Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Coming Home (Cannes 2014)
Zhang Yimou
« Mignon, mais d'un académisme souvent plombant. »
Coming Home (en salles le 17/12/2014)
Zhang Yimou
« Malgré la beauté du visage de Gong Li, dans lequel on perçoit l'émotion certaine de Zhang Yimou dans la manière de le filmer, l'ensemble est d'un académisme plombant. »
Concrete Clouds (FICA 2014)
Lee Chatametikook
« De bonnes idées diluées dans un film très cerébral qui se révérait plus organique. »
Coups de feu dans la plaine des jarres (FICA 2015)
Somchit Phonsena et Pham Ky Nam
« Un vulgaire film de propagande rescapé de l'histoire du cinéma. Sa rareté n'en fait pas pour autant un bon film. »
Court (En Instance) (en salles le 11/05/2016)
Chaitanya Tamhane
« Le système judiciaire indien est digne d'un roman kafkaïen. On rigole, on s'insurge mais parfois, on s'ennuie un peu, certaines scènes étant inutiles et le rythme parfois un peu mou. »
« Un film intelligent et parfois passionant qui dresse un portrait en coupe de la société indienne dans le cadre d'un film de procès, qui évite le manichéisme en donnant sa chance d'exister à tous ses personnages. »
Creepy (en salles le 14/06/2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Un thriller glaçant où Kurosawa offre une variante virtuose de "Cure". »
« "Creepy" c'est du génie". »
« Totalement WTF, Creepy renoue avec les premières amours de Kurosawa. Un méchant ultra méchant et incroyable qui fait tenir tout le film. »
« Un peu théorique, pas toujours parfait au niveau de l'écriture, et d'une précision hallucinante dans la mise en scène, Creepy n'est peut-être pas un grand film, mais prouve que Kurosawa est un grand cinéaste. »
Crosscurrent (FCCF 2017)
Yang Chao
« Deux solutions pour apprécier ce film poétique et quasiment mystique : connaître la culture chinois sur le bout des doigts ou simplement se laisser porter par une mise en scène soignée, des images sublimes et un score envoûtant. »
Dans un jardin qu'on dirait éternel (en salles le 26/08/2020)
Tatsushi Omori
« Magnifique film qui sait rendre compte du temps qui passe et de l'importance des rites dans nos vies. On dit souvent que le cinéma à grand spectacle mérite d'être vu sur grand écran, mais c'est aussi le cas des œuvres réflexives comme celle-ci. »
« Le film épouse l'élégance de la cérémonie du thé mais en oublie la profondeur, malgré une performance émouvante (car dernière) de Kiki Kirin. »
« Belle ode à la poésie du quotidien, à la reposante et vivifiante cérémonie du thé. Merveilleux dernier rôle pour Kirin Kiki. »
« C'est surtout la durée du film qui semble éternelle. »
Dans un jardin qu'on dirait éternel (Kinotayo 2019)
Tatsushi Omori
« Le film épouse l'élégance de la cérémonie du thé mais en oublie la profondeur, malgré une performance émouvante (car dernière) de Kiki Kirin. »
« On a connu le réalisateur Tatsushi Omori plus radical. Il est ici assagi dans cette réflexion sur la cérémonie du thé et le sens de la vie. Et dernier rôle pour Kirin Kiki. »
« Une fable du quotidien qui énonce des choses simples avec une tonalité légère. Un joli au revoir à Kirin Kiki. »
Dans un recoin de ce monde (en salles le 06/09/2017)
Katabuchi Sunao
« Raconter l'Histoire par la petite porte, en suivant le quotidien de familles impactées par les catastrophe mais se battant pour continuer à vivre normalement, et cela, tout en poésie, c'est aussi ça le cinéma. »
« Poignant et poétique. »
Dark Figure of Crime (FFCP 2018)
Kim Tae-gyun
« Cahier des charges rempli pour ce polar qu'on a déjà vu 10 fois, malheureusement. »
« Film policier ultra classique à la mise en scène - un peu trop - millimétrée. Cela est bien lisse et manque malheureusement de folie. »
Death Death Row Family (L'Étrange Festival 2017)
Kobayashi Yûki
« Avec les défauts et les atouts d'une production de la fin des 90s d'un Miike ou d'un Toyoda. »
« C'est assez bordélique et Kobayashi a encore du mal à se détacher de ses influences et à se créer son propre style. Mais le jeune cinéaste est à surveiller ! »
Death March (Cannes 2013)
Adolfo Alix Jr.
