Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Jeremy Coifman Justin Kwedi Kephren Montoute Lila Gleizes Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Leçons d'harmonie (en salles le 26/03/2014)
Emir Baigazin
« Encore une fois au Kazakhstan, on ne rigole pas. Dans ce microcosme sans pitié, il y a toujours quelqu'un pour tyranniser l'autre. »
« Une claque. Le Kazakhstan est définitivement un pays à suivre. »
« Une leçon de cinéma administrée par un tout jeune réalisateur kazakh ! »
47 Ronins (en salles le 02/04/2014)
Carl Erik Rinsch
« Une fresque qui invoque un Japon ancestral et légendaire. Plein de bonne volonté, mais très limité. »
« Un bon divertissement sur fond de faits historiques et légendes fantastiques. »
« De bonnes intentions ne suffisent pas à faire un bon film... »
Patema et le monde inversé (en salles le 12/03/2014)
Yoshiura Yasuhiro
« Une belle gestion de l'espace qui renverse les repères haut/bas de manière assez renversante, malheureusement servie dans un contexte vu et revu et par une animation limitée. »
L'Etudiant (en salles le 05/03/201)
Darezhan Omirbaev
« Une froideur toute bressonienne et un Crime et Châtiment qui ne tient pas toutes ses promesses. »
« Une déception en terme d'adaptation de Dostoïevky, qui reste tout de même impressionnante d'un point de vue purement cinématographique. »
Suneung (en salles le 09/04/2014)
Shin Su-won
« Un tableau du système éducatif coréen effrayant mais très maladroit. »
« Terrifiant et brillant portrait du système éducatif coréen réalisé par une ex-enseignante, Suneung dépasse le simple film à charge par ses envolées cosmiques et son regard de travers vers le film de genre. »
Les Chiens errants (en salles le 25/03/2014)
Tsai Ming Liang
« Etirant les plans jusqu'à la souffrance, Tsai livre une œuvre terrassante de beauté et de force. »
« Une expérience visuelle et sensorielle unique. »
« Une virtuosité impressionnante, qui nourrit une fresque temporelle impressionnante, à la croisée des arts video et du cinéma. »
Real (en salles le 26/03/2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Lyrisme échevelé, histoire d'amour fantastique. Un joyau. »
« Trop long et quelques effets visuels ratés. Mais Real reste un joli film poétique et une belle métaphore sur l'amour et le passé qui nous hante toujours. »
« Kurosawa est définitivement l'un des plus grands cinéastes japonais d'aujourd'hui. »
Ruin (Deauville 2014)
Michael Cody, Amiel Courtin-wilson
« Esthétiquement intéressant, cette dérive meurtrière et amoureuse peine à convaincre sur la durée. La bande sonore est efficace. »
Our Sunhi (Deauville 2014)
Hong Sang-soo
« Génial, aux effets de répétitions irrésistibles. Une belle mise en abyme de la vision des critiques du cinéma de Hong, qui croit le comprendre. »
« Trop de répétition tue la répétition. »
« Sommet de Hong Sang-soo dans ses habituelles variations et répétitions et de beuveries. Le brunch rohmérien du dimanche pour le Festival de Deauville. »
« Excellent HHH, comme d'habitude. »
Trapped (Deauville 2014)
Parviz Shahbazi
« Une plongée d'une femme prise au piège. Le réalisateur saisit bien le malaise, la peur qui s'insinue partout. Beau portrait de femme. »
« Une narration très tenue pour un film très maîtrisée. »
The Fake (Deauville 2014)
Yeon Sangho
« En tout cas ce qui n'est pas fake c'est le talent de Yeon Sang-ho. »
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Le roi du cinéma d'animation. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
Monsterz (Deauville 2014)
Nakata Hideo
« Un film impersonnel, plat, qui se révèle un véritable calvaire tant toutes les tentatives pour sortir le film de sa torpeur sont ratées. »
