinoise désœuvrée. A la fois dur et poétique, Fantasia ne peut pas laisser indifférent. »
« Une belle tranche de vie de la Chine contemporaine, filmé d'une regard réaliste, mais toujours bienveillant et jamais désespéré »
Fantasia (FICA 2015)
Wang Chao
« Une belle tranche de vie de la Chine contemporaine, filmé d'une regard réaliste, mais toujours bienveillant et jamais désespéré. »
Fires On The Plain (Kinotayo 2015)
Tsukamoto Shinya
« Un film fort et saisissant malgré une économie de moyens qui se ressent un peu. »
Fires On The Plane (Black Movie 2015)
Tsukamoto Shinya
Firestorm (en vidéo le 08/09/2015)
Alan Yuen
Fireworks (en salles le 03/01/2018)
Shinbo Akiyuki, Takeuchi Nobuyuki
« Une belle romance qui à travers son argument fantastique capture l'anodin, les hasards et lenteurs des sentiments naissants dans un beau spleen adolescent. »
« C'est sympathique, mais on a quand même l'impression d'avoir déjà vu tout ça. »
First Love (Etrange Festival 2019)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Takashi Miike en tres grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
First Love (Kinotayo 2019)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Miike plaisant mais un peu plombé par ses deux personnages principaux transparents et dans lequel les seconds rôles Shota Sometani et Nao Omori volent la vedette. »
« Un Takashi Miike en très grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
First Love, le dernier yakuza (en salles le 01/01/2020)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Miike plaisant mais un peu plombé par ses deux personnages principaux transparents et dans lequel les seconds rôles Shota Sometani et Nao Omori volent la vedette. »
« Un Takashi Miike en très grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
Fleet of Time (FCCF 2015)
Zhang Yibai
« La première partie du film est légère et drôle mais la suite pâtit d'un pathos totalement insupportable. »
Fly With The Crane (FCCF 2014)
Lui Ruijun
Forma (Kinotayo 2014)
Sakamoto Ayumi
« Une construction passionnante qui instaure l'univers de Sakamoto Ayumi avec un premier film impressionnant de maitrise. »
Foxcatcher (Cannes 2014)
Bennett Miller
« Steve Carell jamais drôle dans son imitation de M. Burns. »
Frozen (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Un film fougueux sur un suicidaire. »
« La colère et la rage des début d'un grand cinéaste de la 6ème génération, doublé d'un fascinant témoignage de l'art engagé chinois de la fin des années 90. »
Full Circle (FICA 2015)
Zhang Yang
« Un film qui a mal vieilli. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Exte (en vidéo le 12/10/2016)
Sono Sion
« Sono Sion va au bout des symboles de la J-horror. Aussi amusant que fascinant. »
« Sono Sion est un réalisateur caméléon. Quand il s'empare du genre de la J-horror, il en fait quelque chose de bien différent d'un film d'horreur nippon de base. »
« Sono Sion fait ce qu'il veut avec ses cheveux. »
Extreme Job (FFCP 2019)
Lee Byoung-heon
« C'est marrant, léger et typiquement coréen. Mais le postulat de départ a déjà été vu et revu. »
« Comédie policière efficace au scénario détonnant. »
Face à la nuit (en salles le 10/07/2019)
Ho Wi-ding
« Violent, voire trop parfois. Mais reste longtemps en tête. »
« Le fil rouge d'une vie en trois parties captivantes qui fonctionnent mieux dans leur individualité (la seconde et son romantisme fugace en particulier) que dans la somme narrative du film. »
« Trois segments intéressants mais qui se relient entre eux de façon assez peu naturelle. On ressort du film en se disant "ouais c'est pas mal mais...so what ?". »
« Le pitch est une idée qui tenait à cœur au réalisateur, et dont il a eu bien du mal à accoucher. Le résultat est en demi-teinte : une fois la surprise du background du premier tiers (SF très crédible et originale !), le reste semble beaucoup moins puissant. »
Family Romance, LLC (en salles le 19/08/2020)
Werner Herzog
« Un jeu de dupe aussi touchant que manipulateur où Werner Herzog capture la manière aussi originale et/ou pathétique des Japonais pour répondre à leur maux intimes. »
« On ressent en filigrane l'émotion amenée par cette thématique particulière au Japon. Pourtant, W. Herzog a tendance à rester en surface, ce qui est dommage. »
« Le drame de la solitude 2.0 au pays du soleil levant dans une œuvre où cohabitent plus ou moins harmonieusement fiction et regard documentaire. »
Family Romance, LLC (Etrange Festival 2019)
Werner Herzog
« Entre impudeur sinistre et touchante introspection, une captivante observation de la rémission intime à la japonaise. »
Fantasia (en salles le 01/07/2015)
Wang Chao
« Une belle aventure au sein d'une famille chinoise désœuvrée. A la fois dur et poétique, Fantasia ne peut pas laisser indifférent. »
« Une belle tranche de vie de la Chine contemporaine, filmé d'une regard réaliste, mais toujours bienveillant et jamais désespéré »
Fantasia (FICA 2015)
Wang Chao
« Une belle tranche de vie de la Chine contemporaine, filmé d'une regard réaliste, mais toujours bienveillant et jamais désespéré. »
Fires On The Plain (Kinotayo 2015)
Tsukamoto Shinya
« Un film fort et saisissant malgré une économie de moyens qui se ressent un peu. »
Fires On The Plane (Black Movie 2015)
Tsukamoto Shinya
Firestorm (en vidéo le 08/09/2015)
Alan Yuen
Fireworks (en salles le 03/01/2018)
Shinbo Akiyuki, Takeuchi Nobuyuki
« Une belle romance qui à travers son argument fantastique capture l'anodin, les hasards et lenteurs des sentiments naissants dans un beau spleen adolescent. »
« C'est sympathique, mais on a quand même l'impression d'avoir déjà vu tout ça. »
First Love (Etrange Festival 2019)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Takashi Miike en tres grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
First Love (Kinotayo 2019)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Miike plaisant mais un peu plombé par ses deux personnages principaux transparents et dans lequel les seconds rôles Shota Sometani et Nao Omori volent la vedette. »
« Un Takashi Miike en très grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
First Love, le dernier yakuza (en salles le 01/01/2020)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Miike plaisant mais un peu plombé par ses deux personnages principaux transparents et dans lequel les seconds rôles Shota Sometani et Nao Omori volent la vedette. »
« Un Takashi Miike en très grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
Fleet of Time (FCCF 2015)
Zhang Yibai
« La première partie du film est légère et drôle mais la suite pâtit d'un pathos totalement insupportable. »
Fly With The Crane (FCCF 2014)
Lui Ruijun
Forma (Kinotayo 2014)
Sakamoto Ayumi
« Une construction passionnante qui instaure l'univers de Sakamoto Ayumi avec un premier film impressionnant de maitrise. »
Foxcatcher (Cannes 2014)
Bennett Miller
« Steve Carell jamais drôle dans son imitation de M. Burns. »
Frozen (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Un film fougueux sur un suicidaire. »
« La colère et la rage des début d'un grand cinéaste de la 6ème génération, doublé d'un fascinant témoignage de l'art engagé chinois de la fin des années 90. »
Full Circle (FICA 2015)
Zhang Yang
« Un film qui a mal vieilli. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.