Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Un printemps à Hong-Kong (en salles le 09/06/2021)
Ray Yeung
« Une romance gay entre seniors à l'approche feutrée, sensible et délicate. »
« Film sobre, tendre et délicat duquel on aurait apprécié davantage d'envolées émotionnelles, mais qui touche d'emblée par son sujet. »
Un vent de liberté (Cannes 2016)
Behnam Behzadi
« Un beau portrait de femme filmé dans le smog de Téhéran. Sahar Dolatshahi interprète avec justesse cette femme tentant tant bien que mal de se libérer des conventions sociales et culturelles. »
UNDER THE SHADOW (L'Étrange Festival 2016)
Babak Anvari
Under the Turquoise Sky (Kinotayo 2019)
Kentaro
« Un assemblage de saynètes, parfois très belles, parfois un peu ratées. L'ensemble manque toutefois de liant et de cohérence. »
« Road movie coup de foudre pour la Mongolie. Un voyage quasi mutique mais qui en dit long. Simple et brillant. »
« Un road trip japonais en Mongolie qui va puiser des sensations au plus profond de l'être humain. La composition des plans et les couleurs sont d'une beauté sidérante. »
Une affaire de famille (en salles le 12/12/2018)
Kore-eda Hirokazu
« Un film somme des questionnements sociaux et sociétaux du réalisateur qui se réinvente néanmoins en ajoutant à sa veine sensible une truculence rappelant le meilleur de la comédie italienne. »
« Kore-eda a, une fois de plus, tout compris au cinéma. Il émeut, fait rire et tire des conclusions de cette histoire de famille recomposée, sans jamais apporter de jugement moral. »
« Un Kore-eda juste et touchant dans un film magnifiquement porté par son sextet d'acteurs. Seul bémol : un scénario et une mise en scène très conventionnels. Plus d'audace ne nuirait pas à l'émotion du spectateur. »
« Un sommet incontestable dans la filmographie de Kore-Eda, débordant d’amour et d’émotion. Une palme d’or amplement méritée. »
« Après la digression The Third Murder, Kore-eda revient aux territoires connus déjà arpentés dans Nobody Knows et Tel père tel fils. On est en droit de trouver la maîtrise parfaite de cette Palme d'or moins incisive que le premier et moins touchante que le second. »
Une famille chinoise (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Still Life. »
Une Vie simple (en vidéo le 17/06/2014)
V. I. P. (FFCP 2017)
Park Hoon-jeong
« Un polar dense et brutal qui malgré l'excès offre un questionnement social et une vision géopolitique de la Corée intéressante. Trois héros charismatique et un méchant d'anthologie complètent le tableau. »
« Très bon thriller qui manque de folie, mais parvient à nous toucher par son intensité. »
« L'indispensable polar hard-boiled de l'édition 2017 du festival : une bonne pioche qui fait du bien et tranche avec l’aseptisation générale de la production coréenne de ces dernières années. »
Vanishing Time : A Boy Who Returned (FFCP 2017)
Um Tae-hwa
« Une romance surnaturelle originale et touchante, et à la poésie formelle envoûtante. »
« Entre un conte et un thriller sulfureux. Le trouble entre les deux est le principal défaut du film. »
« Ca débute plutôt pas mal et puis ça finit mal. Et qu'est-ce que c'est long, mais long... »
« De beaux passages de temps suspendus qui font qu'on ne nous vole pas complètement 2 heures, mais que c'est gnangnan (et que l'acteur adulte joue mal)... »
Vapour (Black Movie 2016)
Apichatpong Weerasethakul
« Belle expérimentation d'Apichatpong Weerasethakul qui donne envie de découvrir les autres courts-métrages rassenblés dans l'anthologie Color of Asia – Masters, commande du Festival de Busan. »
Vers l'autre rive (Black Movie 2016)
Kurosawa Kiyoshi
« Le chemin vers la rédemption est long, bien trop long. »
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers l'autre rive (Cannes 2015)
Kurosawa Kiyoshi
