Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Tenzo (en salles le 27/11/2019)
Tomita Katsuya
« Une très belle lecture, à travers le bouddhisme, sur le Japon, la décadence du monde et une nécessaire reconstruction. »
« Une belle méditation sur le Japon actuel. Une leçon de vie et de résilience. »
« Un joli effet de style pour un documentaire qui photographie le Japon et la foi à l'orée des années 2020. »
Terra Formars (Étrange Festival 2016)
Miike Takashi
« Un Miike en petite forme qui recycle sans conviction aucune, tous les poncifs du genre Shonen manga. C'est laid, idiot et particulièrement poussif sur le dernier tiers ! »
« Miike veut faire son manga-live ultime, et nous sert un blockbuster d'une balourdise absolue, même pas fun au 10ème degré. »
« Le manga est une merde et Takashi Miike vous emmerde (le spectateur, lui s'emmerde). »
Terror Live (en vidéo le 30/09/2015)
Kim Byung-woo
« Un huis-clos parfaitement maîtrisé, une tension incroyable. Bref, que du bon ! »
« Un petit film qui compense son manque de moyens par un suspense tenue et pléthore de bonnes idées ! »
« Une petite bombe au scénario diabolique, un grand thriller en quasi huis-clos orchestré avec un sens du rythme et du découpage incroyable, doublé d'une charge politique virulente à souhait. »
Tharlo (FICA 2016)
pema Tseden
« La perte des repères d'un homme déraciné par les conventions qui lui sont étrangères au cœur d'un film au noir et blanc sublime. »
« On pouvait craindre le pire de l'exotisme tibétain engagé, on se trouve devant un film d'une force expressive fascinante, dans la lignée de Zhang Miaoyan, l'accessibilité en plus. »
Tharlo, le berger tibétain (en salles le 03/01/2018)
Pema Tseden
« La perte des repères d'un homme déraciné par les conventions qui lui sont étrangères au cœur d'un film au noir et blanc sublime. »
« On pouvait craindre le pire de l'exotisme tibétain engagé, on se trouve devant un film d'une force expressive fascinante, dans la lignée de Zhang Miaoyan, l'accessibilité en plus. »
The Actor (Kinotayo 2017)
Yokohama Satoko
« Joli film sur l'image et sa représentation. Une belle réalisation qui ne parvient cependant pas à faire décoller le film de son propos initial. »
« Film baroque et somnambulique sur le métier d'acteur. Belle performance désabusée de Ken Yasuda. »
« Une réflexion sur le métier d'acteur parsemée de saillies absurdes et surréalistes. Un joli petit film. »
« Une réflexion sur le cinéma et la solitude du métier d'acteur, qui oscille entre réel et imaginaire d'une belle façon. »
The Age Of Shadows (FFCP 2016)
Kim Jee-woon
« Kim Jee-woon revient dans un film assez classique et prend le temps d'exposer son récit. Ce n'est pas le chef d'oeuvre de l'année mais Kim Jee-woon a un talent monstre dans la mise en scène et le film est impressionnant de maîtrise. »
« Un bon mélange de film d'espionnage et d'action, sans réelle audace ni prise de risque. La mise en scène et les acteurs sont efficaces même si le rythme s'essouffle dans la dernière demi-heure. »
« Kim Jee Woon dirige avec maestria ce nid d'espions, respectant scrupuleusement les règles du genre. Rien de révolutionnaire, mais un divertissement dune efficacité redoutable. »
« S'appuyant sur la sobriété de son récit un brin classique, Kim Jee-woon n'a rien perdu de sa virtuosité, en témoigne cette fabuleuse séquence à bord d'un train, une de plus. »
« Une belle maîtrise pour un exercice de style Melvilien dont on regrette in fine l'inscription un peu convenue dans le grand roman national coréen, laissant de côté toute la part d'ombre d'un thriller qui semblait portant assumer son côté dépressif dans son développement. »
The Artist: Reborn (FFCP 2017)
