Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Après la tempête (FICA 2017)
Kore-eda Hirokazu
« Même un "petit" Kore eda nous fait passer un agréable moment. Surtout quand il y a Kiki Kirin au casting ! »
« Un tout petit peu en dessous de Notre petite Soeur, mais le sublime personnage de Kirin Kiki emporte tout ! »
Aragne: Sign of Vermillion (Etrange Festival 2019)
Sakamoto Saku
« Un inconnu à Annecy m'a dit que je devais absolument voir ce film. Maintenant que je l'ai vu, je suis persuadé que ce n'était pas un inconnu, mais quelqu'un que j'ai blessé dans une vie intérieure et qui voulait me faire souffrir en retour. »
Arcana (L'Étrange Festival 2014)
Yamaguchi Yoshitaka
« Une ambiance à la Miike Takashi sans son talent. »
Army (FFCP 2019)
Kelvin Kyungkun Park
« L'ultrastress du service militaire est saisi à l'écran mais et après ? La réflexion manque quelque peu dans ce documentaire. »
Artist Of Fasting (Kinotayo 2017)
Adachi Masao
« Théoriquement intéressant même si des idées restent interlopes. Le film manque d'une énergie fédératrice pour appuyer son discours. »
« On pouvait craindre le film nostalgique d'un militant d'extrême gauche septuagénaire perdu dans le Japon contemporain mais cette adaptation de Kafka fait tout à fait sens dans l'oeuvre d'Adachi. »
Asako I&II (en salles le 02/01/2019)
Hamaguchi Ryusuke
« On retrouve la capture du quotidien croisée à un astucieux romanesque déjà apprécié dans Senses, tournant cette fois autour de l'inachevé et l'obsession amoureuse. La claque de ce début 2019. »
« Un film qui laisse parfois perplexe. Une mise en scène brillante, mais un rythme perturbant et une héroïne qui a du mal à se construire au fil du récit alors que c'est bien le sujet du film. »
« Hamaguchi brouille les pistes du réel dans cette histoire de doubles psychiques et physiques. Il confirme aussi être l'un des réalisateurs phares de la quête de soi et de la quête du sens. »
« Un film ambivalent traversé par de belles idées, mais parfois à la limite d'une insignifiance calquée sur son héroïne. On peut préférer Asako I à Asako II (ou l'inverse). »
Assassination (FFCP 2015)
Choi Dong-hoon
« Un blockbuster impressionnant qui ne connaît aucun temps mort. Les 140 minutes passent à toute vitesse ! »
« Un spectacle historique enlevé et intelligent, qui cite Melville et le Western italien et n'oublie pas de construire de vrai personnages. Que demander de plus à un Blockbuster coréen ? »
Asura : The City Of Madness (FFCP 2016)
Kim Seong-su
« Mal écrit, incohérent avec un acteur principal doté du charisme d'une huître, Asura est quand même méga jouissif. »
« Une mise en scène outrancière et un cabotinage généralisé des acteurs (mention spéciale au génial Jung Woo-Sung) pour ce qui s'avère être une parodie (involontaire ?) des films policiers des années 80. Jubilatoire. »
« À ce niveau là, ce n'est plus du Hard-Boiled mais du Over-Cooked-Over-The-Top-Hard-Boiled ! »
Au bout du monde (en salles le 23/10/2019)
Kurosawa Kiyoshi
« Errance mélancolique de toute beauté. Kurosawa se perd et nous perd dans les paysages de l'Ouzbékistan... »
« Une drôle, attachante et parfois inquiétante perte de repères portée par une interprète suscitant une belle empathie. »
« Des fantômes japonais à la perte de repères en Ouzbékistan, il n'y a qu'un pas que franchit allégrement Kurosawa. Un film dont la portée se veut universelle porté par une actrice touchante. »
« Pour ce trip en Ouzbékistan, Kurosawa nous ravit les yeux et l'esprit. On reconnaît ses obsessions, cette fois-ci teintées d'une foi en l'humanité. »
« Fasciné par la présence magnétique d'une Atsuko Maeda Lost In Translation, Kurosawa livre une belle réflexion kiarostanienne sur l'altérité, le cinéma, les idols... »
Au-delà des montagnes (en salles le 23/12/2015)
Jia Zhang-ke