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers l'autre rive (en DVD le 02/03/2016)
Kurosawa Kiyoshi
« Le chemin vers la rédemption est long, bien trop long. »
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers l'autre rive (en salles le 30/09/2015)
Kurosawa Kiyoshi
« Le chemin vers la rédemption est long, bien trop long. »
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers la lumière (Cannes 2017)
Kawase Naomi
« J'ai vu la lumière. Et vous pouvez aussi, si vous le voulez bien. »
« Kawase poursuit une oeuvre accessible, avec un film d'une grande beauté formelle et humaine. »
Vers la lumière (en salles le 10/01/2018)
Kawase Naomi
« J'ai vu la lumière. Et vous pouvez aussi, si vous le voulez bien. »
« Le film est beau, la lumière magnifiée, les sens exacerbés. Par contre, Kawase oublie un peu ses personnages en cours de route. On finit par avoir du mal à comprendre leur cheminement. »
« Kawase poursuit une oeuvre accessible, avec un film d'une grande beauté formelle et humaine. »
Veteran (Black Movie 2016)
Ryoo Seung-wan
« Une première partie survoltée et jouissive, compensée par une suite un peu plus conventionnelle mais tout aussi efficace. »
« De l'action, de la comédie, une pointe de critique sur la corruption des élites coréennes... Veteran fait le job et rempli sa mission de distraction populaire. »
Veteran (FFCP 2015)
Ryoo Seung-wan
« Une première partie survoltée et jouissive, compensée par une suite un peu plus conventionnelle mais tout aussi efficace. »
« De l'action, de la comédie, une pointe de critique sur la corruption des élites coréennes... Veteran fait le job et rempli sa mission de distraction populaire. »
Violet Evergarden : Eternité et la poupée de souvenirs automatiques (en salles le 15/01/2020)
Fujita Haruka
« Joli spin-off qui concentre toute la douceur que l'on connaît du studio KyoAni. »
« Trop sage dans le récit pour les amateurs de la série et trop hermétique sur pas mal de points pour les novices. L'émotion fonctionne par intermittences et, Kyoto Animation oblige, c'est toute de même somptueux formellement. »
« On reconnaît la sincérité du studio KyoAni mais la direction artistique est faible et le scénario assez simplet. »
Violet Evergarder - Le film (en salles le 19/05/2021)
Ishidate Taichi
« Une conclusion dans la lignée de la série : ultra-sentimentale, et extrêmement juste sur la douceur d'un passage de relais. »
« Une magnifique conclusion à l'histoire en forme de mélo flamboyant et formellement somptueux, bien plus réussi et accessible que le premier film. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Un printemps à Hong-Kong (en salles le 09/06/2021)
Ray Yeung
« Une romance gay entre seniors à l'approche feutrée, sensible et délicate. »
« Film sobre, tendre et délicat duquel on aurait apprécié davantage d'envolées émotionnelles, mais qui touche d'emblée par son sujet. »
Un vent de liberté (Cannes 2016)
Behnam Behzadi
« Un beau portrait de femme filmé dans le smog de Téhéran. Sahar Dolatshahi interprète avec justesse cette femme tentant tant bien que mal de se libérer des conventions sociales et culturelles. »
UNDER THE SHADOW (L'Étrange Festival 2016)
Babak Anvari
Under the Turquoise Sky (Kinotayo 2019)
Kentaro
« Un assemblage de saynètes, parfois très belles, parfois un peu ratées. L'ensemble manque toutefois de liant et de cohérence. »
« Road movie coup de foudre pour la Mongolie. Un voyage quasi mutique mais qui en dit long. Simple et brillant. »
« Un road trip japonais en Mongolie qui va puiser des sensations au plus profond de l'être humain. La composition des plans et les couleurs sont d'une beauté sidérante. »
Une affaire de famille (en salles le 12/12/2018)
Kore-eda Hirokazu
« Un film somme des questionnements sociaux et sociétaux du réalisateur qui se réinvente néanmoins en ajoutant à sa veine sensible une truculence rappelant le meilleur de la comédie italienne. »
