Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Liz et l'oiseau bleu (en salles le 17/04/2019)
Yamada Naoko
« Un "coming of age" qui ne fonctionne jamais aussi bien que quand il déploie son émotion de manière brillamment sensitive. Belle confirmation du talent de Naoko Yamada. »
« Un film zen qui calme, alternant entre onirisme et petits bouts de vie. On est charmés mais parfois un peu agacés par l'aspect trop kawaii du film. »
« Une magnifique peinture de la relation fusionnelle entre deux adolescentes et leur place dans un groupe, portée par un trait, des couleurs et une animation du plus bel effet. »
Lou et l'île aux Sirènes (en salles le 30/08/2017)
Masaaki Yuasa
« Un postulat convenu au premier abord qui pourra évoquer Ponyo de Miyazaki, mais totalement transcendé par l'énergie, l'argument musical bien amené ainsi que l'inventivité formelle de l'ensemble. »
« C'est choupi, frais, coloré et complètement psychédélique ! »
« Si la direction artistique tranche par son originalité, ce n'est pas vraiment le cas de cette histoire vue et revue au sein de l'animation japonaise. »
« Quelques fulgurances graphiques qui n'arrivent pas à masquer le caractère convenu de l'ensemble. »
Love & Peace (L'Étrange Festival)
Sono Sion
« Comédie, romance, film d'enfant, critique sociale et politique... Seul Sono Sion est capable de mettre tout ça dans un film et en plus, le film est bon ! »
« En avance sur le calendrier Sono Sion sort de sa hotte un charmant conte de Noël à la fois punk et merveilleux avec en prime un kaiju trop mignon. Pikadon!!! »
« Profondément humaniste, ce charmant conte poétique est sans doute l'un des films les plus personnels de Sono Sion. »
« Sono Sion décidement en grande forme en 2015, avec un film foutraque qui fourmille d'idées. »
Loveless (Cannes 2017)
Andrey Zvyagintsev
« Film sur-symbolique, étouffant misanthrope, malgré la maîtrise inouïe habituelle du réalisateur russe. »
Ludo (L'Étrange Festival 2015)
Q, Nikon
« Un vrai cauchemar, dans tous les sens du terme. »
Lumières d'été (en salles le 16/08/2017)
Jean-Gabriel Périot
« Le devoir de mémoire dans son versant lumineux comme douloureux. Le traumatisme d'Hiroshima dans sa description crue laisse place à la joie paisible de ce qui a survécu. Envoûtant de bout en bout. »
L’Île de Giovanni (en salles le 28/05/2014)
Nishikubo Mizuho
« Un film émouvant mais moins subtil que Le tombeau des lucioles. »
« Si certains procédés artistiques et certains effets visuels s'avèrent un peu lourds, Mizuho Nishikubo, à la manière de Takahata, bouleverse en jouant sur les métaphores pour mettre en images des personnages subissant les dommages collatéraux d'une guerre. Les vingt dernières minutes sont sublimes de tristesse. »
Ma' Rosa (Cannes 2016)
Brillante Mendoza
« Brillante Mendoza nous livre un film cru et violent mais ne prend jamais parti pour tel ou tel camp. Un petit coup de poing en cette fin de journée de festival. »
« Une plongée suffocante et percutante dans la jungle urbaine de Manille. »
« Un polar bien tendu qui profite de la mise en scène sur la brêche de Brillante Ma Mendoza en grande forme. »
Ma'Rosa (en salles le 30/11/2016)
Brillante Mendoza
« Brillante Mendoza nous livre un film cru et violent mais ne prend jamais parti pour tel ou tel camp. Un petit coup de poing en cette fin de journée de festival. »
« Une plongée suffocante et percutante dans la jungle urbaine de Manille. »
« Un polar bien tendu qui profite de la mise en scène sur la brêche de Brillante Ma Mendoza en grande forme. »
Madame B., Histoire d’une Nord-Coréenne (en salles le 22/02/2017)
Jero Yun
« Un documentaire poignant sur des familles déchirées tentant de se rejoindre par tous les moyens. Mais surtout, un superbe portrait de femme. Madame B est une sorte de Wonder Woman. »
