Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Inside Men (FFCP 2016)
Woo Min-ho
« Un thriller rondement mené et porté par un excellent trio d'acteurs. Rien de révolutionnaire mais le boulot est fait : le spectateur comblé. »
« Un thriller politique comme seuls les coréens savent les faire. Dense, corrosif, et Lee Byung hun est charismatique en diable. Hâte de voir la version longue. »
« Un thriller politique danse mais toujours passionnant, malgré le caractère un peu trop démonstratif, voire inutile, de certaines scènes. Lee Byung-hun, qui incarne un personnage bien plus surprenant qu'il n'y paraît aux premiers abords, livre une performance magistrale. »
INTERCHANGE (L'ÉTRANGE FESTIVAL 2016)
DAIN ISKANDAR SAID
« Un polar aux premiers abords paresseux qui s'avère passionnant quand il s'aventure dans le récit fantaisiste emprunt du folklore malaisien. »
« Ce polar fantastique malaisien prend son temps pour décoller mais déploie un univers mythologique suffisamment riche pour nous intriguer sur la durée. »
Intruders (FFCP 2014)
Noh Young-seok
« Un thriller rondement mené mais qui ne laisse pas un souvenir impérissable. »
« Un petit film de genre qui détourne habilement les codes du film de rednecks. »
Invasion (en salles le 24/10/2018)
Shahram Mokri
« Un film audacieux dans sa mise en scène mais plombé par un rythme en dent de scie, une interprétation inégale et une ambiance trop austère pour emporter l'adhésion. »
Island (FFCP 2015)
Park Jin-seong
« Tourné dans un scope noir et blanc de toutes beatés, Island est une œuvre mélancolique à la lisière du fantastique. Une histoire à la fois sensible et délicate sur le deuil. La séance émotion du FFCP 2015. »
« Un film fantastique d'une beauté foudroyante, sinueux et énigmatique, qui nous envoûte dès les premiers instants jusqu'à son final d'une mélancolie bouleversante. »
It Follows (Cannes 2014)
David Robert Mitchell
« Le meilleur film d'horreur depuis The Descent. »
Itaewon (FFCP 2017)
Kangyu Ga-ram
« Ça c'est un vrai documentaire de cinéma même s'il manque un fil conducteur plus affirmé. »
Jane (FFCP 2017)
Cho Hyun-hoon
« Un narration floue, un personnage principal agaçant. Ce combo fait qu'on ne ressent aucune empathie. Et c'est bien dommage. »
« Un drame social confus dont la noirceur du propos contraste avec la photo très colorée du film. Quelques belles scènes, mais un scénario fuyant et une construction parfois bancale empêchent le​ spectateur d'adhérer totalement au sort des personnages. Mais ce n'est qu'un premier long. »
« Un drame pesant sur la solitude, dont le constat amer provoque un trouble qui persiste encore après la séance. »
Japanese Girls Never Die (Kinotayo)
Matsui Daigo
« Belle réflexion en kaléidoscope pop et inventif sur la place de la femme dans le Japon moderne. »
« Derrière l'identité pop et le montage déstructuré se cache un film acerbe sur la société patriarcale japonaise, dont la folie douce fait oublier les quelques maladresses. »
« De belles idées de montage au service d'un discours féministe réjouissant qui emportent malgré quelques longueurs. »
Japanscope (Kinotayo 2014)
Philippe Emmanuel Sorlin
« Documentaire passionnant sur le fond mais agaçant sur la forme (sauf si on aime la façon "nouvelle vague"). »
« La nouvelle nouvelle vague japonaise vu façon nouvelle vague française. Forcement incomplet, franchement réjouissant en attendant la version longue. »
Jauja (Cannes 2014)
Lisandro Alonso
Jodorowsky Dune (Cannes 2013)
Franck Pivatch
« Incroyable documentaire qui remet en cause toute notre expérience cinématographique et toute notre vision sur le cinéma de SF moderne. »
