Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
V. I. P. (FFCP 2017)
Park Hoon-jeong
« Un polar dense et brutal qui malgré l'excès offre un questionnement social et une vision géopolitique de la Corée intéressante. Trois héros charismatique et un méchant d'anthologie complètent le tableau. »
« Très bon thriller qui manque de folie, mais parvient à nous toucher par son intensité. »
« L'indispensable polar hard-boiled de l'édition 2017 du festival : une bonne pioche qui fait du bien et tranche avec l’aseptisation générale de la production coréenne de ces dernières années. »
The Battleship Island (FFCP 2017)
Ryoo Seung-wan
« L'évidence d'un grand film. »
« Mise en scène incroyable, Ryoo Seung-wan se permet tout dans ce film. Un grand moment de bravoure ! »
Midnight Runners (FFCP 2017)
Kim Joo-hwan
« Drôle, rythmé, haletant. Une jolie surprise qui manie avec brio le buddy movie et le thriller bien glauque. On en redemande ! »
Ordinary Person (FFCP 2017)
Kim Bong-han
Jane (FFCP 2017)
Cho Hyun-hoon
« Un narration floue, un personnage principal agaçant. Ce combo fait qu'on ne ressent aucune empathie. Et c'est bien dommage. »
A Quiet Dream (FFCP 2017)
Zhang Lu
« Personnages attachants, abîmés et excentriques, situation décalées et atmosphère flottante pour un spectacle singulier et original dont on perd parfois le fil néanmoins. »
« Voir la punchline de Nicolas. »
« D'une tranquillité qui laisse en effet rêveur... »
The Poet and The Boy (FFCP 2017)
Kim Yang-Hee
« Une réussite dans sa poésie paisible des îles de Jeju, mais quelques troubles durant sa plongée dramatique. »
« C'est mignon, parfois très drôle mais assez mal amené. Où le réalisateur veut-il en venir... »
The King's Case Note (FFCP 2017)
Moon Hyun-sung
A Taxi Driver (FFCP 2017)
Jang Hoon
« Malgré l'audace et la maîtrise. La gravité du sujet ne permet de faire l'impasse sur les défauts du film. »
« Le film aurait pu être poignant si seulement il n'oubliait pas son sujet lors du dernier acte. Mais le cinéma coréen a peut-être franchi un premier pas important avec A Taxi Driver : mettre en scène des sujets ô combien douloureux pour le peuple coréen. Reste à franchir l'étape suivante... Les interroger et ne pas dévier en cours de route. »
« Amusant dans sa première partie, le film vire au grotesque en accumulant les poncifs quand il aurait dû se faire nécessaire dans sa seconde partie sur le massacre de Gwangju. »
No Money, No Future (FFCP 2017)
Lee Dong-woo
« Un doc punk sur le punk par des punk. C'est du bon. »
The King (FFCP 2017)
Han Jae-rim
« Une première partie assez dingue avec une réalisation très dynamique. Mais le film s’essouffle petit à petit. »
The Artist: Reborn (FFCP 2017)
Kim Kyoung-won
« Ça aurait pu être très bien. C'est simplement sympa. »
« Aussi plat et peu inspiré que les "œuvres" de l'artiste du titre. »
I Can Speak (FFCP 2017)
Kim Hyun-seok
Le Lézard noir (L'Etrange Festival 2017)
Fukasaku Kinji
« Mystère, trouble sexuel et visuel tapageur au service d'un mélodrame délicieusement excentrique. »
« Décalé sur le fond et la forme, Le Lézard noir est une superbe adaptation de Rampo. On en redemande ! »
Death Death Row Family (L'Étrange Festival 2017)
Kobayashi Yûki
« Avec les défauts et les atouts d'une production de la fin des 90s d'un Miike ou d'un Toyoda. »
« C'est assez bordélique et Kobayashi a encore du mal à se détacher de ses influences et à se créer son propre style. Mais le jeune cinéaste est à surveiller ! »
Avant que nous disparaissions (L'Étrange Festival 2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
A Day (L'Étrange Festival 2017)
Cho Sun-Ho
« Un blockbuster coréen : carré, efficace, bien mené. Mais ça manque d'âme et de folie tout ça. C'est un peu fade. »
« Moralisateur et lacrymal, A Day ne tient pas les promesses de son pitch et ne livre qu'un polar milieux de plus. »