Kim Kyoung-won
« A force de vouloir naviguer entre les genres, cette comédie ne parvient jamais à dépasser l'artificialité de son propos. Difficile de croire en des personnages s'extasiant devant des peintures qui ressemblent plus à des motifs de papier cadeau qu'à de véritables œuvres artistiques. »
« Aussi plat et peu inspiré que les "œuvres" de l'artiste du titre. »
The Assassin (Cannes 2015)
Hou Hsiao Hsien
« Le film "beau mais chiant" du Festival. »
The Assassin (en salles le 09/03/2016)
Hou Hsiao-Hsien
« Le film est esthétiquement sublime. Mais on n'y comprend que dalle et l'ennui nous gagne rapidement. »
« Un film flamboyant qui porte bien l'empreinte ciné-génique de son immense cinéaste, avec sa mise en scène soignée, ses plans séquences et son esthétique resplendissante. »
« Le film "beau mais chiant" de Cannes 2015. »
« Envoutant et cryptique, The Assassin laisse un goût d'inachevé comme expérience de spectateur, où l'on se laisse seulement porter par la beauté des images. Vivement la seconde vision ! »
The Bacchus Lady (FFCP 2016)
E J-Yong
« Des Bacchus Ladies, thème très intéressant et fort original, le film d'élargit rapidement pour traiter de la vieillesse et du temps qui passe. On reste un peu sur notre faim. »
« E J-yong prend comme point de départ la prostitution des femmes âgées pour finalement évoquer la fin de vie, la maladie, la solitude et la vie de désaxés en Corée. Inattendu et émouvant. »
« Un film qui a pour point de départ la précarité des personnes âgées en Corée, et dresse un portrait mélancolique et plein de compassion sur la vieillesse. Yoon Yeo-jeong est formidable ! »
« Une chronique sociale qui vaut surtout pour le regard mélancolique de Yoon Yeo-jeong. »
« Un beau film solidement écrit sur la difficulté de la fin de vie en Corée, qui arrive à toucher malgré un manque de moyen que la mise en scène n'arrive pas toujours à surmonter. »
The Battleship Island (FFCP 2017)
Ryoo Seung-wan
« Mise en scène incroyable, Ryoo Seung-wan se permet tout dans ce film. Un grand moment de bravoure ! »
« Ryoo Sung-wan fait la démonstration de sa virtuosité et prouve une nouvelle fois la suprématie du cinéma coréen en matière d'action. Depuis Sergio Leone on n'avait pas aussi bien utilisé la musique de Morricone. Épique, spectaculaire, on en reste coi ! »
« Ryoo Seung-wan enterre sereinement la quasi-totalité des blockbusters hollywoodiens actuels. Quel putain de climax. »
The Bet Collector (FICA 2014)
Jeffrey Jeturian
« Un beau portrait de femme porté par une mise en scène alerte. »
The Bodyguard (L'Étrange Festival 2016)
Yue Song
« Si et seulement si on laisse son cerveau de côté, la première demi-heure est sympa. Après, c'est juste très lourd. »
« Yue Song s'exhibe dans un ego trip martial qui recycle en deux heures 40 années de cinéma de kung Fu. Un film si maladroit dans sa réalisation et outrancier dans ses chorégraphies qu'il en devient presque touchant. »
« Un vrai nanar, réalisé et monté n'importe comment, qui exaspère autant qu'il amuse dans ses moments les plus ridicules. »
« Un nanar sans charme qui recycle paresseusement les stéréotypes du cinéma HK des années 80. »
The Chrysanthemum And The Guillotine (Kinotayo 2019)
Zeze Takahisa
« Belle fresque féministe et politique en forme de miroir sur le passé et le présent japonais. Les 3h se font néanmoins parfois un peu sentir. »
« Œuvre libre et intéressante, à l'image de son sujet, qui aurait mérité un traitement de moins de 3 heures pour gagner en puissance. »
« Un petit film-monde qui met en lumière des personnages vrais au service d'un propos honorable. »
The Dark Wind (FICA 2017)
Hussein Hassan
« Un sujet fort traité sans aucune cohérence de mise en scène. Dommage. »