« Un documentaire passionnant qui nous fait rêver un film rêvé. »
Jojo Bizarre Adventure Diamond Is Unbreakable Chapitre 1 (PIFFF 2017)
Miike Takashi
« C'est pas jojo... »
Journey to the West: The Demons Strike Back (FCCF 2017)
Tsui Hark
« Le duo Tsui Hark et Stephen Chow est une belle réussite. Foutraque, drôle (même si lourd) et visuellement impressionnant, on passe un très bon moment ! »
« Pas le chef d'œuvre espéré. Tsui Hark et Stephen Chow se tirent la couverture pour jouer solo. C'est bordélique mais les deux compères connaissent la partition et au final on sen tire avec quelques bons fou rires et des scènes spectaculaires. Un divertissement inégal et mineur dans la filmo des deux génies mais du fun ! »
« Film qui aurait été génial en images de synthèse tant les idées visuelles de Tsui Hark explosent les limites de ce qui se fait actuellement en film live. »
Kabukicho Love Hotel (Black Movie 2016)
Hiroki Ryūichi
« Film qui aborde beaucoup de thèmes fort intéressants sans jamais réellement les développer, Kabukicho Love Hotel reste cependant agréable à regarder. »
« Un ancien réalisateur de pinku réalise une comédie douce amère sur les relations qu'entretiennent les Japonais contemporains avec leurs sexualité. Drôle, intelligent, souvent pertinent, parfois même subversif et ne tombant jamais dans le scabreux, Kabukicho Love Hotel est l'exemple même du bon petit film indé japonais. Si à cela vous rajouté un casting de dingue avec Sometani Shôta et Maeda Atsuko en tête, vous aurez une petite idée du plaisir qui vous attend ! »
« Un film choral tendre et rocambolesque où plusieurs personnages se croisent au sein d'un love hotel. »
« Pas mal pour un One-Night Stand ! »
Kabukicho Love Hotel (Kinotayo 2015)
Ryuichi Hiroki
« Film qui aborde beaucoup de thèmes fort intéressants sans jamais réellement les développer, Kabukicho Love Hotel reste cependant agréable à regarder. »
« Un ancien réalisateur de pinku réalise une comédie douce amère sur les relations qu'entretiennent les Japonais contemporains avec leurs sexualité. Drôle, intelligent, souvent pertinent, parfois même subversif et ne tombant jamais dans le scabreux, Kabukicho Love Hotel est l'exemple même du bon petit film indé japonais. Si à cela vous rajouté un casting de dingue avec Sometani Shôta et Maeda Atsuko en tête, vous aurez une petite idée du plaisir qui vous attend ! »
« Pas mal pour un One-Night Stand ! »
Kaili Blues (en salles le 23/03/2016)
Bi Gan
« Ce voyage brumeux à travers le temps et l'espace donne l'impression d'assister à la naissance d'un futur grand réalisateur. »
« La découverte d'un réalisateur plus que prometteur. »
Kaili Blues (en vidéo le 02/11/2011)
Bi Gan
« Un premier film d'une incroyable justesse, poétique, à la réalisation bluffante. Un cinéaste à suivre ! »
« Ce voyage brumeux à travers le temps et l'espace donne l'impression d'assister à la naissance d'un futur grand réalisateur. »
« La découverte d'un réalisateur plus que prometteur. »
Kakekomi (Kinotayo 2015)
Masato Harada
« Injustement boudé en France le cinéaste Harada Masato prouve une fois de plus qu'il figure parmi les cinéastes contemporains nippons les plus importants. Kakemoni est un superbe film féministe en costume ! »
« Un grand film en costumes, et une belle déclaration d'amour à la femme. »
« Un sujet passionnant gâché par un traitement au classicisme dégoulinant de sentimentalité. »
KAMIKAZE LE DERNIER ASSAUT (en vidéo le 24/08/2015)
Yamazaki Takashi