The Villainess (L'Étrange Festival 2017)
Jeong Byeong-Gil
« ça passe rarement, le reste du temps, c'est vilain. »
« Techniquement impressionnant, le film souffre d'un manque cruel de scénario et d'un montage bancal. Film usant... »
« C'est n'importe quoi et paresseux narrativement mais l'originalité et l'énergie des très nombreuses scènes d'actions suffisent à capter l'attention. »
Tokyo Vampire Hotel - Version cinéma (L'Étrange Festival 2017)
Sono Sion
« Sono Sion tel un Frankenstein nous offre un film monstre avec des vampires. Galvanisant puis décevant. »
« Des idées de génie, des décors de fou mais un montage tellement foutraque qu'il devient difficile de tenir devant ces 2h20 de "non-film". »
« Plus un mash-up bordélique et mal-foutu de la série télé Amazon qu'un film, Tokyo Vampire Hotel version ciné n'en reste pas moins traversé d'une idée par scène, de tableaux saisissants et de visions marquantes. »
Meatball Machine Kodoku (L'Étrange Festival 2017)
Nishimura Yoshihiro
« Le cinéma est un territoire infini où Nishimura est l'un des rares à nous montrer sa liberté totale. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
V. I. P. (FFCP 2017)
Park Hoon-jeong
« Un polar dense et brutal qui malgré l'excès offre un questionnement social et une vision géopolitique de la Corée intéressante. Trois héros charismatique et un méchant d'anthologie complètent le tableau. »
« Très bon thriller qui manque de folie, mais parvient à nous toucher par son intensité. »
« L'indispensable polar hard-boiled de l'édition 2017 du festival : une bonne pioche qui fait du bien et tranche avec l’aseptisation générale de la production coréenne de ces dernières années. »
The Battleship Island (FFCP 2017)
Ryoo Seung-wan
« L'évidence d'un grand film. »
« Mise en scène incroyable, Ryoo Seung-wan se permet tout dans ce film. Un grand moment de bravoure ! »
Midnight Runners (FFCP 2017)
Kim Joo-hwan
« Drôle, rythmé, haletant. Une jolie surprise qui manie avec brio le buddy movie et le thriller bien glauque. On en redemande ! »
Ordinary Person (FFCP 2017)
Kim Bong-han
Jane (FFCP 2017)
Cho Hyun-hoon
« Un narration floue, un personnage principal agaçant. Ce combo fait qu'on ne ressent aucune empathie. Et c'est bien dommage. »
A Quiet Dream (FFCP 2017)
Zhang Lu
« Personnages attachants, abîmés et excentriques, situation décalées et atmosphère flottante pour un spectacle singulier et original dont on perd parfois le fil néanmoins. »
« Voir la punchline de Nicolas. »
« D'une tranquillité qui laisse en effet rêveur... »
The Poet and The Boy (FFCP 2017)
Kim Yang-Hee
« Une réussite dans sa poésie paisible des îles de Jeju, mais quelques troubles durant sa plongée dramatique. »
« C'est mignon, parfois très drôle mais assez mal amené. Où le réalisateur veut-il en venir... »
The King's Case Note (FFCP 2017)
Moon Hyun-sung
A Taxi Driver (FFCP 2017)
Jang Hoon
« Malgré l'audace et la maîtrise. La gravité du sujet ne permet de faire l'impasse sur les défauts du film. »
« Le film aurait pu être poignant si seulement il n'oubliait pas son sujet lors du dernier acte. Mais le cinéma coréen a peut-être franchi un premier pas important avec A Taxi Driver : mettre en scène des sujets ô combien douloureux pour le peuple coréen. Reste à franchir l'étape suivante... Les interroger et ne pas dévier en cours de route. »
« Amusant dans sa première partie, le film vire au grotesque en accumulant les poncifs quand il aurait dû se faire nécessaire dans sa seconde partie sur le massacre de Gwangju. »
No Money, No Future (FFCP 2017)
Lee Dong-woo
« Un doc punk sur le punk par des punk. C'est du bon. »
The King (FFCP 2017)
Han Jae-rim
« Une première partie assez dingue avec une réalisation très dynamique. Mais le film s’essouffle petit à petit. »
The Artist: Reborn (FFCP 2017)
Kim Kyoung-won
« Ça aurait pu être très bien. C'est simplement sympa. »