« Portrait poignant d'une femme forte qui interroge sur l'identité coréenne complètement schizophrène. »
« Une immersion percutante même si un peu trop courte, à cause des conditions difficiles de tournage. »
« Un documentaire passionnant avec de vrais et forts partis pris de mise en scène et de cinéma. »
Mademoiselle (Cannes 2016)
Park Chan-wook
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Un film charnel et plastiquement superbe, mais on voit venir les rebondissements bien trop à l'avance, du coup l'ennuie pointe le bout son nez. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Mademoiselle (en salles le 01/11/2016)
Park Chan-wook
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Un jeux de dupe ludique mise en image avec virtuosité dont la mécanique rigide et le traitement parodique atténuent le potentiel émotionnel ainsi que le caractère subversif du propos féministe de son histoire. »
« Un film charnel et plastiquement superbe, mais on voit venir les rebondissements bien trop à l'avance, du coup l'ennuie pointe le bout son nez. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Mademoiselle (en salles le 01/11/2016)
Park Chan-wook
« Fétichisme et stylisation de tous les instants au service d'un thriller à tiroir torride porté par un beau souffle romanesque. Park Chan Wook à son meilleur. »
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Parangon de sensualité et de décadence. L'ère Taisho est un nid à fantasme. »
« Un jeux de dupe ludique mise en image avec virtuosité dont la mécanique rigide et le traitement parodique atténuent le potentiel émotionnel ainsi que le caractère subversif du propos féministe de son histoire. »
« Un film charnel et plastiquement superbe, mais on voit venir les rebondissements bien trop à l'avance, du coup l'ennuie pointe le bout son nez. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Man of Taï Chi (en salles le 30/04/2014)
Keanu Reeves
« Keanu Reeves tente de remettre au goût du jour le film de baston, avec une touchante nostalgie. Parfois spectaculaire à défaut d'être original. La fin, peu crédible, est assez décevante. »
Man of Tai Chi (en video le 23/09/2014)
Keanu Reeves
« Keanu Reeves tente de remettre au goût du jour le film de baston, avec une touchante nostalgie. Parfois spectaculaire à défaut d'être original. La fin, peu crédible, est assez décevante. »
Man On High Heels (en salles le 20/07/2016)
Jang Jin
« Un très bon polar coréen avec un supplément d'âme. »
« Man on High Heels arrive à dégager une passionnante réflexion sur le genre et la masculinité dans les films d’action et la société coréenne, sans oublier d’être un polar, un vrai. »
Manshin: Ten Thousand Spirits (FFCP 2014)
Park Chan-kyong
« Documentaire réalisé par le frère de Park Chan-wook sur l'une des plus célèbres chamanes de Corée. Un peu trop répétitif pour tenir sur la longueur. »
Manta Ray (en salles le 24/07/2019)
Phuttiphong Aroonpheng
« De sa réflexion personnelle sur un sujet de société et un fait divers, le réalisateur s'émancipe dès son premier film à travers une succession d'images et de sons hypnotiques. Feutré et introspectif. »
Maps to the Stars (Cannes 2014)
David Cronenberg
« Hollywood pris dans les flammes de sa folie autodestructrice. De ce sujet en or, Cronenberg tire une comédie acerbe, à la mise en scène soignée mais bien trop sage pour se hisser au niveau d'un Lynch ou d'un Buñuel, inspirations évidentes de son nouveau film. »
« Un Cronenberg mineur porté par une excellente première partie que l'on croirait écrite par Brett Easton Ellis, mais qui se perd un peu dans son dernier tiers. »
Margarita With A Straw (FICA 2015)
Shonali Bose, Nilesh Maniyar
« Un film digne et sincère sur l'épanouissement sexuel d'une handicapée moteur. »
« Un téléfilm dont la forme consensuel annule complétement la force du propos. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Liz et l'oiseau bleu (en salles le 17/04/2019)
