Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Kim Gun (FFCP 2019)
Kang Sang-woo
« Un brillant travail de mémoire et de cinéma. L'obsession de l'identité est douloureuse mais sonne comme un cri de vérité, contre l'obscurantisme. »
Swing Kids (FFCP 2019)
Kang Hyoung-chul
« Des scènes de danse éblouissantes, des acteurs qui filent la patate, une musique entraînante. Reste une seconde partie un peu moins réussie qui mélange les genres difficilement. »
House Of Hummingbird (FFCP 2019)
Kim Bora
« Beau premier film souffrant de quelques longueurs, mais offrant un portrait adolescent juste et touchant, ainsi qu'une photographie (intime et collective) captivante de la société coréenne des années 90. »
« Un passage en revue complet, profond et engagé de la vie d'une jeune fille dans la Corée des années 90. Le film demeure longuet sur le dernier tiers. »
The Divine Fury (FFCP 2019)
Kim Ju-hwan
« Difficile d'arriver au bout de ce nanar. Un réalisateur à exorciser tout de suite. »
« Un blockbuster lisible mais quelque peu désincarné. »
A Boy And Sungreen (FFCP)
Ahn Ju-young
« Des personnages d'une grande fraîcheur qui nous partagent joies, rires et peines avec sincérité. »
Extreme Job (FFCP 2019)
Lee Byoung-heon
« C'est marrant, léger et typiquement coréen. Mais le postulat de départ a déjà été vu et revu. »
« Comédie policière efficace au scénario détonnant. »
Ode To The Goose (FFCP 2019)
Zhang Lu
« Une ballade à la Hong Sang-soo, sans alcool mais avec une mise en scène brillante. Dommage que le montage et la narration nous perdent volontairement et sans trop de raison. »
« Un morcellement narratif ultra qui noie le spectateur. La première partie est pourtant plutôt agréable. »
Between the Seasons (FFCP 2019)
Kim Junsik
Default (FFCP 2019)
Choi Kook-hee
« Etonnante que cette reconstitution de la crise financière de 1997 avec Vincent Cassel au casting. On se prend au jeu du rythme effréné des marchés et des impacts catastrophiques, à la fois politiques mais aussi pragmatiques, sur les petites gens. »
« Un brûlot anti FMI qui aurait mérité un traitement plus radical. Que tout cela est bien convenu... »
« Dans la droite lignée des films économiques tels que The Big Short ou Margin Call, Default se révèle particulièrement clair, avec des moments d'indignation bienvenus. Et Vincent Cassel en négociateur du FMI qui cabotine, ça n'a pas de prix. »
Second Life (FFCP 2019)
Park Young-ju
« Un joli drame doucereux mais dont le gros de l'intrigue semble assez vu et revu. »
Army (FFCP 2019)
Kelvin Kyungkun Park
« L'ultrastress du service militaire est saisi à l'écran mais et après ? La réflexion manque quelque peu dans ce documentaire. »
Another Child (FFCP 2019)
Kim Yun-seok
« Un film émouvant avec un duo d'actrices brillant qui aurait mérité une meilleure cohérence dans le récit et le montage. »
« Une famille forcée de s'unir, un scénario qui aboutit à une galerie de personnages caractériels mais très attachants. »
Exit (FFCP 2019)
Lee Sang-geun
« Un premier film amusant, ultra rythmé et très malin. Ca ne révolutionne pas le genre mais c'est efficace ! »
« Film catastrophe sans grande originalité. Et ça fonctionne ! »
« Une belle comédie qui s'amuse à se mouvoir dans des couloirs comme on joue à un jeu vidéo. Ludique ! »
Au bout du monde (en salles le 23/10/2019)
Kurosawa Kiyoshi
« Errance mélancolique de toute beauté. Kurosawa se perd et nous perd dans les paysages de l'Ouzbékistan... »
« Une drôle, attachante et parfois inquiétante perte de repères portée par une interprète suscitant une belle empathie. »
