Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Flavien Poncet Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Rohan Geslouin Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Le Château solitaire dans le miroir (en salles le 06/09/2023)
Hara Keiichi
« Enfin Keiichi Hara se reprend. »
« Là où Hara pouvait laisser espérer le meilleur dans "Miss Hokusai" et, surtout "Wonderland", le cinéaste ici se glisse dans les clichés du japanime pour ado, en abordant (moins que dans "A Silent Voice") la question pourtant impérieuse du harcèlement scolaire. »
« Keiichi Hara signe une belle fable contre le harcèlement scolaire par le prisme de l'isekai, et renoue avec les thèmes de son beau Colorful. »
« Un sujet en or et quelques instants d’émotions pure comme seul Hara en a le secret, noyés dans une mise en scène sans éclat au service d’un scénario inégal. Mention « peut mieux faire » à la Direction artistique d l’ensemble. »
Quand les vagues se retirent (en salles le 16/08/2023)
Lav Diaz
« La réponse de Lav Diaz à "Alpha - The Right to Kill de Brillante Mendoza" : un portrait glaçant des années Duterte. »
Détective Conan : le sous-marin noir (en salles le 02/08/2023)
Tachikawa Yuzuru
« Sympa cette petite prévention contre la technologie de reconnaissance faciale déployée bientôt en France "pour les JO"... »
« Carré, efficace, sans temps mort, la formule Conan, quoi. Sans oublier un avertissement fun contre les dérives des nouvelles technologies. »
Rendez-vous à Tokyo (en salles le 26/07/2023)
Matsui Daigo
« Quelques scènes parviennent grâce aux comédiens à insuffler un peu d’émotions. L’ensemble est mollasson et générique au possible, ne parvenant jamais à faire exister Tokyo en dehors des images « Office du tourisme nippon approved ». »
The First Slam Dunk (en salles le 26/07/2023)
Inoue Takehiko
« L'art Absolu. »
« Inoue Takehiko sublime un arc légendaire et conclusif de son manga culte, tout en offrant une des plus impressionnante tentative de réitérer l'urgence et l'adrénaline d'un spectacle de sport au cinéma. »
Les Ombres persanes (en salles le 19/07/2023)
Mani Haghighi
« Un thriller doublé d'une réflexion sur le double passionnante et poignante. Et quel duo d'acteurs décidément ! »
« Un argument mystérieux et irrésolu qui sert de prisme romanesque et social avec une force rare et un couple d'acteur impressionnant. »
« Un drame aux lisières du fantastique qui prend le pari de complètement éluder le pourquoi du comment pour se concentrer sur un surprenant jeu de dupes. Une preuve supplémentaire de la pleine vitalité du cinéma iranien. »
De nos jours... (en salles le 19/07/2023)
Hong Sang-soo
« Pas forcément indispensable mais attachant dans sa petite musique habituelle. »
« Un nouvel Hong, sans choc. Subsistent, malgré tout, deux belles séquences : celle où Kim explique le métier d'actrice et celle, finale, où le vieux poète profite de sa solitude reconquise. »
« Plaisir simple de la vie que l'art minimaliste de Hong Sang-soo. »
Assault (en salle le 12/07/2023)
Adilkhan Yerzhanov
« Le meilleur Yerzhanov depuis son dernier film (donc y'a quatre mois). »
Limbo (en salles le 12/07/2023)
Soi Cheang
« Visuellement ahurissant, son jusqu'au boutisme cruel hélas nuit à l'intégrité du film et le rend ridicule sur toute sa conclusion. »
« Un thriller techniquement irréprochable et au noir et blanc maîtrisé, mais tiré vers le bas par un script qui ne connaît que la surenchère dans le glauque et le crapoteux. »
« Un thriller sensationnel et à la direction artistique soignée qui n'évite pas quelques écueils scénaristiques. »