« Un odyssée intimiste touchante et une réflexion passionnante sur la Chine contemoraine. »
« À travers cette fresque contemporaine de la Chine, Jia Zhang-ke prouve non seulement qu'il a encore beaucoup à dire mais aussi qu'il sait le faire avec finesse et intelligence. »
« Une grande oeuvre bouleversante sur l'évolution de la Chine. La mise de scène de Jia Zhang-ke est belle à pleurer. »
Au-delà des montagnes (en video le 03/05/2016)
Jia Zhang-ke
« À travers cette fresque contemporaine de la Chine, Jia Zhang-ke prouve non seulement qu'il a encore beaucoup à dire mais aussi qu'il sait le faire avec finesse et intelligence. »
« Une grande oeuvre bouleversante sur l'évolution de la Chine. La mise de scène de Jia Zhang-ke est belle à pleurer. »
Avant l'aube (en salle le 30/04/2014)
Balaji Kumar
Avant que nous disparaissions (Cannes 2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
Avant que nous disparaissions (en salles le 14/03/2018)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
Avant que nous disparaissions (L'Étrange Festival 2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
Baahubali: The Beginning (L'Étrange Festival 2015)
S.S. Rajamouli
Baby Beside Me (FICA 2017)
Son Tae-gyum
« Un premier film sincère et parfois touchant, malgré son manque de maîtrise. »
Backwater (Kinotayo 2014)
Aoyama Shinji
« Malgré quelques beaux plans, on s'ennuie ferme. »
« Un film retors qui regorge d'idées passionnantes, qu'un scénario assez indigeste a malheureusement du mal à mettre en lumière. »
Bagage (FICA 2018 - Compétition)
Zig Dulay
« Belle écriture mais une économie de mise en scène qui sonne comme un défaut. »
« Rien de nouveau dans le cinéma Philippin indépendant, mais le film est plutôt au dessus de la moyenne grâce à une narration solide et prenante et des acteurs convaincants. »
Balloon (en salles le 26/05/2021)
Pema Tseden
« Je pense manquer de contexte culturel pour pleinement apprécier le film, mais c'est tout de même plutôt intéressant. »
« Formaliste achevé et disciple de Kiarostami, Tseden signe, avec des pointes d'humour, une fable sur l'aliénation sexuelle d'une femme corsetée par les traditions culturelles. »
« Une somptueuse fable tibétaine d'un réalisateur qui capture la réalité sociale comme personne, enrichie d'une rare et précieuse poésie du bout du monde. »
« Pema Tseden s’immisce dans le sillon laissé par l'industrie cinématographique chinoise pour dresser le plus beau des portraits du Tibet, après Tharlo et Jinpa. »
« Balloon confirme la place de Pema Tseden comme grand cinéaste.  »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Après la tempête (FICA 2017)
Kore-eda Hirokazu
« Même un "petit" Kore eda nous fait passer un agréable moment. Surtout quand il y a Kiki Kirin au casting ! »
« Un tout petit peu en dessous de Notre petite Soeur, mais le sublime personnage de Kirin Kiki emporte tout ! »
Aragne: Sign of Vermillion (Etrange Festival 2019)
Sakamoto Saku
« Un inconnu à Annecy m'a dit que je devais absolument voir ce film. Maintenant que je l'ai vu, je suis persuadé que ce n'était pas un inconnu, mais quelqu'un que j'ai blessé dans une vie intérieure et qui voulait me faire souffrir en retour. »
Arcana (L'Étrange Festival 2014)
Yamaguchi Yoshitaka
« Une ambiance à la Miike Takashi sans son talent. »
Army (FFCP 2019)
Kelvin Kyungkun Park
« L'ultrastress du service militaire est saisi à l'écran mais et après ? La réflexion manque quelque peu dans ce documentaire. »
Artist Of Fasting (Kinotayo 2017)
Adachi Masao
« Théoriquement intéressant même si des idées restent interlopes. Le film manque d'une énergie fédératrice pour appuyer son discours. »
« On pouvait craindre le film nostalgique d'un militant d'extrême gauche septuagénaire perdu dans le Japon contemporain mais cette adaptation de Kafka fait tout à fait sens dans l'oeuvre d'Adachi. »
