Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Mademoiselle (en salles le 01/11/2016)
Park Chan-wook
« Fétichisme et stylisation de tous les instants au service d'un thriller à tiroir torride porté par un beau souffle romanesque. Park Chan Wook à son meilleur. »
« Park Chan-Wook offre un beau geste érotique donc esthétique entre Ranpo Edogawa et De Palma. »
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Parangon de sensualité et de décadence. L'ère Taisho est un nid à fantasme. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Worst Woman (FFCP 2016)
Kim Jong-kwan
« Une comédie romantique anecdotique malgré quelques bons moments comiques. Les dialogues ne sont pas à la hauteur pour tenir le spectateur en haleine. »
Old Days (FFCP 2016)
Han Sun-hee
« Documentaire éclairant sur le tournage d'Oldboy, avec un Park Chan-wook obsédé par un idéal et soutenu par une équipe dévouée. Une oeuvre collective qui a marqué le cinéma. »
The World Of Us (FFCP 2016)
Yoon Ga-eun
« Bonheur et surtout heurts du monde de l'enfance scrutée avec délicatesse mais aussi une cruauté exacerbée par le contexte social coréen. Grande découverte. »
« D'une justesse et d'une délicatesse infinie. Un regard tendre mais noir sur le monde de l'enfance entre Kore-eda, Tran Anh Hung et Kim So-yong. »
« Film qui ne révolutionne pas le cinéma mais qui se montre très juste et qui voit le monde à travers les yeux des enfants, ce qui est particulièrement rare. Les jeunes actrices sont formidables. »
« L'acte de naissance d'une réalisatrice prometteuse. Un regard simple et cruel sur l'enfance, sans pathos hystérique. Brillant. »
« Une plongée subtile dans le monde de l'enfance qui réalise le tour de force de laisser sans lasser sa caméra à hauteur d'enfants pendant tout un long métrage. On peut juste regretter la prévisibilité des enjeux et du déroulement. »
Weekends (FFCP 2016)
Lee Dong-ha
« Un documentaire sur une chorale de militants homosexuels qui prend de l'ampleur seulement dans sa deuxième moitié, avec cette scène marquante d'une gay pride perturbée par des manifestants homophobes. »
« Un documentaire inégal sur une chorale gay qui se perd un peu dans l'anecdotique et la confession privée et perd de vue un contexte plus large qui rendrait les parcours individuels plus intéressants. »
Asura : The City Of Madness (FFCP 2016)
Kim Seong-su
« Mal écrit, incohérent avec un acteur principal doté du charisme d'une huître, Asura est quand même méga jouissif. »
« Une mise en scène outrancière et un cabotinage généralisé des acteurs (mention spéciale au génial Jung Woo-Sung) pour ce qui s'avère être une parodie (involontaire ?) des films policiers des années 80. Jubilatoire. »
« À ce niveau là, ce n'est plus du Hard-Boiled mais du Over-Cooked-Over-The-Top-Hard-Boiled ! »
The Truth Beneath (FFCP 2016)
Lee Kyoung-mi
« Même si tout finit par trouver son sens dans une intense conclusion, un polar qui à force de s'éparpiller dans le fond et la forme perd un peu le spectateur. Néanmoins très prometteur et sacrément intense. »
« Le meilleur film du festival pour l'instant . Coup de coeur. "The World of Kanako" en Corée. Génial. »
« Excellente surprise que l'on attendait pas. Film dense au scénario et à la réalisation maîtrisés. La réalisatrice Lee Kyoung-mi est à suivre de très près ! »
« Une mise en scène millimétrée pour ce puzzle policier et humain qui fait rappelle "Le Monde de Kanako" de Nakashima, le nihilisme en moins. »
« Un polar mental fascinant de bout en bout. La grande révélation du FFCP 2016 ! »
Dongju (FFCP 2016)
Lee Joon-ik
« Un biopic épuré et poétique sur la vie d'un poète durant une période trouble et décisive de la Corée. »
« Un biopic en noir et blanc, très conventionnel, qui vaut surtout pour son éclaircissement sur une période clef de la Corée du XXe siècle. »
The Bacchus Lady (FFCP 2016)
E J-Yong