« Étrange film qui convoque des conventions (discutables et souvent éculées) d'un genre et d'une époque révolue pour parler du Hong-Kong d'aujourd'hui. Parfois impressionnant, mais souvent maladroit et complaisant. »
House (en salles le 28/06/2023)
Ôbayashi Nobuhiko
« Premier long d'Ôbayashi, entre le J-horror et le pinku eiga "lolicon", entre Yamamoto et Nakagawa, la fascinante souplesse de la mise en scène à basculer d'un ton à l'autre, avec une même joie formelle, en fait une œuvre unique et jouissive. »
« Une virée cauchemardesque et sans aucune limite, aussi jouissive que délirante, pour un film faussement bordélique dans sa mise en scène mais mené d’une main de maître du début à la fin. »
« Quel plaisir de découvrir enfin sur grand écran cette œuvre unique, où les idées les plus folles et contradictoires tiennent miraculeusement ensemble de manière cohérente. »
La Maison des égarées (en salles le 28/06/2023)
Kawatsura Shin'ya
« Très touchant et surprenant dans son approche fantasy du traitement du traumatisme japonais de 2011. »
« C'est mignon mais ça manque un peu de puissance quand même. »
« D'une simplicité qui rend sa douceur salvatrice. »
La Sirène (en salles le 28/06/2023)
Sepideh Farsi
« En dehors d'une magnifique scène d'intro, un film qui manque de rythme et de justesse. »
Love Life (en salles le 14/06/2023)
Fukada Kôji
« En laissant de côté le twist au goût douteux, cette exploration du couple a un goût de déjà vu en moins bien. »
« Un récit touchant et bien interprété mais pas mal de longueurs et surtout un sentiment de redite (sans le côté drôle, malsain et imprévisible) par rapport aux derniers films de Fukada évoquant la famille et le couple. »
« Les arrangements narratifs frisent souvent le ridicule. »
Les Chevaliers du Zodiaque (en salles le 24/05/2023)
Tomasz Baginski
« Plutôt qu'une adaptation du manga ou de l'animé des années 80, une variation à peine moins pire de la série 3D Netflix. »
Sakra, la légende des demi-dieux (en salles le 10/05/2023)
Donnie Yen
« Donnie Yen plus poseur et lifté que jamais dans un interminable et très laid wu xia pian à l'intrigue clichée et à l'émotion téléphonée. »
SUZUME (en salles le 12/04/2023)
Shinkai Makoto
« Meilleure chaise de l'histoire du cinéma. »
« L'animation est superbe (que ce soit les décors, la gestique des personnages, les teintes, etc.). Mais si l'imaginaire fantastique fascine, le tout souffre d'un gros problème de répétition et de scène de transition d'une banalité qui détonne. »
« Suzume est un film d’animation quasiment parfait, fait avec amour pour son public. L’aboutissement d’un réalisateur qui a réussi à construire sa propre identité, son propre univers sensible. Gare à ceux qui voudraient voir en lui le nouveau Miyazaki. Shinkai chemine avec son propre cinéma. »
« Un récit flamboyant et spectaculaire mais qui parfois peine à se montrer aussi émouvant et tendre que les précédents films de Shinkai, et qui fait le choix d’aller à fond dans le fantastique pur et dur. »
« Shinkai trouve enfin le parfait équilibre entre ses aspirations personnelles et le goût de son public, tout en traitant de face les thématiques autour desquelles il tournait de manière discutable depuis your name. Une sorte d'aboutissement personnelle et esthétique qui annonce peut-être une filmographie à la hauteur du talent qu'on lui prête. »
About Kim Sohee (en salles le 05/04/2023)
July Jung
« Absolument rageant, j'avais envie de hurler pendant tout le film. »
« Même si ce 2ème long-métrage peut souffrir d'une légère baisse de tension et d'un manque de souffle romanesque, c'est pour mieux servir la brutalité de ce qu'il raconte, en asséchant les codes du polar pour mieux verser la caméra dans la plaie d'un monde de l'entreprise épuisant sa jeunesse jusqu'à la mort. »
