Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
A Girl Walks Alone At Night (L'Etrange Festival 2014)
Ana Lily Amirpour
« Très bonne surprise de la part d'une jeune réalisatrice iranienne. Ambiance Midwest pour un film de vampires qui cache un certain féminisme qu'on montre assez peu en Iran. Bande son géniale ! »
« Ce film de vampire americano-iranien, à la fois punk, rock et féministe, nous plonge dans une ambiance de film noir des années 30 où l'on pourrait croiser Jim Jarmusch, Friedrich Wilhelm Murnau et Ennio Morricone. La belle découverte de l'Etrange Festival 2014. »
A Girl Walks Home Alone At Night (en salles le 14/01/2015)
Ana Lily Amirpour
« Très bonne surprise de la part d'une jeune réalisatrice iranienne. Ambiance Midwest pour un film de vampires qui cache un certain féminisme qu'on montre assez peu en Iran. Bande son géniale ! »
« Ce film de vampire americano-iranien, à la fois punk, rock et féministe, nous plonge dans une ambiance de film noir des années 30 où l'on pourrait croiser Jim Jarmusch, Friedrich Wilhelm Murnau et Ennio Morricone. La belle découverte de l'Etrange Festival 2014. »
« Un film décousu et poseur, qui semble avoir beaucoup trop de chose à prouver pour être honnête. »
A Hard Day (Cannes 2014)
Kim Seong-bun
« Kim Seong-jun détourne les codes du thriller avec intelligence. Un pari osé réussi avec brio. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à Cannes. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
A Hard Day (L'Étrange Festival 2014)
Kim Seong-hun
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, A Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un thriller typiquement coréen, qui alterne séquences absurdes hilarantes et moments de tension haletants, en s'amusant de la corruption au sein de la police locale. Pas original pour un sou mais efficace dans son genre. »
« Un bon polar doublé d’une passionnante réflexion sur le genre et la masculinité dans les films d’action et la société coréenne. »
A Haunting Hitchhike (FFCP 2018)
Jeong Hee-jae
« Un beau drame, poignant, sans pathos ni mélo qui manie les ruptures de tons avec subtilité. »
« La révélation du festival, avec ce premier long-métrage inattendu, à la thématique sociale mais pas misérabiliste. On suivra la carrière de Jeong Hee-jae avec attention. »
« Un drame social pudique , juste est touchant qui évite tout effet de pathos et le misérabilisme. »
« Quête d'identité et recherche des origines dans un road movie émouvant où la jeune réalisatrice Jeong Hee-jae trouve le ton juste et ne tombe jamais dans le pathos. »
A la folie (en salles le 11/03/2015)
Wang Bing
« Impressionnante plongée en immersion totale dans un hôpital psychiatrique en Chine. Une expérience douloureuse proche de la folie. »
A Matter of Interpretation (FICA 2015)
Lee Kwang-kuk
« Impossible de ne pas penser à Hong Sang-soo, mais Lee Kwang-kuk parvient à créer son propre univers ludique, où chaque scène, chaque plan est une énigme à déchiffrer. »
« Parfait pour ceux qui trouvent que le cinéma de Hong Sang-soo tourne un peu en rond. »
A Midsummer's Fantasia (FFCP 2015)
Jang Kun-jae
« De beaux plans et de bons acteurs ne suffisent pas. Il faut aussi un scénario... »
« Une petite déception que ce film sur le cinéma qui ne parle finalement pas de cinéma. Restent quelques beaux moments surtout dans la seconde partie. »
« Une seconde partie charmante, malheureusement précédée de son laborieux et inutile making-off. À noter l'effet somnifère imparable du film, dont Elvire et Martin, roupillant tranquillement tout le long du film peuvent largement témoigner ! »
A Quiet Dream (FFCP 2017)
Zhang Lu
« Personnages attachants, abîmés et excentriques, situation décalées et atmosphère flottante pour un spectacle singulier et original dont on perd parfois le fil néanmoins. »
« Un film dont la langueur charmante conquiert le cœur du spectateur à mesure que le film défile.on se réjouit de passer ce temps en compagnie de personnages si attachants. »
