Tableau des Etoiles

Films Justin Kwedi Kephren Montoute Lila Gleizes Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Martin Debat Nicolas Lemerle Victor Lopez
Les Trois sœurs du Yunnan
Wang Bing
« Wang Bing place la dignité humaine au centre de son sujet, et accompagne avec pudeur sa magnifique héroïne de cinéma sur les monts de la Province du Yunnan, battus par les vents. »
« Beauté du regard documentaire de Wang Bing. Au minimum une étoile par soeur ! »
Le Congrès (en vidéo le 08/08/2014)
Ari Folman
« Une réflexion sur le cinéma et le progrès technique qui perd de sa puissance lors du passage du film en animé. »
« Un film hybride d'une ambition folle. Dommage que la partie animée soit techniquement au niveau d'un produit Cartoon Network. »
Ilo Ilo (en vidéo le 01/04/2014)
Anthony Chen
« Une histoire touchante mais trop lisse, et un peu vaine. »
« S’il n’évite pas certaines longueurs, Anthony Chen signe un premier film maîtrisé et juste, à la fois dur et plein de tendresse, à l’image de sa magnifique et déchirante dernière scène. »
« Un manque certain d'aspérité. »
SNOWPIERCER, Le transperceneige (en DVD le 01/04/2014)
Bong Jong-ho
« Quelques scènes brillantes mais le rendu est bien trop américanisé. »
« Une claque visuelle à tomber par terre, dont le propos dépasse rapidement la vulgaire lutte des classes promise par la bande annonce pour aller vers quelque chose de beaucoup plus fort, profond, remuant et quasi-abstrait, redéfinissant et questionnant les fondements de l’humanité. »
« Une adaptation libre, fruit d’un long travail d’appropriation et de recréation d'une œuvre phare de la bande-dessinée par BJH. Parfois inégal, souvent passionnant. »
Mekong Hôtel (en DVD le 04/02/2014)
Apichatpong Weerasethakul
« Je suis restée hermétique à ce film quasi-expérimental. »
« Un aparté apaisant mais très mineur sur les rives du célèbre fleuve thaïlandais. »
« Une oeuvre mineure d'un cinéaste majeur, qui aurait mérité une édition DVD accompagnant un peu plus son spectateur dans les mystéres de l'univers du film. »
Leçons d'harmonie (en salles le 26/03/2014)
Emir Baigazin
« Une claque. Le Kazakhstan est définitivement un pays à suivre. »
« "Le Kazakhstan c'est pas rose, le Kazakhstan c'est morose." Un premier film qui joue sur la récurrence des éléments-clés et des motifs avec une précision diabolique. Violent et cruel, Leçons d'harmonie ne vous laissera pas indemne. »
« Une leçon de cinéma administrée par un tout jeune réalisateur kazakh ! »
47 Ronins (en salles le 02/04/2014)
Carl Erik Rinsch
« Un bon divertissement sur fond de faits historiques et légendes fantastiques. »
« Un divertissement limité mais sincère dans sa représentation des grandes légendes du genre. »
« De bonnes intentions ne suffisent pas à faire un bon film... »
Patema et le monde inversé (en salles le 12/03/2014)
Yoshiura Yasuhiro
« Métaphore écolo, message de tolérance et envolées poétiques au programme de ce film d'animation qui nous retourne la tête dans tous les sens à tel point qu'il est difficile de trouver une cohérence solide à cet univers. »
« Une belle gestion de l'espace qui renverse les repères haut/bas de manière assez renversante, malheureusement servie dans un contexte vu et revu et par une animation limitée. »
L'Etudiant (en salles le 05/03/201)
Darezhan Omirbaev
« La critique de l'ultra-capitalisme est bien trop appuyée, l'écriture manque de finesse et tombe souvent dans la facilité. »
« Une déception en terme d'adaptation de Dostoïevky, qui reste tout de même impressionnante d'un point de vue purement cinématographique. »
Suneung (en salles le 09/04/2014)
Shin Su-won
« Un tableau du système éducatif coréen effrayant mais très maladroit. »
« Une plongée violente et âpre au cœur des secrets d'un lycée formant les élites de la société coréenne. Inégal mais intrigant. »