Yamada Naoko
« Un "coming of age" qui ne fonctionne jamais aussi bien que quand il déploie son émotion de manière brillamment sensitive. Belle confirmation du talent de Naoko Yamada. »
« Un film zen qui calme, alternant entre onirisme et petits bouts de vie. On est charmés mais parfois un peu agacés par l'aspect trop kawaii du film. »
« Une magnifique peinture de la relation fusionnelle entre deux adolescentes et leur place dans un groupe, portée par un trait, des couleurs et une animation du plus bel effet. »
Lou et l'île aux Sirènes (en salles le 30/08/2017)
Masaaki Yuasa
« Un postulat convenu au premier abord qui pourra évoquer Ponyo de Miyazaki, mais totalement transcendé par l'énergie, l'argument musical bien amené ainsi que l'inventivité formelle de l'ensemble. »
« C'est choupi, frais, coloré et complètement psychédélique ! »
« Si la direction artistique tranche par son originalité, ce n'est pas vraiment le cas de cette histoire vue et revue au sein de l'animation japonaise. »
« Quelques fulgurances graphiques qui n'arrivent pas à masquer le caractère convenu de l'ensemble. »
Love & Peace (L'Étrange Festival)
Sono Sion
« Comédie, romance, film d'enfant, critique sociale et politique... Seul Sono Sion est capable de mettre tout ça dans un film et en plus, le film est bon ! »
« En avance sur le calendrier Sono Sion sort de sa hotte un charmant conte de Noël à la fois punk et merveilleux avec en prime un kaiju trop mignon. Pikadon!!! »
« Profondément humaniste, ce charmant conte poétique est sans doute l'un des films les plus personnels de Sono Sion. »
« Sono Sion décidement en grande forme en 2015, avec un film foutraque qui fourmille d'idées. »
Loveless (Cannes 2017)
Andrey Zvyagintsev
« Film sur-symbolique, étouffant misanthrope, malgré la maîtrise inouïe habituelle du réalisateur russe. »
Ludo (L'Étrange Festival 2015)
Q, Nikon
« Un vrai cauchemar, dans tous les sens du terme. »
Lumières d'été (en salles le 16/08/2017)
Jean-Gabriel Périot
« Le devoir de mémoire dans son versant lumineux comme douloureux. Le traumatisme d'Hiroshima dans sa description crue laisse place à la joie paisible de ce qui a survécu. Envoûtant de bout en bout. »
L’Île de Giovanni (en salles le 28/05/2014)
Nishikubo Mizuho
« Un film émouvant mais moins subtil que Le tombeau des lucioles. »
« Si certains procédés artistiques et certains effets visuels s'avèrent un peu lourds, Mizuho Nishikubo, à la manière de Takahata, bouleverse en jouant sur les métaphores pour mettre en images des personnages subissant les dommages collatéraux d'une guerre. Les vingt dernières minutes sont sublimes de tristesse. »
Ma' Rosa (Cannes 2016)
Brillante Mendoza
« Brillante Mendoza nous livre un film cru et violent mais ne prend jamais parti pour tel ou tel camp. Un petit coup de poing en cette fin de journée de festival. »
« Une plongée suffocante et percutante dans la jungle urbaine de Manille. »
« Un polar bien tendu qui profite de la mise en scène sur la brêche de Brillante Ma Mendoza en grande forme. »
Ma'Rosa (en salles le 30/11/2016)
Brillante Mendoza
« Brillante Mendoza nous livre un film cru et violent mais ne prend jamais parti pour tel ou tel camp. Un petit coup de poing en cette fin de journée de festival. »
« Une plongée suffocante et percutante dans la jungle urbaine de Manille. »
« Un polar bien tendu qui profite de la mise en scène sur la brêche de Brillante Ma Mendoza en grande forme. »
Madame B., Histoire d’une Nord-Coréenne (en salles le 22/02/2017)
Jero Yun
« Un documentaire poignant sur des familles déchirées tentant de se rejoindre par tous les moyens. Mais surtout, un superbe portrait de femme. Madame B est une sorte de Wonder Woman. »