« Drame à la fois universel dans sa description d'une mécanique capitaliste qui vous broie au plus jeune âge, et spécifique à la Corée du sud dans sa logique de compétition déshumanisée à toutes ses strates. Rude mais captivant. »
« Un film d'une violence et d'une brutalité incroyables. Dommage que la 2e partie, sa partie polar, plombe un peu le propos. »
« Jung July nous propose un aller-retour spéculaire sur le parcours d'une jeune fille dans l'enfer ultralibéral que peut-être la Corée du Sud. Brillant et glaçant. »
« Un film dont la seconde partie plus procédurale n’arrive pas toujours à égaler la noirceur, l’horreur sociale et la profonde tristesse qui se dégage de sa première partie, portrait d’une jeunesse broyée par le système et le profit. »
« Second film de July Jung, seconde réussite qui parvient à toucher droit en plein cœur. »
N'oublie pas les fleurs (en salles le 01/03/2023)
Kawamura Genki
« Beau film surprenant sur l'amour et l'amertume, l'oubli et la mémoire. »
« Beau mélo intimiste capturant avec nuances, entre enfance et âge adulte, la relation filiale et la peur de la perte. »
« Nous sommes émotionnellement happés par son long-métrage. Comme quoi, peu importe la casquette qu’il revêt, toutes lui siéent. »
La Romancière, le film et le heureux hasard (en salles le 15/02/2023)
Hong Sang-soo
« Depuis quelques films, Hong Sang-soo se fait plus méditatif et laisse l'émotion prendre davantage le dessus. Son dernier cru en est un bon exemple avec une ultime scène en forme de déclaration d'amour à sa muse. »
« Cet énième Hong Sang-soo étonne par la crudité de son noir et blanc et certaines variations inédites dans son cinéma. Mais ne détonne pas assez avec ce qu'on connaît de sa musique habituelle. »
« Un HSS pur et charismatique. PS : N'écoutez pas Martin. »
Project Wolf Hunting (en salles le 15/02/2023)
Kim Hong-sun
« Inventif et bourrin, mais surtout très chiant. »
« Est-ce 90% prétexte à regarder tout le casting XXL se faire démembrer de manière plus ou moins gore et 10% d'intrigue balancée dans le dernier quart d'heure pour la forme ? Eh... Oui. Est-ce que le film fait complètement le job après une dure journée ? Eh... Oui. Aussi. »
« C'est jouissif et ultra énergique. Pour le reste, bon... On s'ennuie un peu. »
« PROJECT WOLF HUNTING c'est un peu répétitif mais complètement jouissif ! Quel bain de sang ! »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Flavien Poncet Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Rohan Geslouin Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Le Château solitaire dans le miroir (en salles le 06/09/2023)
Hara Keiichi
« Enfin Keiichi Hara se reprend. »
« Là où Hara pouvait laisser espérer le meilleur dans "Miss Hokusai" et, surtout "Wonderland", le cinéaste ici se glisse dans les clichés du japanime pour ado, en abordant (moins que dans "A Silent Voice") la question pourtant impérieuse du harcèlement scolaire. »
« Keiichi Hara signe une belle fable contre le harcèlement scolaire par le prisme de l'isekai, et renoue avec les thèmes de son beau Colorful. »
« Un sujet en or et quelques instants d’émotions pure comme seul Hara en a le secret, noyés dans une mise en scène sans éclat au service d’un scénario inégal. Mention « peut mieux faire » à la Direction artistique d l’ensemble. »
Quand les vagues se retirent (en salles le 16/08/2023)
Lav Diaz
« La réponse de Lav Diaz à "Alpha - The Right to Kill de Brillante Mendoza" : un portrait glaçant des années Duterte. »
Détective Conan : le sous-marin noir (en salles le 02/08/2023)
Tachikawa Yuzuru