« Aussi plat et peu inspiré que les "œuvres" de l'artiste du titre. »
I Can Speak (FFCP 2017)
Kim Hyun-seok
Le Lézard noir (L'Etrange Festival 2017)
Fukasaku Kinji
« Mystère, trouble sexuel et visuel tapageur au service d'un mélodrame délicieusement excentrique. »
« Décalé sur le fond et la forme, Le Lézard noir est une superbe adaptation de Rampo. On en redemande ! »
Death Death Row Family (L'Étrange Festival 2017)
Kobayashi Yûki
« Avec les défauts et les atouts d'une production de la fin des 90s d'un Miike ou d'un Toyoda. »
« C'est assez bordélique et Kobayashi a encore du mal à se détacher de ses influences et à se créer son propre style. Mais le jeune cinéaste est à surveiller ! »
Avant que nous disparaissions (L'Étrange Festival 2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
A Day (L'Étrange Festival 2017)
Cho Sun-Ho
« Un blockbuster coréen : carré, efficace, bien mené. Mais ça manque d'âme et de folie tout ça. C'est un peu fade. »
« Moralisateur et lacrymal, A Day ne tient pas les promesses de son pitch et ne livre qu'un polar milieux de plus. »
The Villainess (L'Étrange Festival 2017)
Jeong Byeong-Gil
« ça passe rarement, le reste du temps, c'est vilain. »
« Techniquement impressionnant, le film souffre d'un manque cruel de scénario et d'un montage bancal. Film usant... »
« C'est n'importe quoi et paresseux narrativement mais l'originalité et l'énergie des très nombreuses scènes d'actions suffisent à capter l'attention. »
Tokyo Vampire Hotel - Version cinéma (L'Étrange Festival 2017)
Sono Sion
« Sono Sion tel un Frankenstein nous offre un film monstre avec des vampires. Galvanisant puis décevant. »
« Des idées de génie, des décors de fou mais un montage tellement foutraque qu'il devient difficile de tenir devant ces 2h20 de "non-film". »
« Plus un mash-up bordélique et mal-foutu de la série télé Amazon qu'un film, Tokyo Vampire Hotel version ciné n'en reste pas moins traversé d'une idée par scène, de tableaux saisissants et de visions marquantes. »
Meatball Machine Kodoku (L'Étrange Festival 2017)
Nishimura Yoshihiro
« Le cinéma est un territoire infini où Nishimura est l'un des rares à nous montrer sa liberté totale. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Flavien Poncet Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
V. I. P. (FFCP 2017)
Park Hoon-jeong
« Un polar dense et brutal qui malgré l'excès offre un questionnement social et une vision géopolitique de la Corée intéressante. Trois héros charismatique et un méchant d'anthologie complètent le tableau. »
« Très bon thriller qui manque de folie, mais parvient à nous toucher par son intensité. »
« L'indispensable polar hard-boiled de l'édition 2017 du festival : une bonne pioche qui fait du bien et tranche avec l’aseptisation générale de la production coréenne de ces dernières années. »
The Battleship Island (FFCP 2017)
Ryoo Seung-wan
« L'évidence d'un grand film. »
« Mise en scène incroyable, Ryoo Seung-wan se permet tout dans ce film. Un grand moment de bravoure ! »
Midnight Runners (FFCP 2017)
Kim Joo-hwan
« Drôle, rythmé, haletant. Une jolie surprise qui manie avec brio le buddy movie et le thriller bien glauque. On en redemande ! »
Ordinary Person (FFCP 2017)
Kim Bong-han
Jane (FFCP 2017)
Cho Hyun-hoon
« Un narration floue, un personnage principal agaçant. Ce combo fait qu'on ne ressent aucune empathie. Et c'est bien dommage. »
A Quiet Dream (FFCP 2017)
Zhang Lu
« Personnages attachants, abîmés et excentriques, situation décalées et atmosphère flottante pour un spectacle singulier et original dont on perd parfois le fil néanmoins. »
« Voir la punchline de Nicolas. »
« D'une tranquillité qui laisse en effet rêveur... »
The Poet and The Boy (FFCP 2017)
Kim Yang-Hee
« Une réussite dans sa poésie paisible des îles de Jeju, mais quelques troubles durant sa plongée dramatique. »