« Des fantômes japonais à la perte de repères en Ouzbékistan, il n'y a qu'un pas que franchit allégrement Kurosawa. Un film dont la portée se veut universelle porté par une actrice touchante. »
« Pour ce trip en Ouzbékistan, Kurosawa nous ravit les yeux et l'esprit. On reconnaît ses obsessions, cette fois-ci teintées d'une foi en l'humanité. »
« Fasciné par la présence magnétique d'une Atsuko Maeda Lost In Translation, Kurosawa livre une belle réflexion kiarostanienne sur l'altérité, le cinéma, les idols... »
The Forest of Love (sur Netflix le 11/10/2019)
Sono Sion
« Synthèse de tout le cinéma de Sion Sono en 2h30, c'est à la fois ébouriffant, choquant et volontairement indigeste. Quel film ! »
« Il est bon de retrouver le maître du chaos, incisif et percutant, pour conclure sa décennie légendaire. »
« C'est à la fois totalement fou et entièrement maîtrisé ! »
« Un concentré de l'œuvre de Sono Sion, de Suicide Club à Why don't you play in Hell? en passant par Cold Fish, doublé d'une auto-réflexion sur son cinéma (les clins d'œil à sa carrière personnelle sont légion). L'envie de toucher un nouveau public grâce à la distribution de Netflix. »
« Et voilà, à cause de Sono Sion, je vais devoir mettre un film Netflix dans mon Top 10 2019... »
Kusama : Infinity (en salles le 18/09/2019)
Heather Lenz
« Malgré son formalisme académique, c'est un beau portrait d'une femme qui s'est faite beaucoup voler son succès. »
First Love (Etrange Festival 2019)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Takashi Miike en tres grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
Family Romance, LLC (Etrange Festival 2019)
Werner Herzog
« Entre impudeur sinistre et touchante introspection, une captivante observation de la rémission intime à la japonaise. »
Idol (Etrange Festival 2019)
Lee Su-jin
« Si quelqu'un a compris quoique ce soit à ce film, qu'il me contacte. Merci ! »
Diner (Etrange Festival 2019)
Ninagawa Mika
« Une adaptation colorée et énergique d’un manga qui finit par lasser à force de diluer son intrigue et d’avoir recours à des effets de mise en scène vus et revus. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Kim Gun (FFCP 2019)
Kang Sang-woo
« Un brillant travail de mémoire et de cinéma. L'obsession de l'identité est douloureuse mais sonne comme un cri de vérité, contre l'obscurantisme. »
Swing Kids (FFCP 2019)
Kang Hyoung-chul
« Des scènes de danse éblouissantes, des acteurs qui filent la patate, une musique entraînante. Reste une seconde partie un peu moins réussie qui mélange les genres difficilement. »
House Of Hummingbird (FFCP 2019)
Kim Bora
« Beau premier film souffrant de quelques longueurs, mais offrant un portrait adolescent juste et touchant, ainsi qu'une photographie (intime et collective) captivante de la société coréenne des années 90. »
« Un passage en revue complet, profond et engagé de la vie d'une jeune fille dans la Corée des années 90. Le film demeure longuet sur le dernier tiers. »
The Divine Fury (FFCP 2019)
Kim Ju-hwan
« Difficile d'arriver au bout de ce nanar. Un réalisateur à exorciser tout de suite. »
« Un blockbuster lisible mais quelque peu désincarné. »
A Boy And Sungreen (FFCP)
Ahn Ju-young
« Des personnages d'une grande fraîcheur qui nous partagent joies, rires et peines avec sincérité. »
Extreme Job (FFCP 2019)
Lee Byoung-heon
« C'est marrant, léger et typiquement coréen. Mais le postulat de départ a déjà été vu et revu. »
« Comédie policière efficace au scénario détonnant. »
Ode To The Goose (FFCP 2019)
Zhang Lu