« Sympa cette petite prévention contre la technologie de reconnaissance faciale déployée bientôt en France "pour les JO"... »
« Carré, efficace, sans temps mort, la formule Conan, quoi. Sans oublier un avertissement fun contre les dérives des nouvelles technologies. »
Rendez-vous à Tokyo (en salles le 26/07/2023)
Matsui Daigo
« Quelques scènes parviennent grâce aux comédiens à insuffler un peu d’émotions. L’ensemble est mollasson et générique au possible, ne parvenant jamais à faire exister Tokyo en dehors des images « Office du tourisme nippon approved ». »
The First Slam Dunk (en salles le 26/07/2023)
Inoue Takehiko
« L'art Absolu. »
« Inoue Takehiko sublime un arc légendaire et conclusif de son manga culte, tout en offrant une des plus impressionnante tentative de réitérer l'urgence et l'adrénaline d'un spectacle de sport au cinéma. »
Les Ombres persanes (en salles le 19/07/2023)
Mani Haghighi
« Un thriller doublé d'une réflexion sur le double passionnante et poignante. Et quel duo d'acteurs décidément ! »
« Un argument mystérieux et irrésolu qui sert de prisme romanesque et social avec une force rare et un couple d'acteur impressionnant. »
« Un drame aux lisières du fantastique qui prend le pari de complètement éluder le pourquoi du comment pour se concentrer sur un surprenant jeu de dupes. Une preuve supplémentaire de la pleine vitalité du cinéma iranien. »
De nos jours... (en salles le 19/07/2023)
Hong Sang-soo
« Pas forcément indispensable mais attachant dans sa petite musique habituelle. »
« Un nouvel Hong, sans choc. Subsistent, malgré tout, deux belles séquences : celle où Kim explique le métier d'actrice et celle, finale, où le vieux poète profite de sa solitude reconquise. »
« Plaisir simple de la vie que l'art minimaliste de Hong Sang-soo. »
Assault (en salle le 12/07/2023)
Adilkhan Yerzhanov
« Le meilleur Yerzhanov depuis son dernier film (donc y'a quatre mois). »
Limbo (en salles le 12/07/2023)
Soi Cheang
« Visuellement ahurissant, son jusqu'au boutisme cruel hélas nuit à l'intégrité du film et le rend ridicule sur toute sa conclusion. »
« Un thriller techniquement irréprochable et au noir et blanc maîtrisé, mais tiré vers le bas par un script qui ne connaît que la surenchère dans le glauque et le crapoteux. »
« Un thriller sensationnel et à la direction artistique soignée qui n'évite pas quelques écueils scénaristiques. »
« Étrange film qui convoque des conventions (discutables et souvent éculées) d'un genre et d'une époque révolue pour parler du Hong-Kong d'aujourd'hui. Parfois impressionnant, mais souvent maladroit et complaisant. »
House (en salles le 28/06/2023)
Ôbayashi Nobuhiko
« Premier long d'Ôbayashi, entre le J-horror et le pinku eiga "lolicon", entre Yamamoto et Nakagawa, la fascinante souplesse de la mise en scène à basculer d'un ton à l'autre, avec une même joie formelle, en fait une œuvre unique et jouissive. »
« Une virée cauchemardesque et sans aucune limite, aussi jouissive que délirante, pour un film faussement bordélique dans sa mise en scène mais mené d’une main de maître du début à la fin. »
« Quel plaisir de découvrir enfin sur grand écran cette œuvre unique, où les idées les plus folles et contradictoires tiennent miraculeusement ensemble de manière cohérente. »
La Maison des égarées (en salles le 28/06/2023)
Kawatsura Shin'ya
« Très touchant et surprenant dans son approche fantasy du traitement du traumatisme japonais de 2011. »
« C'est mignon mais ça manque un peu de puissance quand même. »
« D'une simplicité qui rend sa douceur salvatrice. »
La Sirène (en salles le 28/06/2023)
Sepideh Farsi
« En dehors d'une magnifique scène d'intro, un film qui manque de rythme et de justesse. »