« Kore-eda a, une fois de plus, tout compris au cinéma. Il émeut, fait rire et tire des conclusions de cette histoire de famille recomposée, sans jamais apporter de jugement moral. »
« Un Kore-eda juste et touchant dans un film magnifiquement porté par son sextet d'acteurs. Seul bémol : un scénario et une mise en scène très conventionnels. Plus d'audace ne nuirait pas à l'émotion du spectateur. »
« Un sommet incontestable dans la filmographie de Kore-Eda, débordant d’amour et d’émotion. Une palme d’or amplement méritée. »
« Après la digression The Third Murder, Kore-eda revient aux territoires connus déjà arpentés dans Nobody Knows et Tel père tel fils. On est en droit de trouver la maîtrise parfaite de cette Palme d'or moins incisive que le premier et moins touchante que le second. »
Une famille chinoise (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Still Life. »
Une Vie simple (en vidéo le 17/06/2014)
V. I. P. (FFCP 2017)
Park Hoon-jeong
« Un polar dense et brutal qui malgré l'excès offre un questionnement social et une vision géopolitique de la Corée intéressante. Trois héros charismatique et un méchant d'anthologie complètent le tableau. »
« Très bon thriller qui manque de folie, mais parvient à nous toucher par son intensité. »
« L'indispensable polar hard-boiled de l'édition 2017 du festival : une bonne pioche qui fait du bien et tranche avec l’aseptisation générale de la production coréenne de ces dernières années. »
Vanishing Time : A Boy Who Returned (FFCP 2017)
Um Tae-hwa
« Une romance surnaturelle originale et touchante, et à la poésie formelle envoûtante. »
« Entre un conte et un thriller sulfureux. Le trouble entre les deux est le principal défaut du film. »
« Ca débute plutôt pas mal et puis ça finit mal. Et qu'est-ce que c'est long, mais long... »
« De beaux passages de temps suspendus qui font qu'on ne nous vole pas complètement 2 heures, mais que c'est gnangnan (et que l'acteur adulte joue mal)... »
Vapour (Black Movie 2016)
Apichatpong Weerasethakul
« Belle expérimentation d'Apichatpong Weerasethakul qui donne envie de découvrir les autres courts-métrages rassenblés dans l'anthologie Color of Asia – Masters, commande du Festival de Busan. »
Vers l'autre rive (Black Movie 2016)
Kurosawa Kiyoshi
« Le chemin vers la rédemption est long, bien trop long. »
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers l'autre rive (Cannes 2015)
Kurosawa Kiyoshi
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers l'autre rive (en DVD le 02/03/2016)
Kurosawa Kiyoshi
« Le chemin vers la rédemption est long, bien trop long. »
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers l'autre rive (en salles le 30/09/2015)
Kurosawa Kiyoshi
« Le chemin vers la rédemption est long, bien trop long. »
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers la lumière (Cannes 2017)
Kawase Naomi
« J'ai vu la lumière. Et vous pouvez aussi, si vous le voulez bien. »
« Kawase poursuit une oeuvre accessible, avec un film d'une grande beauté formelle et humaine. »
Vers la lumière (en salles le 10/01/2018)
Kawase Naomi
« J'ai vu la lumière. Et vous pouvez aussi, si vous le voulez bien. »
« Le film est beau, la lumière magnifiée, les sens exacerbés. Par contre, Kawase oublie un peu ses personnages en cours de route. On finit par avoir du mal à comprendre leur cheminement. »
« Kawase poursuit une oeuvre accessible, avec un film d'une grande beauté formelle et humaine. »
Veteran (Black Movie 2016)
Ryoo Seung-wan
« Une première partie survoltée et jouissive, compensée par une suite un peu plus conventionnelle mais tout aussi efficace. »
« De l'action, de la comédie, une pointe de critique sur la corruption des élites coréennes... Veteran fait le job et rempli sa mission de distraction populaire. »