« Premier (et seul) film de Cannes 2013 qui se transforme en bonne sieste. »
Death Note (Netflix)
Adam Wingard
« Merci, Netflix ! »
« Les scènes gore sont marrantes mais n'ont rien à voir avec le manga. En fait, le film n'a rien à voir avec Death Note. Une adaptation ni faite ni à faire. Et un film tout juste passable. »
« Ni une bonne adaptation ni un mauvais film (ou l'inverse) : un téléfilm lambda pour les dimanches après-midi. »
Default (FFCP 2019)
Choi Kook-hee
« Etonnante que cette reconstitution de la crise financière de 1997 avec Vincent Cassel au casting. On se prend au jeu du rythme effréné des marchés et des impacts catastrophiques, à la fois politiques mais aussi pragmatiques, sur les petites gens. »
« Un brûlot anti FMI qui aurait mérité un traitement plus radical. Que tout cela est bien convenu... »
« Dans la droite lignée des films économiques tels que The Big Short ou Margin Call, Default se révèle particulièrement clair, avec des moments d'indignation bienvenus. Et Vincent Cassel en négociateur du FMI qui cabotine, ça n'a pas de prix. »
Demon Slayer - Kimetsu No Yaiba - le film : la train de l'infini (en salles le 19/05/2021)
Sotozaki Haruo
« Tout aussi cliché et attendu que la saison 1 du shonen, mais extrêmement réjouissant du fait de son personnage principal édifiant et de ses combats du feu de dieu. Film parfait pour le retour en salles. »
« C'est ce que demande le peuple ! »
« Si le film gagne en intérêt à l'entrée fracassante d'Akaza, les deux premiers tiers souffrent de gros problèmes de rythme, d'écriture, de caractérisation, et de CGI. »
« Un superbe épisode offert sur grand écran qui offrira aux fans deux heures de pur plaisir, entre action, humour et émotion. »
Dernier train pour Busan (en salles le 17/08/2016)
Yeong Sang-ho
« C'est le retour de la violence symbolique dans le film de zombie/infecté. Et c'est la meilleure chose qui soit arrivée au genre depuis des années. »
« Efficace et très bien fait (les hordes de zombies sont impressionnantes), le film est malheureusement en deçà des réalisations de Yeon Sang-ho car trop caricatural. Coup commercial ? Changement de bord ? On ne le saura jamais vraiment... »
« De bonnes idées, des zombies efficaces et un sous-texte passionnant, quelques peu gâchées par des personnages trop stéréotypés et des scènes clairement ratées. Dommage... »
Dernier train pour Busan (en vidéo le 17/12/2016)
Yeon Sang-ho
« C'est le retour de la violence symbolique dans le film de zombie/infecté. Et c'est la meilleure chose qui soit arrivée au genre depuis des années. »
« Efficace et très bien fait (les hordes de zombies sont impressionnantes), le film est malheureusement en deçà des réalisations de Yeon Sang-ho car trop caricatural. Coup commercial ? Changement de bord ? On ne le saura jamais vraiment... »
« De bonnes idées, des zombies efficaces et un sous-texte passionnant, quelques peu gâchées par des personnages trop stéréotypés et des scènes clairement ratées. Dommage... »
Destiny : The Tale Of Kamakura (Kinotayo 2019)
Yamazaki Takashi
« Un conte magique très gnangnan où la magie n'opère pas. Les effets spéciaux sont assez réussis. »
Destruction Babies (Kinotayo 2017)
Tetsuya Mariko
« Un poing dans la gueule ! »
« Une grosse claque mais bien trop assommante. Le propos n'est pourtant pas inintéressant. Raté ! »
« Pif paf pouf. De la baston rébarbative qui se veut nihiliste. La dernière demi-heure du film ouvre des pistes intéressantes malheureusement inexploitées par le réalisateur. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Coming Home (Cannes 2014)
Zhang Yimou
« Mignon, mais d'un académisme souvent plombant. »
Coming Home (en salles le 17/12/2014)
Zhang Yimou
« Malgré la beauté du visage de Gong Li, dans lequel on perçoit l'émotion certaine de Zhang Yimou dans la manière de le filmer, l'ensemble est d'un académisme plombant. »