« Incroyable promesse de Nakata Hideo avec ce remake : faire moins bien que le film original (Haunters), pourtant déjà faiblard. C'est poussif et, surtout, sans intérêt. »
« Une commande peu inspirée signée Nakata, dont les qualités de mises en scène fondent dans un projet insipide au scénario incohérent. Triste... »
Steel Cold Winter (Deauville 2014)
Choi Jin-seong
« Une première heure prometteuse, au climat froid et inquiétant qui traite de la vie à la campagne et du mal-être adolescent avec intelligence. Mais la suite, complaisante, gâche le tout. »
« Scénario vu et revu. Ni bon, ni mauvais. Très dispensable. »
« Une belle histoire d'amour contrarié par un virage vers l'horreur macabre mal négocié. »
Toilet Blues (Deauville 2014)
Dirmarwan Hatta
« Un début sensuel et prometteur. Le désenchantement qui suit n'en n'est que plus grand. Une longue errance vaine et toc. »
« Un premier quart d'heure superbe gâché par le reste du film... »
« On tire la chasse ? »
Ugly (Deauville 2014)
Anurag Kashyap
« Un thriller indien si dynamique et vivant qu'on en oublie ses quelques défauts. »
« Beautiful ! »
Nagima (Deauville 2014)
Zhanna Issabayeva
« Je suis resté complètement hermétique à cet univers et ce personnage. Il y a de belles idées cependant... »
« De belles idées malheureusement écrasées par un rythme pesant. »
« Une énième fable sur la joie de vivre en Asie centrale. Pas mauvais mais peu stimulant. Un film de dimanche gris et pluvieux. »
« Une maîtrise des effets qui ne compense pas une froideur émotionnelle qui rend le film très oubliable. »
No Man's Land (Deauville 2014)
Ning Hao
« Référentiel, stylé et à la photographie magnifique, No Man's Land est une sorte de croisement entre Hitcher, Duel et le western spaghetti. Décoiffant. »
« Un film de genre efficace et rythmé qui emprunte à la fois au western spaghetti, à la course poursuite philosophique (Duel) et à l'humour noir de U-Turn d'Oliver Stone. Seul bémol : le film est trop répétitif. Un réalisateur à surveiller. »
« Un western contemporain et brutal, très jouissif malgré son manque de subtilité. »
Present for you (Deauville 2014)
Yoshihiko Dai
« Affligeant. »
« Absence pour moi... »
The Ferry (FICA 2014)
Shi Wei
« Un joli livre d'images qui sent quand même un peu la naphtaline. »
« Un joli film qui ne fait pas de vague. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Jeremy Coifman Justin Kwedi Kephren Montoute Lila Gleizes Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Leçons d'harmonie (en salles le 26/03/2014)
Emir Baigazin
« Encore une fois au Kazakhstan, on ne rigole pas. Dans ce microcosme sans pitié, il y a toujours quelqu'un pour tyranniser l'autre. »
« Une claque. Le Kazakhstan est définitivement un pays à suivre. »
« Une leçon de cinéma administrée par un tout jeune réalisateur kazakh ! »
47 Ronins (en salles le 02/04/2014)
Carl Erik Rinsch
« Une fresque qui invoque un Japon ancestral et légendaire. Plein de bonne volonté, mais très limité. »
« Un bon divertissement sur fond de faits historiques et légendes fantastiques. »
« De bonnes intentions ne suffisent pas à faire un bon film... »
Patema et le monde inversé (en salles le 12/03/2014)
Yoshiura Yasuhiro
« Une belle gestion de l'espace qui renverse les repères haut/bas de manière assez renversante, malheureusement servie dans un contexte vu et revu et par une animation limitée. »
L'Etudiant (en salles le 05/03/201)
Darezhan Omirbaev
« Une froideur toute bressonienne et un Crime et Châtiment qui ne tient pas toutes ses promesses. »