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Inside Men (FFCP 2016)
Woo Min-ho
« Un thriller rondement mené et porté par un excellent trio d'acteurs. Rien de révolutionnaire mais le boulot est fait : le spectateur comblé. »
« Un thriller politique comme seuls les coréens savent les faire. Dense, corrosif, et Lee Byung hun est charismatique en diable. Hâte de voir la version longue. »
« Un thriller politique danse mais toujours passionnant, malgré le caractère un peu trop démonstratif, voire inutile, de certaines scènes. Lee Byung-hun, qui incarne un personnage bien plus surprenant qu'il n'y paraît aux premiers abords, livre une performance magistrale. »
INTERCHANGE (L'ÉTRANGE FESTIVAL 2016)
DAIN ISKANDAR SAID
« Un polar aux premiers abords paresseux qui s'avère passionnant quand il s'aventure dans le récit fantaisiste emprunt du folklore malaisien. »
« Ce polar fantastique malaisien prend son temps pour décoller mais déploie un univers mythologique suffisamment riche pour nous intriguer sur la durée. »
Intruders (FFCP 2014)
Noh Young-seok
« Un thriller rondement mené mais qui ne laisse pas un souvenir impérissable. »
« Un petit film de genre qui détourne habilement les codes du film de rednecks. »
Invasion (en salles le 24/10/2018)
Shahram Mokri
« Un film audacieux dans sa mise en scène mais plombé par un rythme en dent de scie, une interprétation inégale et une ambiance trop austère pour emporter l'adhésion. »
Island (FFCP 2015)
Park Jin-seong
« Tourné dans un scope noir et blanc de toutes beatés, Island est une œuvre mélancolique à la lisière du fantastique. Une histoire à la fois sensible et délicate sur le deuil. La séance émotion du FFCP 2015. »
« Un film fantastique d'une beauté foudroyante, sinueux et énigmatique, qui nous envoûte dès les premiers instants jusqu'à son final d'une mélancolie bouleversante. »
It Follows (Cannes 2014)
David Robert Mitchell
« Le meilleur film d'horreur depuis The Descent. »
Itaewon (FFCP 2017)
Kangyu Ga-ram
« Ça c'est un vrai documentaire de cinéma même s'il manque un fil conducteur plus affirmé. »
Jane (FFCP 2017)
Cho Hyun-hoon
« Un narration floue, un personnage principal agaçant. Ce combo fait qu'on ne ressent aucune empathie. Et c'est bien dommage. »
« Un drame social confus dont la noirceur du propos contraste avec la photo très colorée du film. Quelques belles scènes, mais un scénario fuyant et une construction parfois bancale empêchent le​ spectateur d'adhérer totalement au sort des personnages. Mais ce n'est qu'un premier long. »
« Un drame pesant sur la solitude, dont le constat amer provoque un trouble qui persiste encore après la séance. »
Japanese Girls Never Die (Kinotayo)
Matsui Daigo
« Belle réflexion en kaléidoscope pop et inventif sur la place de la femme dans le Japon moderne. »
« Derrière l'identité pop et le montage déstructuré se cache un film acerbe sur la société patriarcale japonaise, dont la folie douce fait oublier les quelques maladresses. »
« De belles idées de montage au service d'un discours féministe réjouissant qui emportent malgré quelques longueurs. »
Japanscope (Kinotayo 2014)
Philippe Emmanuel Sorlin
« Documentaire passionnant sur le fond mais agaçant sur la forme (sauf si on aime la façon "nouvelle vague"). »
« La nouvelle nouvelle vague japonaise vu façon nouvelle vague française. Forcement incomplet, franchement réjouissant en attendant la version longue. »
Jauja (Cannes 2014)
Lisandro Alonso
Jodorowsky Dune (Cannes 2013)
Franck Pivatch
« Incroyable documentaire qui remet en cause toute notre expérience cinématographique et toute notre vision sur le cinéma de SF moderne. »