« Un sujet passionnant qui souffre d'une fictionnalisation déplorable et entraîne un vrai soucis sur la représentation du réel au point que l'ensemble parait irresponsable au vu des enjeux. »
The Days (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Premier film un peu prétentieux d'une futur grand. »
The Dead End (FCCF 2016)
Cao Baoping
The Divine Fury (FFCP 2019)
Kim Ju-hwan
« Un tel ratage, ça confine quasiment au brio. Ce n'était pas forcément l'intention du film mais qu'est-ce qu'on rigole ! »
« Difficile d'arriver au bout de ce nanar. Un réalisateur à exorciser tout de suite. »
« Un exorciste et un champion de MMA s'allient pour butter du démon. Faut-il en rajouter ? »
« Un blockbuster lisible mais quelque peu désincarné. »
The Divine Move (FFCP 2014)
Jo Bum-gu
« Si on laisse son cerveau de côté, le film est plutôt pas mal ! Et surtout, voir deux hommes, torse nu, s'affrontant au jeu de go sous un froid polaire, ça n'a pas de prix ! »
« Film d'action coréen mélangeant jeu de Go et arts martiaux, avec des séquences de combat très violentes. Ca ressemble surtout au premier opus d'une franchise en devenir. Divertissant, efficace mais vite oubliable »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Tenzo (en salles le 27/11/2019)
Tomita Katsuya
« Une très belle lecture, à travers le bouddhisme, sur le Japon, la décadence du monde et une nécessaire reconstruction. »
« Une belle méditation sur le Japon actuel. Une leçon de vie et de résilience. »
« Un joli effet de style pour un documentaire qui photographie le Japon et la foi à l'orée des années 2020. »
Terra Formars (Étrange Festival 2016)
Miike Takashi
« Un Miike en petite forme qui recycle sans conviction aucune, tous les poncifs du genre Shonen manga. C'est laid, idiot et particulièrement poussif sur le dernier tiers ! »
« Miike veut faire son manga-live ultime, et nous sert un blockbuster d'une balourdise absolue, même pas fun au 10ème degré. »
« Le manga est une merde et Takashi Miike vous emmerde (le spectateur, lui s'emmerde). »
Terror Live (en vidéo le 30/09/2015)
Kim Byung-woo
« Un huis-clos parfaitement maîtrisé, une tension incroyable. Bref, que du bon ! »
« Un petit film qui compense son manque de moyens par un suspense tenue et pléthore de bonnes idées ! »
« Une petite bombe au scénario diabolique, un grand thriller en quasi huis-clos orchestré avec un sens du rythme et du découpage incroyable, doublé d'une charge politique virulente à souhait. »
Tharlo (FICA 2016)
pema Tseden
« La perte des repères d'un homme déraciné par les conventions qui lui sont étrangères au cœur d'un film au noir et blanc sublime. »
« On pouvait craindre le pire de l'exotisme tibétain engagé, on se trouve devant un film d'une force expressive fascinante, dans la lignée de Zhang Miaoyan, l'accessibilité en plus. »
Tharlo, le berger tibétain (en salles le 03/01/2018)
Pema Tseden
« La perte des repères d'un homme déraciné par les conventions qui lui sont étrangères au cœur d'un film au noir et blanc sublime. »
« On pouvait craindre le pire de l'exotisme tibétain engagé, on se trouve devant un film d'une force expressive fascinante, dans la lignée de Zhang Miaoyan, l'accessibilité en plus. »
The Actor (Kinotayo 2017)
Yokohama Satoko
« Joli film sur l'image et sa représentation. Une belle réalisation qui ne parvient cependant pas à faire décoller le film de son propos initial. »
« Film baroque et somnambulique sur le métier d'acteur. Belle performance désabusée de Ken Yasuda. »
« Une réflexion sur le métier d'acteur parsemée de saillies absurdes et surréalistes. Un joli petit film. »