« La Corée d'hier et d'aujourd'hui vue par un cinéaste dont les rêveries fascinent autant qu'elles déroutent. Comme si le cinéma de Hong Sang-soo avait été absorbé par celui de David Lynch. »
« D'une tranquillité qui laisse en effet rêveur... »
A Strange Course of Event (Cannes 2013)
Raphael Nadjari
« L'étrangeté est à peine là et on attend encore les événements. »
A Taxi Driver (FFCP 2017)
Jang Hoon
« Le film aurait pu être poignant si seulement il n'oubliait pas son sujet lors du dernier acte. Mais le cinéma coréen a peut-être franchi un premier pas important avec A Taxi Driver : mettre en scène des sujets ô combien douloureux pour le peuple coréen. Reste à franchir l'étape suivante... Les interroger et ne pas dévier en cours de route. »
« Si les ressorts dramatiques sont classiques et les effets parfois trop appuyés, A Taxi Driver contient tous les ingrédients du divertissement populaire noble, s'appuyant sur la performance encore une fois magistrale de Song Kang-ho. »
« Amusant dans sa première partie, le film vire au grotesque en accumulant les poncifs quand il aurait dû se faire nécessaire dans sa seconde partie sur le massacre de Gwangju. »
A Touch of Sin (Cannes 2013)
Jia Zhang-ke
« Un nouveau regard sur la Chine. Et quel regard ! »
« Beaucoup de moments forts mais aussi quelques temps faibles, le regard de Jia Zhang-ke sur la Chine fait froid dans le dos. »
« A Touch of Palme d’Or ! »
A Touch Of Sin (en vidéo le 03/06/2014)
Jia Zhang-ke
« Un nouveau regard sur la Chine. Et quel regard ! »
« Beaucoup de moments forts mais aussi quelques temps faibles, le regard de Jia Zhang-ke sur la Chine fait froid dans le dos. »
« A Touch of Palme d’Or ! »
Adieu au langage (Cannes 2014)
Jean-Luc Godard
« On peut continuer à vénérer Godard pour l'empreinte qu'il a laissée sur le cinéma, mais évitons de le porter aux nues quand il y laisse une trace de pneu. On sauvera quand même quelques plans bien composés où la 3D fait son effet. »
« Limpide, facétieux et d'une constante inventivité. Godard est toujours aussi moderne. »
Adulthood (FFCP 2018)
Kim In-seon
« Un joli film comme on peut le découvrir chaque année au FFCP, qui tient notamment grâce à un duo d'acteurs parfait. On est pris de tendresse. »
« Une comédie sympathique et sans prétention. Cruelle et drôle en même temps. »
« Un charmant drame coréen sur le deuil et les rapports familiaux. Drôle, émouvant, encore une jeune actrice au talent bluffant et un Um Tae-goo parfait a contre emploi. »
« Une chronique douce amère qui doit beaucoup à son duo d'acteurs. »
After My Death (en salles le 21/11/2018)
Yu Young-sik
« Sujet intéressant et interprétation intense qui se perdent dans un nihilisme creux et vain. »
« Film inutilement compliqué, qui en fait trop et en met de partout sans forcément développer les thématiques abordées. »
« Oeuvre inégale qui tourne parfois à vide mais qui contient plusieurs scènes d'une grande puissance et une bande sonore immersive de bon aloi. »
« On tient là un vrai bon metteur en scène mais la manière dont il dirige son propos est difficilement discernable. »
« Le film devient intéressant quand le titre commence à tenir ses promesses... à 30 minutes de la fin. »
After My Death (FFCP 2018)
Kim Ui-seok
« Sujet intéressant et interprétation intense qui se perdent dans un nihilisme creux et vain. »
« Film inutilement compliqué, qui en fait trop et en met de partout sans forcément développer les thématiques abordées. »
« Oeuvre inégale qui tourne parfois à vide mais qui contient plusieurs scènes d'une grande puissance et une bande sonore immersive de bon aloi. »
« On tient là un vrai bon metteur en scène mais la manière dont il dirige son propos est difficilement discernable. »
« Le film devient intéressant quand le titre commence à tenir ses promesses... à 30 minutes de la fin. »
Again (FICA 2014)
Kanai Junichi
