Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Elie Gardel Flavien Poncet Justin Kwedi Elvire Rémand Rohan Geslouin Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Vivre et chanter (en salles le 20/11/2019)
Johnny Ma
« Bel ode à la fois intime et universel à un art ancestral chinois. »
« Un travail quasi-documentaire très aiguisé sur un sujet artistique et social, dans le sillon des films à la Jia Zhangke jusqu'à la séquence de l'opéra final, où le réalisateur se donne à une stylisation du cinéma du plus bel effet. »
The House of Us (FFCP 2019)
Yoon Ga-eun
« Continuant son cycle sur l'enfance, la réalisatrice de The World of Us confirme l'essai. Il est rare que le monde des enfants soit aujourd'hui traité avec tant de sensibilité et de finesse. »
« Les promesses de World of us sont confirmées dans ce bijou de sensibilité où la candeur de l'enfance cherche à résoudre les insolubles maux des adultes. Après l'influence de Kore-eda, c'est l'ombre de Shinji Somai qui plane sur cette nouvelle merveille. »
« Que dire après avoir vu ce long à la fois brillant de simplicité et émouvant. Le trio de jeunes actrices et époustouflant. On en redemande ! »
« Un nouveau très beau portrait de l'enfance pour Yoon Ga-eun. Quelle direction d'actrices ! »
Move the Grave (FFCP 2019)
Jeong Seung-o
« Petite pépite d'intelligence et de finesse, Jeong Seung-o a déjà un bel univers et de merveilleux personnages de femmes. Un réalisateur à suivre absolument. »
« Une brillante peinture de la cellule familiale coréenne par le prisme de la femme. Chaque personnage porte un discours marqué, ce qui rend le film très riche. »
Our Body (FFCP 2019)
Han Ka-ram
« Une chronique sur l'acceptation de soi assez fascinante qui mérite plusieurs visionnages afin d'en saisir tous les niveaux. Encore une cinéaste à suivre dans une jeune garde du cinéma coréen décidément prometteuse. »
« Une mise en scène brillante, une actrice principale incroyable. Mais le film se perd dans des circonvolutions pas nécessaires. Réalisatrice à suivre néanmoins ! »
« Han Ka-ram a écrit, réalisé et monté ce film sur la perception du corps comme reflet de l'intérieur vers l'extérieur. La réalisation est très subtile pour ce qui est un film de fin d'études. Somptueux ! »
Birthday (FFCP 2019)
Lee Jong-un
« Touchant mélodrame sur le deuil, le film se repose un peu trop sur la force de ses acteurs et sur des procédés tire-larmes. L'effet cathartique est néanmoins efficace, pas un œil sec dans la salle. »
« Une grosse couche de pathos qui fonctionne assez bien, car la construction des personnages est tout à fait bonne. »
Kim Gun (FFCP 2019)
Kang Sang-woo
« Une enquête qui se transforme en documentaire sur le traumatisme individuel et collectif. Bouleversant. »
« Un brillant travail de mémoire et de cinéma. L'obsession de l'identité est douloureuse mais sonne comme un cri de vérité, contre l'obscurantisme. »
Swing Kids (FFCP 2019)
Kang Hyoung-chul
« Kang Yeong-cheol réussit un film à la fois énergisant et d'une grande ampleur tragique. Le divertissement populaire et musical à son meilleur. »
« Des scènes de danse éblouissantes, des acteurs qui filent la patate, une musique entraînante. Reste une seconde partie un peu moins réussie qui mélange les genres difficilement. »
House Of Hummingbird (FFCP 2019)
Kim Bora
« Un premier film très ambitieux, trop long et éparpillé mais avec de réels moments de grâce. Ceci promet de belles choses à venir. »
« Beau premier film souffrant de quelques longueurs, mais offrant un portrait adolescent juste et touchant, ainsi qu'une photographie (intime et collective) captivante de la société coréenne des années 90. »
