Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Beautiful New Bay Area Project (Kinotayo 2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Sympa mais s'oublie vite. »
« Kurosawa fait ses gammes. Un amuse bouche en attendant le prochain long. »
Beijing Bicycle (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Superbe variation sur Le Voleur de Bicyclette, qui prend le pouls de la jeunesse chinoise contemporaine. »
Beijing Love Story (FCCF 2014)
Chen Sicheng
« Anthologie de l'amour sous forme de film choral, suivant les pérégrinations de différents couples plus ou moins liés subtilement. Inégal et artificiel. »
Being Born (FICA 2017)
Mohsen Abdolvahab
« Du Farhadi-like avec un sujet maintes fois ressassé dans le cinéma iranien. »
« Un film iranien dans la veine d'Asghar Farhadi. Plutôt pas mal mais sans surprise. »
Being Good (FICA 2016)
Mipo O
« Kore-eda nous avait confié avoir adoré : on comprend pourquoi en sortant de la salle. »
« Mieux que Good ! La confirmation d'une cinéaste à suivre. »
Believer (FFCP 2018)
Lee Hae-young
« Un remake du "Drug War" de Johnnie To entre redite efficace et relecture passionnante, notamment l'antagoniste principal bien plus tragique et ambigu. »
« Le plaisir coupable de cette édition : outrancier, violent, attendu mais jouissif. »
« Un polar musclé et haletant qui ne fait en rien injure à l'oeuvre originale de Johnnie To. »
« Voilà un bon exemple de remake. Cette version coréenne n'a rien à envier au film de Johnnie To, elle fait preuve d'une réelle identité. »
« Un remake de Drug War qui parvient à se démarquer de son modèle et propose une ribambelle de scènes d'une efficacité redoutable comme seuls les Coréens parviennent à le faire. »
Belladonna (en salles le 15/07/2016)
Yamamoto Yamamoto
« Une petite pépite que tout fan de cinéma d'animation se doit de visionner. Avec de la drogue, c'est peut-être encore mieux ! »
« Une belle résurrection, toujours aussi déconcertante. »
Bends (Cannes 2013)
Flora Lau
« De la maîtrise et une belle photographie de Christopher Doyle. Rien de plus. »
Bends (en salles le 15/07/2015)
Flora Lau
« Un film glacial dont la narration trop étudiée empêche un réel approfondissement du sujet. »
« De la maîtrise et une belle photographie de Christopher Doyle. Rien de plus. »
Between the Seasons (FFCP 2019)
Kim Junsik
« Un traitement sensible de son sujet et des comédiennes formidables mais des problèmes de rythme et une musique omniprésente qui réduit l'impact du film. »
« Un film qui aurait pu être un drame intimiste touchant et délicat. Malheureusement au bout d'un petit quart, le spectateur en sait plus que les personnages et cela devient vite lourd. Dommage les actrices sont excellentes. »
Big Fish & Begonia (FCCF 2017)
Liang Xuan et Zhang Chun
« Romance, mythologie chinoise et force de la destinée s'entrecroisent dans un spectacle envoûtant et formellement somptueux qui transcende l'évidente influence Ghibli. »
« Influencé par Ghibli, Big Fish & Begonia parvient à se doter d'une identité propre et nous fait découvrir une mythologie chinoise teintée de romance. La révélation ! »
« Un joli film d'animation qui souffre de grosses carences d'écriture d'un univers peu cohérent et d'un dauphin bien encombrant. Une déception. »
« Un joli film d'animation qui doit beaucoup à son univers mythologique passionnant même si sous-exploité. »
Birthday (FFCP 2019)
Lee Jong-un
« Touchant mélodrame sur le deuil, le film se repose un peu trop sur la force de ses acteurs et sur des procédés tire-larmes. L'effet cathartique est néanmoins efficace, pas un œil sec dans la salle. »
« Ce film produit par Lee Chang-dong est une oeuvre cathartique subtile et poignante sur une famille en deuil suite au tragique incident du Sewol. Si vous n'avez pas expérimenté le han, préparez vos mouchoirs. »
« Une grosse couche de pathos qui fonctionne assez bien, car la construction des personnages est tout à fait bonne. »
Black Coal (en salles le 11/06/2014)
Diao Yinan
« Mise en scène distanciée d'une froideur extrême qui efface, malheureusement, les personnages et l'attachement qu'on pouvait avoir pour eux. »
« Une intrigue à la Basic Instinct dans ce portrait d'une Chine où toute chaleur humaine est proscrite. Dommage que la seconde moitié ne soit pas au niveau de la première. »