Concrete Clouds (FICA 2014)
Lee Chatametikook
« De bonnes idées diluées dans un film très cerébral qui se révérait plus organique. »
Coups de feu dans la plaine des jarres (FICA 2015)
Somchit Phonsena et Pham Ky Nam
« Un vulgaire film de propagande rescapé de l'histoire du cinéma. Sa rareté n'en fait pas pour autant un bon film. »
Court (En Instance) (en salles le 11/05/2016)
Chaitanya Tamhane
« Le système judiciaire indien est digne d'un roman kafkaïen. On rigole, on s'insurge mais parfois, on s'ennuie un peu, certaines scènes étant inutiles et le rythme parfois un peu mou. »
« Un film intelligent et parfois passionant qui dresse un portrait en coupe de la société indienne dans le cadre d'un film de procès, qui évite le manichéisme en donnant sa chance d'exister à tous ses personnages. »
Creepy (en salles le 14/06/2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Un thriller glaçant où Kurosawa offre une variante virtuose de "Cure". »
« "Creepy" c'est du génie". »
« Totalement WTF, Creepy renoue avec les premières amours de Kurosawa. Un méchant ultra méchant et incroyable qui fait tenir tout le film. »
« Un peu théorique, pas toujours parfait au niveau de l'écriture, et d'une précision hallucinante dans la mise en scène, Creepy n'est peut-être pas un grand film, mais prouve que Kurosawa est un grand cinéaste. »
Crosscurrent (FCCF 2017)
Yang Chao
« Deux solutions pour apprécier ce film poétique et quasiment mystique : connaître la culture chinois sur le bout des doigts ou simplement se laisser porter par une mise en scène soignée, des images sublimes et un score envoûtant. »
Dans un jardin qu'on dirait éternel (en salles le 26/08/2020)
Tatsushi Omori
« Magnifique film qui sait rendre compte du temps qui passe et de l'importance des rites dans nos vies. On dit souvent que le cinéma à grand spectacle mérite d'être vu sur grand écran, mais c'est aussi le cas des œuvres réflexives comme celle-ci. »
« Le film épouse l'élégance de la cérémonie du thé mais en oublie la profondeur, malgré une performance émouvante (car dernière) de Kiki Kirin. »
« Belle ode à la poésie du quotidien, à la reposante et vivifiante cérémonie du thé. Merveilleux dernier rôle pour Kirin Kiki. »
« C'est surtout la durée du film qui semble éternelle. »
Dans un jardin qu'on dirait éternel (Kinotayo 2019)
Tatsushi Omori
« Le film épouse l'élégance de la cérémonie du thé mais en oublie la profondeur, malgré une performance émouvante (car dernière) de Kiki Kirin. »
« On a connu le réalisateur Tatsushi Omori plus radical. Il est ici assagi dans cette réflexion sur la cérémonie du thé et le sens de la vie. Et dernier rôle pour Kirin Kiki. »
« Une fable du quotidien qui énonce des choses simples avec une tonalité légère. Un joli au revoir à Kirin Kiki. »
Dans un recoin de ce monde (en salles le 06/09/2017)
Katabuchi Sunao
« Raconter l'Histoire par la petite porte, en suivant le quotidien de familles impactées par les catastrophe mais se battant pour continuer à vivre normalement, et cela, tout en poésie, c'est aussi ça le cinéma. »
« Poignant et poétique. »
Dark Figure of Crime (FFCP 2018)
Kim Tae-gyun
« Cahier des charges rempli pour ce polar qu'on a déjà vu 10 fois, malheureusement. »
« Film policier ultra classique à la mise en scène - un peu trop - millimétrée. Cela est bien lisse et manque malheureusement de folie. »
Death Death Row Family (L'Étrange Festival 2017)
Kobayashi Yûki
« Avec les défauts et les atouts d'une production de la fin des 90s d'un Miike ou d'un Toyoda. »
« C'est assez bordélique et Kobayashi a encore du mal à se détacher de ses influences et à se créer son propre style. Mais le jeune cinéaste est à surveiller ! »
Death March (Cannes 2013)
Adolfo Alix Jr.