« Un film traitant du viol avec une esthétique entre drama et feel good movie ? Pourquoi pas ! Mais l'irresponsabilité pointe sur un dernier acte effaçant l'acte comme une simple erreur de jeunesse. Honteux ! »
Albator, le corsaire de l'espace (en vidéo le 30/04/2014)
Aramaki Shinji
« Une démo technique qui essaye de compresser en seulement deux heures une intrigue qui mériterait un développement en série animée d'une vingtaine d'épisodes. Laborieux. »
« Une relecture moderne, souvent ennuyeuse mais pas inintéressante du mythe créé par Matsumoto. »
Alice In Earnestland (FFCP 2015)
Ahn Gooc-jin
« Quelques bonnes idées noyées dans un scénario et une réalisation décousus. »
« Un premier long métrage pour le moins déroutant. Porté par la trop rare et néanmoins talentueuse Lee Jung-hyun (A Petal), Alice in Earnestland est une comédie sociale teintée d'humour noir qui glisse progressivement dans le thriller à mesure que le personnage principal perd pied. Aussi dérangeant qu'imprévisible le film à le mérite de ne pas laisser pas les spectateurs indifférents, Ahn Gooc-Jin est un cinéaste à suivre ! »
« Un fort potentiel pour un premier film très inégal et pas très bien écrit. »
« Tous les défauts d'un premiers films condensés dans une sorte de version trash et coréenne d'Amelie Poulain. Même les quelques bonnes idées du film, étirés ad nauseam , finissent par lasser... »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
A Girl Walks Alone At Night (L'Etrange Festival 2014)
Ana Lily Amirpour
« Très bonne surprise de la part d'une jeune réalisatrice iranienne. Ambiance Midwest pour un film de vampires qui cache un certain féminisme qu'on montre assez peu en Iran. Bande son géniale ! »
« Ce film de vampire americano-iranien, à la fois punk, rock et féministe, nous plonge dans une ambiance de film noir des années 30 où l'on pourrait croiser Jim Jarmusch, Friedrich Wilhelm Murnau et Ennio Morricone. La belle découverte de l'Etrange Festival 2014. »
A Girl Walks Home Alone At Night (en salles le 14/01/2015)
Ana Lily Amirpour
« Très bonne surprise de la part d'une jeune réalisatrice iranienne. Ambiance Midwest pour un film de vampires qui cache un certain féminisme qu'on montre assez peu en Iran. Bande son géniale ! »
« Ce film de vampire americano-iranien, à la fois punk, rock et féministe, nous plonge dans une ambiance de film noir des années 30 où l'on pourrait croiser Jim Jarmusch, Friedrich Wilhelm Murnau et Ennio Morricone. La belle découverte de l'Etrange Festival 2014. »
« Un film décousu et poseur, qui semble avoir beaucoup trop de chose à prouver pour être honnête. »
A Hard Day (Cannes 2014)
Kim Seong-bun
« Kim Seong-jun détourne les codes du thriller avec intelligence. Un pari osé réussi avec brio. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à Cannes. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
A Hard Day (L'Étrange Festival 2014)
Kim Seong-hun
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, A Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un thriller typiquement coréen, qui alterne séquences absurdes hilarantes et moments de tension haletants, en s'amusant de la corruption au sein de la police locale. Pas original pour un sou mais efficace dans son genre. »
« Un bon polar doublé d’une passionnante réflexion sur le genre et la masculinité dans les films d’action et la société coréenne. »
A Haunting Hitchhike (FFCP 2018)
Jeong Hee-jae
« Un beau drame, poignant, sans pathos ni mélo qui manie les ruptures de tons avec subtilité. »
« La révélation du festival, avec ce premier long-métrage inattendu, à la thématique sociale mais pas misérabiliste. On suivra la carrière de Jeong Hee-jae avec attention. »
« Un drame social pudique , juste est touchant qui évite tout effet de pathos et le misérabilisme. »
« Quête d'identité et recherche des origines dans un road movie émouvant où la jeune réalisatrice Jeong Hee-jae trouve le ton juste et ne tombe jamais dans le pathos. »
A la folie (en salles le 11/03/2015)
Wang Bing