Asako I&II (en salles le 02/01/2019)
Hamaguchi Ryusuke
« On retrouve la capture du quotidien croisée à un astucieux romanesque déjà apprécié dans Senses, tournant cette fois autour de l'inachevé et l'obsession amoureuse. La claque de ce début 2019. »
« Un film qui laisse parfois perplexe. Une mise en scène brillante, mais un rythme perturbant et une héroïne qui a du mal à se construire au fil du récit alors que c'est bien le sujet du film. »
« Hamaguchi brouille les pistes du réel dans cette histoire de doubles psychiques et physiques. Il confirme aussi être l'un des réalisateurs phares de la quête de soi et de la quête du sens. »
« Un film ambivalent traversé par de belles idées, mais parfois à la limite d'une insignifiance calquée sur son héroïne. On peut préférer Asako I à Asako II (ou l'inverse). »
Assassination (FFCP 2015)
Choi Dong-hoon
« Un blockbuster impressionnant qui ne connaît aucun temps mort. Les 140 minutes passent à toute vitesse ! »
« Un spectacle historique enlevé et intelligent, qui cite Melville et le Western italien et n'oublie pas de construire de vrai personnages. Que demander de plus à un Blockbuster coréen ? »
Asura : The City Of Madness (FFCP 2016)
Kim Seong-su
« Mal écrit, incohérent avec un acteur principal doté du charisme d'une huître, Asura est quand même méga jouissif. »
« Une mise en scène outrancière et un cabotinage généralisé des acteurs (mention spéciale au génial Jung Woo-Sung) pour ce qui s'avère être une parodie (involontaire ?) des films policiers des années 80. Jubilatoire. »
« À ce niveau là, ce n'est plus du Hard-Boiled mais du Over-Cooked-Over-The-Top-Hard-Boiled ! »
Au bout du monde (en salles le 23/10/2019)
Kurosawa Kiyoshi
« Errance mélancolique de toute beauté. Kurosawa se perd et nous perd dans les paysages de l'Ouzbékistan... »
« Une drôle, attachante et parfois inquiétante perte de repères portée par une interprète suscitant une belle empathie. »
« Des fantômes japonais à la perte de repères en Ouzbékistan, il n'y a qu'un pas que franchit allégrement Kurosawa. Un film dont la portée se veut universelle porté par une actrice touchante. »
« Pour ce trip en Ouzbékistan, Kurosawa nous ravit les yeux et l'esprit. On reconnaît ses obsessions, cette fois-ci teintées d'une foi en l'humanité. »
« Fasciné par la présence magnétique d'une Atsuko Maeda Lost In Translation, Kurosawa livre une belle réflexion kiarostanienne sur l'altérité, le cinéma, les idols... »
Au-delà des montagnes (en salles le 23/12/2015)
Jia Zhang-ke
« Un odyssée intimiste touchante et une réflexion passionnante sur la Chine contemoraine. »
« À travers cette fresque contemporaine de la Chine, Jia Zhang-ke prouve non seulement qu'il a encore beaucoup à dire mais aussi qu'il sait le faire avec finesse et intelligence. »
« Une grande oeuvre bouleversante sur l'évolution de la Chine. La mise de scène de Jia Zhang-ke est belle à pleurer. »
Au-delà des montagnes (en video le 03/05/2016)
Jia Zhang-ke
« À travers cette fresque contemporaine de la Chine, Jia Zhang-ke prouve non seulement qu'il a encore beaucoup à dire mais aussi qu'il sait le faire avec finesse et intelligence. »
« Une grande oeuvre bouleversante sur l'évolution de la Chine. La mise de scène de Jia Zhang-ke est belle à pleurer. »
Avant l'aube (en salle le 30/04/2014)
Balaji Kumar
Avant que nous disparaissions (Cannes 2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
Avant que nous disparaissions (en salles le 14/03/2018)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
Avant que nous disparaissions (L'Étrange Festival 2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
Baahubali: The Beginning (L'Étrange Festival 2015)
S.S. Rajamouli
Baby Beside Me (FICA 2017)
Son Tae-gyum
« Un premier film sincère et parfois touchant, malgré son manque de maîtrise. »
Backwater (Kinotayo 2014)
