Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
The Truth Beneath (FFCP 2016)
Lee Kyoung-mi
« Même si tout finit par trouver son sens dans une intense conclusion, un polar qui à force de s'éparpiller dans le fond et la forme perd un peu le spectateur. Néanmoins très prometteur et sacrément intense. »
« Excellente surprise que l'on attendait pas. Film dense au scénario et à la réalisation maîtrisés. La réalisatrice Lee Kyoung-mi est à suivre de très près ! »
« Une mise en scène millimétrée pour ce puzzle policier et humain qui fait rappelle "Le Monde de Kanako" de Nakashima, le nihilisme en moins. »
« Lee kyoung-mi réalise un thriller d'une noirceur mélancolique aussi subtil qu'intense. Une bouffée d'air frais dans un genre balisé. »
« Un polar mental fascinant de bout en bout. La grande révélation du FFCP 2016 ! »
The Villainess (Cannes 2017)
Jeong Byeong-Gil
The Villainess (L'Étrange Festival 2017)
Jeong Byeong-Gil
« Techniquement impressionnant, le film souffre d'un manque cruel de scénario et d'un montage bancal. Film usant... »
« C'est n'importe quoi et paresseux narrativement mais l'originalité et l'énergie des très nombreuses scènes d'actions suffisent à capter l'attention. »
The Virgin Psychics (Black Movie 2016)
Sono Sion
« C'est Sono Sion alors ça ne peut pas être foncièrement mauvais. Mais c'est totalement inutile. Comme quoi, réaliser 5 films par an, c'est peut-être un peu trop... »
« Un Sono Sion potache et érotomane. Un bon remède contre la morosité ambiante. Délirant mais mineur. »
« Sono Sion avait tout dit sur le sujet dans le formidable Tag. Une redite vulgaire, dans laquelle le cinéaste s'embrouille entre le cahier des charges de la commande et son propos, qui devient franchement pénible à suivre après 10 minutes amusantes... »
The Virgin Psychics (PIFFF 2015)
Sono Sion
« C'est Sono Sion alors ça ne peut pas être foncièrement mauvais. Mais c'est totalement inutile. Comme quoi, réaliser 5 films par an, c'est peut-être un peu trop... »
« Un Sono Sion potache et érotomane. Un bon remède contre la morosité ambiante. Délirant mais mineur. »
« Sono Sion avait tout dit sur le sujet dans le formidable Tag. Une redite vulgaire, dans laquelle le cinéaste s'embrouille entre le cahier des charges de la commande et son propos, qui devient franchement pénible à suivre après 10 minutes amusantes... »
The White Storm (FCCF 2014)
Benny Chan
« The White Storm apporte tout ce que l'on attend d'un film d'action hongkongais : un rythme soutenu, des retournements de situation sans fin, des acteurs de qualité et surtout, de belles scènes d'action ! »
The Woman in a Septik Tank (FICA 2014)
Marlon Rivera
« Une satire assez amusante du cinéma indépendant philippin, qui reste malgré tout trop superficielle et finit par rater son sujet. »
The World of Kanako (Black Movie 2015)
Nakashima Tetsuya
« Totalement décomplexé, The World of Kanako oscille entre drame adolescent lourdingue et film trash. Philosophie de comptoir, politiquement incorrect, bande son mielleuse, tout est poussé à son paroxysme. Chef d'oeuvre ou nanard... impossible de décider ! »
The World of Kanako (L'Étrange Festival 2014)
Nakashima Tetsuya
« Totalement décomplexé, The World of Kanako oscille entre drame adolescent lourdingue et film trash. Philosophie de comptoir, politiquement incorrect, bande son mielleuse, tout est poussé à son paroxysme. Chef d'oeuvre ou nanard...impossible de décider ! »
The World Of Us (FFCP 2016)
Yoon Ga-eun
« Bonheur et surtout heurts du monde de l'enfance scrutée avec délicatesse mais aussi une cruauté exacerbée par le contexte social coréen. Grande découverte. »
« Film qui ne révolutionne pas le cinéma mais qui se montre très juste et qui voit le monde à travers les yeux des enfants, ce qui est particulièrement rare. Les jeunes actrices sont formidables. »