« Portrait poignant d'une femme forte qui interroge sur l'identité coréenne complètement schizophrène. »
« Une immersion percutante même si un peu trop courte, à cause des conditions difficiles de tournage. »
« Un documentaire passionnant avec de vrais et forts partis pris de mise en scène et de cinéma. »
Mademoiselle (Cannes 2016)
Park Chan-wook
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Un film charnel et plastiquement superbe, mais on voit venir les rebondissements bien trop à l'avance, du coup l'ennuie pointe le bout son nez. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Mademoiselle (en salles le 01/11/2016)
Park Chan-wook
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Un jeux de dupe ludique mise en image avec virtuosité dont la mécanique rigide et le traitement parodique atténuent le potentiel émotionnel ainsi que le caractère subversif du propos féministe de son histoire. »
« Un film charnel et plastiquement superbe, mais on voit venir les rebondissements bien trop à l'avance, du coup l'ennuie pointe le bout son nez. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Mademoiselle (en salles le 01/11/2016)
Park Chan-wook
« Fétichisme et stylisation de tous les instants au service d'un thriller à tiroir torride porté par un beau souffle romanesque. Park Chan Wook à son meilleur. »
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Parangon de sensualité et de décadence. L'ère Taisho est un nid à fantasme. »
« Un jeux de dupe ludique mise en image avec virtuosité dont la mécanique rigide et le traitement parodique atténuent le potentiel émotionnel ainsi que le caractère subversif du propos féministe de son histoire. »
« Un film charnel et plastiquement superbe, mais on voit venir les rebondissements bien trop à l'avance, du coup l'ennuie pointe le bout son nez. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Man of Taï Chi (en salles le 30/04/2014)
Keanu Reeves
« Keanu Reeves tente de remettre au goût du jour le film de baston, avec une touchante nostalgie. Parfois spectaculaire à défaut d'être original. La fin, peu crédible, est assez décevante. »
Man of Tai Chi (en video le 23/09/2014)
Keanu Reeves
« Keanu Reeves tente de remettre au goût du jour le film de baston, avec une touchante nostalgie. Parfois spectaculaire à défaut d'être original. La fin, peu crédible, est assez décevante. »
Man On High Heels (en salles le 20/07/2016)
Jang Jin
« Un très bon polar coréen avec un supplément d'âme. »
« Man on High Heels arrive à dégager une passionnante réflexion sur le genre et la masculinité dans les films d’action et la société coréenne, sans oublier d’être un polar, un vrai. »
Manshin: Ten Thousand Spirits (FFCP 2014)
Park Chan-kyong
« Documentaire réalisé par le frère de Park Chan-wook sur l'une des plus célèbres chamanes de Corée. Un peu trop répétitif pour tenir sur la longueur. »
Manta Ray (en salles le 24/07/2019)
Phuttiphong Aroonpheng
« De sa réflexion personnelle sur un sujet de société et un fait divers, le réalisateur s'émancipe dès son premier film à travers une succession d'images et de sons hypnotiques. Feutré et introspectif. »
Maps to the Stars (Cannes 2014)
David Cronenberg
« Hollywood pris dans les flammes de sa folie autodestructrice. De ce sujet en or, Cronenberg tire une comédie acerbe, à la mise en scène soignée mais bien trop sage pour se hisser au niveau d'un Lynch ou d'un Buñuel, inspirations évidentes de son nouveau film. »
« Un Cronenberg mineur porté par une excellente première partie que l'on croirait écrite par Brett Easton Ellis, mais qui se perd un peu dans son dernier tiers. »
Margarita With A Straw (FICA 2015)
Shonali Bose, Nilesh Maniyar
« Un film digne et sincère sur l'épanouissement sexuel d'une handicapée moteur. »
« Un téléfilm dont la forme consensuel annule complétement la force du propos. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Liz et l'oiseau bleu (en salles le 17/04/2019)