« Des Bacchus Ladies, thème très intéressant et fort original, le film d'élargit rapidement pour traiter de la vieillesse et du temps qui passe. On reste un peu sur notre faim. »
« E J-yong prend comme point de départ la prostitution des femmes âgées pour finalement évoquer la fin de vie, la maladie, la solitude et la vie de désaxés en Corée. Inattendu et émouvant. »
« Un beau film solidement écrit sur la difficulté de la fin de vie en Corée, qui arrive à toucher malgré un manque de moyen que la mise en scène n'arrive pas toujours à surmonter. »
Project Get-Up-And-Go (FFCP 2016)
Lee Keun-woo
« Un documenteur qui révèle la vérité des émotions de ses personnages à travers la fausseté du dispositif. Fascinant ! »
« Une comédie loufoque inégale qui laisse place à la nostalgie et à une tendresse gay-friendly. Le film décolle surtout grâce au personnage de Dominguez Nam. »
Collective Invention (FFCP 2016)
Kwon Oh-kwang
« Film de monstre mélancolique et satirique. Peut-être pas assez mordant, à l'image de son homme-poisson. »
« Une première partie bien amenée, drôle et très satyrique sur la société coréenne. La deuxième partie est bien plus faible et oublie son propos initial. Les acteurs, assez mal dirigés, plombent un peu le film. »
« Une fable sympathique sur un homme-poisson qui s'éloigne du côté "Freaks" pour croquer les tares de la société coréenne à travers le regard de personnages secondaires. La satire aurait pu être plus violente. »
« Une satire sociétale en forme de poisson d'avril. Amusant et engagé : on mord à l'hameçon ! »
Inside Men (FFCP 2016)
Woo Min-ho
« Lee Byung-hun est très bien. La photo aussi. Tout le reste un peu moins, sans être désagréable . »
« Un thriller rondement mené et porté par un excellent trio d'acteurs. Rien de révolutionnaire mais le boulot est fait : le spectateur comblé. »
Kissing Cousin (FFCP 2016)
Chang Hyun-sang
« Une histoire d'amour impossible épurée et sensuelle. Mais quand même un peu tiède. »
« Une histoire d'amour impossible qui manque cruellement de subversion. »
« Une comédie dramatique mélancolique mignonette, mais dont l'audace ne va pas plus loin que son titre. »
The Tiger (FFCP 2016)
Park Hoon-jung
« Un mélange des genres fascinant mais qui souffre d'un soucis de rythme dans sa premiere heure. »
« Le film de chasse au tigre le plus ennuyeux et inintéressant de l'histoire. »
Seoul Station (FFCP 2016)
Yeon Sang-ho
« On perd en adrénaline et sensations fortes ce qu'on gagne en noirceur et profondeur du propos par rapport à Dernier train pour Busan. »
« Encore plus terrible et sombre que Train To Busan. »
« Un véritable film de zombies agrémenté d'éléments trash sur la société coréenne. Un mélange de genres amené avec brio. Yeon Sang-ho est fait pour l'animation ! »
« Le pendant trash et animé du "Dernier train pour Busan". Il aurait pu s'appeler "Seoul Calling". Un film punk et politique. »
« Vivement que Yeon Sang-ho revienne à l'animation ! »
Reach For The Sky (FFCP 2016)
Steven DHOEDT & CHOI Woo-young
« Cinématographiquement épatant, Reach for the Sky est également riche d'enseignements sur le système éducatif coréen. Petit bémol : beaucoup de thèmes très intéressants ne sont que survolés. »
« Documentaire haletant et effrayant sur la réussite scolaire en Corée du Sud. Un "striptease" très sérieux et pédagogique au pays du matin pas si calme. »
Press (FFCP 2016)
Choi Jeong-min
Steel Flower (FFCP 2016)
Park Suk-young
« Une errance fascinante et une actrice surprenante. On en veut plus ! »
« Le film, noir et dépressif, nous plonge dans la dureté de la vie coréenne. L'actrice tient le film sur ses épaules et est formidable. Mais on s'ennuie un peu, quand même. »
« Une errance hypnotique dans les rues de Busan, une tranche de la vie d'une SDF. Un mélange réussi de "théorie du paysage" et de réalisme social. Cruel et poétique. »
The Age Of Shadows (FFCP 2016)
Kim Jee-woon