« Un passage en revue complet, profond et engagé de la vie d'une jeune fille dans la Corée des années 90. Le film demeure longuet sur le dernier tiers. »
The Divine Fury (FFCP 2019)
Kim Ju-hwan
« Un tel ratage, ça confine quasiment au brio. Ce n'était pas forcément l'intention du film mais qu'est-ce qu'on rigole ! »
« Un blockbuster lisible mais quelque peu désincarné. »
A Boy And Sungreen (FFCP)
Ahn Ju-young
« Coup de cœur pour ce premier film sensible, drôle et émouvant. On en sort enchanté ! »
« Des personnages d'une grande fraîcheur qui nous partagent joies, rires et peines avec sincérité. »
Extreme Job (FFCP 2019)
Lee Byoung-heon
« Comédie policière sur vitaminée et servie par une hilarante bande de bras cassés. Les gags s'enchaînent pour notre plus grand plaisir. »
« C'est marrant, léger et typiquement coréen. Mais le postulat de départ a déjà été vu et revu. »
Ode To The Goose (FFCP 2019)
Zhang Lu
« L'atmosphère caustique et absurde charme tout d'abord mais le film ne tient pas la distance et finit par somnoler. »
« Une ballade à la Hong Sang-soo, sans alcool mais avec une mise en scène brillante. Dommage que le montage et la narration nous perdent volontairement et sans trop de raison. »
« Un morcellement narratif ultra qui noie le spectateur. La première partie est pourtant plutôt agréable. »
Between the Seasons (FFCP 2019)
Kim Junsik
« Un traitement sensible de son sujet et des comédiennes formidables mais des problèmes de rythme et une musique omniprésente qui réduit l'impact du film. »
Default (FFCP 2019)
Choi Kook-hee
« Drame intelligent et efficace sur les édifiantes coulisses de la crise monétaire de 1997 auquel il manque peut-être un souffle dramaturgique malgré un excellent casting. »
« Etonnante que cette reconstitution de la crise financière de 1997 avec Vincent Cassel au casting. On se prend au jeu du rythme effréné des marchés et des impacts catastrophiques, à la fois politiques mais aussi pragmatiques, sur les petites gens. »
« Dans la droite lignée des films économiques tels que The Big Short ou Margin Call, Default se révèle particulièrement clair, avec des moments d'indignation bienvenus. Et Vincent Cassel en négociateur du FMI qui cabotine, ça n'a pas de prix. »
Second Life (FFCP 2019)
Park Young-ju
« Que de belles choses dans ce premier long métrage qui alterne cruauté et humanité avec une sensibilité qui annonce le meilleur. Mention spéciale à la merveilleuse actrice principale. »
« Un joli drame doucereux mais dont le gros de l'intrigue semble assez vu et revu. »
Army (FFCP 2019)
Kelvin Kyungkun Park
« Bien qu'inabouti, le film rend néanmoins bien compte de l'absurdité d'une institution obsolète, davantage génératrice de traumas que rite de passage formateur. »
« L'ultrastress du service militaire est saisi à l'écran mais et après ? La réflexion manque quelque peu dans ce documentaire. »
Another Child (FFCP 2019)
Kim Yun-seok
« Un film émouvant avec un duo d'actrices brillant qui aurait mérité une meilleure cohérence dans le récit et le montage. »
« Une famille forcée de s'unir, un scénario qui aboutit à une galerie de personnages caractériels mais très attachants. »
Exit (FFCP 2019)
Lee Sang-geun
« Un survival qui fonctionne à plein grâce à un rythme soutenu, une idée de départ plutôt maligne et bien exploitée et enfin à la belle énergie de son duo d'acteurs. »
« Un premier film amusant, ultra rythmé et très malin. Ca ne révolutionne pas le genre mais c'est efficace ! »
« Une belle comédie qui s'amuse à se mouvoir dans des couloirs comme on joue à un jeu vidéo. Ludique ! »
Au bout du monde (en salles le 23/10/2019)
Kurosawa Kiyoshi
« Errance mélancolique de toute beauté. Kurosawa se perd et nous perd dans les paysages de l'Ouzbékistan... »
