Tableau des Etoiles

Films Elias Campos Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Martin Debat Nicolas Lemerle Victor Lopez
Exil (Cannes 2016)
Rithy Panh
« Documentaire énigmatique avec cette cabane-monde, miroir des pensées intimes et métaphysiques de Rithy Panh. »
Après la tempête (Cannes 2016)
Kore-eda Hirokazu
« Même un "petit" Kore eda nous fait passer un agréable moment. Surtout quand il y a Kiki Kirin au casting ! »
« Plus mineur et resserré mais tout aussi beau, une fin magnifique de mélancolie. »
« Un tout petit peu en dessous de Notre petite Soeur, mais le sublime personnage de Kirin Kiki emporte tout ! »
La Tortue rouge (Cannes 2016)
Michael Dudok de Wit
« C'est joli, mignon et quelques séquences sont superbes. Mais même sur 1h20 de film, on trouve quelques longueurs. »
« C'est dans sa simplicité que le film est magnifique. »
« C'est gentillet, mais simple et souvent beau. »
The Strangers (Cannes 2016)
Na Hong-jin
« Nous l'attendions ce nouveau Na Hong-jin. Et nous n'avons pas été déçus ! Dense, esthétique, glauque, intelligent, malsain. Du vrai cinéma coréen comme on l'aime ! »
« Dans le monde des films coréens, glauques et violents, Na Hong-jin revient et pose ses corones sur la table. »
« Dense et tendu, The Strangers arrive à dépasser les deux précédents opus de Na Hong-jin, qui métaient déjà la barre très très haut ! »
Wolf and Sheep (Cannes 2016)
Shahrbanoo Sadat
« Les paysages sont jolis, les séquences agréables à regarder, les enfants mignons. Mais avec un scénario, ça aurait été mieux. »
Apprentice (Cannes 2016)
Boo Junfeng
« Une mise en scène sombre et anxiogène pour un sujet qui l'est tout autant. Pourtant, le film ne décolle jamais vraiment. »
« Un film qui manque clairement d'un enjeu fort pour tenir sur la durée. »
« Un drame tendu qui décrit de manière glaçante le système carcéral singapourien. »
Ma' Rosa (Cannes 2016)
Brillante Mendoza
« Brillante Mendoza nous livre un film cru et violent mais ne prend jamais parti pour tel ou tel camp. Un petit coup de poing en cette fin de journée de festival. »
« Une plongée suffocante et percutante dans la jungle urbaine de Manille. »
« Un polar bien tendu qui profite de la mise en scène sur la brêche de Brillante Ma Mendoza en grande forme. »
Raman Raghav 2.0 (Cannes 2016)
Anurag Kashyap
« Anurag Kashyap reste un peu le cul entre deux chaises dans ce film. On est loin du film survolté auquel on pouvait s'attendre. Reste la bande son, prenante, et l'acteur principal, très convaincant. »
« Le nouveau Kashyap est bien trop long et manque de folie. Malgré la grande performance de l'acteur principal, Nawazuddin Siddiqui. »
« Un retour en petite forme pour Kashyap, avec un film aussi décousu que cousu du fil blanc, où l'on sauve quand même une excellente performance de Nawazuddin Siddiqui. »
Train To Busan (Cannes 2016)
Yeon Sang-ho
« Efficace et très bien fait (les hordes de zombies sont impressionnantes), le film est malheureusement en deçà des réalisations de Yeon Sang-ho car trop caricatural. Coup commercial ? Changement de bord ? On ne le saura jamais vraiment... »
« Passé les virulentes premières attaques, le film se dégonfle comme un ballon de baudruche. »
« De bonnes idées, des zombies efficaces et un sous-texte passionnant, quelques peu gâchées par des personnages trop stéréotypés et des scènes clairement ratées. Dommage... »
Diamond Island (Cannes 2016)
Davy Chou
« De très beaux plans, une musique entêtante mais quelques longueurs et des acteurs pas toujours convaincants. »
« Un vrai beau film, poétique, romanesque et réaliste à la fois, qui vit et bouge en permanence. »
« Magnifique portait de la jeunesse contemporaine d'une beauté et maîtrise totale, par une jeune réalisateur qui confirme là tout le bien que l'on pensait de son premier film : Le Sommeil d'or. »
Mademoiselle (Cannes 2016)
Park Chan-wook
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Un film charnel et plastiquement superbe, mais on voit venir les rebondissements bien trop à l'avance, du coup l'ennuie pointe le bout son nez. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Harmonium (Cannes 2016)