« Une ballade à la Hong Sang-soo, sans alcool mais avec une mise en scène brillante. Dommage que le montage et la narration nous perdent volontairement et sans trop de raison. »
« Un morcellement narratif ultra qui noie le spectateur. La première partie est pourtant plutôt agréable. »
Between the Seasons (FFCP 2019)
Kim Junsik
Default (FFCP 2019)
Choi Kook-hee
« Etonnante que cette reconstitution de la crise financière de 1997 avec Vincent Cassel au casting. On se prend au jeu du rythme effréné des marchés et des impacts catastrophiques, à la fois politiques mais aussi pragmatiques, sur les petites gens. »
« Un brûlot anti FMI qui aurait mérité un traitement plus radical. Que tout cela est bien convenu... »
« Dans la droite lignée des films économiques tels que The Big Short ou Margin Call, Default se révèle particulièrement clair, avec des moments d'indignation bienvenus. Et Vincent Cassel en négociateur du FMI qui cabotine, ça n'a pas de prix. »
Second Life (FFCP 2019)
Park Young-ju
« Un joli drame doucereux mais dont le gros de l'intrigue semble assez vu et revu. »
Army (FFCP 2019)
Kelvin Kyungkun Park
« L'ultrastress du service militaire est saisi à l'écran mais et après ? La réflexion manque quelque peu dans ce documentaire. »
Another Child (FFCP 2019)
Kim Yun-seok
« Un film émouvant avec un duo d'actrices brillant qui aurait mérité une meilleure cohérence dans le récit et le montage. »
« Une famille forcée de s'unir, un scénario qui aboutit à une galerie de personnages caractériels mais très attachants. »
Exit (FFCP 2019)
Lee Sang-geun
« Un premier film amusant, ultra rythmé et très malin. Ca ne révolutionne pas le genre mais c'est efficace ! »
« Film catastrophe sans grande originalité. Et ça fonctionne ! »
« Une belle comédie qui s'amuse à se mouvoir dans des couloirs comme on joue à un jeu vidéo. Ludique ! »
Au bout du monde (en salles le 23/10/2019)
Kurosawa Kiyoshi
« Errance mélancolique de toute beauté. Kurosawa se perd et nous perd dans les paysages de l'Ouzbékistan... »
« Une drôle, attachante et parfois inquiétante perte de repères portée par une interprète suscitant une belle empathie. »
« Des fantômes japonais à la perte de repères en Ouzbékistan, il n'y a qu'un pas que franchit allégrement Kurosawa. Un film dont la portée se veut universelle porté par une actrice touchante. »
« Pour ce trip en Ouzbékistan, Kurosawa nous ravit les yeux et l'esprit. On reconnaît ses obsessions, cette fois-ci teintées d'une foi en l'humanité. »
« Fasciné par la présence magnétique d'une Atsuko Maeda Lost In Translation, Kurosawa livre une belle réflexion kiarostanienne sur l'altérité, le cinéma, les idols... »
The Forest of Love (sur Netflix le 11/10/2019)
Sono Sion
« Synthèse de tout le cinéma de Sion Sono en 2h30, c'est à la fois ébouriffant, choquant et volontairement indigeste. Quel film ! »
« Il est bon de retrouver le maître du chaos, incisif et percutant, pour conclure sa décennie légendaire. »
« C'est à la fois totalement fou et entièrement maîtrisé ! »
« Un concentré de l'œuvre de Sono Sion, de Suicide Club à Why don't you play in Hell? en passant par Cold Fish, doublé d'une auto-réflexion sur son cinéma (les clins d'œil à sa carrière personnelle sont légion). L'envie de toucher un nouveau public grâce à la distribution de Netflix. »
« Et voilà, à cause de Sono Sion, je vais devoir mettre un film Netflix dans mon Top 10 2019... »
Kusama : Infinity (en salles le 18/09/2019)
Heather Lenz
« Malgré son formalisme académique, c'est un beau portrait d'une femme qui s'est faite beaucoup voler son succès. »