« Impressionnante plongée en immersion totale dans un hôpital psychiatrique en Chine. Une expérience douloureuse proche de la folie. »
A Matter of Interpretation (FICA 2015)
Lee Kwang-kuk
« Impossible de ne pas penser à Hong Sang-soo, mais Lee Kwang-kuk parvient à créer son propre univers ludique, où chaque scène, chaque plan est une énigme à déchiffrer. »
« Parfait pour ceux qui trouvent que le cinéma de Hong Sang-soo tourne un peu en rond. »
A Midsummer's Fantasia (FFCP 2015)
Jang Kun-jae
« De beaux plans et de bons acteurs ne suffisent pas. Il faut aussi un scénario... »
« Une petite déception que ce film sur le cinéma qui ne parle finalement pas de cinéma. Restent quelques beaux moments surtout dans la seconde partie. »
« Une seconde partie charmante, malheureusement précédée de son laborieux et inutile making-off. À noter l'effet somnifère imparable du film, dont Elvire et Martin, roupillant tranquillement tout le long du film peuvent largement témoigner ! »
A Quiet Dream (FFCP 2017)
Zhang Lu
« Personnages attachants, abîmés et excentriques, situation décalées et atmosphère flottante pour un spectacle singulier et original dont on perd parfois le fil néanmoins. »
« Un film dont la langueur charmante conquiert le cœur du spectateur à mesure que le film défile.on se réjouit de passer ce temps en compagnie de personnages si attachants. »
« La Corée d'hier et d'aujourd'hui vue par un cinéaste dont les rêveries fascinent autant qu'elles déroutent. Comme si le cinéma de Hong Sang-soo avait été absorbé par celui de David Lynch. »
« D'une tranquillité qui laisse en effet rêveur... »
A Strange Course of Event (Cannes 2013)
Raphael Nadjari
« L'étrangeté est à peine là et on attend encore les événements. »
A Taxi Driver (FFCP 2017)
Jang Hoon
« Le film aurait pu être poignant si seulement il n'oubliait pas son sujet lors du dernier acte. Mais le cinéma coréen a peut-être franchi un premier pas important avec A Taxi Driver : mettre en scène des sujets ô combien douloureux pour le peuple coréen. Reste à franchir l'étape suivante... Les interroger et ne pas dévier en cours de route. »
« Si les ressorts dramatiques sont classiques et les effets parfois trop appuyés, A Taxi Driver contient tous les ingrédients du divertissement populaire noble, s'appuyant sur la performance encore une fois magistrale de Song Kang-ho. »
« Amusant dans sa première partie, le film vire au grotesque en accumulant les poncifs quand il aurait dû se faire nécessaire dans sa seconde partie sur le massacre de Gwangju. »
A Touch of Sin (Cannes 2013)
Jia Zhang-ke
« Un nouveau regard sur la Chine. Et quel regard ! »
« Beaucoup de moments forts mais aussi quelques temps faibles, le regard de Jia Zhang-ke sur la Chine fait froid dans le dos. »
« A Touch of Palme d’Or ! »
A Touch Of Sin (en vidéo le 03/06/2014)
Jia Zhang-ke
« Un nouveau regard sur la Chine. Et quel regard ! »
« Beaucoup de moments forts mais aussi quelques temps faibles, le regard de Jia Zhang-ke sur la Chine fait froid dans le dos. »
« A Touch of Palme d’Or ! »
Adieu au langage (Cannes 2014)
Jean-Luc Godard
« On peut continuer à vénérer Godard pour l'empreinte qu'il a laissée sur le cinéma, mais évitons de le porter aux nues quand il y laisse une trace de pneu. On sauvera quand même quelques plans bien composés où la 3D fait son effet. »
« Limpide, facétieux et d'une constante inventivité. Godard est toujours aussi moderne. »
Adulthood (FFCP 2018)
Kim In-seon
« Un joli film comme on peut le découvrir chaque année au FFCP, qui tient notamment grâce à un duo d'acteurs parfait. On est pris de tendresse. »
« Une comédie sympathique et sans prétention. Cruelle et drôle en même temps. »
« Un charmant drame coréen sur le deuil et les rapports familiaux. Drôle, émouvant, encore une jeune actrice au talent bluffant et un Um Tae-goo parfait a contre emploi. »
« Une chronique douce amère qui doit beaucoup à son duo d'acteurs. »
After My Death (en salles le 21/11/2018)
Yu Young-sik
« Sujet intéressant et interprétation intense qui se perdent dans un nihilisme creux et vain. »