« L'acte de naissance d'une réalisatrice prometteuse. Un regard simple et cruel sur l'enfance, sans pathos hystérique. Brillant. »
« Un film solaire et parfois cruel sur l'enfance. Yoon Ga-eun adopte avec beaucoup de justesse et de délicatesse le point de vue de ces jeunes personnages et livre un film bouleversant. Ce n'est pas tous les jours que l'on assiste à la naissance d'un grand auteur. »
« Une plongée subtile dans le monde de l'enfance qui réalise le tour de force de laisser sans lasser sa caméra à hauteur d'enfants pendant tout un long métrage. On peut juste regretter la prévisibilité des enjeux et du déroulement. »
Three Stories Of Love (Kinotayo 2017)
Hashiguchi Ryosuke
« Une galerie de portrait touchante mais amoindrie par un rythme lâche et une certaine redondance narrative. »
« Quelques belles scènes mais la construction narrative, très mal travaillée, nuit au film. »
« Un film choral assez maladroit dans sa construction et inégal dans son traitement. On dénombre quelques scènes émouvantes et assez justes, mais c'est un peu léger pour remporter l'adhésion sur 2h30 de métrage. »
« Le film "Kinotayo" de Kinotayo 2017 ! »
Thy Womb (FICA 2014)
Brillante Mendoza
« Envoûtant voyage aquatique. Une wombe atomique ! »
Tigre et Dragon 2 (FCCF 2016)
Yuen Woo-Ping
« L'effet de surprise est passé depuis le film d'Ang Lee. Certes esthétique et superbement chorégraphié, Tigre et Dragon 2 est bien trop classique. »
« Yuen Woo-ping est toujours un chorégraphe virtuose, et l'on retrouve avec plaisir les codes d'un Wu Xia à l'ancienne, mais... que le scénario est classique ! Que les effets numériques sont laids ! Et que l'ensemble est aseptisé pour le public américain ! »
Tigre et Dragon 2 (Netflix)
Yuen Woo-Ping
« L'effet de surprise est passé depuis le film d'Ang Lee. Certes esthétique et superbement chorégraphié, Tigre et Dragon 2 est bien trop classique. »
« Yuen Woo-ping est toujours un chorégraphe virtuose, et l'on retrouve avec plaisir les codes d'un Wu Xia à l'ancienne, mais... que le scénario est classique ! Que les effets numériques sont laids ! Et que l'ensemble est aseptisé pour le public américain ! »
TIL MADNESS DO US PART (Black Movie 2015)
Wang Bing
« Impressionnante plongée en immersion totale dans un hôpital psychiatrique en Chine. Une expérience douloureuse proche de la folie. »
TITLI (Black Movie 2015)
Kanu Behl
« Une mise en scène brutale de la misère, teintée d'une once d'espoir. »
« Portrait sociétal dur et froid qui tient ses promesses tendues jusqu'à ses derniers plans. »
Toilet Blues (Deauville 2014)
Dirmarwan Hatta
« Un premier quart d'heure superbe gâché par le reste du film... »
« On tire la chasse ? »
Tokyo Tribe (L'Étrange Festival 2014)
Sono Sion
« Un West Side Story à la sauce Sono Sion : barré, hystérique, qui pète les oreilles et les yeux. Maladroit, comme toujours, mais tellement sincère ! »
Tokyo Vampire Hotel - Version cinéma (L'Étrange Festival 2017)
Sono Sion
« Des idées de génie, des décors de fou mais un montage tellement foutraque qu'il devient difficile de tenir devant ces 2h20 de "non-film". »
« Un montage de 2h40 sans queue ni tête de sa série pour Amazon. Outre une intro dingo et quelques scènes assez savoureuses, le film ne convainc guère. Espérons qu'il renverse la vapeur sous sa forme seriale. »
« Plus un mash-up bordélique et mal-foutu de la série télé Amazon qu'un film, Tokyo Vampire Hotel version ciné n'en reste pas moins traversé d'une idée par scène, de tableaux saisissants et de visions marquantes. »
Touching The Skin of Eeriness
Hamagushi Ryûsuke
« Avec des thèmes intéressants abordés mais non approfondis, Touching the Skin of Eeriness rend somnolent. »
« Pas très touchant mais d'un zen reposant. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