« Kim Jee-woon évoque Melville une fois de plus. En résulte une œuvre d'une maîtrise folle. »
« Kim Jee-woon revient dans un film assez classique et prend le temps d'exposer son récit. Ce n'est pas le chef d'oeuvre de l'année mais Kim Jee-woon a un talent monstre dans la mise en scène et le film est impressionnant de maîtrise. »
« Un bon mélange de film d'espionnage et d'action, sans réelle audace ni prise de risque. La mise en scène et les acteurs sont efficaces même si le rythme s'essouffle dans la dernière demi-heure. »
« Une belle maîtrise pour un exercice de style Melvilien dont on regrette in fine l'inscription un peu convenue dans le grand roman national coréen, laissant de côté toute la part d'ombre d'un thriller qui semblait portant assumer son côté dépressif dans son développement. »
Tunnel (FFCP 2016)
Kim Seong-hoon
« La culpabilité des individus pour cacher celle d'une nation. Inégal, mais fascinant. »
« Un peu plus maladroit que Hard Day, Tunnel n'en reste pas moins un film catastrophe très efficace avec des acteurs formidables. Kim Seong-hoon mêle suspense, émotion et rire comme personne. »
« Tunnel alterne avec efficacité légèreté et pathos. Plutôt réjouissant malgré quelques grosses ficelles propres au film catastrophe. »
« On n'en voit pas le bout... »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Mademoiselle (en salles le 01/11/2016)
Park Chan-wook
« Fétichisme et stylisation de tous les instants au service d'un thriller à tiroir torride porté par un beau souffle romanesque. Park Chan Wook à son meilleur. »
« Park Chan-Wook offre un beau geste érotique donc esthétique entre Ranpo Edogawa et De Palma. »
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Parangon de sensualité et de décadence. L'ère Taisho est un nid à fantasme. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Worst Woman (FFCP 2016)
Kim Jong-kwan
« Une comédie romantique anecdotique malgré quelques bons moments comiques. Les dialogues ne sont pas à la hauteur pour tenir le spectateur en haleine. »
Old Days (FFCP 2016)
Han Sun-hee
« Documentaire éclairant sur le tournage d'Oldboy, avec un Park Chan-wook obsédé par un idéal et soutenu par une équipe dévouée. Une oeuvre collective qui a marqué le cinéma. »
The World Of Us (FFCP 2016)
Yoon Ga-eun
« Bonheur et surtout heurts du monde de l'enfance scrutée avec délicatesse mais aussi une cruauté exacerbée par le contexte social coréen. Grande découverte. »
« D'une justesse et d'une délicatesse infinie. Un regard tendre mais noir sur le monde de l'enfance entre Kore-eda, Tran Anh Hung et Kim So-yong. »
« Film qui ne révolutionne pas le cinéma mais qui se montre très juste et qui voit le monde à travers les yeux des enfants, ce qui est particulièrement rare. Les jeunes actrices sont formidables. »
« L'acte de naissance d'une réalisatrice prometteuse. Un regard simple et cruel sur l'enfance, sans pathos hystérique. Brillant. »
« Une plongée subtile dans le monde de l'enfance qui réalise le tour de force de laisser sans lasser sa caméra à hauteur d'enfants pendant tout un long métrage. On peut juste regretter la prévisibilité des enjeux et du déroulement. »
Weekends (FFCP 2016)
Lee Dong-ha
« Un documentaire sur une chorale de militants homosexuels qui prend de l'ampleur seulement dans sa deuxième moitié, avec cette scène marquante d'une gay pride perturbée par des manifestants homophobes. »
« Un documentaire inégal sur une chorale gay qui se perd un peu dans l'anecdotique et la confession privée et perd de vue un contexte plus large qui rendrait les parcours individuels plus intéressants. »
Asura : The City Of Madness (FFCP 2016)
Kim Seong-su
« Mal écrit, incohérent avec un acteur principal doté du charisme d'une huître, Asura est quand même méga jouissif. »
« Une mise en scène outrancière et un cabotinage généralisé des acteurs (mention spéciale au génial Jung Woo-Sung) pour ce qui s'avère être une parodie (involontaire ?) des films policiers des années 80. Jubilatoire. »