« Premier (et seul) film de Cannes 2013 qui se transforme en bonne sieste. »
Death Note (Netflix)
Adam Wingard
« Merci, Netflix ! »
« Les scènes gore sont marrantes mais n'ont rien à voir avec le manga. En fait, le film n'a rien à voir avec Death Note. Une adaptation ni faite ni à faire. Et un film tout juste passable. »
« Ni une bonne adaptation ni un mauvais film (ou l'inverse) : un téléfilm lambda pour les dimanches après-midi. »
Default (FFCP 2019)
Choi Kook-hee
« Etonnante que cette reconstitution de la crise financière de 1997 avec Vincent Cassel au casting. On se prend au jeu du rythme effréné des marchés et des impacts catastrophiques, à la fois politiques mais aussi pragmatiques, sur les petites gens. »
« Un brûlot anti FMI qui aurait mérité un traitement plus radical. Que tout cela est bien convenu... »
« Dans la droite lignée des films économiques tels que The Big Short ou Margin Call, Default se révèle particulièrement clair, avec des moments d'indignation bienvenus. Et Vincent Cassel en négociateur du FMI qui cabotine, ça n'a pas de prix. »
Demon Slayer - Kimetsu No Yaiba - le film : la train de l'infini (en salles le 19/05/2021)
Sotozaki Haruo
« Tout aussi cliché et attendu que la saison 1 du shonen, mais extrêmement réjouissant du fait de son personnage principal édifiant et de ses combats du feu de dieu. Film parfait pour le retour en salles. »
« C'est ce que demande le peuple ! »
« Si le film gagne en intérêt à l'entrée fracassante d'Akaza, les deux premiers tiers souffrent de gros problèmes de rythme, d'écriture, de caractérisation, et de CGI. »
« Un superbe épisode offert sur grand écran qui offrira aux fans deux heures de pur plaisir, entre action, humour et émotion. »
Dernier train pour Busan (en salles le 17/08/2016)
Yeong Sang-ho
« C'est le retour de la violence symbolique dans le film de zombie/infecté. Et c'est la meilleure chose qui soit arrivée au genre depuis des années. »
« Efficace et très bien fait (les hordes de zombies sont impressionnantes), le film est malheureusement en deçà des réalisations de Yeon Sang-ho car trop caricatural. Coup commercial ? Changement de bord ? On ne le saura jamais vraiment... »
« De bonnes idées, des zombies efficaces et un sous-texte passionnant, quelques peu gâchées par des personnages trop stéréotypés et des scènes clairement ratées. Dommage... »
Dernier train pour Busan (en vidéo le 17/12/2016)
Yeon Sang-ho
« C'est le retour de la violence symbolique dans le film de zombie/infecté. Et c'est la meilleure chose qui soit arrivée au genre depuis des années. »
« Efficace et très bien fait (les hordes de zombies sont impressionnantes), le film est malheureusement en deçà des réalisations de Yeon Sang-ho car trop caricatural. Coup commercial ? Changement de bord ? On ne le saura jamais vraiment... »
« De bonnes idées, des zombies efficaces et un sous-texte passionnant, quelques peu gâchées par des personnages trop stéréotypés et des scènes clairement ratées. Dommage... »
Destiny : The Tale Of Kamakura (Kinotayo 2019)
Yamazaki Takashi
« Un conte magique très gnangnan où la magie n'opère pas. Les effets spéciaux sont assez réussis. »
Destruction Babies (Kinotayo 2017)
Tetsuya Mariko
« Un poing dans la gueule ! »
« Une grosse claque mais bien trop assommante. Le propos n'est pourtant pas inintéressant. Raté ! »
« Pif paf pouf. De la baston rébarbative qui se veut nihiliste. La dernière demi-heure du film ouvre des pistes intéressantes malheureusement inexploitées par le réalisateur. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Coming Home (Cannes 2014)
Zhang Yimou
« Mignon, mais d'un académisme souvent plombant. »
Coming Home (en salles le 17/12/2014)
Zhang Yimou
« Malgré la beauté du visage de Gong Li, dans lequel on perçoit l'émotion certaine de Zhang Yimou dans la manière de le filmer, l'ensemble est d'un académisme plombant. »