The Truth Beneath (FFCP 2016)
Lee Kyoung-mi
« Même si tout finit par trouver son sens dans une intense conclusion, un polar qui à force de s'éparpiller dans le fond et la forme perd un peu le spectateur. Néanmoins très prometteur et sacrément intense. »
« Excellente surprise que l'on attendait pas. Film dense au scénario et à la réalisation maîtrisés. La réalisatrice Lee Kyoung-mi est à suivre de très près ! »
« Une mise en scène millimétrée pour ce puzzle policier et humain qui fait rappelle "Le Monde de Kanako" de Nakashima, le nihilisme en moins. »
« Lee kyoung-mi réalise un thriller d'une noirceur mélancolique aussi subtil qu'intense. Une bouffée d'air frais dans un genre balisé. »
« Un polar mental fascinant de bout en bout. La grande révélation du FFCP 2016 ! »
The Villainess (Cannes 2017)
Jeong Byeong-Gil
The Villainess (L'Étrange Festival 2017)
Jeong Byeong-Gil
« Techniquement impressionnant, le film souffre d'un manque cruel de scénario et d'un montage bancal. Film usant... »
« C'est n'importe quoi et paresseux narrativement mais l'originalité et l'énergie des très nombreuses scènes d'actions suffisent à capter l'attention. »
The Virgin Psychics (Black Movie 2016)
Sono Sion
« C'est Sono Sion alors ça ne peut pas être foncièrement mauvais. Mais c'est totalement inutile. Comme quoi, réaliser 5 films par an, c'est peut-être un peu trop... »
« Un Sono Sion potache et érotomane. Un bon remède contre la morosité ambiante. Délirant mais mineur. »
« Sono Sion avait tout dit sur le sujet dans le formidable Tag. Une redite vulgaire, dans laquelle le cinéaste s'embrouille entre le cahier des charges de la commande et son propos, qui devient franchement pénible à suivre après 10 minutes amusantes... »
The Virgin Psychics (PIFFF 2015)
Sono Sion
« C'est Sono Sion alors ça ne peut pas être foncièrement mauvais. Mais c'est totalement inutile. Comme quoi, réaliser 5 films par an, c'est peut-être un peu trop... »
« Un Sono Sion potache et érotomane. Un bon remède contre la morosité ambiante. Délirant mais mineur. »
« Sono Sion avait tout dit sur le sujet dans le formidable Tag. Une redite vulgaire, dans laquelle le cinéaste s'embrouille entre le cahier des charges de la commande et son propos, qui devient franchement pénible à suivre après 10 minutes amusantes... »
The White Storm (FCCF 2014)
Benny Chan
« The White Storm apporte tout ce que l'on attend d'un film d'action hongkongais : un rythme soutenu, des retournements de situation sans fin, des acteurs de qualité et surtout, de belles scènes d'action ! »
The Woman in a Septik Tank (FICA 2014)
Marlon Rivera
« Une satire assez amusante du cinéma indépendant philippin, qui reste malgré tout trop superficielle et finit par rater son sujet. »
The World of Kanako (Black Movie 2015)
Nakashima Tetsuya
« Totalement décomplexé, The World of Kanako oscille entre drame adolescent lourdingue et film trash. Philosophie de comptoir, politiquement incorrect, bande son mielleuse, tout est poussé à son paroxysme. Chef d'oeuvre ou nanard... impossible de décider ! »
The World of Kanako (L'Étrange Festival 2014)
Nakashima Tetsuya
« Totalement décomplexé, The World of Kanako oscille entre drame adolescent lourdingue et film trash. Philosophie de comptoir, politiquement incorrect, bande son mielleuse, tout est poussé à son paroxysme. Chef d'oeuvre ou nanard...impossible de décider ! »
The World Of Us (FFCP 2016)
Yoon Ga-eun
« Bonheur et surtout heurts du monde de l'enfance scrutée avec délicatesse mais aussi une cruauté exacerbée par le contexte social coréen. Grande découverte. »
« Film qui ne révolutionne pas le cinéma mais qui se montre très juste et qui voit le monde à travers les yeux des enfants, ce qui est particulièrement rare. Les jeunes actrices sont formidables. »