« L'atmosphère indolente qui se dégage des films de Kurosawa n'est jamais désagréable mais sur celui-ci, comme sur tous ses plus récents, on peine à comprendre ce qu'il veut dire et l'expérience finit par sonner creux. »
« Une drôle, attachante et parfois inquiétante perte de repères portée par une interprète suscitant une belle empathie. »
« Des fantômes japonais à la perte de repères en Ouzbékistan, il n'y a qu'un pas que franchit allégrement Kurosawa. Un film dont la portée se veut universelle porté par une actrice touchante. »
« Pour ce trip en Ouzbékistan, Kurosawa nous ravit les yeux et l'esprit. On reconnaît ses obsessions, cette fois-ci teintées d'une foi en l'humanité. »
« Fasciné par la présence magnétique d'une Atsuko Maeda Lost In Translation, Kurosawa livre une belle réflexion kiarostanienne sur l'altérité, le cinéma, les idols... »
The Forest of Love (sur Netflix le 11/10/2019)
Sono Sion
« Synthèse de tout le cinéma de Sion Sono en 2h30, c'est à la fois ébouriffant, choquant et volontairement indigeste. Quel film ! »
« C'est à la fois totalement fou et entièrement maîtrisé ! »
« Et voilà, à cause de Sono Sion, je vais devoir mettre un film Netflix dans mon Top 10 2019... »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Elie Gardel Flavien Poncet Justin Kwedi Elvire Rémand Rohan Geslouin Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Vivre et chanter (en salles le 20/11/2019)
Johnny Ma
« Bel ode à la fois intime et universel à un art ancestral chinois. »
« Un travail quasi-documentaire très aiguisé sur un sujet artistique et social, dans le sillon des films à la Jia Zhangke jusqu'à la séquence de l'opéra final, où le réalisateur se donne à une stylisation du cinéma du plus bel effet. »
The House of Us (FFCP 2019)
Yoon Ga-eun
« Continuant son cycle sur l'enfance, la réalisatrice de The World of Us confirme l'essai. Il est rare que le monde des enfants soit aujourd'hui traité avec tant de sensibilité et de finesse. »
« Les promesses de World of us sont confirmées dans ce bijou de sensibilité où la candeur de l'enfance cherche à résoudre les insolubles maux des adultes. Après l'influence de Kore-eda, c'est l'ombre de Shinji Somai qui plane sur cette nouvelle merveille. »
« Que dire après avoir vu ce long à la fois brillant de simplicité et émouvant. Le trio de jeunes actrices et époustouflant. On en redemande ! »
« Un nouveau très beau portrait de l'enfance pour Yoon Ga-eun. Quelle direction d'actrices ! »
Move the Grave (FFCP 2019)
Jeong Seung-o
« Petite pépite d'intelligence et de finesse, Jeong Seung-o a déjà un bel univers et de merveilleux personnages de femmes. Un réalisateur à suivre absolument. »
« Une brillante peinture de la cellule familiale coréenne par le prisme de la femme. Chaque personnage porte un discours marqué, ce qui rend le film très riche. »
Our Body (FFCP 2019)
Han Ka-ram
« Une chronique sur l'acceptation de soi assez fascinante qui mérite plusieurs visionnages afin d'en saisir tous les niveaux. Encore une cinéaste à suivre dans une jeune garde du cinéma coréen décidément prometteuse. »
« Une mise en scène brillante, une actrice principale incroyable. Mais le film se perd dans des circonvolutions pas nécessaires. Réalisatrice à suivre néanmoins ! »
« Han Ka-ram a écrit, réalisé et monté ce film sur la perception du corps comme reflet de l'intérieur vers l'extérieur. La réalisation est très subtile pour ce qui est un film de fin d'études. Somptueux ! »
Birthday (FFCP 2019)
Lee Jong-un
« Touchant mélodrame sur le deuil, le film se repose un peu trop sur la force de ses acteurs et sur des procédés tire-larmes. L'effet cathartique est néanmoins efficace, pas un œil sec dans la salle. »