« À ce niveau là, ce n'est plus du Hard-Boiled mais du Over-Cooked-Over-The-Top-Hard-Boiled ! »
The Truth Beneath (FFCP 2016)
Lee Kyoung-mi
« Même si tout finit par trouver son sens dans une intense conclusion, un polar qui à force de s'éparpiller dans le fond et la forme perd un peu le spectateur. Néanmoins très prometteur et sacrément intense. »
« Le meilleur film du festival pour l'instant . Coup de coeur. "The World of Kanako" en Corée. Génial. »
« Excellente surprise que l'on attendait pas. Film dense au scénario et à la réalisation maîtrisés. La réalisatrice Lee Kyoung-mi est à suivre de très près ! »
« Une mise en scène millimétrée pour ce puzzle policier et humain qui fait rappelle "Le Monde de Kanako" de Nakashima, le nihilisme en moins. »
« Un polar mental fascinant de bout en bout. La grande révélation du FFCP 2016 ! »
Dongju (FFCP 2016)
Lee Joon-ik
« Un biopic épuré et poétique sur la vie d'un poète durant une période trouble et décisive de la Corée. »
« Un biopic en noir et blanc, très conventionnel, qui vaut surtout pour son éclaircissement sur une période clef de la Corée du XXe siècle. »
The Bacchus Lady (FFCP 2016)
E J-Yong
« Des Bacchus Ladies, thème très intéressant et fort original, le film d'élargit rapidement pour traiter de la vieillesse et du temps qui passe. On reste un peu sur notre faim. »
« E J-yong prend comme point de départ la prostitution des femmes âgées pour finalement évoquer la fin de vie, la maladie, la solitude et la vie de désaxés en Corée. Inattendu et émouvant. »
« Un beau film solidement écrit sur la difficulté de la fin de vie en Corée, qui arrive à toucher malgré un manque de moyen que la mise en scène n'arrive pas toujours à surmonter. »
Project Get-Up-And-Go (FFCP 2016)
Lee Keun-woo
« Un documenteur qui révèle la vérité des émotions de ses personnages à travers la fausseté du dispositif. Fascinant ! »
« Une comédie loufoque inégale qui laisse place à la nostalgie et à une tendresse gay-friendly. Le film décolle surtout grâce au personnage de Dominguez Nam. »
Collective Invention (FFCP 2016)
Kwon Oh-kwang
« Film de monstre mélancolique et satirique. Peut-être pas assez mordant, à l'image de son homme-poisson. »
« Une première partie bien amenée, drôle et très satyrique sur la société coréenne. La deuxième partie est bien plus faible et oublie son propos initial. Les acteurs, assez mal dirigés, plombent un peu le film. »
« Une fable sympathique sur un homme-poisson qui s'éloigne du côté "Freaks" pour croquer les tares de la société coréenne à travers le regard de personnages secondaires. La satire aurait pu être plus violente. »
« Une satire sociétale en forme de poisson d'avril. Amusant et engagé : on mord à l'hameçon ! »
Inside Men (FFCP 2016)
Woo Min-ho
« Lee Byung-hun est très bien. La photo aussi. Tout le reste un peu moins, sans être désagréable . »
« Un thriller rondement mené et porté par un excellent trio d'acteurs. Rien de révolutionnaire mais le boulot est fait : le spectateur comblé. »
Kissing Cousin (FFCP 2016)
Chang Hyun-sang
« Une histoire d'amour impossible épurée et sensuelle. Mais quand même un peu tiède. »
« Une histoire d'amour impossible qui manque cruellement de subversion. »
« Une comédie dramatique mélancolique mignonette, mais dont l'audace ne va pas plus loin que son titre. »
The Tiger (FFCP 2016)
Park Hoon-jung
« Un mélange des genres fascinant mais qui souffre d'un soucis de rythme dans sa premiere heure. »
« Le film de chasse au tigre le plus ennuyeux et inintéressant de l'histoire. »
Seoul Station (FFCP 2016)
Yeon Sang-ho
« On perd en adrénaline et sensations fortes ce qu'on gagne en noirceur et profondeur du propos par rapport à Dernier train pour Busan. »
« Encore plus terrible et sombre que Train To Busan. »