Love Life (en salles le 14/06/2023)
Fukada Kôji
« En laissant de côté le twist au goût douteux, cette exploration du couple a un goût de déjà vu en moins bien. »
« Un récit touchant et bien interprété mais pas mal de longueurs et surtout un sentiment de redite (sans le côté drôle, malsain et imprévisible) par rapport aux derniers films de Fukada évoquant la famille et le couple. »
« Les arrangements narratifs frisent souvent le ridicule. »
Les Chevaliers du Zodiaque (en salles le 24/05/2023)
Tomasz Baginski
« Plutôt qu'une adaptation du manga ou de l'animé des années 80, une variation à peine moins pire de la série 3D Netflix. »
Sakra, la légende des demi-dieux (en salles le 10/05/2023)
Donnie Yen
« Donnie Yen plus poseur et lifté que jamais dans un interminable et très laid wu xia pian à l'intrigue clichée et à l'émotion téléphonée. »
SUZUME (en salles le 12/04/2023)
Shinkai Makoto
« Meilleure chaise de l'histoire du cinéma. »
« L'animation est superbe (que ce soit les décors, la gestique des personnages, les teintes, etc.). Mais si l'imaginaire fantastique fascine, le tout souffre d'un gros problème de répétition et de scène de transition d'une banalité qui détonne. »
« Suzume est un film d’animation quasiment parfait, fait avec amour pour son public. L’aboutissement d’un réalisateur qui a réussi à construire sa propre identité, son propre univers sensible. Gare à ceux qui voudraient voir en lui le nouveau Miyazaki. Shinkai chemine avec son propre cinéma. »
« Un récit flamboyant et spectaculaire mais qui parfois peine à se montrer aussi émouvant et tendre que les précédents films de Shinkai, et qui fait le choix d’aller à fond dans le fantastique pur et dur. »
« Shinkai trouve enfin le parfait équilibre entre ses aspirations personnelles et le goût de son public, tout en traitant de face les thématiques autour desquelles il tournait de manière discutable depuis your name. Une sorte d'aboutissement personnelle et esthétique qui annonce peut-être une filmographie à la hauteur du talent qu'on lui prête. »
About Kim Sohee (en salles le 05/04/2023)
July Jung
« Absolument rageant, j'avais envie de hurler pendant tout le film. »
« Même si ce 2ème long-métrage peut souffrir d'une légère baisse de tension et d'un manque de souffle romanesque, c'est pour mieux servir la brutalité de ce qu'il raconte, en asséchant les codes du polar pour mieux verser la caméra dans la plaie d'un monde de l'entreprise épuisant sa jeunesse jusqu'à la mort. »
« Drame à la fois universel dans sa description d'une mécanique capitaliste qui vous broie au plus jeune âge, et spécifique à la Corée du sud dans sa logique de compétition déshumanisée à toutes ses strates. Rude mais captivant. »
« Un film d'une violence et d'une brutalité incroyables. Dommage que la 2e partie, sa partie polar, plombe un peu le propos. »
« Jung July nous propose un aller-retour spéculaire sur le parcours d'une jeune fille dans l'enfer ultralibéral que peut-être la Corée du Sud. Brillant et glaçant. »
« Un film dont la seconde partie plus procédurale n’arrive pas toujours à égaler la noirceur, l’horreur sociale et la profonde tristesse qui se dégage de sa première partie, portrait d’une jeunesse broyée par le système et le profit. »
« Second film de July Jung, seconde réussite qui parvient à toucher droit en plein cœur. »
N'oublie pas les fleurs (en salles le 01/03/2023)
Kawamura Genki
« Beau film surprenant sur l'amour et l'amertume, l'oubli et la mémoire. »
« Beau mélo intimiste capturant avec nuances, entre enfance et âge adulte, la relation filiale et la peur de la perte. »
« Nous sommes émotionnellement happés par son long-métrage. Comme quoi, peu importe la casquette qu’il revêt, toutes lui siéent. »