« Film inutilement compliqué, qui en fait trop et en met de partout sans forcément développer les thématiques abordées. »
« Oeuvre inégale qui tourne parfois à vide mais qui contient plusieurs scènes d'une grande puissance et une bande sonore immersive de bon aloi. »
« On tient là un vrai bon metteur en scène mais la manière dont il dirige son propos est difficilement discernable. »
« Le film devient intéressant quand le titre commence à tenir ses promesses... à 30 minutes de la fin. »
After My Death (FFCP 2018)
Kim Ui-seok
« Sujet intéressant et interprétation intense qui se perdent dans un nihilisme creux et vain. »
« Film inutilement compliqué, qui en fait trop et en met de partout sans forcément développer les thématiques abordées. »
« Oeuvre inégale qui tourne parfois à vide mais qui contient plusieurs scènes d'une grande puissance et une bande sonore immersive de bon aloi. »
« On tient là un vrai bon metteur en scène mais la manière dont il dirige son propos est difficilement discernable. »
« Le film devient intéressant quand le titre commence à tenir ses promesses... à 30 minutes de la fin. »
Again (FICA 2014)
Kanai Junichi
« Un film traitant du viol avec une esthétique entre drama et feel good movie ? Pourquoi pas ! Mais l'irresponsabilité pointe sur un dernier acte effaçant l'acte comme une simple erreur de jeunesse. Honteux ! »
Albator, le corsaire de l'espace (en vidéo le 30/04/2014)
Aramaki Shinji
« Une démo technique qui essaye de compresser en seulement deux heures une intrigue qui mériterait un développement en série animée d'une vingtaine d'épisodes. Laborieux. »
« Une relecture moderne, souvent ennuyeuse mais pas inintéressante du mythe créé par Matsumoto. »
Alice In Earnestland (FFCP 2015)
Ahn Gooc-jin
« Quelques bonnes idées noyées dans un scénario et une réalisation décousus. »
« Un premier long métrage pour le moins déroutant. Porté par la trop rare et néanmoins talentueuse Lee Jung-hyun (A Petal), Alice in Earnestland est une comédie sociale teintée d'humour noir qui glisse progressivement dans le thriller à mesure que le personnage principal perd pied. Aussi dérangeant qu'imprévisible le film à le mérite de ne pas laisser pas les spectateurs indifférents, Ahn Gooc-Jin est un cinéaste à suivre ! »
« Un fort potentiel pour un premier film très inégal et pas très bien écrit. »
« Tous les défauts d'un premiers films condensés dans une sorte de version trash et coréenne d'Amelie Poulain. Même les quelques bonnes idées du film, étirés ad nauseam , finissent par lasser... »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Claire Lalaut Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
A Girl Walks Alone At Night (L'Etrange Festival 2014)
Ana Lily Amirpour
« Très bonne surprise de la part d'une jeune réalisatrice iranienne. Ambiance Midwest pour un film de vampires qui cache un certain féminisme qu'on montre assez peu en Iran. Bande son géniale ! »
« Ce film de vampire americano-iranien, à la fois punk, rock et féministe, nous plonge dans une ambiance de film noir des années 30 où l'on pourrait croiser Jim Jarmusch, Friedrich Wilhelm Murnau et Ennio Morricone. La belle découverte de l'Etrange Festival 2014. »
A Girl Walks Home Alone At Night (en salles le 14/01/2015)
Ana Lily Amirpour
« Très bonne surprise de la part d'une jeune réalisatrice iranienne. Ambiance Midwest pour un film de vampires qui cache un certain féminisme qu'on montre assez peu en Iran. Bande son géniale ! »
« Ce film de vampire americano-iranien, à la fois punk, rock et féministe, nous plonge dans une ambiance de film noir des années 30 où l'on pourrait croiser Jim Jarmusch, Friedrich Wilhelm Murnau et Ennio Morricone. La belle découverte de l'Etrange Festival 2014. »
« Un film décousu et poseur, qui semble avoir beaucoup trop de chose à prouver pour être honnête. »
A Hard Day (Cannes 2014)
Kim Seong-bun