« Une réflexion sur le cinéma et la solitude du métier d'acteur, qui oscille entre réel et imaginaire d'une belle façon. »
The Age Of Shadows (FFCP 2016)
Kim Jee-woon
« Kim Jee-woon revient dans un film assez classique et prend le temps d'exposer son récit. Ce n'est pas le chef d'oeuvre de l'année mais Kim Jee-woon a un talent monstre dans la mise en scène et le film est impressionnant de maîtrise. »
« Un bon mélange de film d'espionnage et d'action, sans réelle audace ni prise de risque. La mise en scène et les acteurs sont efficaces même si le rythme s'essouffle dans la dernière demi-heure. »
« Kim Jee Woon dirige avec maestria ce nid d'espions, respectant scrupuleusement les règles du genre. Rien de révolutionnaire, mais un divertissement dune efficacité redoutable. »
« S'appuyant sur la sobriété de son récit un brin classique, Kim Jee-woon n'a rien perdu de sa virtuosité, en témoigne cette fabuleuse séquence à bord d'un train, une de plus. »
« Une belle maîtrise pour un exercice de style Melvilien dont on regrette in fine l'inscription un peu convenue dans le grand roman national coréen, laissant de côté toute la part d'ombre d'un thriller qui semblait portant assumer son côté dépressif dans son développement. »
The Artist: Reborn (FFCP 2017)
Kim Kyoung-won
« A force de vouloir naviguer entre les genres, cette comédie ne parvient jamais à dépasser l'artificialité de son propos. Difficile de croire en des personnages s'extasiant devant des peintures qui ressemblent plus à des motifs de papier cadeau qu'à de véritables œuvres artistiques. »
« Aussi plat et peu inspiré que les "œuvres" de l'artiste du titre. »
The Assassin (Cannes 2015)
Hou Hsiao Hsien
« Le film "beau mais chiant" du Festival. »
The Assassin (en salles le 09/03/2016)
Hou Hsiao-Hsien
« Le film est esthétiquement sublime. Mais on n'y comprend que dalle et l'ennui nous gagne rapidement. »
« Un film flamboyant qui porte bien l'empreinte ciné-génique de son immense cinéaste, avec sa mise en scène soignée, ses plans séquences et son esthétique resplendissante. »
« Le film "beau mais chiant" de Cannes 2015. »
« Envoutant et cryptique, The Assassin laisse un goût d'inachevé comme expérience de spectateur, où l'on se laisse seulement porter par la beauté des images. Vivement la seconde vision ! »
The Bacchus Lady (FFCP 2016)
E J-Yong
« Des Bacchus Ladies, thème très intéressant et fort original, le film d'élargit rapidement pour traiter de la vieillesse et du temps qui passe. On reste un peu sur notre faim. »
« E J-yong prend comme point de départ la prostitution des femmes âgées pour finalement évoquer la fin de vie, la maladie, la solitude et la vie de désaxés en Corée. Inattendu et émouvant. »
« Un film qui a pour point de départ la précarité des personnes âgées en Corée, et dresse un portrait mélancolique et plein de compassion sur la vieillesse. Yoon Yeo-jeong est formidable ! »
« Une chronique sociale qui vaut surtout pour le regard mélancolique de Yoon Yeo-jeong. »
« Un beau film solidement écrit sur la difficulté de la fin de vie en Corée, qui arrive à toucher malgré un manque de moyen que la mise en scène n'arrive pas toujours à surmonter. »
The Battleship Island (FFCP 2017)
Ryoo Seung-wan
« Mise en scène incroyable, Ryoo Seung-wan se permet tout dans ce film. Un grand moment de bravoure ! »
« Ryoo Sung-wan fait la démonstration de sa virtuosité et prouve une nouvelle fois la suprématie du cinéma coréen en matière d'action. Depuis Sergio Leone on n'avait pas aussi bien utilisé la musique de Morricone. Épique, spectaculaire, on en reste coi ! »
« Ryoo Seung-wan enterre sereinement la quasi-totalité des blockbusters hollywoodiens actuels. Quel putain de climax. »
The Bet Collector (FICA 2014)
Jeffrey Jeturian