« L'acte de naissance d'une réalisatrice prometteuse. Un regard simple et cruel sur l'enfance, sans pathos hystérique. Brillant. »
« Un film solaire et parfois cruel sur l'enfance. Yoon Ga-eun adopte avec beaucoup de justesse et de délicatesse le point de vue de ces jeunes personnages et livre un film bouleversant. Ce n'est pas tous les jours que l'on assiste à la naissance d'un grand auteur. »
« Une plongée subtile dans le monde de l'enfance qui réalise le tour de force de laisser sans lasser sa caméra à hauteur d'enfants pendant tout un long métrage. On peut juste regretter la prévisibilité des enjeux et du déroulement. »
Three Stories Of Love (Kinotayo 2017)
Hashiguchi Ryosuke
« Une galerie de portrait touchante mais amoindrie par un rythme lâche et une certaine redondance narrative. »
« Quelques belles scènes mais la construction narrative, très mal travaillée, nuit au film. »
« Un film choral assez maladroit dans sa construction et inégal dans son traitement. On dénombre quelques scènes émouvantes et assez justes, mais c'est un peu léger pour remporter l'adhésion sur 2h30 de métrage. »
« Le film "Kinotayo" de Kinotayo 2017 ! »
Thy Womb (FICA 2014)
Brillante Mendoza
« Envoûtant voyage aquatique. Une wombe atomique ! »
Tigre et Dragon 2 (FCCF 2016)
Yuen Woo-Ping
« L'effet de surprise est passé depuis le film d'Ang Lee. Certes esthétique et superbement chorégraphié, Tigre et Dragon 2 est bien trop classique. »
« Yuen Woo-ping est toujours un chorégraphe virtuose, et l'on retrouve avec plaisir les codes d'un Wu Xia à l'ancienne, mais... que le scénario est classique ! Que les effets numériques sont laids ! Et que l'ensemble est aseptisé pour le public américain ! »
Tigre et Dragon 2 (Netflix)
Yuen Woo-Ping
« L'effet de surprise est passé depuis le film d'Ang Lee. Certes esthétique et superbement chorégraphié, Tigre et Dragon 2 est bien trop classique. »
« Yuen Woo-ping est toujours un chorégraphe virtuose, et l'on retrouve avec plaisir les codes d'un Wu Xia à l'ancienne, mais... que le scénario est classique ! Que les effets numériques sont laids ! Et que l'ensemble est aseptisé pour le public américain ! »
TIL MADNESS DO US PART (Black Movie 2015)
Wang Bing
« Impressionnante plongée en immersion totale dans un hôpital psychiatrique en Chine. Une expérience douloureuse proche de la folie. »
TITLI (Black Movie 2015)
Kanu Behl
« Une mise en scène brutale de la misère, teintée d'une once d'espoir. »
« Portrait sociétal dur et froid qui tient ses promesses tendues jusqu'à ses derniers plans. »
Toilet Blues (Deauville 2014)
Dirmarwan Hatta
« Un premier quart d'heure superbe gâché par le reste du film... »
« On tire la chasse ? »
Tokyo Tribe (L'Étrange Festival 2014)
Sono Sion
« Un West Side Story à la sauce Sono Sion : barré, hystérique, qui pète les oreilles et les yeux. Maladroit, comme toujours, mais tellement sincère ! »
Tokyo Vampire Hotel - Version cinéma (L'Étrange Festival 2017)
Sono Sion
« Des idées de génie, des décors de fou mais un montage tellement foutraque qu'il devient difficile de tenir devant ces 2h20 de "non-film". »
« Un montage de 2h40 sans queue ni tête de sa série pour Amazon. Outre une intro dingo et quelques scènes assez savoureuses, le film ne convainc guère. Espérons qu'il renverse la vapeur sous sa forme seriale. »
« Plus un mash-up bordélique et mal-foutu de la série télé Amazon qu'un film, Tokyo Vampire Hotel version ciné n'en reste pas moins traversé d'une idée par scène, de tableaux saisissants et de visions marquantes. »
Touching The Skin of Eeriness
Hamagushi Ryûsuke
« Avec des thèmes intéressants abordés mais non approfondis, Touching the Skin of Eeriness rend somnolent. »
« Pas très touchant mais d'un zen reposant. »

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.