« Une grosse couche de pathos qui fonctionne assez bien, car la construction des personnages est tout à fait bonne. »
Kim Gun (FFCP 2019)
Kang Sang-woo
« Une enquête qui se transforme en documentaire sur le traumatisme individuel et collectif. Bouleversant. »
« Un brillant travail de mémoire et de cinéma. L'obsession de l'identité est douloureuse mais sonne comme un cri de vérité, contre l'obscurantisme. »
Swing Kids (FFCP 2019)
Kang Hyoung-chul
« Kang Yeong-cheol réussit un film à la fois énergisant et d'une grande ampleur tragique. Le divertissement populaire et musical à son meilleur. »
« Des scènes de danse éblouissantes, des acteurs qui filent la patate, une musique entraînante. Reste une seconde partie un peu moins réussie qui mélange les genres difficilement. »
House Of Hummingbird (FFCP 2019)
Kim Bora
« Un premier film très ambitieux, trop long et éparpillé mais avec de réels moments de grâce. Ceci promet de belles choses à venir. »
« Beau premier film souffrant de quelques longueurs, mais offrant un portrait adolescent juste et touchant, ainsi qu'une photographie (intime et collective) captivante de la société coréenne des années 90. »
« Un passage en revue complet, profond et engagé de la vie d'une jeune fille dans la Corée des années 90. Le film demeure longuet sur le dernier tiers. »
The Divine Fury (FFCP 2019)
Kim Ju-hwan
« Un tel ratage, ça confine quasiment au brio. Ce n'était pas forcément l'intention du film mais qu'est-ce qu'on rigole ! »
« Un blockbuster lisible mais quelque peu désincarné. »
A Boy And Sungreen (FFCP)
Ahn Ju-young
« Coup de cœur pour ce premier film sensible, drôle et émouvant. On en sort enchanté ! »
« Des personnages d'une grande fraîcheur qui nous partagent joies, rires et peines avec sincérité. »
Extreme Job (FFCP 2019)
Lee Byoung-heon
« Comédie policière sur vitaminée et servie par une hilarante bande de bras cassés. Les gags s'enchaînent pour notre plus grand plaisir. »
« C'est marrant, léger et typiquement coréen. Mais le postulat de départ a déjà été vu et revu. »
Ode To The Goose (FFCP 2019)
Zhang Lu
« L'atmosphère caustique et absurde charme tout d'abord mais le film ne tient pas la distance et finit par somnoler. »
« Une ballade à la Hong Sang-soo, sans alcool mais avec une mise en scène brillante. Dommage que le montage et la narration nous perdent volontairement et sans trop de raison. »
« Un morcellement narratif ultra qui noie le spectateur. La première partie est pourtant plutôt agréable. »
Between the Seasons (FFCP 2019)
Kim Junsik
« Un traitement sensible de son sujet et des comédiennes formidables mais des problèmes de rythme et une musique omniprésente qui réduit l'impact du film. »
Default (FFCP 2019)
Choi Kook-hee
« Drame intelligent et efficace sur les édifiantes coulisses de la crise monétaire de 1997 auquel il manque peut-être un souffle dramaturgique malgré un excellent casting. »
« Etonnante que cette reconstitution de la crise financière de 1997 avec Vincent Cassel au casting. On se prend au jeu du rythme effréné des marchés et des impacts catastrophiques, à la fois politiques mais aussi pragmatiques, sur les petites gens. »
« Dans la droite lignée des films économiques tels que The Big Short ou Margin Call, Default se révèle particulièrement clair, avec des moments d'indignation bienvenus. Et Vincent Cassel en négociateur du FMI qui cabotine, ça n'a pas de prix. »
Second Life (FFCP 2019)
Park Young-ju
« Que de belles choses dans ce premier long métrage qui alterne cruauté et humanité avec une sensibilité qui annonce le meilleur. Mention spéciale à la merveilleuse actrice principale. »
« Un joli drame doucereux mais dont le gros de l'intrigue semble assez vu et revu. »