« Un film tentaculaire et glaçant. »
Black Stone (en salles le 27/07/2016)
Roh Gyeong-tae
Blade of the Immortal (Cannes 2017)
Miike Takashi
« Comme souvent chez Miike, c'est rigolo au début puis ça s'étire, ça devient répétitif et on finit par s'ennuyer en attendant poliment la fin du film. »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blade of the Immortal (Netflix)
Miike Takashi
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Comme souvent chez Miike, c'est rigolo au début puis ça s'étire, ça devient répétitif et on finit par s'ennuyer en attendant poliment la fin du film. »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blade of the Immortal (PIFFF 2017)
Mikke Takashi
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Comme souvent chez Miike, c'est rigolo au début puis ça s'étire, ça devient répétitif et on finit par s'ennuyer en attendant poliment la fin du film. »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blind Detective (Cannes 2013)
Johnnie To
« De l'houmour cantonais bien lourd, mais bourré d'idées, ça fait toujours plaisir ! »
Blind Massage (Cannes 2014)
Lou Ye
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »
Blind Massage (FCCF 2015)
« Un film sensoriel, voire sensuel. Une belle réussite. »
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Beautiful New Bay Area Project (Kinotayo 2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Sympa mais s'oublie vite. »
« Kurosawa fait ses gammes. Un amuse bouche en attendant le prochain long. »
Beijing Bicycle (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Superbe variation sur Le Voleur de Bicyclette, qui prend le pouls de la jeunesse chinoise contemporaine. »
Beijing Love Story (FCCF 2014)
Chen Sicheng
« Anthologie de l'amour sous forme de film choral, suivant les pérégrinations de différents couples plus ou moins liés subtilement. Inégal et artificiel. »
Being Born (FICA 2017)
Mohsen Abdolvahab
« Du Farhadi-like avec un sujet maintes fois ressassé dans le cinéma iranien. »
« Un film iranien dans la veine d'Asghar Farhadi. Plutôt pas mal mais sans surprise. »
Being Good (FICA 2016)
Mipo O
« Kore-eda nous avait confié avoir adoré : on comprend pourquoi en sortant de la salle. »
« Mieux que Good ! La confirmation d'une cinéaste à suivre. »
Believer (FFCP 2018)
Lee Hae-young
« Un remake du "Drug War" de Johnnie To entre redite efficace et relecture passionnante, notamment l'antagoniste principal bien plus tragique et ambigu. »
« Le plaisir coupable de cette édition : outrancier, violent, attendu mais jouissif. »
« Un polar musclé et haletant qui ne fait en rien injure à l'oeuvre originale de Johnnie To. »
« Voilà un bon exemple de remake. Cette version coréenne n'a rien à envier au film de Johnnie To, elle fait preuve d'une réelle identité. »
« Un remake de Drug War qui parvient à se démarquer de son modèle et propose une ribambelle de scènes d'une efficacité redoutable comme seuls les Coréens parviennent à le faire. »
Belladonna (en salles le 15/07/2016)
Yamamoto Yamamoto
« Une petite pépite que tout fan de cinéma d'animation se doit de visionner. Avec de la drogue, c'est peut-être encore mieux ! »
« Une belle résurrection, toujours aussi déconcertante. »
Bends (Cannes 2013)
Flora Lau
« De la maîtrise et une belle photographie de Christopher Doyle. Rien de plus. »
Bends (en salles le 15/07/2015)
Flora Lau
« Un film glacial dont la narration trop étudiée empêche un réel approfondissement du sujet. »
« De la maîtrise et une belle photographie de Christopher Doyle. Rien de plus. »
Between the Seasons (FFCP 2019)
Kim Junsik
« Un traitement sensible de son sujet et des comédiennes formidables mais des problèmes de rythme et une musique omniprésente qui réduit l'impact du film. »
« Un film qui aurait pu être un drame intimiste touchant et délicat. Malheureusement au bout d'un petit quart, le spectateur en sait plus que les personnages et cela devient vite lourd. Dommage les actrices sont excellentes. »
Big Fish & Begonia (FCCF 2017)
Liang Xuan et Zhang Chun
« Romance, mythologie chinoise et force de la destinée s'entrecroisent dans un spectacle envoûtant et formellement somptueux qui transcende l'évidente influence Ghibli. »