« Un véritable film de zombies agrémenté d'éléments trash sur la société coréenne. Un mélange de genres amené avec brio. Yeon Sang-ho est fait pour l'animation ! »
« Le pendant trash et animé du "Dernier train pour Busan". Il aurait pu s'appeler "Seoul Calling". Un film punk et politique. »
« Vivement que Yeon Sang-ho revienne à l'animation ! »
Reach For The Sky (FFCP 2016)
Steven DHOEDT & CHOI Woo-young
« Cinématographiquement épatant, Reach for the Sky est également riche d'enseignements sur le système éducatif coréen. Petit bémol : beaucoup de thèmes très intéressants ne sont que survolés. »
« Documentaire haletant et effrayant sur la réussite scolaire en Corée du Sud. Un "striptease" très sérieux et pédagogique au pays du matin pas si calme. »
Press (FFCP 2016)
Choi Jeong-min
Steel Flower (FFCP 2016)
Park Suk-young
« Une errance fascinante et une actrice surprenante. On en veut plus ! »
« Le film, noir et dépressif, nous plonge dans la dureté de la vie coréenne. L'actrice tient le film sur ses épaules et est formidable. Mais on s'ennuie un peu, quand même. »
« Une errance hypnotique dans les rues de Busan, une tranche de la vie d'une SDF. Un mélange réussi de "théorie du paysage" et de réalisme social. Cruel et poétique. »
The Age Of Shadows (FFCP 2016)
Kim Jee-woon
« Kim Jee-woon évoque Melville une fois de plus. En résulte une œuvre d'une maîtrise folle. »
« Kim Jee-woon revient dans un film assez classique et prend le temps d'exposer son récit. Ce n'est pas le chef d'oeuvre de l'année mais Kim Jee-woon a un talent monstre dans la mise en scène et le film est impressionnant de maîtrise. »
« Un bon mélange de film d'espionnage et d'action, sans réelle audace ni prise de risque. La mise en scène et les acteurs sont efficaces même si le rythme s'essouffle dans la dernière demi-heure. »
« Une belle maîtrise pour un exercice de style Melvilien dont on regrette in fine l'inscription un peu convenue dans le grand roman national coréen, laissant de côté toute la part d'ombre d'un thriller qui semblait portant assumer son côté dépressif dans son développement. »
Tunnel (FFCP 2016)
Kim Seong-hoon
« La culpabilité des individus pour cacher celle d'une nation. Inégal, mais fascinant. »
« Un peu plus maladroit que Hard Day, Tunnel n'en reste pas moins un film catastrophe très efficace avec des acteurs formidables. Kim Seong-hoon mêle suspense, émotion et rire comme personne. »
« Tunnel alterne avec efficacité légèreté et pathos. Plutôt réjouissant malgré quelques grosses ficelles propres au film catastrophe. »
« On n'en voit pas le bout... »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Mademoiselle (en salles le 01/11/2016)
Park Chan-wook
« Fétichisme et stylisation de tous les instants au service d'un thriller à tiroir torride porté par un beau souffle romanesque. Park Chan Wook à son meilleur. »
« Park Chan-Wook offre un beau geste érotique donc esthétique entre Ranpo Edogawa et De Palma. »
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Parangon de sensualité et de décadence. L'ère Taisho est un nid à fantasme. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Worst Woman (FFCP 2016)
Kim Jong-kwan
« Une comédie romantique anecdotique malgré quelques bons moments comiques. Les dialogues ne sont pas à la hauteur pour tenir le spectateur en haleine. »
Old Days (FFCP 2016)
Han Sun-hee
« Documentaire éclairant sur le tournage d'Oldboy, avec un Park Chan-wook obsédé par un idéal et soutenu par une équipe dévouée. Une oeuvre collective qui a marqué le cinéma. »
The World Of Us (FFCP 2016)
Yoon Ga-eun
« Bonheur et surtout heurts du monde de l'enfance scrutée avec délicatesse mais aussi une cruauté exacerbée par le contexte social coréen. Grande découverte. »
« D'une justesse et d'une délicatesse infinie. Un regard tendre mais noir sur le monde de l'enfance entre Kore-eda, Tran Anh Hung et Kim So-yong. »