Concrete Clouds (FICA 2014)
Lee Chatametikook
« De bonnes idées diluées dans un film très cerébral qui se révérait plus organique. »
Coups de feu dans la plaine des jarres (FICA 2015)
Somchit Phonsena et Pham Ky Nam
« Un vulgaire film de propagande rescapé de l'histoire du cinéma. Sa rareté n'en fait pas pour autant un bon film. »
Court (En Instance) (en salles le 11/05/2016)
Chaitanya Tamhane
« Le système judiciaire indien est digne d'un roman kafkaïen. On rigole, on s'insurge mais parfois, on s'ennuie un peu, certaines scènes étant inutiles et le rythme parfois un peu mou. »
« Un film intelligent et parfois passionant qui dresse un portrait en coupe de la société indienne dans le cadre d'un film de procès, qui évite le manichéisme en donnant sa chance d'exister à tous ses personnages. »
Creepy (en salles le 14/06/2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Un thriller glaçant où Kurosawa offre une variante virtuose de "Cure". »
« "Creepy" c'est du génie". »
« Totalement WTF, Creepy renoue avec les premières amours de Kurosawa. Un méchant ultra méchant et incroyable qui fait tenir tout le film. »
« Un peu théorique, pas toujours parfait au niveau de l'écriture, et d'une précision hallucinante dans la mise en scène, Creepy n'est peut-être pas un grand film, mais prouve que Kurosawa est un grand cinéaste. »
Crosscurrent (FCCF 2017)
Yang Chao
« Deux solutions pour apprécier ce film poétique et quasiment mystique : connaître la culture chinois sur le bout des doigts ou simplement se laisser porter par une mise en scène soignée, des images sublimes et un score envoûtant. »
Dans un jardin qu'on dirait éternel (en salles le 26/08/2020)
Tatsushi Omori
« Magnifique film qui sait rendre compte du temps qui passe et de l'importance des rites dans nos vies. On dit souvent que le cinéma à grand spectacle mérite d'être vu sur grand écran, mais c'est aussi le cas des œuvres réflexives comme celle-ci. »
« Le film épouse l'élégance de la cérémonie du thé mais en oublie la profondeur, malgré une performance émouvante (car dernière) de Kiki Kirin. »
« Belle ode à la poésie du quotidien, à la reposante et vivifiante cérémonie du thé. Merveilleux dernier rôle pour Kirin Kiki. »
« C'est surtout la durée du film qui semble éternelle. »
Dans un jardin qu'on dirait éternel (Kinotayo 2019)
Tatsushi Omori
« Le film épouse l'élégance de la cérémonie du thé mais en oublie la profondeur, malgré une performance émouvante (car dernière) de Kiki Kirin. »
« On a connu le réalisateur Tatsushi Omori plus radical. Il est ici assagi dans cette réflexion sur la cérémonie du thé et le sens de la vie. Et dernier rôle pour Kirin Kiki. »
« Une fable du quotidien qui énonce des choses simples avec une tonalité légère. Un joli au revoir à Kirin Kiki. »
Dans un recoin de ce monde (en salles le 06/09/2017)
Katabuchi Sunao
« Raconter l'Histoire par la petite porte, en suivant le quotidien de familles impactées par les catastrophe mais se battant pour continuer à vivre normalement, et cela, tout en poésie, c'est aussi ça le cinéma. »
« Poignant et poétique. »
Dark Figure of Crime (FFCP 2018)
Kim Tae-gyun
« Cahier des charges rempli pour ce polar qu'on a déjà vu 10 fois, malheureusement. »
« Film policier ultra classique à la mise en scène - un peu trop - millimétrée. Cela est bien lisse et manque malheureusement de folie. »
Death Death Row Family (L'Étrange Festival 2017)
Kobayashi Yûki
« Avec les défauts et les atouts d'une production de la fin des 90s d'un Miike ou d'un Toyoda. »
« C'est assez bordélique et Kobayashi a encore du mal à se détacher de ses influences et à se créer son propre style. Mais le jeune cinéaste est à surveiller ! »
Death March (Cannes 2013)
Adolfo Alix Jr.