« Influencé par Ghibli, Big Fish & Begonia parvient à se doter d'une identité propre et nous fait découvrir une mythologie chinoise teintée de romance. La révélation ! »
« Un joli film d'animation qui souffre de grosses carences d'écriture d'un univers peu cohérent et d'un dauphin bien encombrant. Une déception. »
« Un joli film d'animation qui doit beaucoup à son univers mythologique passionnant même si sous-exploité. »
Birthday (FFCP 2019)
Lee Jong-un
« Touchant mélodrame sur le deuil, le film se repose un peu trop sur la force de ses acteurs et sur des procédés tire-larmes. L'effet cathartique est néanmoins efficace, pas un œil sec dans la salle. »
« Ce film produit par Lee Chang-dong est une oeuvre cathartique subtile et poignante sur une famille en deuil suite au tragique incident du Sewol. Si vous n'avez pas expérimenté le han, préparez vos mouchoirs. »
« Une grosse couche de pathos qui fonctionne assez bien, car la construction des personnages est tout à fait bonne. »
Black Coal (en salles le 11/06/2014)
Diao Yinan
« Mise en scène distanciée d'une froideur extrême qui efface, malheureusement, les personnages et l'attachement qu'on pouvait avoir pour eux. »
« Une intrigue à la Basic Instinct dans ce portrait d'une Chine où toute chaleur humaine est proscrite. Dommage que la seconde moitié ne soit pas au niveau de la première. »
« Un film tentaculaire et glaçant. »
Black Stone (en salles le 27/07/2016)
Roh Gyeong-tae
Blade of the Immortal (Cannes 2017)
Miike Takashi
« Comme souvent chez Miike, c'est rigolo au début puis ça s'étire, ça devient répétitif et on finit par s'ennuyer en attendant poliment la fin du film. »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blade of the Immortal (Netflix)
Miike Takashi
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Comme souvent chez Miike, c'est rigolo au début puis ça s'étire, ça devient répétitif et on finit par s'ennuyer en attendant poliment la fin du film. »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blade of the Immortal (PIFFF 2017)
Mikke Takashi
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Comme souvent chez Miike, c'est rigolo au début puis ça s'étire, ça devient répétitif et on finit par s'ennuyer en attendant poliment la fin du film. »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blind Detective (Cannes 2013)
Johnnie To
« De l'houmour cantonais bien lourd, mais bourré d'idées, ça fait toujours plaisir ! »
Blind Massage (Cannes 2014)
Lou Ye
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »
Blind Massage (FCCF 2015)
« Un film sensoriel, voire sensuel. Une belle réussite. »
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Beautiful New Bay Area Project (Kinotayo 2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Sympa mais s'oublie vite. »
« Kurosawa fait ses gammes. Un amuse bouche en attendant le prochain long. »
Beijing Bicycle (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Superbe variation sur Le Voleur de Bicyclette, qui prend le pouls de la jeunesse chinoise contemporaine. »
Beijing Love Story (FCCF 2014)
Chen Sicheng
« Anthologie de l'amour sous forme de film choral, suivant les pérégrinations de différents couples plus ou moins liés subtilement. Inégal et artificiel. »
Being Born (FICA 2017)
Mohsen Abdolvahab
« Du Farhadi-like avec un sujet maintes fois ressassé dans le cinéma iranien. »
« Un film iranien dans la veine d'Asghar Farhadi. Plutôt pas mal mais sans surprise. »
Being Good (FICA 2016)
Mipo O
« Kore-eda nous avait confié avoir adoré : on comprend pourquoi en sortant de la salle. »
« Mieux que Good ! La confirmation d'une cinéaste à suivre. »
Believer (FFCP 2018)
Lee Hae-young
« Un remake du "Drug War" de Johnnie To entre redite efficace et relecture passionnante, notamment l'antagoniste principal bien plus tragique et ambigu. »
« Le plaisir coupable de cette édition : outrancier, violent, attendu mais jouissif. »
« Un polar musclé et haletant qui ne fait en rien injure à l'oeuvre originale de Johnnie To. »
« Voilà un bon exemple de remake. Cette version coréenne n'a rien à envier au film de Johnnie To, elle fait preuve d'une réelle identité. »
« Un remake de Drug War qui parvient à se démarquer de son modèle et propose une ribambelle de scènes d'une efficacité redoutable comme seuls les Coréens parviennent à le faire. »