« Une déception en terme d'adaptation de Dostoïevky, qui reste tout de même impressionnante d'un point de vue purement cinématographique. »
Suneung (en salles le 09/04/2014)
Shin Su-won
« Un tableau du système éducatif coréen effrayant mais très maladroit. »
« Terrifiant et brillant portrait du système éducatif coréen réalisé par une ex-enseignante, Suneung dépasse le simple film à charge par ses envolées cosmiques et son regard de travers vers le film de genre. »
Les Chiens errants (en salles le 25/03/2014)
Tsai Ming Liang
« Etirant les plans jusqu'à la souffrance, Tsai livre une œuvre terrassante de beauté et de force. »
« Une expérience visuelle et sensorielle unique. »
« Une virtuosité impressionnante, qui nourrit une fresque temporelle impressionnante, à la croisée des arts video et du cinéma. »
Real (en salles le 26/03/2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Lyrisme échevelé, histoire d'amour fantastique. Un joyau. »
« Trop long et quelques effets visuels ratés. Mais Real reste un joli film poétique et une belle métaphore sur l'amour et le passé qui nous hante toujours. »
« Kurosawa est définitivement l'un des plus grands cinéastes japonais d'aujourd'hui. »
Ruin (Deauville 2014)
Michael Cody, Amiel Courtin-wilson
« Esthétiquement intéressant, cette dérive meurtrière et amoureuse peine à convaincre sur la durée. La bande sonore est efficace. »
Our Sunhi (Deauville 2014)
Hong Sang-soo
« Génial, aux effets de répétitions irrésistibles. Une belle mise en abyme de la vision des critiques du cinéma de Hong, qui croit le comprendre. »
« Trop de répétition tue la répétition. »
« Sommet de Hong Sang-soo dans ses habituelles variations et répétitions et de beuveries. Le brunch rohmérien du dimanche pour le Festival de Deauville. »
« Excellent HHH, comme d'habitude. »
Trapped (Deauville 2014)
Parviz Shahbazi
« Une plongée d'une femme prise au piège. Le réalisateur saisit bien le malaise, la peur qui s'insinue partout. Beau portrait de femme. »
« Une narration très tenue pour un film très maîtrisée. »
The Fake (Deauville 2014)
Yeon Sangho
« En tout cas ce qui n'est pas fake c'est le talent de Yeon Sang-ho. »
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Le roi du cinéma d'animation. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
Monsterz (Deauville 2014)
Nakata Hideo
« Un film impersonnel, plat, qui se révèle un véritable calvaire tant toutes les tentatives pour sortir le film de sa torpeur sont ratées. »
« Incroyable promesse de Nakata Hideo avec ce remake : faire moins bien que le film original (Haunters), pourtant déjà faiblard. C'est poussif et, surtout, sans intérêt. »
« Une commande peu inspirée signée Nakata, dont les qualités de mises en scène fondent dans un projet insipide au scénario incohérent. Triste... »
Steel Cold Winter (Deauville 2014)
Choi Jin-seong
« Une première heure prometteuse, au climat froid et inquiétant qui traite de la vie à la campagne et du mal-être adolescent avec intelligence. Mais la suite, complaisante, gâche le tout. »
« Scénario vu et revu. Ni bon, ni mauvais. Très dispensable. »
« Une belle histoire d'amour contrarié par un virage vers l'horreur macabre mal négocié. »
Toilet Blues (Deauville 2014)
Dirmarwan Hatta
« Un début sensuel et prometteur. Le désenchantement qui suit n'en n'est que plus grand. Une longue errance vaine et toc. »
« Un premier quart d'heure superbe gâché par le reste du film... »
« On tire la chasse ? »
Ugly (Deauville 2014)
Anurag Kashyap
« Un thriller indien si dynamique et vivant qu'on en oublie ses quelques défauts. »
« Beautiful ! »
Nagima (Deauville 2014)
Zhanna Issabayeva