« Un documentaire passionnant qui nous fait rêver un film rêvé. »
Jojo Bizarre Adventure Diamond Is Unbreakable Chapitre 1 (PIFFF 2017)
Miike Takashi
« C'est pas jojo... »
Journey to the West: The Demons Strike Back (FCCF 2017)
Tsui Hark
« Le duo Tsui Hark et Stephen Chow est une belle réussite. Foutraque, drôle (même si lourd) et visuellement impressionnant, on passe un très bon moment ! »
« Pas le chef d'œuvre espéré. Tsui Hark et Stephen Chow se tirent la couverture pour jouer solo. C'est bordélique mais les deux compères connaissent la partition et au final on sen tire avec quelques bons fou rires et des scènes spectaculaires. Un divertissement inégal et mineur dans la filmo des deux génies mais du fun ! »
« Film qui aurait été génial en images de synthèse tant les idées visuelles de Tsui Hark explosent les limites de ce qui se fait actuellement en film live. »
Kabukicho Love Hotel (Black Movie 2016)
Hiroki Ryūichi
« Film qui aborde beaucoup de thèmes fort intéressants sans jamais réellement les développer, Kabukicho Love Hotel reste cependant agréable à regarder. »
« Un ancien réalisateur de pinku réalise une comédie douce amère sur les relations qu'entretiennent les Japonais contemporains avec leurs sexualité. Drôle, intelligent, souvent pertinent, parfois même subversif et ne tombant jamais dans le scabreux, Kabukicho Love Hotel est l'exemple même du bon petit film indé japonais. Si à cela vous rajouté un casting de dingue avec Sometani Shôta et Maeda Atsuko en tête, vous aurez une petite idée du plaisir qui vous attend ! »
« Un film choral tendre et rocambolesque où plusieurs personnages se croisent au sein d'un love hotel. »
« Pas mal pour un One-Night Stand ! »
Kabukicho Love Hotel (Kinotayo 2015)
Ryuichi Hiroki
« Film qui aborde beaucoup de thèmes fort intéressants sans jamais réellement les développer, Kabukicho Love Hotel reste cependant agréable à regarder. »
« Un ancien réalisateur de pinku réalise une comédie douce amère sur les relations qu'entretiennent les Japonais contemporains avec leurs sexualité. Drôle, intelligent, souvent pertinent, parfois même subversif et ne tombant jamais dans le scabreux, Kabukicho Love Hotel est l'exemple même du bon petit film indé japonais. Si à cela vous rajouté un casting de dingue avec Sometani Shôta et Maeda Atsuko en tête, vous aurez une petite idée du plaisir qui vous attend ! »
« Pas mal pour un One-Night Stand ! »
Kaili Blues (en salles le 23/03/2016)
Bi Gan
« Ce voyage brumeux à travers le temps et l'espace donne l'impression d'assister à la naissance d'un futur grand réalisateur. »
« La découverte d'un réalisateur plus que prometteur. »
Kaili Blues (en vidéo le 02/11/2011)
Bi Gan
« Un premier film d'une incroyable justesse, poétique, à la réalisation bluffante. Un cinéaste à suivre ! »
« Ce voyage brumeux à travers le temps et l'espace donne l'impression d'assister à la naissance d'un futur grand réalisateur. »
« La découverte d'un réalisateur plus que prometteur. »
Kakekomi (Kinotayo 2015)
Masato Harada
« Injustement boudé en France le cinéaste Harada Masato prouve une fois de plus qu'il figure parmi les cinéastes contemporains nippons les plus importants. Kakemoni est un superbe film féministe en costume ! »
« Un grand film en costumes, et une belle déclaration d'amour à la femme. »
« Un sujet passionnant gâché par un traitement au classicisme dégoulinant de sentimentalité. »
KAMIKAZE LE DERNIER ASSAUT (en vidéo le 24/08/2015)
Yamazaki Takashi

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