« Un beau portrait de femme porté par une mise en scène alerte. »
The Bodyguard (L'Étrange Festival 2016)
Yue Song
« Si et seulement si on laisse son cerveau de côté, la première demi-heure est sympa. Après, c'est juste très lourd. »
« Yue Song s'exhibe dans un ego trip martial qui recycle en deux heures 40 années de cinéma de kung Fu. Un film si maladroit dans sa réalisation et outrancier dans ses chorégraphies qu'il en devient presque touchant. »
« Un vrai nanar, réalisé et monté n'importe comment, qui exaspère autant qu'il amuse dans ses moments les plus ridicules. »
« Un nanar sans charme qui recycle paresseusement les stéréotypes du cinéma HK des années 80. »
The Chrysanthemum And The Guillotine (Kinotayo 2019)
Zeze Takahisa
« Belle fresque féministe et politique en forme de miroir sur le passé et le présent japonais. Les 3h se font néanmoins parfois un peu sentir. »
« Œuvre libre et intéressante, à l'image de son sujet, qui aurait mérité un traitement de moins de 3 heures pour gagner en puissance. »
« Un petit film-monde qui met en lumière des personnages vrais au service d'un propos honorable. »
The Dark Wind (FICA 2017)
Hussein Hassan
« Un sujet fort traité sans aucune cohérence de mise en scène. Dommage. »
« Un sujet passionnant qui souffre d'une fictionnalisation déplorable et entraîne un vrai soucis sur la représentation du réel au point que l'ensemble parait irresponsable au vu des enjeux. »
The Days (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Premier film un peu prétentieux d'une futur grand. »
The Dead End (FCCF 2016)
Cao Baoping
The Divine Fury (FFCP 2019)
Kim Ju-hwan
« Un tel ratage, ça confine quasiment au brio. Ce n'était pas forcément l'intention du film mais qu'est-ce qu'on rigole ! »
« Difficile d'arriver au bout de ce nanar. Un réalisateur à exorciser tout de suite. »
« Un exorciste et un champion de MMA s'allient pour butter du démon. Faut-il en rajouter ? »
« Un blockbuster lisible mais quelque peu désincarné. »
The Divine Move (FFCP 2014)
Jo Bum-gu
« Si on laisse son cerveau de côté, le film est plutôt pas mal ! Et surtout, voir deux hommes, torse nu, s'affrontant au jeu de go sous un froid polaire, ça n'a pas de prix ! »
« Film d'action coréen mélangeant jeu de Go et arts martiaux, avec des séquences de combat très violentes. Ca ressemble surtout au premier opus d'une franchise en devenir. Divertissant, efficace mais vite oubliable »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Tenzo (en salles le 27/11/2019)
Tomita Katsuya
« Une très belle lecture, à travers le bouddhisme, sur le Japon, la décadence du monde et une nécessaire reconstruction. »
« Une belle méditation sur le Japon actuel. Une leçon de vie et de résilience. »
« Un joli effet de style pour un documentaire qui photographie le Japon et la foi à l'orée des années 2020. »
Terra Formars (Étrange Festival 2016)
Miike Takashi
« Un Miike en petite forme qui recycle sans conviction aucune, tous les poncifs du genre Shonen manga. C'est laid, idiot et particulièrement poussif sur le dernier tiers ! »
« Miike veut faire son manga-live ultime, et nous sert un blockbuster d'une balourdise absolue, même pas fun au 10ème degré. »
« Le manga est une merde et Takashi Miike vous emmerde (le spectateur, lui s'emmerde). »
Terror Live (en vidéo le 30/09/2015)
Kim Byung-woo
« Un huis-clos parfaitement maîtrisé, une tension incroyable. Bref, que du bon ! »
« Un petit film qui compense son manque de moyens par un suspense tenue et pléthore de bonnes idées ! »
« Une petite bombe au scénario diabolique, un grand thriller en quasi huis-clos orchestré avec un sens du rythme et du découpage incroyable, doublé d'une charge politique virulente à souhait. »