Tableau des Etoiles

Films Captain Jim (Cinématraque) Claire Lalaut Justin Kwedi Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Richard Guerry Romain Leclercq Maxime Bauer Victor Lopez
The Truth Beneath (FFCP 2016)
Lee Kyoung-mi
« Même si tout finit par trouver son sens dans une intense conclusion, un polar qui à force de s'éparpiller dans le fond et la forme perd un peu le spectateur. Néanmoins très prometteur et sacrément intense. »
« Excellente surprise que l'on attendait pas. Film dense au scénario et à la réalisation maîtrisés. La réalisatrice Lee Kyoung-mi est à suivre de très près ! »
« Une mise en scène millimétrée pour ce puzzle policier et humain qui fait rappelle "Le Monde de Kanako" de Nakashima, le nihilisme en moins. »
« Lee kyoung-mi réalise un thriller d'une noirceur mélancolique aussi subtil qu'intense. Une bouffée d'air frais dans un genre balisé. »
« Un polar mental fascinant de bout en bout. La grande révélation du FFCP 2016 ! »
The Villainess (Cannes 2017)
Jeong Byeong-Gil
The Villainess (L'Étrange Festival 2017)
Jeong Byeong-Gil
« Techniquement impressionnant, le film souffre d'un manque cruel de scénario et d'un montage bancal. Film usant... »
« C'est n'importe quoi et paresseux narrativement mais l'originalité et l'énergie des très nombreuses scènes d'actions suffisent à capter l'attention. »
The Virgin Psychics (Black Movie 2016)
Sono Sion
« C'est Sono Sion alors ça ne peut pas être foncièrement mauvais. Mais c'est totalement inutile. Comme quoi, réaliser 5 films par an, c'est peut-être un peu trop... »
« Un Sono Sion potache et érotomane. Un bon remède contre la morosité ambiante. Délirant mais mineur. »
« Sono Sion avait tout dit sur le sujet dans le formidable Tag. Une redite vulgaire, dans laquelle le cinéaste s'embrouille entre le cahier des charges de la commande et son propos, qui devient franchement pénible à suivre après 10 minutes amusantes... »
The Virgin Psychics (PIFFF 2015)
Sono Sion
« C'est Sono Sion alors ça ne peut pas être foncièrement mauvais. Mais c'est totalement inutile. Comme quoi, réaliser 5 films par an, c'est peut-être un peu trop... »
« Un Sono Sion potache et érotomane. Un bon remède contre la morosité ambiante. Délirant mais mineur. »
« Sono Sion avait tout dit sur le sujet dans le formidable Tag. Une redite vulgaire, dans laquelle le cinéaste s'embrouille entre le cahier des charges de la commande et son propos, qui devient franchement pénible à suivre après 10 minutes amusantes... »
The White Storm (FCCF 2014)
Benny Chan
« The White Storm apporte tout ce que l'on attend d'un film d'action hongkongais : un rythme soutenu, des retournements de situation sans fin, des acteurs de qualité et surtout, de belles scènes d'action ! »
The Woman in a Septik Tank (FICA 2014)
Marlon Rivera
« Une satire assez amusante du cinéma indépendant philippin, qui reste malgré tout trop superficielle et finit par rater son sujet. »
The World of Kanako (Black Movie 2015)
Nakashima Tetsuya
« Totalement décomplexé, The World of Kanako oscille entre drame adolescent lourdingue et film trash. Philosophie de comptoir, politiquement incorrect, bande son mielleuse, tout est poussé à son paroxysme. Chef d'oeuvre ou nanard... impossible de décider ! »
The World of Kanako (L'Étrange Festival 2014)
Nakashima Tetsuya
« Totalement décomplexé, The World of Kanako oscille entre drame adolescent lourdingue et film trash. Philosophie de comptoir, politiquement incorrect, bande son mielleuse, tout est poussé à son paroxysme. Chef d'oeuvre ou nanard...impossible de décider ! »
The World Of Us (FFCP 2016)
Yoon Ga-eun
« Bonheur et surtout heurts du monde de l'enfance scrutée avec délicatesse mais aussi une cruauté exacerbée par le contexte social coréen. Grande découverte. »
« Film qui ne révolutionne pas le cinéma mais qui se montre très juste et qui voit le monde à travers les yeux des enfants, ce qui est particulièrement rare. Les jeunes actrices sont formidables. »
