Tableau des Etoiles

Films Gael Martin Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Olivier Rossignot (Culturopoing) Romain Leclercq Victor Lopez
Bangkok Nites (en salles le 15/11/2017)
Tomita Katsuya
« D'une poésie vagabonde entre la mélancolie du quotidien et la beauté d'un rêve. »
« Un beau voyage à la profonde contemporanéité. »
Shin Godzilla (PIFFF 2017)
ANNO HIDEAKI & HIGUCHI SHINJI
« Un Godzilla ultra-contemporain rendant hommage à la saga. Drôle, caustique, impressionnant visuellement... Mais que font les distributeurs français ?! »
« Le grand film japonais post-Fukushima. »
Jojo Bizarre Adventure Diamond Is Unbreakable Chapitre 1 (PIFFF 2017)
Miike Takashi
« C'est correct. »
« C'est pas jojo... »
Blade of the Immortal (PIFFF 2017)
Mikke Takashi
« Assez soigné et loin de ses catastrophes précédentes. Des fulgurances. C'est tout de même beaucoup trop long, et très mal rythmé, voire pénible. »
« Le meilleur Miike depuis 13 Assassins. En un mot : mortel ! »
Matsumoto Tribe (Kinotayo)
Ninomiya Ken
Raise Your Arms and Twist! Documentary of NMB48 (Kinotayo)
Funahashi Atsushi
Alley Cat (Kinotayo)
Sakaki Hideo
« Sympa de découvrir en 2017 du V-Cinéma dans la droite ligne de l'âge d'or des années 90 ! »
The Long Excuse
Nishikawa Miwa
« La réalisatrice est trop fortement influencée par Kore-eda pour réussir à trouver son style. Mais si on enlève ce point, le reste est top : on est ému par cette histoire de pères désœuvrés et par les bouilles de ces enfants qui essayent tant bien que mal de continuer à vivre. »
« L'un des meilleurs Kore-eda est signée par une jeune réalisatrice ! »
Close-Knit (Kinotayo)
Ogigami Naoko
« L'intérêt du film tient davantage au sujet traité qu'à la réalisation. Mais les acteurs très touchants. Mignon. »
« Un film gentillet et assez inoffensif sur la transsexualité, qui a plus le mérite de poser un regard sociologique progressiste sur l'évolution de la famille au Japon qu'un véritable regard cinématographique. »
Rage (Kinotayo)
Lee Sang-il
« Pauvre Japon et triste petite sœur. »
« Un thriller qui cache en réalité une fine analyse de la société japonaise. La tension monte jusqu'à l'explosion d'une rage sans contrôle. Les Japonais feront-ils de même un jour ? Le temps nous le dira. »
« Portrait en coupe du Japon qui a la rage (souvent à juste titre). D'une audace et d'une force impressionnante, surtout pour une production Toho à gros budget pleine de stars ! »
The Tokyo Night Sky Is Always the Densest Shade of Blue (Kinotayo)
Ishii Yûya
« La poésie c'est bien. La poésie à Tokyo c'est mieux ! »
« La ville de Tokyo est superbement filmée même si la mise en scène devient de moins en moins intéressante au fil du temps. Mais la réalisation ne parvient pas à faire oublier deux personnages quasi-insupportables dissertant sur la vie, la mort et enfonçant des portes ouvertes. »
« De sublimes idées de mise en scène, qui s’essoufflent un peu sur la durée. »
Side Job (Kinotayo)
Hiroki Ryuichi
« On s'ennuie et parfois, même, on dort. C'est dommage, le matériau de base pouvait donner quelque chose de vraiment bien. »
« Quelques pistes inintéressantes, mais qui se perdent un peu dans la choralité du film. »
Japanese Girls Never Die (Kinotayo)
Matsui Daigo
« Belle réflexion en kaléidoscope pop et inventif sur la place de la femme dans le Japon moderne. »
« De belles idées de montage au service d'un discours féministe réjouissant qui emportent malgré quelques longueurs. »
Perfect Revolution (Kinotayo)
Matsumoto Jumpei
« Le film est maladroit et passe même parfois à côté de son sujet mais l'intention est là et rend l'ensemble touchant. Mention spéciale à Lily Franky qui sauve le film d'une mini-catastrophe. »
« Beaucoup de maladresses dans ce (presque) premier film touchant et sincère, porté par un très grand Lily Franky. »
Oh Lucy ! (Kinotayo)
Hirayanagi Atsuko
« Du rock 'n' roll et pas beaucoup d'amour. Lucy n'a pas passé l'âge des enfantillages. »
« Sympathique variation japonaise du feel-good movie type Sundance. »
Trace Of Breath (Kinotayo)
Komori Haruka
« Un personnage attachant et truculent au propos positif mais qui ne suffit pas à combler le manque de cinégénie et la répétitivité de l'ensemble. »
« Un beau personnage, qui peine à tenir tout un documentaire. Et si peu de cinéma dans un film ne risque pas de laisser beaucoup de traces... »
Merry Christmas Mr. Mo (FFCP 2017)
Lim Dae Hyung
« Une oeuvre intimiste, originale et pleine de charme feutré gentiment burlesque. »
« Film mignon, drôle et assez touchant doté d'une mise en scène réussie (beau noir et blanc) mais qui aurait mérité d'être plus dynamique. »
The Mimic (FFCP 2017)
Huh Jung
« Malgré 2 ou 3 effets sympathiques, The Mimic prouve une fois de plus que l'horreur et le cinéma coréen... c'est pas gagné ! »
The Fortress (FFCP 2017)
Hwang Dong-hyeok
« Cours d'histoire écrasant et didactique, néanmoins assez beau. »
« Un casting de qualité, une belle réalisation, des scènes d'action réussies. Oui mais... 2h20 de dialogues imbitables. En gros, on s'ennuie beaucoup. »
La Caméra de Claire (FFCP 2017)
Hong Sang-soo
« Un objet eustachien qui explore la narration épurée en se reposant sur une variation de l'espace. »
« Parenthèse lumineuse chez Hong Sang-soo. Durée parfaite. Plus d'une heure, un film de Hong Sang-soo est rapidement indigeste. »
« Un film qui donne vraiment la sensation d'être à Cannes... »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.