Films Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Maxime Bauer
Patema et le monde inversé (en salles le 12/03/2014)
Yoshiura Yasuhiro
« Métaphore écolo, message de tolérance et envolées poétiques au programme de ce film d'animation qui nous retourne la tête dans tous les sens à tel point qu'il est difficile de trouver une cohérence solide à cet univers. »
L'Etudiant (en salles le 05/03/201)
Darezhan Omirbaev
« La critique de l'ultra-capitalisme est bien trop appuyée, l'écriture manque de finesse et tombe souvent dans la facilité. »
Suneung (en salles le 09/04/2014)
Shin Su-won
« Un tableau du système éducatif coréen effrayant mais très maladroit. »
« Une plongée violente et âpre au cœur des secrets d'un lycée formant les élites de la société coréenne. Inégal mais intrigant. »
Les Chiens errants (en salles le 25/03/2014)
Tsai Ming Liang
« Une expérience visuelle et sensorielle unique. »
« Un portrait familial désespéré et bouleversant, où les liens entre les personnages se forment à travers les décors, l'espace, les lignes de fuite et la profondeur de champ, où la puissance picturale des plans naît de l'étirement du temps. »
Real (en salles le 26/03/2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Trop long et quelques effets visuels ratés. Mais Real reste un joli film poétique et une belle métaphore sur l'amour et le passé qui nous hante toujours. »
« Malgré un pitch génial, des idées fortes et une dernière partie magnifique, ça manque de rythme, d'émotion, d'alchimie entre les deux acteurs principaux. Une petite déception. »
Ruin (Deauville 2014)
Michael Cody, Amiel Courtin-wilson
« Esthétiquement intéressant, cette dérive meurtrière et amoureuse peine à convaincre sur la durée. La bande sonore est efficace. »
« Le calvaire du festival. »
Our Sunhi (Deauville 2014)
Hong Sang-soo
« Trop de répétition tue la répétition. »
« Sommet de Hong Sang-soo dans ses habituelles variations et répétitions et de beuveries. Le brunch rohmérien du dimanche pour le Festival de Deauville. »
« Un jeu de répétitions aux dialogues absolument délicieux. Excellent cru. »
Trapped (Deauville 2014)
Parviz Shahbazi
« On lorgne du côté d'Asghar Farhadi. Une belle énergie mais un certain manque de personnalité. »
The Fake (Deauville 2014)
Yeon Sangho
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Un film d'animation nihiliste et violent sur les dégâts causés par l'endoctrinement religieux. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
« Toujours les mêmes thèmes, toujours les mêmes défauts, toujours la même structure narrative, mais une sensibilité et une sincérité qui font mouche. »
Monsterz (Deauville 2014)
Nakata Hideo
« Incroyable promesse de Nakata Hideo avec ce remake : faire moins bien que le film original (Haunters), pourtant déjà faiblard. C'est poussif et, surtout, sans intérêt. »
« Nakata reprend le thème du Némésis façon Shyamalan, avec beaucoup moins de talent. »
Steel Cold Winter (Deauville 2014)
Choi Jin-seong
« Scénario vu et revu. Ni bon, ni mauvais. Très dispensable. »
« Malgré ses maladresses et son manque d'originalité, ce conte romantico-macabre nous emporte grâce à son formidable couple d'acteurs, mais aussi grâce au sens de l'image de son réalisateur. »
Toilet Blues (Deauville 2014)
Dirmarwan Hatta
« Un premier quart d'heure superbe gâché par le reste du film... »
« Les promesses sensuelles de la première séquence laissent peu à peu place à un trip philosophique vain, chiant et techniquement à la ramasse. »
Ugly (Deauville 2014)
Anurag Kashyap
« Un thriller indien si dynamique et vivant qu'on en oublie ses quelques défauts. »
« Polar indien qui part un peu dans tous les sens et se repose sur des personnages auxquels il est impossible de s'identifier. »
Nagima (Deauville 2014)
Zhanna Issabayeva
« De belles idées malheureusement écrasées par un rythme pesant. »
« Une énième fable sur la joie de vivre en Asie centrale. Pas mauvais mais peu stimulant. Un film de dimanche gris et pluvieux. »
« Un véritable sens de la mise en scène et quelques jolis moments, pour un film un peu trop léthargique. »
No Man's Land (Deauville 2014)
Ning Hao
« Un film de genre efficace et rythmé qui emprunte à la fois au western spaghetti, à la course poursuite philosophique (Duel) et à l'humour noir de U-Turn d'Oliver Stone. Seul bémol : le film est trop répétitif. Un réalisateur à surveiller. »
« Un western contemporain chinois au cœur du désert de Gobi, pour un cocktail référentiel détonant. »
Present for you (Deauville 2014)
Yoshihiko Dai
« Je ne suis jamais rentré dans ce délire hystérique, dont le procédé de mise en scène ne trouve jamais de justification. »
The Ferry (FICA 2014)
Shi Wei
Concrete Clouds (FICA 2014)
Lee Chatametikook
Nobody's Home (FICA 2014)
Deniz Akçay