First Love (Etrange Festival 2019)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Takashi Miike en tres grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
Family Romance, LLC (Etrange Festival 2019)
Werner Herzog
« Entre impudeur sinistre et touchante introspection, une captivante observation de la rémission intime à la japonaise. »
Idol (Etrange Festival 2019)
Lee Su-jin
« Si quelqu'un a compris quoique ce soit à ce film, qu'il me contacte. Merci ! »
Diner (Etrange Festival 2019)
Ninagawa Mika
« Une adaptation colorée et énergique d’un manga qui finit par lasser à force de diluer son intrigue et d’avoir recours à des effets de mise en scène vus et revus. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Kim Gun (FFCP 2019)
Kang Sang-woo
« Un brillant travail de mémoire et de cinéma. L'obsession de l'identité est douloureuse mais sonne comme un cri de vérité, contre l'obscurantisme. »
Swing Kids (FFCP 2019)
Kang Hyoung-chul
« Des scènes de danse éblouissantes, des acteurs qui filent la patate, une musique entraînante. Reste une seconde partie un peu moins réussie qui mélange les genres difficilement. »
House Of Hummingbird (FFCP 2019)
Kim Bora
« Beau premier film souffrant de quelques longueurs, mais offrant un portrait adolescent juste et touchant, ainsi qu'une photographie (intime et collective) captivante de la société coréenne des années 90. »
« Un passage en revue complet, profond et engagé de la vie d'une jeune fille dans la Corée des années 90. Le film demeure longuet sur le dernier tiers. »
The Divine Fury (FFCP 2019)
Kim Ju-hwan
« Difficile d'arriver au bout de ce nanar. Un réalisateur à exorciser tout de suite. »
« Un blockbuster lisible mais quelque peu désincarné. »
A Boy And Sungreen (FFCP)
Ahn Ju-young
« Des personnages d'une grande fraîcheur qui nous partagent joies, rires et peines avec sincérité. »
Extreme Job (FFCP 2019)
Lee Byoung-heon
« C'est marrant, léger et typiquement coréen. Mais le postulat de départ a déjà été vu et revu. »
« Comédie policière efficace au scénario détonnant. »
Ode To The Goose (FFCP 2019)
Zhang Lu
« Une ballade à la Hong Sang-soo, sans alcool mais avec une mise en scène brillante. Dommage que le montage et la narration nous perdent volontairement et sans trop de raison. »
« Un morcellement narratif ultra qui noie le spectateur. La première partie est pourtant plutôt agréable. »
Between the Seasons (FFCP 2019)
Kim Junsik
Default (FFCP 2019)
Choi Kook-hee
« Etonnante que cette reconstitution de la crise financière de 1997 avec Vincent Cassel au casting. On se prend au jeu du rythme effréné des marchés et des impacts catastrophiques, à la fois politiques mais aussi pragmatiques, sur les petites gens. »
« Un brûlot anti FMI qui aurait mérité un traitement plus radical. Que tout cela est bien convenu... »
« Dans la droite lignée des films économiques tels que The Big Short ou Margin Call, Default se révèle particulièrement clair, avec des moments d'indignation bienvenus. Et Vincent Cassel en négociateur du FMI qui cabotine, ça n'a pas de prix. »
Second Life (FFCP 2019)
Park Young-ju
« Un joli drame doucereux mais dont le gros de l'intrigue semble assez vu et revu. »
Army (FFCP 2019)
Kelvin Kyungkun Park
« L'ultrastress du service militaire est saisi à l'écran mais et après ? La réflexion manque quelque peu dans ce documentaire. »
Another Child (FFCP 2019)
Kim Yun-seok
« Un film émouvant avec un duo d'actrices brillant qui aurait mérité une meilleure cohérence dans le récit et le montage. »
« Une famille forcée de s'unir, un scénario qui aboutit à une galerie de personnages caractériels mais très attachants. »