Tharlo (FICA 2016)
pema Tseden
« La perte des repères d'un homme déraciné par les conventions qui lui sont étrangères au cœur d'un film au noir et blanc sublime. »
« On pouvait craindre le pire de l'exotisme tibétain engagé, on se trouve devant un film d'une force expressive fascinante, dans la lignée de Zhang Miaoyan, l'accessibilité en plus. »
Tharlo, le berger tibétain (en salles le 03/01/2018)
Pema Tseden
« La perte des repères d'un homme déraciné par les conventions qui lui sont étrangères au cœur d'un film au noir et blanc sublime. »
« On pouvait craindre le pire de l'exotisme tibétain engagé, on se trouve devant un film d'une force expressive fascinante, dans la lignée de Zhang Miaoyan, l'accessibilité en plus. »
The Actor (Kinotayo 2017)
Yokohama Satoko
« Joli film sur l'image et sa représentation. Une belle réalisation qui ne parvient cependant pas à faire décoller le film de son propos initial. »
« Film baroque et somnambulique sur le métier d'acteur. Belle performance désabusée de Ken Yasuda. »
« Une réflexion sur le métier d'acteur parsemée de saillies absurdes et surréalistes. Un joli petit film. »
« Une réflexion sur le cinéma et la solitude du métier d'acteur, qui oscille entre réel et imaginaire d'une belle façon. »
The Age Of Shadows (FFCP 2016)
Kim Jee-woon
« Kim Jee-woon revient dans un film assez classique et prend le temps d'exposer son récit. Ce n'est pas le chef d'oeuvre de l'année mais Kim Jee-woon a un talent monstre dans la mise en scène et le film est impressionnant de maîtrise. »
« Un bon mélange de film d'espionnage et d'action, sans réelle audace ni prise de risque. La mise en scène et les acteurs sont efficaces même si le rythme s'essouffle dans la dernière demi-heure. »
« Kim Jee Woon dirige avec maestria ce nid d'espions, respectant scrupuleusement les règles du genre. Rien de révolutionnaire, mais un divertissement dune efficacité redoutable. »
« S'appuyant sur la sobriété de son récit un brin classique, Kim Jee-woon n'a rien perdu de sa virtuosité, en témoigne cette fabuleuse séquence à bord d'un train, une de plus. »
« Une belle maîtrise pour un exercice de style Melvilien dont on regrette in fine l'inscription un peu convenue dans le grand roman national coréen, laissant de côté toute la part d'ombre d'un thriller qui semblait portant assumer son côté dépressif dans son développement. »
The Artist: Reborn (FFCP 2017)
Kim Kyoung-won
« A force de vouloir naviguer entre les genres, cette comédie ne parvient jamais à dépasser l'artificialité de son propos. Difficile de croire en des personnages s'extasiant devant des peintures qui ressemblent plus à des motifs de papier cadeau qu'à de véritables œuvres artistiques. »
« Aussi plat et peu inspiré que les "œuvres" de l'artiste du titre. »
The Assassin (Cannes 2015)
Hou Hsiao Hsien
« Le film "beau mais chiant" du Festival. »
The Assassin (en salles le 09/03/2016)
Hou Hsiao-Hsien
« Le film est esthétiquement sublime. Mais on n'y comprend que dalle et l'ennui nous gagne rapidement. »
« Un film flamboyant qui porte bien l'empreinte ciné-génique de son immense cinéaste, avec sa mise en scène soignée, ses plans séquences et son esthétique resplendissante. »
« Le film "beau mais chiant" de Cannes 2015. »
« Envoutant et cryptique, The Assassin laisse un goût d'inachevé comme expérience de spectateur, où l'on se laisse seulement porter par la beauté des images. Vivement la seconde vision ! »
The Bacchus Lady (FFCP 2016)
E J-Yong
« Des Bacchus Ladies, thème très intéressant et fort original, le film d'élargit rapidement pour traiter de la vieillesse et du temps qui passe. On reste un peu sur notre faim. »