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Maxime Bauer
Patema et le monde inversé (en salles le 12/03/2014)
Yoshiura Yasuhiro
« Métaphore écolo, message de tolérance et envolées poétiques au programme de ce film d'animation qui nous retourne la tête dans tous les sens à tel point qu'il est difficile de trouver une cohérence solide à cet univers. »
L'Etudiant (en salles le 05/03/201)
Darezhan Omirbaev
« La critique de l'ultra-capitalisme est bien trop appuyée, l'écriture manque de finesse et tombe souvent dans la facilité. »
Suneung (en salles le 09/04/2014)
Shin Su-won
« Un tableau du système éducatif coréen effrayant mais très maladroit. »
« Une plongée violente et âpre au cœur des secrets d'un lycée formant les élites de la société coréenne. Inégal mais intrigant. »
Les Chiens errants (en salles le 25/03/2014)
Tsai Ming Liang
« Une expérience visuelle et sensorielle unique. »
« Un portrait familial désespéré et bouleversant, où les liens entre les personnages se forment à travers les décors, l'espace, les lignes de fuite et la profondeur de champ, où la puissance picturale des plans naît de l'étirement du temps. »
Real (en salles le 26/03/2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Trop long et quelques effets visuels ratés. Mais Real reste un joli film poétique et une belle métaphore sur l'amour et le passé qui nous hante toujours. »
« Malgré un pitch génial, des idées fortes et une dernière partie magnifique, ça manque de rythme, d'émotion, d'alchimie entre les deux acteurs principaux. Une petite déception. »
Ruin (Deauville 2014)
Michael Cody, Amiel Courtin-wilson
« Esthétiquement intéressant, cette dérive meurtrière et amoureuse peine à convaincre sur la durée. La bande sonore est efficace. »
« Le calvaire du festival. »
Our Sunhi (Deauville 2014)
Hong Sang-soo
« Trop de répétition tue la répétition. »
« Sommet de Hong Sang-soo dans ses habituelles variations et répétitions et de beuveries. Le brunch rohmérien du dimanche pour le Festival de Deauville. »
« Un jeu de répétitions aux dialogues absolument délicieux. Excellent cru. »
Trapped (Deauville 2014)
Parviz Shahbazi
« On lorgne du côté d'Asghar Farhadi. Une belle énergie mais un certain manque de personnalité. »
The Fake (Deauville 2014)
Yeon Sangho
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Un film d'animation nihiliste et violent sur les dégâts causés par l'endoctrinement religieux. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
« Toujours les mêmes thèmes, toujours les mêmes défauts, toujours la même structure narrative, mais une sensibilité et une sincérité qui font mouche. »
Monsterz (Deauville 2014)
Nakata Hideo
« Incroyable promesse de Nakata Hideo avec ce remake : faire moins bien que le film original (Haunters), pourtant déjà faiblard. C'est poussif et, surtout, sans intérêt. »
« Nakata reprend le thème du Némésis façon Shyamalan, avec beaucoup moins de talent. »
Steel Cold Winter (Deauville 2014)
Choi Jin-seong
« Scénario vu et revu. Ni bon, ni mauvais. Très dispensable. »
« Malgré ses maladresses et son manque d'originalité, ce conte romantico-macabre nous emporte grâce à son formidable couple d'acteurs, mais aussi grâce au sens de l'image de son réalisateur. »
Toilet Blues (Deauville 2014)
Dirmarwan Hatta
« Un premier quart d'heure superbe gâché par le reste du film... »
« Les promesses sensuelles de la première séquence laissent peu à peu place à un trip philosophique vain, chiant et techniquement à la ramasse. »
Ugly (Deauville 2014)
Anurag Kashyap
« Un thriller indien si dynamique et vivant qu'on en oublie ses quelques défauts. »
« Polar indien qui part un peu dans tous les sens et se repose sur des personnages auxquels il est impossible de s'identifier. »
Nagima (Deauville 2014)
Zhanna Issabayeva
« De belles idées malheureusement écrasées par un rythme pesant. »
« Une énième fable sur la joie de vivre en Asie centrale. Pas mauvais mais peu stimulant. Un film de dimanche gris et pluvieux. »
« Un véritable sens de la mise en scène et quelques jolis moments, pour un film un peu trop léthargique. »
No Man's Land (Deauville 2014)
Ning Hao
« Un film de genre efficace et rythmé qui emprunte à la fois au western spaghetti, à la course poursuite philosophique (Duel) et à l'humour noir de U-Turn d'Oliver Stone. Seul bémol : le film est trop répétitif. Un réalisateur à surveiller. »
« Un western contemporain chinois au cœur du désert de Gobi, pour un cocktail référentiel détonant. »
Present for you (Deauville 2014)
Yoshihiko Dai
« Je ne suis jamais rentré dans ce délire hystérique, dont le procédé de mise en scène ne trouve jamais de justification. »
The Ferry (FICA 2014)
Shi Wei
Concrete Clouds (FICA 2014)
Lee Chatametikook
Nobody's Home (FICA 2014)
Deniz Akçay

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Maxime Bauer