« Film qui ne révolutionne pas le cinéma mais qui se montre très juste et qui voit le monde à travers les yeux des enfants, ce qui est particulièrement rare. Les jeunes actrices sont formidables. »
« L'acte de naissance d'une réalisatrice prometteuse. Un regard simple et cruel sur l'enfance, sans pathos hystérique. Brillant. »
« Une plongée subtile dans le monde de l'enfance qui réalise le tour de force de laisser sans lasser sa caméra à hauteur d'enfants pendant tout un long métrage. On peut juste regretter la prévisibilité des enjeux et du déroulement. »
Weekends (FFCP 2016)
Lee Dong-ha
« Un documentaire sur une chorale de militants homosexuels qui prend de l'ampleur seulement dans sa deuxième moitié, avec cette scène marquante d'une gay pride perturbée par des manifestants homophobes. »
« Un documentaire inégal sur une chorale gay qui se perd un peu dans l'anecdotique et la confession privée et perd de vue un contexte plus large qui rendrait les parcours individuels plus intéressants. »
Asura : The City Of Madness (FFCP 2016)
Kim Seong-su
« Mal écrit, incohérent avec un acteur principal doté du charisme d'une huître, Asura est quand même méga jouissif. »
« Une mise en scène outrancière et un cabotinage généralisé des acteurs (mention spéciale au génial Jung Woo-Sung) pour ce qui s'avère être une parodie (involontaire ?) des films policiers des années 80. Jubilatoire. »
« À ce niveau là, ce n'est plus du Hard-Boiled mais du Over-Cooked-Over-The-Top-Hard-Boiled ! »
The Truth Beneath (FFCP 2016)
Lee Kyoung-mi
« Même si tout finit par trouver son sens dans une intense conclusion, un polar qui à force de s'éparpiller dans le fond et la forme perd un peu le spectateur. Néanmoins très prometteur et sacrément intense. »
« Le meilleur film du festival pour l'instant . Coup de coeur. "The World of Kanako" en Corée. Génial. »
« Excellente surprise que l'on attendait pas. Film dense au scénario et à la réalisation maîtrisés. La réalisatrice Lee Kyoung-mi est à suivre de très près ! »
« Une mise en scène millimétrée pour ce puzzle policier et humain qui fait rappelle "Le Monde de Kanako" de Nakashima, le nihilisme en moins. »
« Un polar mental fascinant de bout en bout. La grande révélation du FFCP 2016 ! »
Dongju (FFCP 2016)
Lee Joon-ik
« Un biopic épuré et poétique sur la vie d'un poète durant une période trouble et décisive de la Corée. »
« Un biopic en noir et blanc, très conventionnel, qui vaut surtout pour son éclaircissement sur une période clef de la Corée du XXe siècle. »
The Bacchus Lady (FFCP 2016)
E J-Yong
« Des Bacchus Ladies, thème très intéressant et fort original, le film d'élargit rapidement pour traiter de la vieillesse et du temps qui passe. On reste un peu sur notre faim. »
« E J-yong prend comme point de départ la prostitution des femmes âgées pour finalement évoquer la fin de vie, la maladie, la solitude et la vie de désaxés en Corée. Inattendu et émouvant. »
« Un beau film solidement écrit sur la difficulté de la fin de vie en Corée, qui arrive à toucher malgré un manque de moyen que la mise en scène n'arrive pas toujours à surmonter. »
Project Get-Up-And-Go (FFCP 2016)
Lee Keun-woo
« Un documenteur qui révèle la vérité des émotions de ses personnages à travers la fausseté du dispositif. Fascinant ! »
« Une comédie loufoque inégale qui laisse place à la nostalgie et à une tendresse gay-friendly. Le film décolle surtout grâce au personnage de Dominguez Nam. »
Collective Invention (FFCP 2016)
Kwon Oh-kwang
« Film de monstre mélancolique et satirique. Peut-être pas assez mordant, à l'image de son homme-poisson. »
« Une première partie bien amenée, drôle et très satyrique sur la société coréenne. La deuxième partie est bien plus faible et oublie son propos initial. Les acteurs, assez mal dirigés, plombent un peu le film. »