Fukada Kôji
« Fukada vient de changer de catégorie avec ce nouveau film. Les quelques défauts qu'on pouvait trouver dans Sayonara sont ici effacés. Et on ne trouve que de la maîtrise, de la beauté et de l'émotion. »
« Fukada donne à son cinéma un goût plus amer qu'à l'accoutumée. Déconcertant aux premiers abords, son film nous réserve quand même quelques belles scènes. »
« D'une maîtrise glaçante, Harmonium place définitivement Fukada pami les grands cinéastes japonais contemporains. »
Hana & Alice mênent l'enquête (en salles le 11/05/2016)
Shunji Iwai
« Une charmante fable sur la jeune adolescence servie par une animation originale et innovatrice. »
« Hana et Alice est avant tout la naissance d'une belle amitié. »
« Charmant, délicat et attachant ! »
L'Ange blessé (en salles le 11/05/2016)
Emir Baigazin
« Emir Baigazin livre un oeuvre plus obscure que Leçons d'harmonie. Parfois difficilement compréhensible et souvent assez froid, L'ange blessé n'en est pas moins un film techniquement superbe qui dégage une force incroyable. »
« Le cinéma de Baigazin perd un peu de sa force avec ce forma choral inégal. Mais le virtuose est toujours là. »
« Moins impressionant que le magistral coup d'essai Leçon d'Harmonie, L'Ange blessé instale quand même son réalisateur Emir Bangaizin parmi les cinéastes contemporain qui comptent vraiment. »
Court (En Instance) (en salles le 11/05/2016)
Chaitanya Tamhane
« Le système judiciaire indien est digne d'un roman kafkaïen. On rigole, on s'insurge mais parfois, on s'ennuie un peu, certaines scènes étant inutiles et le rythme parfois un peu mou. »
« Un film intelligent et parfois passionant qui dresse un portrait en coupe de la société indienne dans le cadre d'un film de procès, qui évite le manichéisme en donnant sa chance d'exister à tous ses personnages. »
Red Amnesia (en salles le 04/05/2016)
Wang Xiaoshuai
« Une histoire touchante portée par les épaules du personnage principal, vieille femme retraitée. Red Amnesia analyse avec finesse l'évolution des rapports humains dans une société en perpétuelle mutation. »
« Un film que l'on espère ne pas oublier. »
Au-delà des montagnes (en video le 03/05/2016)
Jia Zhang-ke
« Malgré une beauté graphique incontestable et une première partie passionnante, le film ouvre des portes qu'il oublie de fermer, crée des univers a la crédibilité discutable et s'éloigne un peu de son sujet de base pourtant si intéressant. »
« À travers cette fresque contemporaine de la Chine, Jia Zhang-ke prouve non seulement qu'il a encore beaucoup à dire mais aussi qu'il sait le faire avec finesse et intelligence. »
« Au travers de ses personnages, Jia Zhang-ke parle de l'ouverture de la Chine et s’interroge de la dissolution de sa culture dans la mondialisation. Trois fois émouvant ! »
« Un puissant mélodrame, empli de regrets et de rêves perdus, où l'amour et l'amitié sont broyés par un système de plus en plus impitoyable. »
« Une grande oeuvre bouleversante sur l'évolution de la Chine. La mise de scène de Jia Zhang-ke est belle à pleurer. »
Nos souvenirs (en salles le 27/04/2016)
Gus Van Sant
« Un Gus Van Sant décevant, qui accumule les lieux communs, mais que sa maladresse rend presque touchant. »
« Au delà des clichés sur le Japon, un beau conte universel, dont la réflexion sur le deuil et sa description des rapports de couple arrive à émouvoir. N'écoutez pas le bad buzz ! »
Mekong Stories (en salles le 20/04/2016)
Phan Dang Di
« Plastiquement sublime, le film n'arrive cependant pas à choisir son camp entre onirisme et réalisme social, rendant parfois l'oeuvre trop hétérogène. »
« Les corps se mêlent et s'entremêlent avec brutalité et sensualité. Un mélange (d)étonnant. »
« La langueur agréable de la première heure laisse malheureusement place à une conclusion convenue. »
« De belles fulgurances plastiques noyées dans une narration flotantante qui manque de liant. »
Kenshin le Vagabond (en vidéo le 20/04/2016)
Otomo Keishi
« Une adaptation solide et soignée, malgré quelques clichés dont le manga-live a bien du mal à se défaire. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.