Aoyama Shinji
« Malgré quelques beaux plans, on s'ennuie ferme. »
« Un film retors qui regorge d'idées passionnantes, qu'un scénario assez indigeste a malheureusement du mal à mettre en lumière. »
Bagage (FICA 2018 - Compétition)
Zig Dulay
« Belle écriture mais une économie de mise en scène qui sonne comme un défaut. »
« Rien de nouveau dans le cinéma Philippin indépendant, mais le film est plutôt au dessus de la moyenne grâce à une narration solide et prenante et des acteurs convaincants. »
Balloon (en salles le 26/05/2021)
Pema Tseden
« Je pense manquer de contexte culturel pour pleinement apprécier le film, mais c'est tout de même plutôt intéressant. »
« Formaliste achevé et disciple de Kiarostami, Tseden signe, avec des pointes d'humour, une fable sur l'aliénation sexuelle d'une femme corsetée par les traditions culturelles. »
« Une somptueuse fable tibétaine d'un réalisateur qui capture la réalité sociale comme personne, enrichie d'une rare et précieuse poésie du bout du monde. »
« Pema Tseden s’immisce dans le sillon laissé par l'industrie cinématographique chinoise pour dresser le plus beau des portraits du Tibet, après Tharlo et Jinpa. »
« Balloon confirme la place de Pema Tseden comme grand cinéaste.  »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Après la tempête (FICA 2017)
Kore-eda Hirokazu
« Même un "petit" Kore eda nous fait passer un agréable moment. Surtout quand il y a Kiki Kirin au casting ! »
« Un tout petit peu en dessous de Notre petite Soeur, mais le sublime personnage de Kirin Kiki emporte tout ! »
Aragne: Sign of Vermillion (Etrange Festival 2019)
Sakamoto Saku
« Un inconnu à Annecy m'a dit que je devais absolument voir ce film. Maintenant que je l'ai vu, je suis persuadé que ce n'était pas un inconnu, mais quelqu'un que j'ai blessé dans une vie intérieure et qui voulait me faire souffrir en retour. »
Arcana (L'Étrange Festival 2014)
Yamaguchi Yoshitaka
« Une ambiance à la Miike Takashi sans son talent. »
Army (FFCP 2019)
Kelvin Kyungkun Park
« L'ultrastress du service militaire est saisi à l'écran mais et après ? La réflexion manque quelque peu dans ce documentaire. »
Artist Of Fasting (Kinotayo 2017)
Adachi Masao
« Théoriquement intéressant même si des idées restent interlopes. Le film manque d'une énergie fédératrice pour appuyer son discours. »
« On pouvait craindre le film nostalgique d'un militant d'extrême gauche septuagénaire perdu dans le Japon contemporain mais cette adaptation de Kafka fait tout à fait sens dans l'oeuvre d'Adachi. »
Asako I&II (en salles le 02/01/2019)
Hamaguchi Ryusuke
« On retrouve la capture du quotidien croisée à un astucieux romanesque déjà apprécié dans Senses, tournant cette fois autour de l'inachevé et l'obsession amoureuse. La claque de ce début 2019. »
« Un film qui laisse parfois perplexe. Une mise en scène brillante, mais un rythme perturbant et une héroïne qui a du mal à se construire au fil du récit alors que c'est bien le sujet du film. »
« Hamaguchi brouille les pistes du réel dans cette histoire de doubles psychiques et physiques. Il confirme aussi être l'un des réalisateurs phares de la quête de soi et de la quête du sens. »
« Un film ambivalent traversé par de belles idées, mais parfois à la limite d'une insignifiance calquée sur son héroïne. On peut préférer Asako I à Asako II (ou l'inverse). »
Assassination (FFCP 2015)
Choi Dong-hoon
« Un blockbuster impressionnant qui ne connaît aucun temps mort. Les 140 minutes passent à toute vitesse ! »
« Un spectacle historique enlevé et intelligent, qui cite Melville et le Western italien et n'oublie pas de construire de vrai personnages. Que demander de plus à un Blockbuster coréen ? »
Asura : The City Of Madness (FFCP 2016)
Kim Seong-su
« Mal écrit, incohérent avec un acteur principal doté du charisme d'une huître, Asura est quand même méga jouissif. »