Veteran (FFCP 2015)
Ryoo Seung-wan
« Une première partie survoltée et jouissive, compensée par une suite un peu plus conventionnelle mais tout aussi efficace. »
« De l'action, de la comédie, une pointe de critique sur la corruption des élites coréennes... Veteran fait le job et rempli sa mission de distraction populaire. »
Violet Evergarden : Eternité et la poupée de souvenirs automatiques (en salles le 15/01/2020)
Fujita Haruka
« Joli spin-off qui concentre toute la douceur que l'on connaît du studio KyoAni. »
« Trop sage dans le récit pour les amateurs de la série et trop hermétique sur pas mal de points pour les novices. L'émotion fonctionne par intermittences et, Kyoto Animation oblige, c'est toute de même somptueux formellement. »
« On reconnaît la sincérité du studio KyoAni mais la direction artistique est faible et le scénario assez simplet. »
Violet Evergarder - Le film (en salles le 19/05/2021)
Ishidate Taichi
« Une conclusion dans la lignée de la série : ultra-sentimentale, et extrêmement juste sur la douceur d'un passage de relais. »
« Une magnifique conclusion à l'histoire en forme de mélo flamboyant et formellement somptueux, bien plus réussi et accessible que le premier film. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Un printemps à Hong-Kong (en salles le 09/06/2021)
Ray Yeung
« Une romance gay entre seniors à l'approche feutrée, sensible et délicate. »
« Film sobre, tendre et délicat duquel on aurait apprécié davantage d'envolées émotionnelles, mais qui touche d'emblée par son sujet. »
Un vent de liberté (Cannes 2016)
Behnam Behzadi
« Un beau portrait de femme filmé dans le smog de Téhéran. Sahar Dolatshahi interprète avec justesse cette femme tentant tant bien que mal de se libérer des conventions sociales et culturelles. »
UNDER THE SHADOW (L'Étrange Festival 2016)
Babak Anvari
Under the Turquoise Sky (Kinotayo 2019)
Kentaro
« Un assemblage de saynètes, parfois très belles, parfois un peu ratées. L'ensemble manque toutefois de liant et de cohérence. »
« Road movie coup de foudre pour la Mongolie. Un voyage quasi mutique mais qui en dit long. Simple et brillant. »
« Un road trip japonais en Mongolie qui va puiser des sensations au plus profond de l'être humain. La composition des plans et les couleurs sont d'une beauté sidérante. »
Une affaire de famille (en salles le 12/12/2018)
Kore-eda Hirokazu
« Un film somme des questionnements sociaux et sociétaux du réalisateur qui se réinvente néanmoins en ajoutant à sa veine sensible une truculence rappelant le meilleur de la comédie italienne. »
« Kore-eda a, une fois de plus, tout compris au cinéma. Il émeut, fait rire et tire des conclusions de cette histoire de famille recomposée, sans jamais apporter de jugement moral. »
« Un Kore-eda juste et touchant dans un film magnifiquement porté par son sextet d'acteurs. Seul bémol : un scénario et une mise en scène très conventionnels. Plus d'audace ne nuirait pas à l'émotion du spectateur. »
« Un sommet incontestable dans la filmographie de Kore-Eda, débordant d’amour et d’émotion. Une palme d’or amplement méritée. »
« Après la digression The Third Murder, Kore-eda revient aux territoires connus déjà arpentés dans Nobody Knows et Tel père tel fils. On est en droit de trouver la maîtrise parfaite de cette Palme d'or moins incisive que le premier et moins touchante que le second. »
Une famille chinoise (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Still Life. »
Une Vie simple (en vidéo le 17/06/2014)
V. I. P. (FFCP 2017)
Park Hoon-jeong
« Un polar dense et brutal qui malgré l'excès offre un questionnement social et une vision géopolitique de la Corée intéressante. Trois héros charismatique et un méchant d'anthologie complètent le tableau. »
« Très bon thriller qui manque de folie, mais parvient à nous toucher par son intensité. »