Inside Men (FFCP 2016)
Woo Min-ho
« Un thriller rondement mené et porté par un excellent trio d'acteurs. Rien de révolutionnaire mais le boulot est fait : le spectateur comblé. »
« Un thriller politique comme seuls les coréens savent les faire. Dense, corrosif, et Lee Byung hun est charismatique en diable. Hâte de voir la version longue. »
« Un thriller politique danse mais toujours passionnant, malgré le caractère un peu trop démonstratif, voire inutile, de certaines scènes. Lee Byung-hun, qui incarne un personnage bien plus surprenant qu'il n'y paraît aux premiers abords, livre une performance magistrale. »
INTERCHANGE (L'ÉTRANGE FESTIVAL 2016)
DAIN ISKANDAR SAID
« Un polar aux premiers abords paresseux qui s'avère passionnant quand il s'aventure dans le récit fantaisiste emprunt du folklore malaisien. »
« Ce polar fantastique malaisien prend son temps pour décoller mais déploie un univers mythologique suffisamment riche pour nous intriguer sur la durée. »
Intruders (FFCP 2014)
Noh Young-seok
« Un thriller rondement mené mais qui ne laisse pas un souvenir impérissable. »
« Un petit film de genre qui détourne habilement les codes du film de rednecks. »
Invasion (en salles le 24/10/2018)
Shahram Mokri
« Un film audacieux dans sa mise en scène mais plombé par un rythme en dent de scie, une interprétation inégale et une ambiance trop austère pour emporter l'adhésion. »
Island (FFCP 2015)
Park Jin-seong
« Tourné dans un scope noir et blanc de toutes beatés, Island est une œuvre mélancolique à la lisière du fantastique. Une histoire à la fois sensible et délicate sur le deuil. La séance émotion du FFCP 2015. »
« Un film fantastique d'une beauté foudroyante, sinueux et énigmatique, qui nous envoûte dès les premiers instants jusqu'à son final d'une mélancolie bouleversante. »
It Follows (Cannes 2014)
David Robert Mitchell
« Le meilleur film d'horreur depuis The Descent. »
Itaewon (FFCP 2017)
Kangyu Ga-ram
« Ça c'est un vrai documentaire de cinéma même s'il manque un fil conducteur plus affirmé. »
Jane (FFCP 2017)
Cho Hyun-hoon
« Un narration floue, un personnage principal agaçant. Ce combo fait qu'on ne ressent aucune empathie. Et c'est bien dommage. »
« Un drame social confus dont la noirceur du propos contraste avec la photo très colorée du film. Quelques belles scènes, mais un scénario fuyant et une construction parfois bancale empêchent le​ spectateur d'adhérer totalement au sort des personnages. Mais ce n'est qu'un premier long. »
« Un drame pesant sur la solitude, dont le constat amer provoque un trouble qui persiste encore après la séance. »
Japanese Girls Never Die (Kinotayo)
Matsui Daigo
« Belle réflexion en kaléidoscope pop et inventif sur la place de la femme dans le Japon moderne. »
« Derrière l'identité pop et le montage déstructuré se cache un film acerbe sur la société patriarcale japonaise, dont la folie douce fait oublier les quelques maladresses. »
« De belles idées de montage au service d'un discours féministe réjouissant qui emportent malgré quelques longueurs. »
Japanscope (Kinotayo 2014)
Philippe Emmanuel Sorlin
« Documentaire passionnant sur le fond mais agaçant sur la forme (sauf si on aime la façon "nouvelle vague"). »
« La nouvelle nouvelle vague japonaise vu façon nouvelle vague française. Forcement incomplet, franchement réjouissant en attendant la version longue. »
Jauja (Cannes 2014)
Lisandro Alonso
Jodorowsky Dune (Cannes 2013)
Franck Pivatch
« Incroyable documentaire qui remet en cause toute notre expérience cinématographique et toute notre vision sur le cinéma de SF moderne. »