« E J-yong prend comme point de départ la prostitution des femmes âgées pour finalement évoquer la fin de vie, la maladie, la solitude et la vie de désaxés en Corée. Inattendu et émouvant. »
« Un film qui a pour point de départ la précarité des personnes âgées en Corée, et dresse un portrait mélancolique et plein de compassion sur la vieillesse. Yoon Yeo-jeong est formidable ! »
« Une chronique sociale qui vaut surtout pour le regard mélancolique de Yoon Yeo-jeong. »
« Un beau film solidement écrit sur la difficulté de la fin de vie en Corée, qui arrive à toucher malgré un manque de moyen que la mise en scène n'arrive pas toujours à surmonter. »
The Battleship Island (FFCP 2017)
Ryoo Seung-wan
« Mise en scène incroyable, Ryoo Seung-wan se permet tout dans ce film. Un grand moment de bravoure ! »
« Ryoo Sung-wan fait la démonstration de sa virtuosité et prouve une nouvelle fois la suprématie du cinéma coréen en matière d'action. Depuis Sergio Leone on n'avait pas aussi bien utilisé la musique de Morricone. Épique, spectaculaire, on en reste coi ! »
« Ryoo Seung-wan enterre sereinement la quasi-totalité des blockbusters hollywoodiens actuels. Quel putain de climax. »
The Bet Collector (FICA 2014)
Jeffrey Jeturian
« Un beau portrait de femme porté par une mise en scène alerte. »
The Bodyguard (L'Étrange Festival 2016)
Yue Song
« Si et seulement si on laisse son cerveau de côté, la première demi-heure est sympa. Après, c'est juste très lourd. »
« Yue Song s'exhibe dans un ego trip martial qui recycle en deux heures 40 années de cinéma de kung Fu. Un film si maladroit dans sa réalisation et outrancier dans ses chorégraphies qu'il en devient presque touchant. »
« Un vrai nanar, réalisé et monté n'importe comment, qui exaspère autant qu'il amuse dans ses moments les plus ridicules. »
« Un nanar sans charme qui recycle paresseusement les stéréotypes du cinéma HK des années 80. »
The Chrysanthemum And The Guillotine (Kinotayo 2019)
Zeze Takahisa
« Belle fresque féministe et politique en forme de miroir sur le passé et le présent japonais. Les 3h se font néanmoins parfois un peu sentir. »
« Œuvre libre et intéressante, à l'image de son sujet, qui aurait mérité un traitement de moins de 3 heures pour gagner en puissance. »
« Un petit film-monde qui met en lumière des personnages vrais au service d'un propos honorable. »
The Dark Wind (FICA 2017)
Hussein Hassan
« Un sujet fort traité sans aucune cohérence de mise en scène. Dommage. »
« Un sujet passionnant qui souffre d'une fictionnalisation déplorable et entraîne un vrai soucis sur la représentation du réel au point que l'ensemble parait irresponsable au vu des enjeux. »
The Days (FICA 2018 - Hommage à Wang Xiaoshuai)
Wang Xiaoshuai
« Premier film un peu prétentieux d'une futur grand. »
The Dead End (FCCF 2016)
Cao Baoping
The Divine Fury (FFCP 2019)
Kim Ju-hwan
« Un tel ratage, ça confine quasiment au brio. Ce n'était pas forcément l'intention du film mais qu'est-ce qu'on rigole ! »
« Difficile d'arriver au bout de ce nanar. Un réalisateur à exorciser tout de suite. »
« Un exorciste et un champion de MMA s'allient pour butter du démon. Faut-il en rajouter ? »
« Un blockbuster lisible mais quelque peu désincarné. »
The Divine Move (FFCP 2014)
Jo Bum-gu
« Si on laisse son cerveau de côté, le film est plutôt pas mal ! Et surtout, voir deux hommes, torse nu, s'affrontant au jeu de go sous un froid polaire, ça n'a pas de prix ! »
« Film d'action coréen mélangeant jeu de Go et arts martiaux, avec des séquences de combat très violentes. Ca ressemble surtout au premier opus d'une franchise en devenir. Divertissant, efficace mais vite oubliable »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.