Belladonna (en salles le 15/07/2016)
Yamamoto Yamamoto
« Une petite pépite que tout fan de cinéma d'animation se doit de visionner. Avec de la drogue, c'est peut-être encore mieux ! »
« Une belle résurrection, toujours aussi déconcertante. »
Bends (Cannes 2013)
Flora Lau
« De la maîtrise et une belle photographie de Christopher Doyle. Rien de plus. »
Bends (en salles le 15/07/2015)
Flora Lau
« Un film glacial dont la narration trop étudiée empêche un réel approfondissement du sujet. »
« De la maîtrise et une belle photographie de Christopher Doyle. Rien de plus. »
Between the Seasons (FFCP 2019)
Kim Junsik
« Un traitement sensible de son sujet et des comédiennes formidables mais des problèmes de rythme et une musique omniprésente qui réduit l'impact du film. »
« Un film qui aurait pu être un drame intimiste touchant et délicat. Malheureusement au bout d'un petit quart, le spectateur en sait plus que les personnages et cela devient vite lourd. Dommage les actrices sont excellentes. »
Big Fish & Begonia (FCCF 2017)
Liang Xuan et Zhang Chun
« Romance, mythologie chinoise et force de la destinée s'entrecroisent dans un spectacle envoûtant et formellement somptueux qui transcende l'évidente influence Ghibli. »
« Influencé par Ghibli, Big Fish & Begonia parvient à se doter d'une identité propre et nous fait découvrir une mythologie chinoise teintée de romance. La révélation ! »
« Un joli film d'animation qui souffre de grosses carences d'écriture d'un univers peu cohérent et d'un dauphin bien encombrant. Une déception. »
« Un joli film d'animation qui doit beaucoup à son univers mythologique passionnant même si sous-exploité. »
Birthday (FFCP 2019)
Lee Jong-un
« Touchant mélodrame sur le deuil, le film se repose un peu trop sur la force de ses acteurs et sur des procédés tire-larmes. L'effet cathartique est néanmoins efficace, pas un œil sec dans la salle. »
« Ce film produit par Lee Chang-dong est une oeuvre cathartique subtile et poignante sur une famille en deuil suite au tragique incident du Sewol. Si vous n'avez pas expérimenté le han, préparez vos mouchoirs. »
« Une grosse couche de pathos qui fonctionne assez bien, car la construction des personnages est tout à fait bonne. »
Black Coal (en salles le 11/06/2014)
Diao Yinan
« Mise en scène distanciée d'une froideur extrême qui efface, malheureusement, les personnages et l'attachement qu'on pouvait avoir pour eux. »
« Une intrigue à la Basic Instinct dans ce portrait d'une Chine où toute chaleur humaine est proscrite. Dommage que la seconde moitié ne soit pas au niveau de la première. »
« Un film tentaculaire et glaçant. »
Black Stone (en salles le 27/07/2016)
Roh Gyeong-tae
Blade of the Immortal (Cannes 2017)
Miike Takashi
« Comme souvent chez Miike, c'est rigolo au début puis ça s'étire, ça devient répétitif et on finit par s'ennuyer en attendant poliment la fin du film. »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blade of the Immortal (Netflix)
Miike Takashi
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Comme souvent chez Miike, c'est rigolo au début puis ça s'étire, ça devient répétitif et on finit par s'ennuyer en attendant poliment la fin du film. »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blade of the Immortal (PIFFF 2017)
Mikke Takashi
« Un souffle puissant de Miike porté par une esthétique chanbara classique, pas surprenante, mais impeccable (décors et costumes) et des acteurs convaincants. Son meilleur opus depuis "Lesson of the Evil" et "As the Gods Will". »
« Comme souvent chez Miike, c'est rigolo au début puis ça s'étire, ça devient répétitif et on finit par s'ennuyer en attendant poliment la fin du film. »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Blind Detective (Cannes 2013)
Johnnie To
« De l'houmour cantonais bien lourd, mais bourré d'idées, ça fait toujours plaisir ! »
Blind Massage (Cannes 2014)
Lou Ye
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »
Blind Massage (FCCF 2015)
« Un film sensoriel, voire sensuel. Une belle réussite. »
« Tout est dans le titre : des massages et des aveugles. Lou Ye est assez inspiré pour filmer les deux avec une mise en scène inventive quand il s'agit de traduire l'émoi des sens et la cécité. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.