« Un documentaire passionnant qui nous fait rêver un film rêvé. »
Jojo Bizarre Adventure Diamond Is Unbreakable Chapitre 1 (PIFFF 2017)
Miike Takashi
« C'est pas jojo... »
Journey to the West: The Demons Strike Back (FCCF 2017)
Tsui Hark
« Le duo Tsui Hark et Stephen Chow est une belle réussite. Foutraque, drôle (même si lourd) et visuellement impressionnant, on passe un très bon moment ! »
« Pas le chef d'œuvre espéré. Tsui Hark et Stephen Chow se tirent la couverture pour jouer solo. C'est bordélique mais les deux compères connaissent la partition et au final on sen tire avec quelques bons fou rires et des scènes spectaculaires. Un divertissement inégal et mineur dans la filmo des deux génies mais du fun ! »
« Film qui aurait été génial en images de synthèse tant les idées visuelles de Tsui Hark explosent les limites de ce qui se fait actuellement en film live. »
Kabukicho Love Hotel (Black Movie 2016)
Hiroki Ryūichi
« Film qui aborde beaucoup de thèmes fort intéressants sans jamais réellement les développer, Kabukicho Love Hotel reste cependant agréable à regarder. »
« Un ancien réalisateur de pinku réalise une comédie douce amère sur les relations qu'entretiennent les Japonais contemporains avec leurs sexualité. Drôle, intelligent, souvent pertinent, parfois même subversif et ne tombant jamais dans le scabreux, Kabukicho Love Hotel est l'exemple même du bon petit film indé japonais. Si à cela vous rajouté un casting de dingue avec Sometani Shôta et Maeda Atsuko en tête, vous aurez une petite idée du plaisir qui vous attend ! »
« Un film choral tendre et rocambolesque où plusieurs personnages se croisent au sein d'un love hotel. »
« Pas mal pour un One-Night Stand ! »
Kabukicho Love Hotel (Kinotayo 2015)
Ryuichi Hiroki
« Film qui aborde beaucoup de thèmes fort intéressants sans jamais réellement les développer, Kabukicho Love Hotel reste cependant agréable à regarder. »
« Un ancien réalisateur de pinku réalise une comédie douce amère sur les relations qu'entretiennent les Japonais contemporains avec leurs sexualité. Drôle, intelligent, souvent pertinent, parfois même subversif et ne tombant jamais dans le scabreux, Kabukicho Love Hotel est l'exemple même du bon petit film indé japonais. Si à cela vous rajouté un casting de dingue avec Sometani Shôta et Maeda Atsuko en tête, vous aurez une petite idée du plaisir qui vous attend ! »
« Pas mal pour un One-Night Stand ! »
Kaili Blues (en salles le 23/03/2016)
Bi Gan
« Ce voyage brumeux à travers le temps et l'espace donne l'impression d'assister à la naissance d'un futur grand réalisateur. »
« La découverte d'un réalisateur plus que prometteur. »
Kaili Blues (en vidéo le 02/11/2011)
Bi Gan
« Un premier film d'une incroyable justesse, poétique, à la réalisation bluffante. Un cinéaste à suivre ! »
« Ce voyage brumeux à travers le temps et l'espace donne l'impression d'assister à la naissance d'un futur grand réalisateur. »
« La découverte d'un réalisateur plus que prometteur. »
Kakekomi (Kinotayo 2015)
Masato Harada
« Injustement boudé en France le cinéaste Harada Masato prouve une fois de plus qu'il figure parmi les cinéastes contemporains nippons les plus importants. Kakemoni est un superbe film féministe en costume ! »
« Un grand film en costumes, et une belle déclaration d'amour à la femme. »
« Un sujet passionnant gâché par un traitement au classicisme dégoulinant de sentimentalité. »
KAMIKAZE LE DERNIER ASSAUT (en vidéo le 24/08/2015)
Yamazaki Takashi
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.