Patema et le monde inversé (en salles le 12/03/2014)
Yoshiura Yasuhiro
« Métaphore écolo, message de tolérance et envolées poétiques au programme de ce film d'animation qui nous retourne la tête dans tous les sens à tel point qu'il est difficile de trouver une cohérence solide à cet univers. »
L'Etudiant (en salles le 05/03/201)
Darezhan Omirbaev
« La critique de l'ultra-capitalisme est bien trop appuyée, l'écriture manque de finesse et tombe souvent dans la facilité. »
Suneung (en salles le 09/04/2014)
Shin Su-won
« Un tableau du système éducatif coréen effrayant mais très maladroit. »
« Une plongée violente et âpre au cœur des secrets d'un lycée formant les élites de la société coréenne. Inégal mais intrigant. »
Les Chiens errants (en salles le 25/03/2014)
Tsai Ming Liang
« Une expérience visuelle et sensorielle unique. »
« Un portrait familial désespéré et bouleversant, où les liens entre les personnages se forment à travers les décors, l'espace, les lignes de fuite et la profondeur de champ, où la puissance picturale des plans naît de l'étirement du temps. »
Real (en salles le 26/03/2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Trop long et quelques effets visuels ratés. Mais Real reste un joli film poétique et une belle métaphore sur l'amour et le passé qui nous hante toujours. »
« Malgré un pitch génial, des idées fortes et une dernière partie magnifique, ça manque de rythme, d'émotion, d'alchimie entre les deux acteurs principaux. Une petite déception. »
Ruin (Deauville 2014)
Michael Cody, Amiel Courtin-wilson
« Esthétiquement intéressant, cette dérive meurtrière et amoureuse peine à convaincre sur la durée. La bande sonore est efficace. »
« Le calvaire du festival. »
Our Sunhi (Deauville 2014)
Hong Sang-soo
« Trop de répétition tue la répétition. »
« Sommet de Hong Sang-soo dans ses habituelles variations et répétitions et de beuveries. Le brunch rohmérien du dimanche pour le Festival de Deauville. »
« Un jeu de répétitions aux dialogues absolument délicieux. Excellent cru. »
Trapped (Deauville 2014)
Parviz Shahbazi
« On lorgne du côté d'Asghar Farhadi. Une belle énergie mais un certain manque de personnalité. »
The Fake (Deauville 2014)
Yeon Sangho
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Un film d'animation nihiliste et violent sur les dégâts causés par l'endoctrinement religieux. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
« Toujours les mêmes thèmes, toujours les mêmes défauts, toujours la même structure narrative, mais une sensibilité et une sincérité qui font mouche. »
Monsterz (Deauville 2014)
Nakata Hideo
« Incroyable promesse de Nakata Hideo avec ce remake : faire moins bien que le film original (Haunters), pourtant déjà faiblard. C'est poussif et, surtout, sans intérêt. »
« Nakata reprend le thème du Némésis façon Shyamalan, avec beaucoup moins de talent. »
Steel Cold Winter (Deauville 2014)
Choi Jin-seong
« Scénario vu et revu. Ni bon, ni mauvais. Très dispensable. »
« Malgré ses maladresses et son manque d'originalité, ce conte romantico-macabre nous emporte grâce à son formidable couple d'acteurs, mais aussi grâce au sens de l'image de son réalisateur. »
Toilet Blues (Deauville 2014)
Dirmarwan Hatta
« Un premier quart d'heure superbe gâché par le reste du film... »
« Les promesses sensuelles de la première séquence laissent peu à peu place à un trip philosophique vain, chiant et techniquement à la ramasse. »
Ugly (Deauville 2014)
Anurag Kashyap
« Un thriller indien si dynamique et vivant qu'on en oublie ses quelques défauts. »
« Polar indien qui part un peu dans tous les sens et se repose sur des personnages auxquels il est impossible de s'identifier. »
Nagima (Deauville 2014)
Zhanna Issabayeva
« De belles idées malheureusement écrasées par un rythme pesant. »
« Une énième fable sur la joie de vivre en Asie centrale. Pas mauvais mais peu stimulant. Un film de dimanche gris et pluvieux. »
« Un véritable sens de la mise en scène et quelques jolis moments, pour un film un peu trop léthargique. »
No Man's Land (Deauville 2014)
Ning Hao
« Un film de genre efficace et rythmé qui emprunte à la fois au western spaghetti, à la course poursuite philosophique (Duel) et à l'humour noir de U-Turn d'Oliver Stone. Seul bémol : le film est trop répétitif. Un réalisateur à surveiller. »
« Un western contemporain chinois au cœur du désert de Gobi, pour un cocktail référentiel détonant. »
Present for you (Deauville 2014)
Yoshihiko Dai
« Je ne suis jamais rentré dans ce délire hystérique, dont le procédé de mise en scène ne trouve jamais de justification. »
The Ferry (FICA 2014)
Shi Wei
Concrete Clouds (FICA 2014)
Lee Chatametikook
Nobody's Home (FICA 2014)
Deniz Akçay
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.