« L'indispensable polar hard-boiled de l'édition 2017 du festival : une bonne pioche qui fait du bien et tranche avec l’aseptisation générale de la production coréenne de ces dernières années. »
Vanishing Time : A Boy Who Returned (FFCP 2017)
Um Tae-hwa
« Une romance surnaturelle originale et touchante, et à la poésie formelle envoûtante. »
« Entre un conte et un thriller sulfureux. Le trouble entre les deux est le principal défaut du film. »
« Ca débute plutôt pas mal et puis ça finit mal. Et qu'est-ce que c'est long, mais long... »
« De beaux passages de temps suspendus qui font qu'on ne nous vole pas complètement 2 heures, mais que c'est gnangnan (et que l'acteur adulte joue mal)... »
Vapour (Black Movie 2016)
Apichatpong Weerasethakul
« Belle expérimentation d'Apichatpong Weerasethakul qui donne envie de découvrir les autres courts-métrages rassenblés dans l'anthologie Color of Asia – Masters, commande du Festival de Busan. »
Vers l'autre rive (Black Movie 2016)
Kurosawa Kiyoshi
« Le chemin vers la rédemption est long, bien trop long. »
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers l'autre rive (Cannes 2015)
Kurosawa Kiyoshi
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers l'autre rive (en DVD le 02/03/2016)
Kurosawa Kiyoshi
« Le chemin vers la rédemption est long, bien trop long. »
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers l'autre rive (en salles le 30/09/2015)
Kurosawa Kiyoshi
« Le chemin vers la rédemption est long, bien trop long. »
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Vers la lumière (Cannes 2017)
Kawase Naomi
« J'ai vu la lumière. Et vous pouvez aussi, si vous le voulez bien. »
« Kawase poursuit une oeuvre accessible, avec un film d'une grande beauté formelle et humaine. »
Vers la lumière (en salles le 10/01/2018)
Kawase Naomi
« J'ai vu la lumière. Et vous pouvez aussi, si vous le voulez bien. »
« Le film est beau, la lumière magnifiée, les sens exacerbés. Par contre, Kawase oublie un peu ses personnages en cours de route. On finit par avoir du mal à comprendre leur cheminement. »
« Kawase poursuit une oeuvre accessible, avec un film d'une grande beauté formelle et humaine. »
Veteran (Black Movie 2016)
Ryoo Seung-wan
« Une première partie survoltée et jouissive, compensée par une suite un peu plus conventionnelle mais tout aussi efficace. »
« De l'action, de la comédie, une pointe de critique sur la corruption des élites coréennes... Veteran fait le job et rempli sa mission de distraction populaire. »
Veteran (FFCP 2015)
Ryoo Seung-wan
« Une première partie survoltée et jouissive, compensée par une suite un peu plus conventionnelle mais tout aussi efficace. »
« De l'action, de la comédie, une pointe de critique sur la corruption des élites coréennes... Veteran fait le job et rempli sa mission de distraction populaire. »
Violet Evergarden : Eternité et la poupée de souvenirs automatiques (en salles le 15/01/2020)
Fujita Haruka
« Joli spin-off qui concentre toute la douceur que l'on connaît du studio KyoAni. »
« Trop sage dans le récit pour les amateurs de la série et trop hermétique sur pas mal de points pour les novices. L'émotion fonctionne par intermittences et, Kyoto Animation oblige, c'est toute de même somptueux formellement. »
« On reconnaît la sincérité du studio KyoAni mais la direction artistique est faible et le scénario assez simplet. »
Violet Evergarder - Le film (en salles le 19/05/2021)
Ishidate Taichi
« Une conclusion dans la lignée de la série : ultra-sentimentale, et extrêmement juste sur la douceur d'un passage de relais. »
« Une magnifique conclusion à l'histoire en forme de mélo flamboyant et formellement somptueux, bien plus réussi et accessible que le premier film. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.