La Romancière, le film et le heureux hasard (en salles le 15/02/2023)
Hong Sang-soo
« Depuis quelques films, Hong Sang-soo se fait plus méditatif et laisse l'émotion prendre davantage le dessus. Son dernier cru en est un bon exemple avec une ultime scène en forme de déclaration d'amour à sa muse. »
« Cet énième Hong Sang-soo étonne par la crudité de son noir et blanc et certaines variations inédites dans son cinéma. Mais ne détonne pas assez avec ce qu'on connaît de sa musique habituelle. »
« Un HSS pur et charismatique. PS : N'écoutez pas Martin. »
Project Wolf Hunting (en salles le 15/02/2023)
Kim Hong-sun
« Inventif et bourrin, mais surtout très chiant. »
« Est-ce 90% prétexte à regarder tout le casting XXL se faire démembrer de manière plus ou moins gore et 10% d'intrigue balancée dans le dernier quart d'heure pour la forme ? Eh... Oui. Est-ce que le film fait complètement le job après une dure journée ? Eh... Oui. Aussi. »
« C'est jouissif et ultra énergique. Pour le reste, bon... On s'ennuie un peu. »
« PROJECT WOLF HUNTING c'est un peu répétitif mais complètement jouissif ! Quel bain de sang ! »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Flavien Poncet Jonathan Deladerrière Justin Kwedi Elvire Rémand Rohan Geslouin Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Le Château solitaire dans le miroir (en salles le 06/09/2023)
Hara Keiichi
« Enfin Keiichi Hara se reprend. »
« Là où Hara pouvait laisser espérer le meilleur dans "Miss Hokusai" et, surtout "Wonderland", le cinéaste ici se glisse dans les clichés du japanime pour ado, en abordant (moins que dans "A Silent Voice") la question pourtant impérieuse du harcèlement scolaire. »
« Keiichi Hara signe une belle fable contre le harcèlement scolaire par le prisme de l'isekai, et renoue avec les thèmes de son beau Colorful. »
« Un sujet en or et quelques instants d’émotions pure comme seul Hara en a le secret, noyés dans une mise en scène sans éclat au service d’un scénario inégal. Mention « peut mieux faire » à la Direction artistique d l’ensemble. »
Quand les vagues se retirent (en salles le 16/08/2023)
Lav Diaz
« La réponse de Lav Diaz à "Alpha - The Right to Kill de Brillante Mendoza" : un portrait glaçant des années Duterte. »
Détective Conan : le sous-marin noir (en salles le 02/08/2023)
Tachikawa Yuzuru
« Sympa cette petite prévention contre la technologie de reconnaissance faciale déployée bientôt en France "pour les JO"... »
« Carré, efficace, sans temps mort, la formule Conan, quoi. Sans oublier un avertissement fun contre les dérives des nouvelles technologies. »
Rendez-vous à Tokyo (en salles le 26/07/2023)
Matsui Daigo
« Quelques scènes parviennent grâce aux comédiens à insuffler un peu d’émotions. L’ensemble est mollasson et générique au possible, ne parvenant jamais à faire exister Tokyo en dehors des images « Office du tourisme nippon approved ». »
The First Slam Dunk (en salles le 26/07/2023)
Inoue Takehiko
« L'art Absolu. »
« Inoue Takehiko sublime un arc légendaire et conclusif de son manga culte, tout en offrant une des plus impressionnante tentative de réitérer l'urgence et l'adrénaline d'un spectacle de sport au cinéma. »
Les Ombres persanes (en salles le 19/07/2023)
Mani Haghighi
« Un thriller doublé d'une réflexion sur le double passionnante et poignante. Et quel duo d'acteurs décidément ! »
« Un argument mystérieux et irrésolu qui sert de prisme romanesque et social avec une force rare et un couple d'acteur impressionnant. »