« C'est mignon, parfois très drôle mais assez mal amené. Où le réalisateur veut-il en venir... »
The King's Case Note (FFCP 2017)
Moon Hyun-sung
A Taxi Driver (FFCP 2017)
Jang Hoon
« Malgré l'audace et la maîtrise. La gravité du sujet ne permet de faire l'impasse sur les défauts du film. »
« Le film aurait pu être poignant si seulement il n'oubliait pas son sujet lors du dernier acte. Mais le cinéma coréen a peut-être franchi un premier pas important avec A Taxi Driver : mettre en scène des sujets ô combien douloureux pour le peuple coréen. Reste à franchir l'étape suivante... Les interroger et ne pas dévier en cours de route. »
« Amusant dans sa première partie, le film vire au grotesque en accumulant les poncifs quand il aurait dû se faire nécessaire dans sa seconde partie sur le massacre de Gwangju. »
No Money, No Future (FFCP 2017)
Lee Dong-woo
« Un doc punk sur le punk par des punk. C'est du bon. »
The King (FFCP 2017)
Han Jae-rim
« Une première partie assez dingue avec une réalisation très dynamique. Mais le film s’essouffle petit à petit. »
The Artist: Reborn (FFCP 2017)
Kim Kyoung-won
« Ça aurait pu être très bien. C'est simplement sympa. »
« Aussi plat et peu inspiré que les "œuvres" de l'artiste du titre. »
I Can Speak (FFCP 2017)
Kim Hyun-seok
Le Lézard noir (L'Etrange Festival 2017)
Fukasaku Kinji
« Mystère, trouble sexuel et visuel tapageur au service d'un mélodrame délicieusement excentrique. »
« Décalé sur le fond et la forme, Le Lézard noir est une superbe adaptation de Rampo. On en redemande ! »
Death Death Row Family (L'Étrange Festival 2017)
Kobayashi Yûki
« Avec les défauts et les atouts d'une production de la fin des 90s d'un Miike ou d'un Toyoda. »
« C'est assez bordélique et Kobayashi a encore du mal à se détacher de ses influences et à se créer son propre style. Mais le jeune cinéaste est à surveiller ! »
Avant que nous disparaissions (L'Étrange Festival 2017)
Kurosawa Kiyoshi
« Le maître retourne à ses visions apocalyptiques et paranoïaques entre L'Antre de la folie et Parasite. »
« Kurosawa livre ici un film faussement léger tout en mêlant les genres avec brio comme à son habitude. On a néanmoins connu plus brillant dans sa filmographie. »
« Un drôle de film qui synthétise (parfois de manière assez forcée) les courants les plus souterrains du cinéma de Kurosawa en les liant dans une intrigue de S.-F. politique foisonnante. »
A Day (L'Étrange Festival 2017)
Cho Sun-Ho
« Un blockbuster coréen : carré, efficace, bien mené. Mais ça manque d'âme et de folie tout ça. C'est un peu fade. »
« Moralisateur et lacrymal, A Day ne tient pas les promesses de son pitch et ne livre qu'un polar milieux de plus. »
The Villainess (L'Étrange Festival 2017)
Jeong Byeong-Gil
« ça passe rarement, le reste du temps, c'est vilain. »
« Techniquement impressionnant, le film souffre d'un manque cruel de scénario et d'un montage bancal. Film usant... »
« C'est n'importe quoi et paresseux narrativement mais l'originalité et l'énergie des très nombreuses scènes d'actions suffisent à capter l'attention. »
Tokyo Vampire Hotel - Version cinéma (L'Étrange Festival 2017)
Sono Sion
« Sono Sion tel un Frankenstein nous offre un film monstre avec des vampires. Galvanisant puis décevant. »
« Des idées de génie, des décors de fou mais un montage tellement foutraque qu'il devient difficile de tenir devant ces 2h20 de "non-film". »
« Plus un mash-up bordélique et mal-foutu de la série télé Amazon qu'un film, Tokyo Vampire Hotel version ciné n'en reste pas moins traversé d'une idée par scène, de tableaux saisissants et de visions marquantes. »
Meatball Machine Kodoku (L'Étrange Festival 2017)
Nishimura Yoshihiro
« Le cinéma est un territoire infini où Nishimura est l'un des rares à nous montrer sa liberté totale. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.