Army (FFCP 2019)
Kelvin Kyungkun Park
« Bien qu'inabouti, le film rend néanmoins bien compte de l'absurdité d'une institution obsolète, davantage génératrice de traumas que rite de passage formateur. »
« L'ultrastress du service militaire est saisi à l'écran mais et après ? La réflexion manque quelque peu dans ce documentaire. »
Another Child (FFCP 2019)
Kim Yun-seok
« Un film émouvant avec un duo d'actrices brillant qui aurait mérité une meilleure cohérence dans le récit et le montage. »
« Une famille forcée de s'unir, un scénario qui aboutit à une galerie de personnages caractériels mais très attachants. »
Exit (FFCP 2019)
Lee Sang-geun
« Un survival qui fonctionne à plein grâce à un rythme soutenu, une idée de départ plutôt maligne et bien exploitée et enfin à la belle énergie de son duo d'acteurs. »
« Un premier film amusant, ultra rythmé et très malin. Ca ne révolutionne pas le genre mais c'est efficace ! »
« Une belle comédie qui s'amuse à se mouvoir dans des couloirs comme on joue à un jeu vidéo. Ludique ! »
Au bout du monde (en salles le 23/10/2019)
Kurosawa Kiyoshi
« Errance mélancolique de toute beauté. Kurosawa se perd et nous perd dans les paysages de l'Ouzbékistan... »
« L'atmosphère indolente qui se dégage des films de Kurosawa n'est jamais désagréable mais sur celui-ci, comme sur tous ses plus récents, on peine à comprendre ce qu'il veut dire et l'expérience finit par sonner creux. »
« Une drôle, attachante et parfois inquiétante perte de repères portée par une interprète suscitant une belle empathie. »
« Des fantômes japonais à la perte de repères en Ouzbékistan, il n'y a qu'un pas que franchit allégrement Kurosawa. Un film dont la portée se veut universelle porté par une actrice touchante. »
« Pour ce trip en Ouzbékistan, Kurosawa nous ravit les yeux et l'esprit. On reconnaît ses obsessions, cette fois-ci teintées d'une foi en l'humanité. »
« Fasciné par la présence magnétique d'une Atsuko Maeda Lost In Translation, Kurosawa livre une belle réflexion kiarostanienne sur l'altérité, le cinéma, les idols... »
The Forest of Love (sur Netflix le 11/10/2019)
Sono Sion
« Synthèse de tout le cinéma de Sion Sono en 2h30, c'est à la fois ébouriffant, choquant et volontairement indigeste. Quel film ! »
« C'est à la fois totalement fou et entièrement maîtrisé ! »
« Et voilà, à cause de Sono Sion, je vais devoir mettre un film Netflix dans mon Top 10 2019... »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Elie Gardel Flavien Poncet Justin Kwedi Elvire Rémand Rohan Geslouin Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Vivre et chanter (en salles le 20/11/2019)
Johnny Ma
« Bel ode à la fois intime et universel à un art ancestral chinois. »
« Un travail quasi-documentaire très aiguisé sur un sujet artistique et social, dans le sillon des films à la Jia Zhangke jusqu'à la séquence de l'opéra final, où le réalisateur se donne à une stylisation du cinéma du plus bel effet. »
The House of Us (FFCP 2019)
Yoon Ga-eun
« Continuant son cycle sur l'enfance, la réalisatrice de The World of Us confirme l'essai. Il est rare que le monde des enfants soit aujourd'hui traité avec tant de sensibilité et de finesse. »
« Les promesses de World of us sont confirmées dans ce bijou de sensibilité où la candeur de l'enfance cherche à résoudre les insolubles maux des adultes. Après l'influence de Kore-eda, c'est l'ombre de Shinji Somai qui plane sur cette nouvelle merveille. »
« Que dire après avoir vu ce long à la fois brillant de simplicité et émouvant. Le trio de jeunes actrices et époustouflant. On en redemande ! »
« Un nouveau très beau portrait de l'enfance pour Yoon Ga-eun. Quelle direction d'actrices ! »