« Un drame aux lisières du fantastique qui prend le pari de complètement éluder le pourquoi du comment pour se concentrer sur un surprenant jeu de dupes. Une preuve supplémentaire de la pleine vitalité du cinéma iranien. »
De nos jours... (en salles le 19/07/2023)
Hong Sang-soo
« Pas forcément indispensable mais attachant dans sa petite musique habituelle. »
« Un nouvel Hong, sans choc. Subsistent, malgré tout, deux belles séquences : celle où Kim explique le métier d'actrice et celle, finale, où le vieux poète profite de sa solitude reconquise. »
« Plaisir simple de la vie que l'art minimaliste de Hong Sang-soo. »
Assault (en salle le 12/07/2023)
Adilkhan Yerzhanov
« Le meilleur Yerzhanov depuis son dernier film (donc y'a quatre mois). »
Limbo (en salles le 12/07/2023)
Soi Cheang
« Visuellement ahurissant, son jusqu'au boutisme cruel hélas nuit à l'intégrité du film et le rend ridicule sur toute sa conclusion. »
« Un thriller techniquement irréprochable et au noir et blanc maîtrisé, mais tiré vers le bas par un script qui ne connaît que la surenchère dans le glauque et le crapoteux. »
« Un thriller sensationnel et à la direction artistique soignée qui n'évite pas quelques écueils scénaristiques. »
« Étrange film qui convoque des conventions (discutables et souvent éculées) d'un genre et d'une époque révolue pour parler du Hong-Kong d'aujourd'hui. Parfois impressionnant, mais souvent maladroit et complaisant. »
House (en salles le 28/06/2023)
Ôbayashi Nobuhiko
« Premier long d'Ôbayashi, entre le J-horror et le pinku eiga "lolicon", entre Yamamoto et Nakagawa, la fascinante souplesse de la mise en scène à basculer d'un ton à l'autre, avec une même joie formelle, en fait une œuvre unique et jouissive. »
« Une virée cauchemardesque et sans aucune limite, aussi jouissive que délirante, pour un film faussement bordélique dans sa mise en scène mais mené d’une main de maître du début à la fin. »
« Quel plaisir de découvrir enfin sur grand écran cette œuvre unique, où les idées les plus folles et contradictoires tiennent miraculeusement ensemble de manière cohérente. »
La Maison des égarées (en salles le 28/06/2023)
Kawatsura Shin'ya
« Très touchant et surprenant dans son approche fantasy du traitement du traumatisme japonais de 2011. »
« C'est mignon mais ça manque un peu de puissance quand même. »
« D'une simplicité qui rend sa douceur salvatrice. »
La Sirène (en salles le 28/06/2023)
Sepideh Farsi
« En dehors d'une magnifique scène d'intro, un film qui manque de rythme et de justesse. »
Love Life (en salles le 14/06/2023)
Fukada Kôji
« En laissant de côté le twist au goût douteux, cette exploration du couple a un goût de déjà vu en moins bien. »
« Un récit touchant et bien interprété mais pas mal de longueurs et surtout un sentiment de redite (sans le côté drôle, malsain et imprévisible) par rapport aux derniers films de Fukada évoquant la famille et le couple. »
« Les arrangements narratifs frisent souvent le ridicule. »
Les Chevaliers du Zodiaque (en salles le 24/05/2023)
Tomasz Baginski
« Plutôt qu'une adaptation du manga ou de l'animé des années 80, une variation à peine moins pire de la série 3D Netflix. »
Sakra, la légende des demi-dieux (en salles le 10/05/2023)
Donnie Yen
« Donnie Yen plus poseur et lifté que jamais dans un interminable et très laid wu xia pian à l'intrigue clichée et à l'émotion téléphonée. »
SUZUME (en salles le 12/04/2023)
Shinkai Makoto
« Meilleure chaise de l'histoire du cinéma. »
« L'animation est superbe (que ce soit les décors, la gestique des personnages, les teintes, etc.). Mais si l'imaginaire fantastique fascine, le tout souffre d'un gros problème de répétition et de scène de transition d'une banalité qui détonne. »