Exit (FFCP 2019)
Lee Sang-geun
« Un premier film amusant, ultra rythmé et très malin. Ca ne révolutionne pas le genre mais c'est efficace ! »
« Film catastrophe sans grande originalité. Et ça fonctionne ! »
« Une belle comédie qui s'amuse à se mouvoir dans des couloirs comme on joue à un jeu vidéo. Ludique ! »
Au bout du monde (en salles le 23/10/2019)
Kurosawa Kiyoshi
« Errance mélancolique de toute beauté. Kurosawa se perd et nous perd dans les paysages de l'Ouzbékistan... »
« Une drôle, attachante et parfois inquiétante perte de repères portée par une interprète suscitant une belle empathie. »
« Des fantômes japonais à la perte de repères en Ouzbékistan, il n'y a qu'un pas que franchit allégrement Kurosawa. Un film dont la portée se veut universelle porté par une actrice touchante. »
« Pour ce trip en Ouzbékistan, Kurosawa nous ravit les yeux et l'esprit. On reconnaît ses obsessions, cette fois-ci teintées d'une foi en l'humanité. »
« Fasciné par la présence magnétique d'une Atsuko Maeda Lost In Translation, Kurosawa livre une belle réflexion kiarostanienne sur l'altérité, le cinéma, les idols... »
The Forest of Love (sur Netflix le 11/10/2019)
Sono Sion
« Synthèse de tout le cinéma de Sion Sono en 2h30, c'est à la fois ébouriffant, choquant et volontairement indigeste. Quel film ! »
« Il est bon de retrouver le maître du chaos, incisif et percutant, pour conclure sa décennie légendaire. »
« C'est à la fois totalement fou et entièrement maîtrisé ! »
« Un concentré de l'œuvre de Sono Sion, de Suicide Club à Why don't you play in Hell? en passant par Cold Fish, doublé d'une auto-réflexion sur son cinéma (les clins d'œil à sa carrière personnelle sont légion). L'envie de toucher un nouveau public grâce à la distribution de Netflix. »
« Et voilà, à cause de Sono Sion, je vais devoir mettre un film Netflix dans mon Top 10 2019... »
Kusama : Infinity (en salles le 18/09/2019)
Heather Lenz
« Malgré son formalisme académique, c'est un beau portrait d'une femme qui s'est faite beaucoup voler son succès. »
First Love (Etrange Festival 2019)
Miike Takashi
« Du grand cru pour Miike, qui concentre un peu tout son cinéma - dont son côté romantique - dans un film à taille réduite mais indéniablement séduisant. »
« Un bon cru pour Miike avec ce True Romance à la japonaise, entre coups de sang tapageurs et un romantisme pop plaisant. »
« On retrouve le Miike qu'on aime, à la fois hystérique, foutraque, mais qui sait suivre une certaine ligne pour ne pas tomber dans le ridicule. Enfin ! »
« Un Takashi Miike en tres grande forme qui, au delà d’une histoire d’amitié somme toute classique, dresse un portrait noir et désenchanté d’une société gangrenée par la corruption et le crime, le tout saupoudré de beaucoup d’humour noir et de violence over the top. »
« Miike livre avec First Love une sorte de synthèse de son cinéma. Résultat : c'est son premier film qu'on est en droit d'aimer complètement depuis des années. »
Family Romance, LLC (Etrange Festival 2019)
Werner Herzog
« Entre impudeur sinistre et touchante introspection, une captivante observation de la rémission intime à la japonaise. »
Idol (Etrange Festival 2019)
Lee Su-jin
« Si quelqu'un a compris quoique ce soit à ce film, qu'il me contacte. Merci ! »
Diner (Etrange Festival 2019)
Ninagawa Mika
« Une adaptation colorée et énergique d’un manga qui finit par lasser à force de diluer son intrigue et d’avoir recours à des effets de mise en scène vus et revus. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.