Move the Grave (FFCP 2019)
Jeong Seung-o
« Petite pépite d'intelligence et de finesse, Jeong Seung-o a déjà un bel univers et de merveilleux personnages de femmes. Un réalisateur à suivre absolument. »
« Une brillante peinture de la cellule familiale coréenne par le prisme de la femme. Chaque personnage porte un discours marqué, ce qui rend le film très riche. »
Our Body (FFCP 2019)
Han Ka-ram
« Une chronique sur l'acceptation de soi assez fascinante qui mérite plusieurs visionnages afin d'en saisir tous les niveaux. Encore une cinéaste à suivre dans une jeune garde du cinéma coréen décidément prometteuse. »
« Une mise en scène brillante, une actrice principale incroyable. Mais le film se perd dans des circonvolutions pas nécessaires. Réalisatrice à suivre néanmoins ! »
« Han Ka-ram a écrit, réalisé et monté ce film sur la perception du corps comme reflet de l'intérieur vers l'extérieur. La réalisation est très subtile pour ce qui est un film de fin d'études. Somptueux ! »
Birthday (FFCP 2019)
Lee Jong-un
« Touchant mélodrame sur le deuil, le film se repose un peu trop sur la force de ses acteurs et sur des procédés tire-larmes. L'effet cathartique est néanmoins efficace, pas un œil sec dans la salle. »
« Une grosse couche de pathos qui fonctionne assez bien, car la construction des personnages est tout à fait bonne. »
Kim Gun (FFCP 2019)
Kang Sang-woo
« Une enquête qui se transforme en documentaire sur le traumatisme individuel et collectif. Bouleversant. »
« Un brillant travail de mémoire et de cinéma. L'obsession de l'identité est douloureuse mais sonne comme un cri de vérité, contre l'obscurantisme. »
Swing Kids (FFCP 2019)
Kang Hyoung-chul
« Kang Yeong-cheol réussit un film à la fois énergisant et d'une grande ampleur tragique. Le divertissement populaire et musical à son meilleur. »
« Des scènes de danse éblouissantes, des acteurs qui filent la patate, une musique entraînante. Reste une seconde partie un peu moins réussie qui mélange les genres difficilement. »
House Of Hummingbird (FFCP 2019)
Kim Bora
« Un premier film très ambitieux, trop long et éparpillé mais avec de réels moments de grâce. Ceci promet de belles choses à venir. »
« Beau premier film souffrant de quelques longueurs, mais offrant un portrait adolescent juste et touchant, ainsi qu'une photographie (intime et collective) captivante de la société coréenne des années 90. »
« Un passage en revue complet, profond et engagé de la vie d'une jeune fille dans la Corée des années 90. Le film demeure longuet sur le dernier tiers. »
The Divine Fury (FFCP 2019)
Kim Ju-hwan
« Un tel ratage, ça confine quasiment au brio. Ce n'était pas forcément l'intention du film mais qu'est-ce qu'on rigole ! »
« Un blockbuster lisible mais quelque peu désincarné. »
A Boy And Sungreen (FFCP)
Ahn Ju-young
« Coup de cœur pour ce premier film sensible, drôle et émouvant. On en sort enchanté ! »
« Des personnages d'une grande fraîcheur qui nous partagent joies, rires et peines avec sincérité. »
Extreme Job (FFCP 2019)
Lee Byoung-heon
« Comédie policière sur vitaminée et servie par une hilarante bande de bras cassés. Les gags s'enchaînent pour notre plus grand plaisir. »
« C'est marrant, léger et typiquement coréen. Mais le postulat de départ a déjà été vu et revu. »
Ode To The Goose (FFCP 2019)
Zhang Lu
« L'atmosphère caustique et absurde charme tout d'abord mais le film ne tient pas la distance et finit par somnoler. »
« Une ballade à la Hong Sang-soo, sans alcool mais avec une mise en scène brillante. Dommage que le montage et la narration nous perdent volontairement et sans trop de raison. »
« Un morcellement narratif ultra qui noie le spectateur. La première partie est pourtant plutôt agréable. »