« Je suis resté complètement hermétique à cet univers et ce personnage. Il y a de belles idées cependant... »
« De belles idées malheureusement écrasées par un rythme pesant. »
« Une énième fable sur la joie de vivre en Asie centrale. Pas mauvais mais peu stimulant. Un film de dimanche gris et pluvieux. »
« Une maîtrise des effets qui ne compense pas une froideur émotionnelle qui rend le film très oubliable. »
No Man's Land (Deauville 2014)
Ning Hao
« Référentiel, stylé et à la photographie magnifique, No Man's Land est une sorte de croisement entre Hitcher, Duel et le western spaghetti. Décoiffant. »
« Un film de genre efficace et rythmé qui emprunte à la fois au western spaghetti, à la course poursuite philosophique (Duel) et à l'humour noir de U-Turn d'Oliver Stone. Seul bémol : le film est trop répétitif. Un réalisateur à surveiller. »
« Un western contemporain et brutal, très jouissif malgré son manque de subtilité. »
Present for you (Deauville 2014)
Yoshihiko Dai
« Affligeant. »
« Absence pour moi... »
The Ferry (FICA 2014)
Shi Wei
« Un joli livre d'images qui sent quand même un peu la naphtaline. »
« Un joli film qui ne fait pas de vague. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Jeremy Coifman Justin Kwedi Kephren Montoute Lila Gleizes Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Leçons d'harmonie (en salles le 26/03/2014)
Emir Baigazin
« Encore une fois au Kazakhstan, on ne rigole pas. Dans ce microcosme sans pitié, il y a toujours quelqu'un pour tyranniser l'autre. »
« Une claque. Le Kazakhstan est définitivement un pays à suivre. »
« Une leçon de cinéma administrée par un tout jeune réalisateur kazakh ! »
47 Ronins (en salles le 02/04/2014)
Carl Erik Rinsch
« Une fresque qui invoque un Japon ancestral et légendaire. Plein de bonne volonté, mais très limité. »
« Un bon divertissement sur fond de faits historiques et légendes fantastiques. »
« De bonnes intentions ne suffisent pas à faire un bon film... »
Patema et le monde inversé (en salles le 12/03/2014)
Yoshiura Yasuhiro
« Une belle gestion de l'espace qui renverse les repères haut/bas de manière assez renversante, malheureusement servie dans un contexte vu et revu et par une animation limitée. »
L'Etudiant (en salles le 05/03/201)
Darezhan Omirbaev
« Une froideur toute bressonienne et un Crime et Châtiment qui ne tient pas toutes ses promesses. »
« Une déception en terme d'adaptation de Dostoïevky, qui reste tout de même impressionnante d'un point de vue purement cinématographique. »
Suneung (en salles le 09/04/2014)
Shin Su-won
« Un tableau du système éducatif coréen effrayant mais très maladroit. »
« Terrifiant et brillant portrait du système éducatif coréen réalisé par une ex-enseignante, Suneung dépasse le simple film à charge par ses envolées cosmiques et son regard de travers vers le film de genre. »
Les Chiens errants (en salles le 25/03/2014)
Tsai Ming Liang
« Etirant les plans jusqu'à la souffrance, Tsai livre une œuvre terrassante de beauté et de force. »
« Une expérience visuelle et sensorielle unique. »
« Une virtuosité impressionnante, qui nourrit une fresque temporelle impressionnante, à la croisée des arts video et du cinéma. »
Real (en salles le 26/03/2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Lyrisme échevelé, histoire d'amour fantastique. Un joyau. »
« Trop long et quelques effets visuels ratés. Mais Real reste un joli film poétique et une belle métaphore sur l'amour et le passé qui nous hante toujours. »
« Kurosawa est définitivement l'un des plus grands cinéastes japonais d'aujourd'hui. »
Ruin (Deauville 2014)