Yamada Naoko
« Un "coming of age" qui ne fonctionne jamais aussi bien que quand il déploie son émotion de manière brillamment sensitive. Belle confirmation du talent de Naoko Yamada. »
« Un film zen qui calme, alternant entre onirisme et petits bouts de vie. On est charmés mais parfois un peu agacés par l'aspect trop kawaii du film. »
« Une magnifique peinture de la relation fusionnelle entre deux adolescentes et leur place dans un groupe, portée par un trait, des couleurs et une animation du plus bel effet. »
Lou et l'île aux Sirènes (en salles le 30/08/2017)
Masaaki Yuasa
« Un postulat convenu au premier abord qui pourra évoquer Ponyo de Miyazaki, mais totalement transcendé par l'énergie, l'argument musical bien amené ainsi que l'inventivité formelle de l'ensemble. »
« C'est choupi, frais, coloré et complètement psychédélique ! »
« Si la direction artistique tranche par son originalité, ce n'est pas vraiment le cas de cette histoire vue et revue au sein de l'animation japonaise. »
« Quelques fulgurances graphiques qui n'arrivent pas à masquer le caractère convenu de l'ensemble. »
Love & Peace (L'Étrange Festival)
Sono Sion
« Comédie, romance, film d'enfant, critique sociale et politique... Seul Sono Sion est capable de mettre tout ça dans un film et en plus, le film est bon ! »
« En avance sur le calendrier Sono Sion sort de sa hotte un charmant conte de Noël à la fois punk et merveilleux avec en prime un kaiju trop mignon. Pikadon!!! »
« Profondément humaniste, ce charmant conte poétique est sans doute l'un des films les plus personnels de Sono Sion. »
« Sono Sion décidement en grande forme en 2015, avec un film foutraque qui fourmille d'idées. »
Loveless (Cannes 2017)
Andrey Zvyagintsev
« Film sur-symbolique, étouffant misanthrope, malgré la maîtrise inouïe habituelle du réalisateur russe. »
Ludo (L'Étrange Festival 2015)
Q, Nikon
« Un vrai cauchemar, dans tous les sens du terme. »
Lumières d'été (en salles le 16/08/2017)
Jean-Gabriel Périot
« Le devoir de mémoire dans son versant lumineux comme douloureux. Le traumatisme d'Hiroshima dans sa description crue laisse place à la joie paisible de ce qui a survécu. Envoûtant de bout en bout. »
L’Île de Giovanni (en salles le 28/05/2014)
Nishikubo Mizuho
« Un film émouvant mais moins subtil que Le tombeau des lucioles. »
« Si certains procédés artistiques et certains effets visuels s'avèrent un peu lourds, Mizuho Nishikubo, à la manière de Takahata, bouleverse en jouant sur les métaphores pour mettre en images des personnages subissant les dommages collatéraux d'une guerre. Les vingt dernières minutes sont sublimes de tristesse. »
Ma' Rosa (Cannes 2016)
Brillante Mendoza
« Brillante Mendoza nous livre un film cru et violent mais ne prend jamais parti pour tel ou tel camp. Un petit coup de poing en cette fin de journée de festival. »
« Une plongée suffocante et percutante dans la jungle urbaine de Manille. »
« Un polar bien tendu qui profite de la mise en scène sur la brêche de Brillante Ma Mendoza en grande forme. »
Ma'Rosa (en salles le 30/11/2016)
Brillante Mendoza
« Brillante Mendoza nous livre un film cru et violent mais ne prend jamais parti pour tel ou tel camp. Un petit coup de poing en cette fin de journée de festival. »
« Une plongée suffocante et percutante dans la jungle urbaine de Manille. »
« Un polar bien tendu qui profite de la mise en scène sur la brêche de Brillante Ma Mendoza en grande forme. »
Madame B., Histoire d’une Nord-Coréenne (en salles le 22/02/2017)
Jero Yun
« Un documentaire poignant sur des familles déchirées tentant de se rejoindre par tous les moyens. Mais surtout, un superbe portrait de femme. Madame B est une sorte de Wonder Woman. »
« Portrait poignant d'une femme forte qui interroge sur l'identité coréenne complètement schizophrène. »