« Kim Seong-jun détourne les codes du thriller avec intelligence. Un pari osé réussi avec brio. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à Cannes. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
A Hard Day (L'Étrange Festival 2014)
Kim Seong-hun
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, A Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un thriller typiquement coréen, qui alterne séquences absurdes hilarantes et moments de tension haletants, en s'amusant de la corruption au sein de la police locale. Pas original pour un sou mais efficace dans son genre. »
« Un bon polar doublé d’une passionnante réflexion sur le genre et la masculinité dans les films d’action et la société coréenne. »
A Haunting Hitchhike (FFCP 2018)
Jeong Hee-jae
« Un beau drame, poignant, sans pathos ni mélo qui manie les ruptures de tons avec subtilité. »
« La révélation du festival, avec ce premier long-métrage inattendu, à la thématique sociale mais pas misérabiliste. On suivra la carrière de Jeong Hee-jae avec attention. »
« Un drame social pudique , juste est touchant qui évite tout effet de pathos et le misérabilisme. »
« Quête d'identité et recherche des origines dans un road movie émouvant où la jeune réalisatrice Jeong Hee-jae trouve le ton juste et ne tombe jamais dans le pathos. »
A la folie (en salles le 11/03/2015)
Wang Bing
« Impressionnante plongée en immersion totale dans un hôpital psychiatrique en Chine. Une expérience douloureuse proche de la folie. »
A Matter of Interpretation (FICA 2015)
Lee Kwang-kuk
« Impossible de ne pas penser à Hong Sang-soo, mais Lee Kwang-kuk parvient à créer son propre univers ludique, où chaque scène, chaque plan est une énigme à déchiffrer. »
« Parfait pour ceux qui trouvent que le cinéma de Hong Sang-soo tourne un peu en rond. »
A Midsummer's Fantasia (FFCP 2015)
Jang Kun-jae
« De beaux plans et de bons acteurs ne suffisent pas. Il faut aussi un scénario... »
« Une petite déception que ce film sur le cinéma qui ne parle finalement pas de cinéma. Restent quelques beaux moments surtout dans la seconde partie. »
« Une seconde partie charmante, malheureusement précédée de son laborieux et inutile making-off. À noter l'effet somnifère imparable du film, dont Elvire et Martin, roupillant tranquillement tout le long du film peuvent largement témoigner ! »
A Quiet Dream (FFCP 2017)
Zhang Lu
« Personnages attachants, abîmés et excentriques, situation décalées et atmosphère flottante pour un spectacle singulier et original dont on perd parfois le fil néanmoins. »
« Un film dont la langueur charmante conquiert le cœur du spectateur à mesure que le film défile.on se réjouit de passer ce temps en compagnie de personnages si attachants. »
« La Corée d'hier et d'aujourd'hui vue par un cinéaste dont les rêveries fascinent autant qu'elles déroutent. Comme si le cinéma de Hong Sang-soo avait été absorbé par celui de David Lynch. »
« D'une tranquillité qui laisse en effet rêveur... »
A Strange Course of Event (Cannes 2013)
Raphael Nadjari
« L'étrangeté est à peine là et on attend encore les événements. »
A Taxi Driver (FFCP 2017)
Jang Hoon
« Le film aurait pu être poignant si seulement il n'oubliait pas son sujet lors du dernier acte. Mais le cinéma coréen a peut-être franchi un premier pas important avec A Taxi Driver : mettre en scène des sujets ô combien douloureux pour le peuple coréen. Reste à franchir l'étape suivante... Les interroger et ne pas dévier en cours de route. »
« Si les ressorts dramatiques sont classiques et les effets parfois trop appuyés, A Taxi Driver contient tous les ingrédients du divertissement populaire noble, s'appuyant sur la performance encore une fois magistrale de Song Kang-ho. »
« Amusant dans sa première partie, le film vire au grotesque en accumulant les poncifs quand il aurait dû se faire nécessaire dans sa seconde partie sur le massacre de Gwangju. »
A Touch of Sin (Cannes 2013)
Jia Zhang-ke
« Un nouveau regard sur la Chine. Et quel regard ! »