Between the Seasons (FFCP 2019)
Kim Junsik
« Un traitement sensible de son sujet et des comédiennes formidables mais des problèmes de rythme et une musique omniprésente qui réduit l'impact du film. »
Default (FFCP 2019)
Choi Kook-hee
« Drame intelligent et efficace sur les édifiantes coulisses de la crise monétaire de 1997 auquel il manque peut-être un souffle dramaturgique malgré un excellent casting. »
« Etonnante que cette reconstitution de la crise financière de 1997 avec Vincent Cassel au casting. On se prend au jeu du rythme effréné des marchés et des impacts catastrophiques, à la fois politiques mais aussi pragmatiques, sur les petites gens. »
« Dans la droite lignée des films économiques tels que The Big Short ou Margin Call, Default se révèle particulièrement clair, avec des moments d'indignation bienvenus. Et Vincent Cassel en négociateur du FMI qui cabotine, ça n'a pas de prix. »
Second Life (FFCP 2019)
Park Young-ju
« Que de belles choses dans ce premier long métrage qui alterne cruauté et humanité avec une sensibilité qui annonce le meilleur. Mention spéciale à la merveilleuse actrice principale. »
« Un joli drame doucereux mais dont le gros de l'intrigue semble assez vu et revu. »
Army (FFCP 2019)
Kelvin Kyungkun Park
« Bien qu'inabouti, le film rend néanmoins bien compte de l'absurdité d'une institution obsolète, davantage génératrice de traumas que rite de passage formateur. »
« L'ultrastress du service militaire est saisi à l'écran mais et après ? La réflexion manque quelque peu dans ce documentaire. »
Another Child (FFCP 2019)
Kim Yun-seok
« Un film émouvant avec un duo d'actrices brillant qui aurait mérité une meilleure cohérence dans le récit et le montage. »
« Une famille forcée de s'unir, un scénario qui aboutit à une galerie de personnages caractériels mais très attachants. »
Exit (FFCP 2019)
Lee Sang-geun
« Un survival qui fonctionne à plein grâce à un rythme soutenu, une idée de départ plutôt maligne et bien exploitée et enfin à la belle énergie de son duo d'acteurs. »
« Un premier film amusant, ultra rythmé et très malin. Ca ne révolutionne pas le genre mais c'est efficace ! »
« Une belle comédie qui s'amuse à se mouvoir dans des couloirs comme on joue à un jeu vidéo. Ludique ! »
Au bout du monde (en salles le 23/10/2019)
Kurosawa Kiyoshi
« Errance mélancolique de toute beauté. Kurosawa se perd et nous perd dans les paysages de l'Ouzbékistan... »
« L'atmosphère indolente qui se dégage des films de Kurosawa n'est jamais désagréable mais sur celui-ci, comme sur tous ses plus récents, on peine à comprendre ce qu'il veut dire et l'expérience finit par sonner creux. »
« Une drôle, attachante et parfois inquiétante perte de repères portée par une interprète suscitant une belle empathie. »
« Des fantômes japonais à la perte de repères en Ouzbékistan, il n'y a qu'un pas que franchit allégrement Kurosawa. Un film dont la portée se veut universelle porté par une actrice touchante. »
« Pour ce trip en Ouzbékistan, Kurosawa nous ravit les yeux et l'esprit. On reconnaît ses obsessions, cette fois-ci teintées d'une foi en l'humanité. »
« Fasciné par la présence magnétique d'une Atsuko Maeda Lost In Translation, Kurosawa livre une belle réflexion kiarostanienne sur l'altérité, le cinéma, les idols... »
The Forest of Love (sur Netflix le 11/10/2019)
Sono Sion
« Synthèse de tout le cinéma de Sion Sono en 2h30, c'est à la fois ébouriffant, choquant et volontairement indigeste. Quel film ! »
« C'est à la fois totalement fou et entièrement maîtrisé ! »
« Et voilà, à cause de Sono Sion, je vais devoir mettre un film Netflix dans mon Top 10 2019... »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.