« Une immersion percutante même si un peu trop courte, à cause des conditions difficiles de tournage. »
« Un documentaire passionnant avec de vrais et forts partis pris de mise en scène et de cinéma. »
Mademoiselle (Cannes 2016)
Park Chan-wook
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Un film charnel et plastiquement superbe, mais on voit venir les rebondissements bien trop à l'avance, du coup l'ennuie pointe le bout son nez. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Mademoiselle (en salles le 01/11/2016)
Park Chan-wook
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Un jeux de dupe ludique mise en image avec virtuosité dont la mécanique rigide et le traitement parodique atténuent le potentiel émotionnel ainsi que le caractère subversif du propos féministe de son histoire. »
« Un film charnel et plastiquement superbe, mais on voit venir les rebondissements bien trop à l'avance, du coup l'ennuie pointe le bout son nez. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Mademoiselle (en salles le 01/11/2016)
Park Chan-wook
« Fétichisme et stylisation de tous les instants au service d'un thriller à tiroir torride porté par un beau souffle romanesque. Park Chan Wook à son meilleur. »
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Parangon de sensualité et de décadence. L'ère Taisho est un nid à fantasme. »
« Un jeux de dupe ludique mise en image avec virtuosité dont la mécanique rigide et le traitement parodique atténuent le potentiel émotionnel ainsi que le caractère subversif du propos féministe de son histoire. »
« Un film charnel et plastiquement superbe, mais on voit venir les rebondissements bien trop à l'avance, du coup l'ennuie pointe le bout son nez. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Man of Taï Chi (en salles le 30/04/2014)
Keanu Reeves
« Keanu Reeves tente de remettre au goût du jour le film de baston, avec une touchante nostalgie. Parfois spectaculaire à défaut d'être original. La fin, peu crédible, est assez décevante. »
Man of Tai Chi (en video le 23/09/2014)
Keanu Reeves
« Keanu Reeves tente de remettre au goût du jour le film de baston, avec une touchante nostalgie. Parfois spectaculaire à défaut d'être original. La fin, peu crédible, est assez décevante. »
Man On High Heels (en salles le 20/07/2016)
Jang Jin
« Un très bon polar coréen avec un supplément d'âme. »
« Man on High Heels arrive à dégager une passionnante réflexion sur le genre et la masculinité dans les films d’action et la société coréenne, sans oublier d’être un polar, un vrai. »
Manshin: Ten Thousand Spirits (FFCP 2014)
Park Chan-kyong
« Documentaire réalisé par le frère de Park Chan-wook sur l'une des plus célèbres chamanes de Corée. Un peu trop répétitif pour tenir sur la longueur. »
Manta Ray (en salles le 24/07/2019)
Phuttiphong Aroonpheng
« De sa réflexion personnelle sur un sujet de société et un fait divers, le réalisateur s'émancipe dès son premier film à travers une succession d'images et de sons hypnotiques. Feutré et introspectif. »
Maps to the Stars (Cannes 2014)
David Cronenberg
« Hollywood pris dans les flammes de sa folie autodestructrice. De ce sujet en or, Cronenberg tire une comédie acerbe, à la mise en scène soignée mais bien trop sage pour se hisser au niveau d'un Lynch ou d'un Buñuel, inspirations évidentes de son nouveau film. »
« Un Cronenberg mineur porté par une excellente première partie que l'on croirait écrite par Brett Easton Ellis, mais qui se perd un peu dans son dernier tiers. »
Margarita With A Straw (FICA 2015)
Shonali Bose, Nilesh Maniyar
« Un film digne et sincère sur l'épanouissement sexuel d'une handicapée moteur. »
« Un téléfilm dont la forme consensuel annule complétement la force du propos. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.