« Terrifiant et brillant portrait du système éducatif coréen réalisé par une ex-enseignante, Suneung dépasse le simple film à charge par ses envolées cosmiques et son regard de travers vers le film de genre. »
Les Chiens errants (en salles le 25/03/2014)
Tsai Ming Liang
« Une expérience visuelle et sensorielle unique. »
« Un portrait familial désespéré et bouleversant, où les liens entre les personnages se forment à travers les décors, l'espace, les lignes de fuite et la profondeur de champ, où la puissance picturale des plans naît de l'étirement du temps. »
« Une virtuosité impressionnante, qui nourrit une fresque temporelle impressionnante, à la croisée des arts video et du cinéma. »
Real (en salles le 26/03/2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Trop long et quelques effets visuels ratés. Mais Real reste un joli film poétique et une belle métaphore sur l'amour et le passé qui nous hante toujours. »
« Malgré un pitch génial, des idées fortes et une dernière partie magnifique, ça manque de rythme, d'émotion, d'alchimie entre les deux acteurs principaux. Une petite déception. »
« Kurosawa est définitivement l'un des plus grands cinéastes japonais d'aujourd'hui. »
Ruin (Deauville 2014)
Michael Cody, Amiel Courtin-wilson
« Esthétiquement intéressant, cette dérive meurtrière et amoureuse peine à convaincre sur la durée. La bande sonore est efficace. »
« Le calvaire du festival. »
Our Sunhi (Deauville 2014)
Hong Sang-soo
« Trop de répétition tue la répétition. »
« Sommet de Hong Sang-soo dans ses habituelles variations et répétitions et de beuveries. Le brunch rohmérien du dimanche pour le Festival de Deauville. »
« Un jeu de répétitions aux dialogues absolument délicieux. Excellent cru. »
« Excellent HHH, comme d'habitude. »
Trapped (Deauville 2014)
Parviz Shahbazi
« On lorgne du côté d'Asghar Farhadi. Une belle énergie mais un certain manque de personnalité. »
« Une narration très tenue pour un film très maîtrisée. »
The Fake (Deauville 2014)
Yeon Sangho
« Violent, cru, brutal. 100% coréen ! »
« Un film d'animation nihiliste et violent sur les dégâts causés par l'endoctrinement religieux. »
« Le roi du cinéma d'animation. »
Han Gong-ju (Deauville 2014)
Lee Su-jin
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Lycéenne brisée, pauvre estime de soi-même et viol collectif : il s'agit bien d'un film sud-coréen ! »
« Toujours les mêmes thèmes, toujours les mêmes défauts, toujours la même structure narrative, mais une sensibilité et une sincérité qui font mouche. »
Monsterz (Deauville 2014)
Nakata Hideo
« Incroyable promesse de Nakata Hideo avec ce remake : faire moins bien que le film original (Haunters), pourtant déjà faiblard. C'est poussif et, surtout, sans intérêt. »
« Nakata reprend le thème du Némésis façon Shyamalan, avec beaucoup moins de talent. »
« Une commande peu inspirée signée Nakata, dont les qualités de mises en scène fondent dans un projet insipide au scénario incohérent. Triste... »
Steel Cold Winter (Deauville 2014)
Choi Jin-seong
« Scénario vu et revu. Ni bon, ni mauvais. Très dispensable. »
« Malgré ses maladresses et son manque d'originalité, ce conte romantico-macabre nous emporte grâce à son formidable couple d'acteurs, mais aussi grâce au sens de l'image de son réalisateur. »
« Une belle histoire d'amour contrarié par un virage vers l'horreur macabre mal négocié. »
Toilet Blues (Deauville 2014)
Dirmarwan Hatta
« Un premier quart d'heure superbe gâché par le reste du film... »
« Les promesses sensuelles de la première séquence laissent peu à peu place à un trip philosophique vain, chiant et techniquement à la ramasse. »
« On tire la chasse ? »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.