Tableau des Etoiles

Films Elias Campos Jeremy Coifman Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Nicolas Lemerle Victor Lopez
Adieu au langage (Cannes 2014)
Jean-Luc Godard
« On peut continuer à vénérer Godard pour l'empreinte qu'il a laissée sur le cinéma, mais évitons de le porter aux nues quand il y laisse une trace de pneu. On sauvera quand même quelques plans bien composés où la 3D fait son effet. »
« Limpide, facétieux et d'une constante inventivité. Godard est toujours aussi moderne. »
Maps to the Stars (Cannes 2014)
David Cronenberg
« Hollywood pris dans les flammes de sa folie autodestructrice. De ce sujet en or, Cronenberg tire une comédie acerbe, à la mise en scène soignée mais bien trop sage pour se hisser au niveau d'un Lynch ou d'un Buñuel, inspirations évidentes de son nouveau film. »
« Un Cronenberg mineur porté par une excellente première partie que l'on croirait écrite par Brett Easton Ellis, mais qui se perd un peu dans son dernier tiers. »
Deux jours, une nuit (Cannes 2014)
Luc et Jean-Pierre Dardenne
« Les frères Dardenne ne changent pas de processus, mais on peut être touché par le parcours poignant de l'héroïne interprétée par une Marion Cotillard bluffante. »
« Certainement le plus mauvais des Dardenne. »
Coming Home (Cannes 2014)
Zhang Yimou
« Mignon, mais d'un académisme souvent plombant. »
Foxcatcher (Cannes 2014)
Bennett Miller
« Steve Carell jamais drôle dans son imitation de M. Burns. »
Still the Water (Cannes 2014)
Kawase Naomi
« Still the Water est une page de vie. Par moment calme, paisible, lent, le film est entrecoupé de moments violents, puissants et d'une intensité émotionnelle inouïe. »
« Le style documentaire de Kawase se mélange habilement aux thèmes miyazakiens. Le dernier tiers est moins convaincant malgré un beau final. »
Young Style (FCCF 2014)
Liu Jie
« Young Style prend le contrepied des films coréens et traite du sujet, sérieux et souvent démoralisant, de l'examen d'entrée à l'université de manière légère et comique. Un peu plus de finesse aurait été la bienvenue. »
« Le spleen d'un étudiant chinois en mal d'amour, au cœur d'un film en milieu lycéen tournant autour de l'obtention du précieux "gaokao". S'il n'évite pas les clichés, Liu Jie dévoile une empathie émouvante pour ses personnages. »
Vivre et mourir à Ordos (FCCF 2014)
Ning Ying
« Une belle peinture des paradoxes de la Mongolie intérieure. Mais le film ne parvient à transmettre une émotion qu'au travers d'artifices lourdingues. »
« A travers le portrait d'un policier intègre, le réalisateur dépeint avec un sens de l'image remarquable les conflits sociaux entre les habitants de la ville d'Ordos, située en Mongolie Intérieure. Cependant, on n'évite pas certaines longueurs. »
My Running Shadow (FCCF 2014)
Fang Gangliang
« Le combat poignant d'une mère pour faire accepter son fils atteint du syndrome d'Asperger. Si le sujet touche, notamment grâce à la prestation des acteurs, les partis pris esthétiques laissent à désirer. »
Winter Sleep (Cannes 2014)
Nuri Bilge Ceylan
« La précision de l'écriture, du rythme, du jeu d'acteurs, de la mise en scène est assez incroyable. On peut assister à une séquence de discussion de vingt minutes entre deux personnages sur un seul sujet (qui en cache d'autres) et ça reste passionnant de bout en bout. Très belle Palme d'or. »
« Une fresque romanesque d'une force impressionnante. »
La chambre bleue (Cannes 2014)
Mathieu Amalric
« Un exercice de style en 4/3 où Amalric joue habilement avec les temporalités. »
Saint-Laurent (Cannes 2014)
Bertrand Bonnello
« Ponctué de fulgurances, la version de Bonello s'éloigne des codes du biopic traditionnel, au risque parfois de perdre le spectateur. La deuxième moitié, très ennuyeuse, est rattrapée par les cinq dernières minutes sublimes et une utilisation géniale du split screen. »
It Follows (Cannes 2014)
David Robert Mitchell
« Le meilleur film d'horreur depuis The Descent. »
Jauja (Cannes 2014)
Lisandro Alonso
American Dreams in China (FCCF 2014)
Peter Chan
« Une mise en scène intéressante de l'ouverture de la Chine au monde occidental »
« Un "Social Network" chinois, qui repose sur une belle histoire d'amitié. »
Einstein et Einstein (FCCF 2014)
Cao Baoping
« Il n'y a pas un seul membre de cette odieuse famille que l'on n'ait pas envie de frapper au cours de la séance. A trop vouloir nous mettre mal à l'aise, le réalisateur se perd dans son propos, en plus de nous livrer un dernier plan abject. »
Fly With The Crane (FCCF 2014)
Lui Ruijun
« Une fable sociale contemplative à l'intrigue minimaliste, qui ennuie un petit peu malgré quelques belles envolées poétiques. »
The White Storm (FCCF 2014)
Benny Chan
« The White Storm apporte tout ce que l'on attend d'un film d'action hongkongais : un rythme soutenu, des retournements de situation sans fin, des acteurs de qualité et surtout, de belles scènes d'action ! »
« Benny Chan signe un thriller efficace porté par un solide trio d'acteurs. A noter une fusillade finale qui rappelle les plus belles heures du cinéma hongkongais. »
Beijing Love Story (FCCF 2014)
Chen Sicheng
« Anthologie de l'amour sous forme de film choral, suivant les pérégrinations de différents couples plus ou moins liés subtilement. Inégal et artificiel. »
Le Roi Singe (FFCF 2014)
Cheang Pou Soi
« Une bouillie numérique qui fait saigner nos yeux pendant près de deux heures, tout en nous faisant subir l'un des personnages les plus insupportables de l'histoire du cinéma. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.