« Une fable sympathique sur un homme-poisson qui s'éloigne du côté "Freaks" pour croquer les tares de la société coréenne à travers le regard de personnages secondaires. La satire aurait pu être plus violente. »
« Une satire sociétale en forme de poisson d'avril. Amusant et engagé : on mord à l'hameçon ! »
Inside Men (FFCP 2016)
Woo Min-ho
« Lee Byung-hun est très bien. La photo aussi. Tout le reste un peu moins, sans être désagréable . »
« Un thriller rondement mené et porté par un excellent trio d'acteurs. Rien de révolutionnaire mais le boulot est fait : le spectateur comblé. »
Kissing Cousin (FFCP 2016)
Chang Hyun-sang
« Une histoire d'amour impossible épurée et sensuelle. Mais quand même un peu tiède. »
« Une histoire d'amour impossible qui manque cruellement de subversion. »
« Une comédie dramatique mélancolique mignonette, mais dont l'audace ne va pas plus loin que son titre. »
The Tiger (FFCP 2016)
Park Hoon-jung
« Un mélange des genres fascinant mais qui souffre d'un soucis de rythme dans sa premiere heure. »
« Le film de chasse au tigre le plus ennuyeux et inintéressant de l'histoire. »
Seoul Station (FFCP 2016)
Yeon Sang-ho
« On perd en adrénaline et sensations fortes ce qu'on gagne en noirceur et profondeur du propos par rapport à Dernier train pour Busan. »
« Encore plus terrible et sombre que Train To Busan. »
« Un véritable film de zombies agrémenté d'éléments trash sur la société coréenne. Un mélange de genres amené avec brio. Yeon Sang-ho est fait pour l'animation ! »
« Le pendant trash et animé du "Dernier train pour Busan". Il aurait pu s'appeler "Seoul Calling". Un film punk et politique. »
« Vivement que Yeon Sang-ho revienne à l'animation ! »
Reach For The Sky (FFCP 2016)
Steven DHOEDT & CHOI Woo-young
« Cinématographiquement épatant, Reach for the Sky est également riche d'enseignements sur le système éducatif coréen. Petit bémol : beaucoup de thèmes très intéressants ne sont que survolés. »
« Documentaire haletant et effrayant sur la réussite scolaire en Corée du Sud. Un "striptease" très sérieux et pédagogique au pays du matin pas si calme. »
Press (FFCP 2016)
Choi Jeong-min
Steel Flower (FFCP 2016)
Park Suk-young
« Une errance fascinante et une actrice surprenante. On en veut plus ! »
« Le film, noir et dépressif, nous plonge dans la dureté de la vie coréenne. L'actrice tient le film sur ses épaules et est formidable. Mais on s'ennuie un peu, quand même. »
« Une errance hypnotique dans les rues de Busan, une tranche de la vie d'une SDF. Un mélange réussi de "théorie du paysage" et de réalisme social. Cruel et poétique. »
The Age Of Shadows (FFCP 2016)
Kim Jee-woon
« Kim Jee-woon évoque Melville une fois de plus. En résulte une œuvre d'une maîtrise folle. »
« Kim Jee-woon revient dans un film assez classique et prend le temps d'exposer son récit. Ce n'est pas le chef d'oeuvre de l'année mais Kim Jee-woon a un talent monstre dans la mise en scène et le film est impressionnant de maîtrise. »
« Un bon mélange de film d'espionnage et d'action, sans réelle audace ni prise de risque. La mise en scène et les acteurs sont efficaces même si le rythme s'essouffle dans la dernière demi-heure. »
« Une belle maîtrise pour un exercice de style Melvilien dont on regrette in fine l'inscription un peu convenue dans le grand roman national coréen, laissant de côté toute la part d'ombre d'un thriller qui semblait portant assumer son côté dépressif dans son développement. »
Tunnel (FFCP 2016)
Kim Seong-hoon
« La culpabilité des individus pour cacher celle d'une nation. Inégal, mais fascinant. »
« Un peu plus maladroit que Hard Day, Tunnel n'en reste pas moins un film catastrophe très efficace avec des acteurs formidables. Kim Seong-hoon mêle suspense, émotion et rire comme personne. »
« Tunnel alterne avec efficacité légèreté et pathos. Plutôt réjouissant malgré quelques grosses ficelles propres au film catastrophe. »
« On n'en voit pas le bout... »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.