« Premier (et seul) film de Cannes 2013 qui se transforme en bonne sieste. »
Death Note (Netflix)
Adam Wingard
« Merci, Netflix ! »
« Les scènes gore sont marrantes mais n'ont rien à voir avec le manga. En fait, le film n'a rien à voir avec Death Note. Une adaptation ni faite ni à faire. Et un film tout juste passable. »
« Ni une bonne adaptation ni un mauvais film (ou l'inverse) : un téléfilm lambda pour les dimanches après-midi. »
Default (FFCP 2019)
Choi Kook-hee
« Etonnante que cette reconstitution de la crise financière de 1997 avec Vincent Cassel au casting. On se prend au jeu du rythme effréné des marchés et des impacts catastrophiques, à la fois politiques mais aussi pragmatiques, sur les petites gens. »
« Un brûlot anti FMI qui aurait mérité un traitement plus radical. Que tout cela est bien convenu... »
« Dans la droite lignée des films économiques tels que The Big Short ou Margin Call, Default se révèle particulièrement clair, avec des moments d'indignation bienvenus. Et Vincent Cassel en négociateur du FMI qui cabotine, ça n'a pas de prix. »
Demon Slayer - Kimetsu No Yaiba - le film : la train de l'infini (en salles le 19/05/2021)
Sotozaki Haruo
« Tout aussi cliché et attendu que la saison 1 du shonen, mais extrêmement réjouissant du fait de son personnage principal édifiant et de ses combats du feu de dieu. Film parfait pour le retour en salles. »
« C'est ce que demande le peuple ! »
« Si le film gagne en intérêt à l'entrée fracassante d'Akaza, les deux premiers tiers souffrent de gros problèmes de rythme, d'écriture, de caractérisation, et de CGI. »
« Un superbe épisode offert sur grand écran qui offrira aux fans deux heures de pur plaisir, entre action, humour et émotion. »
Dernier train pour Busan (en salles le 17/08/2016)
Yeong Sang-ho
« C'est le retour de la violence symbolique dans le film de zombie/infecté. Et c'est la meilleure chose qui soit arrivée au genre depuis des années. »
« Efficace et très bien fait (les hordes de zombies sont impressionnantes), le film est malheureusement en deçà des réalisations de Yeon Sang-ho car trop caricatural. Coup commercial ? Changement de bord ? On ne le saura jamais vraiment... »
« De bonnes idées, des zombies efficaces et un sous-texte passionnant, quelques peu gâchées par des personnages trop stéréotypés et des scènes clairement ratées. Dommage... »
Dernier train pour Busan (en vidéo le 17/12/2016)
Yeon Sang-ho
« C'est le retour de la violence symbolique dans le film de zombie/infecté. Et c'est la meilleure chose qui soit arrivée au genre depuis des années. »
« Efficace et très bien fait (les hordes de zombies sont impressionnantes), le film est malheureusement en deçà des réalisations de Yeon Sang-ho car trop caricatural. Coup commercial ? Changement de bord ? On ne le saura jamais vraiment... »
« De bonnes idées, des zombies efficaces et un sous-texte passionnant, quelques peu gâchées par des personnages trop stéréotypés et des scènes clairement ratées. Dommage... »
Destiny : The Tale Of Kamakura (Kinotayo 2019)
Yamazaki Takashi
« Un conte magique très gnangnan où la magie n'opère pas. Les effets spéciaux sont assez réussis. »
Destruction Babies (Kinotayo 2017)
Tetsuya Mariko
« Un poing dans la gueule ! »
« Une grosse claque mais bien trop assommante. Le propos n'est pourtant pas inintéressant. Raté ! »
« Pif paf pouf. De la baston rébarbative qui se veut nihiliste. La dernière demi-heure du film ouvre des pistes intéressantes malheureusement inexploitées par le réalisateur. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.