« Suzume est un film d’animation quasiment parfait, fait avec amour pour son public. L’aboutissement d’un réalisateur qui a réussi à construire sa propre identité, son propre univers sensible. Gare à ceux qui voudraient voir en lui le nouveau Miyazaki. Shinkai chemine avec son propre cinéma. »
« Un récit flamboyant et spectaculaire mais qui parfois peine à se montrer aussi émouvant et tendre que les précédents films de Shinkai, et qui fait le choix d’aller à fond dans le fantastique pur et dur. »
« Shinkai trouve enfin le parfait équilibre entre ses aspirations personnelles et le goût de son public, tout en traitant de face les thématiques autour desquelles il tournait de manière discutable depuis your name. Une sorte d'aboutissement personnelle et esthétique qui annonce peut-être une filmographie à la hauteur du talent qu'on lui prête. »
About Kim Sohee (en salles le 05/04/2023)
July Jung
« Absolument rageant, j'avais envie de hurler pendant tout le film. »
« Même si ce 2ème long-métrage peut souffrir d'une légère baisse de tension et d'un manque de souffle romanesque, c'est pour mieux servir la brutalité de ce qu'il raconte, en asséchant les codes du polar pour mieux verser la caméra dans la plaie d'un monde de l'entreprise épuisant sa jeunesse jusqu'à la mort. »
« Drame à la fois universel dans sa description d'une mécanique capitaliste qui vous broie au plus jeune âge, et spécifique à la Corée du sud dans sa logique de compétition déshumanisée à toutes ses strates. Rude mais captivant. »
« Un film d'une violence et d'une brutalité incroyables. Dommage que la 2e partie, sa partie polar, plombe un peu le propos. »
« Jung July nous propose un aller-retour spéculaire sur le parcours d'une jeune fille dans l'enfer ultralibéral que peut-être la Corée du Sud. Brillant et glaçant. »
« Un film dont la seconde partie plus procédurale n’arrive pas toujours à égaler la noirceur, l’horreur sociale et la profonde tristesse qui se dégage de sa première partie, portrait d’une jeunesse broyée par le système et le profit. »
« Second film de July Jung, seconde réussite qui parvient à toucher droit en plein cœur. »
N'oublie pas les fleurs (en salles le 01/03/2023)
Kawamura Genki
« Beau film surprenant sur l'amour et l'amertume, l'oubli et la mémoire. »
« Beau mélo intimiste capturant avec nuances, entre enfance et âge adulte, la relation filiale et la peur de la perte. »
« Nous sommes émotionnellement happés par son long-métrage. Comme quoi, peu importe la casquette qu’il revêt, toutes lui siéent. »
La Romancière, le film et le heureux hasard (en salles le 15/02/2023)
Hong Sang-soo
« Depuis quelques films, Hong Sang-soo se fait plus méditatif et laisse l'émotion prendre davantage le dessus. Son dernier cru en est un bon exemple avec une ultime scène en forme de déclaration d'amour à sa muse. »
« Cet énième Hong Sang-soo étonne par la crudité de son noir et blanc et certaines variations inédites dans son cinéma. Mais ne détonne pas assez avec ce qu'on connaît de sa musique habituelle. »
« Un HSS pur et charismatique. PS : N'écoutez pas Martin. »
Project Wolf Hunting (en salles le 15/02/2023)
Kim Hong-sun
« Inventif et bourrin, mais surtout très chiant. »
« Est-ce 90% prétexte à regarder tout le casting XXL se faire démembrer de manière plus ou moins gore et 10% d'intrigue balancée dans le dernier quart d'heure pour la forme ? Eh... Oui. Est-ce que le film fait complètement le job après une dure journée ? Eh... Oui. Aussi. »
« C'est jouissif et ultra énergique. Pour le reste, bon... On s'ennuie un peu. »
« PROJECT WOLF HUNTING c'est un peu répétitif mais complètement jouissif ! Quel bain de sang ! »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.