« Une mise en scène outrancière et un cabotinage généralisé des acteurs (mention spéciale au génial Jung Woo-Sung) pour ce qui s'avère être une parodie (involontaire ?) des films policiers des années 80. Jubilatoire. »
« À ce niveau là, ce n'est plus du Hard-Boiled mais du Over-Cooked-Over-The-Top-Hard-Boiled ! »
Au bout du monde (en salles le 23/10/2019)
Kurosawa Kiyoshi
« Errance mélancolique de toute beauté. Kurosawa se perd et nous perd dans les paysages de l'Ouzbékistan... »
« Une drôle, attachante et parfois inquiétante perte de repères portée par une interprète suscitant une belle empathie. »
« Des fantômes japonais à la perte de repères en Ouzbékistan, il n'y a qu'un pas que franchit allégrement Kurosawa. Un film dont la portée se veut universelle porté par une actrice touchante. »
« Pour ce trip en Ouzbékistan, Kurosawa nous ravit les yeux et l'esprit. On reconnaît ses obsessions, cette fois-ci teintées d'une foi en l'humanité. »
« Fasciné par la présence magnétique d'une Atsuko Maeda Lost In Translation, Kurosawa livre une belle réflexion kiarostanienne sur l'altérité, le cinéma, les idols... »
Au-delà des montagnes (en salles le 23/12/2015)
Jia Zhang-ke
« Un odyssée intimiste touchante et une réflexion passionnante sur la Chine contemoraine. »
« À travers cette fresque contemporaine de la Chine, Jia Zhang-ke prouve non seulement qu'il a encore beaucoup à dire mais aussi qu'il sait le faire avec finesse et intelligence. »
« Une grande oeuvre bouleversante sur l'évolution de la Chine. La mise de scène de Jia Zhang-ke est belle à pleurer. »
Au-delà des montagnes (en video le 03/05/2016)
Jia Zhang-ke
« À travers cette fresque contemporaine de la Chine, Jia Zhang-ke prouve non seulement qu'il a encore beaucoup à dire mais aussi qu'il sait le faire avec finesse et intelligence. »
« Une grande oeuvre bouleversante sur l'évolution de la Chine. La mise de scène de Jia Zhang-ke est belle à pleurer. »
Avant l'aube (en salle le 30/04/2014)
Balaji Kumar
Avant que nous disparaissions (Cannes 2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
Avant que nous disparaissions (en salles le 14/03/2018)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
Avant que nous disparaissions (L'Étrange Festival 2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
Baahubali: The Beginning (L'Étrange Festival 2015)
S.S. Rajamouli
Baby Beside Me (FICA 2017)
Son Tae-gyum
« Un premier film sincère et parfois touchant, malgré son manque de maîtrise. »
Backwater (Kinotayo 2014)
Aoyama Shinji
« Malgré quelques beaux plans, on s'ennuie ferme. »
« Un film retors qui regorge d'idées passionnantes, qu'un scénario assez indigeste a malheureusement du mal à mettre en lumière. »
Bagage (FICA 2018 - Compétition)
Zig Dulay
« Belle écriture mais une économie de mise en scène qui sonne comme un défaut. »
« Rien de nouveau dans le cinéma Philippin indépendant, mais le film est plutôt au dessus de la moyenne grâce à une narration solide et prenante et des acteurs convaincants. »
Balloon (en salles le 26/05/2021)
Pema Tseden
« Je pense manquer de contexte culturel pour pleinement apprécier le film, mais c'est tout de même plutôt intéressant. »
« Formaliste achevé et disciple de Kiarostami, Tseden signe, avec des pointes d'humour, une fable sur l'aliénation sexuelle d'une femme corsetée par les traditions culturelles. »
« Une somptueuse fable tibétaine d'un réalisateur qui capture la réalité sociale comme personne, enrichie d'une rare et précieuse poésie du bout du monde. »
« Pema Tseden s’immisce dans le sillon laissé par l'industrie cinématographique chinoise pour dresser le plus beau des portraits du Tibet, après Tharlo et Jinpa. »
« Balloon confirme la place de Pema Tseden comme grand cinéaste.  »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.