« Beaucoup de moments forts mais aussi quelques temps faibles, le regard de Jia Zhang-ke sur la Chine fait froid dans le dos. »
« A Touch of Palme d’Or ! »
A Touch Of Sin (en vidéo le 03/06/2014)
Jia Zhang-ke
« Un nouveau regard sur la Chine. Et quel regard ! »
« Beaucoup de moments forts mais aussi quelques temps faibles, le regard de Jia Zhang-ke sur la Chine fait froid dans le dos. »
« A Touch of Palme d’Or ! »
Adieu au langage (Cannes 2014)
Jean-Luc Godard
« On peut continuer à vénérer Godard pour l'empreinte qu'il a laissée sur le cinéma, mais évitons de le porter aux nues quand il y laisse une trace de pneu. On sauvera quand même quelques plans bien composés où la 3D fait son effet. »
« Limpide, facétieux et d'une constante inventivité. Godard est toujours aussi moderne. »
Adulthood (FFCP 2018)
Kim In-seon
« Un joli film comme on peut le découvrir chaque année au FFCP, qui tient notamment grâce à un duo d'acteurs parfait. On est pris de tendresse. »
« Une comédie sympathique et sans prétention. Cruelle et drôle en même temps. »
« Un charmant drame coréen sur le deuil et les rapports familiaux. Drôle, émouvant, encore une jeune actrice au talent bluffant et un Um Tae-goo parfait a contre emploi. »
« Une chronique douce amère qui doit beaucoup à son duo d'acteurs. »
After My Death (en salles le 21/11/2018)
Yu Young-sik
« Sujet intéressant et interprétation intense qui se perdent dans un nihilisme creux et vain. »
« Film inutilement compliqué, qui en fait trop et en met de partout sans forcément développer les thématiques abordées. »
« Oeuvre inégale qui tourne parfois à vide mais qui contient plusieurs scènes d'une grande puissance et une bande sonore immersive de bon aloi. »
« On tient là un vrai bon metteur en scène mais la manière dont il dirige son propos est difficilement discernable. »
« Le film devient intéressant quand le titre commence à tenir ses promesses... à 30 minutes de la fin. »
After My Death (FFCP 2018)
Kim Ui-seok
« Sujet intéressant et interprétation intense qui se perdent dans un nihilisme creux et vain. »
« Film inutilement compliqué, qui en fait trop et en met de partout sans forcément développer les thématiques abordées. »
« Oeuvre inégale qui tourne parfois à vide mais qui contient plusieurs scènes d'une grande puissance et une bande sonore immersive de bon aloi. »
« On tient là un vrai bon metteur en scène mais la manière dont il dirige son propos est difficilement discernable. »
« Le film devient intéressant quand le titre commence à tenir ses promesses... à 30 minutes de la fin. »
Again (FICA 2014)
Kanai Junichi
« Un film traitant du viol avec une esthétique entre drama et feel good movie ? Pourquoi pas ! Mais l'irresponsabilité pointe sur un dernier acte effaçant l'acte comme une simple erreur de jeunesse. Honteux ! »
Albator, le corsaire de l'espace (en vidéo le 30/04/2014)
Aramaki Shinji
« Une démo technique qui essaye de compresser en seulement deux heures une intrigue qui mériterait un développement en série animée d'une vingtaine d'épisodes. Laborieux. »
« Une relecture moderne, souvent ennuyeuse mais pas inintéressante du mythe créé par Matsumoto. »
Alice In Earnestland (FFCP 2015)
Ahn Gooc-jin
« Quelques bonnes idées noyées dans un scénario et une réalisation décousus. »
« Un premier long métrage pour le moins déroutant. Porté par la trop rare et néanmoins talentueuse Lee Jung-hyun (A Petal), Alice in Earnestland est une comédie sociale teintée d'humour noir qui glisse progressivement dans le thriller à mesure que le personnage principal perd pied. Aussi dérangeant qu'imprévisible le film à le mérite de ne pas laisser pas les spectateurs indifférents, Ahn Gooc-Jin est un cinéaste à suivre ! »
« Un fort potentiel pour un premier film très inégal et pas très bien écrit. »
« Tous les défauts d'un premiers films condensés dans une sorte de version trash et coréenne d'Amelie Poulain. Même les quelques bonnes idées du film, étirés ad nauseam , finissent par lasser... »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.