Michael Cody, Amiel Courtin-wilson
« Esthétiquement intéressant, cette dérive meurtrière et amoureuse peine à convaincre sur la durée. La bande sonore est efficace. »
Our Sunhi (Deauville 2014)
Hong Sang-soo
« Génial, aux effets de répétitions irrésistibles. Une belle mise en abyme de la vision des critiques du cinéma de Hong, qui croit le comprendre. »
« Trop de répétition tue la répétition. »
« Sommet de Hong Sang-soo dans ses habituelles variations et répétitions et de beuveries. Le brunch rohmérien du dimanche pour le Festival de Deauville. »
« Excellent HHH, comme d'habitude. »
Trapped (Deauville 2014)
Parviz Shahbazi
« Une plongée d'une femme prise au piège. Le réalisateur saisit bien le malaise, la peur qui s'insinue partout. Beau portrait de femme. »
« Une narration très tenue pour un film très maîtrisée. »
The Fake (Deauville 2014)
Yeon Sangho
« En tout cas ce qui n'est pas fake c'est le talent de Yeon Sang-ho. »
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Le roi du cinéma d'animation. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
Monsterz (Deauville 2014)
Nakata Hideo
« Un film impersonnel, plat, qui se révèle un véritable calvaire tant toutes les tentatives pour sortir le film de sa torpeur sont ratées. »
« Incroyable promesse de Nakata Hideo avec ce remake : faire moins bien que le film original (Haunters), pourtant déjà faiblard. C'est poussif et, surtout, sans intérêt. »
« Une commande peu inspirée signée Nakata, dont les qualités de mises en scène fondent dans un projet insipide au scénario incohérent. Triste... »
Steel Cold Winter (Deauville 2014)
Choi Jin-seong
« Une première heure prometteuse, au climat froid et inquiétant qui traite de la vie à la campagne et du mal-être adolescent avec intelligence. Mais la suite, complaisante, gâche le tout. »
« Scénario vu et revu. Ni bon, ni mauvais. Très dispensable. »
« Une belle histoire d'amour contrarié par un virage vers l'horreur macabre mal négocié. »
Toilet Blues (Deauville 2014)
Dirmarwan Hatta
« Un début sensuel et prometteur. Le désenchantement qui suit n'en n'est que plus grand. Une longue errance vaine et toc. »
« Un premier quart d'heure superbe gâché par le reste du film... »
« On tire la chasse ? »
Ugly (Deauville 2014)
Anurag Kashyap
« Un thriller indien si dynamique et vivant qu'on en oublie ses quelques défauts. »
« Beautiful ! »
Nagima (Deauville 2014)
Zhanna Issabayeva
« Je suis resté complètement hermétique à cet univers et ce personnage. Il y a de belles idées cependant... »
« De belles idées malheureusement écrasées par un rythme pesant. »
« Une énième fable sur la joie de vivre en Asie centrale. Pas mauvais mais peu stimulant. Un film de dimanche gris et pluvieux. »
« Une maîtrise des effets qui ne compense pas une froideur émotionnelle qui rend le film très oubliable. »
No Man's Land (Deauville 2014)
Ning Hao
« Référentiel, stylé et à la photographie magnifique, No Man's Land est une sorte de croisement entre Hitcher, Duel et le western spaghetti. Décoiffant. »
« Un film de genre efficace et rythmé qui emprunte à la fois au western spaghetti, à la course poursuite philosophique (Duel) et à l'humour noir de U-Turn d'Oliver Stone. Seul bémol : le film est trop répétitif. Un réalisateur à surveiller. »
« Un western contemporain et brutal, très jouissif malgré son manque de subtilité. »
Present for you (Deauville 2014)
Yoshihiko Dai
« Affligeant. »
« Absence pour moi... »
The Ferry (FICA 2014)
Shi Wei
« Un joli livre d'images qui sent quand même un peu la naphtaline. »
« Un joli film qui ne fait pas de vague. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.