« L'acte de naissance d'une réalisatrice prometteuse. Un regard simple et cruel sur l'enfance, sans pathos hystérique. Brillant. »
« Un film solaire et parfois cruel sur l'enfance. Yoon Ga-eun adopte avec beaucoup de justesse et de délicatesse le point de vue de ces jeunes personnages et livre un film bouleversant. Ce n'est pas tous les jours que l'on assiste à la naissance d'un grand auteur. »
« Une plongée subtile dans le monde de l'enfance qui réalise le tour de force de laisser sans lasser sa caméra à hauteur d'enfants pendant tout un long métrage. On peut juste regretter la prévisibilité des enjeux et du déroulement. »
Three Stories Of Love (Kinotayo 2017)
Hashiguchi Ryosuke
« Une galerie de portrait touchante mais amoindrie par un rythme lâche et une certaine redondance narrative. »
« Quelques belles scènes mais la construction narrative, très mal travaillée, nuit au film. »
« Un film choral assez maladroit dans sa construction et inégal dans son traitement. On dénombre quelques scènes émouvantes et assez justes, mais c'est un peu léger pour remporter l'adhésion sur 2h30 de métrage. »
« Le film "Kinotayo" de Kinotayo 2017 ! »
Thy Womb (FICA 2014)
Brillante Mendoza
« Envoûtant voyage aquatique. Une wombe atomique ! »
Tigre et Dragon 2 (FCCF 2016)
Yuen Woo-Ping
« L'effet de surprise est passé depuis le film d'Ang Lee. Certes esthétique et superbement chorégraphié, Tigre et Dragon 2 est bien trop classique. »
« Yuen Woo-ping est toujours un chorégraphe virtuose, et l'on retrouve avec plaisir les codes d'un Wu Xia à l'ancienne, mais... que le scénario est classique ! Que les effets numériques sont laids ! Et que l'ensemble est aseptisé pour le public américain ! »
Tigre et Dragon 2 (Netflix)
Yuen Woo-Ping
« L'effet de surprise est passé depuis le film d'Ang Lee. Certes esthétique et superbement chorégraphié, Tigre et Dragon 2 est bien trop classique. »
« Yuen Woo-ping est toujours un chorégraphe virtuose, et l'on retrouve avec plaisir les codes d'un Wu Xia à l'ancienne, mais... que le scénario est classique ! Que les effets numériques sont laids ! Et que l'ensemble est aseptisé pour le public américain ! »
TIL MADNESS DO US PART (Black Movie 2015)
Wang Bing
« Impressionnante plongée en immersion totale dans un hôpital psychiatrique en Chine. Une expérience douloureuse proche de la folie. »
TITLI (Black Movie 2015)
Kanu Behl
« Une mise en scène brutale de la misère, teintée d'une once d'espoir. »
« Portrait sociétal dur et froid qui tient ses promesses tendues jusqu'à ses derniers plans. »
Toilet Blues (Deauville 2014)
Dirmarwan Hatta
« Un premier quart d'heure superbe gâché par le reste du film... »
« On tire la chasse ? »
Tokyo Tribe (L'Étrange Festival 2014)
Sono Sion
« Un West Side Story à la sauce Sono Sion : barré, hystérique, qui pète les oreilles et les yeux. Maladroit, comme toujours, mais tellement sincère ! »
Tokyo Vampire Hotel - Version cinéma (L'Étrange Festival 2017)
Sono Sion
« Des idées de génie, des décors de fou mais un montage tellement foutraque qu'il devient difficile de tenir devant ces 2h20 de "non-film". »
« Un montage de 2h40 sans queue ni tête de sa série pour Amazon. Outre une intro dingo et quelques scènes assez savoureuses, le film ne convainc guère. Espérons qu'il renverse la vapeur sous sa forme seriale. »
« Plus un mash-up bordélique et mal-foutu de la série télé Amazon qu'un film, Tokyo Vampire Hotel version ciné n'en reste pas moins traversé d'une idée par scène, de tableaux saisissants et de visions marquantes. »
Touching The Skin of Eeriness
Hamagushi Ryûsuke
« Avec des thèmes intéressants abordés mais non approfondis, Touching the Skin of Eeriness rend somnolent. »
« Pas très touchant mais d'un zen reposant. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.