Tableau des Etoiles

Films Elias Campos Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Martin Debat Nicolas Lemerle Victor Lopez
Drug War (en vidéo le 18/06/2014)
Johnny To
« Après 45 premières minutes de bonne facture, le film abuse de retournements de situation futiles. »
« Une production Milkyway de bonne facture, que l'on s'étonne de voir signé du maître himself. »
Une Vie simple (en vidéo le 17/06/2014)
Ugly (en salles le 28/05/2014)
Anurag Kashyap
« Un thriller indien si dynamique et vivant qu'on en oublie ses quelques défauts. »
« Polar indien qui part un peu dans tous les sens et se repose sur des personnages auxquels il est impossible de s'identifier. »
« Beautiful ! »
Godzilla (en salles le 14/05/2014)
Gareth Edwards
« Un Godzilla impressionnant mais le plaisir st egâché par un scénario plus que faiblard. »
« Entre l'hommage à Spielberg (on pense forcément à La Guerre des Mondes, Jaws ou Jurassic Park) et la volonté de redonner ses lettres de noblesse à une figure célèbre du cinéma japonais, Gareth Edwards filme une humanité qui essaye désespérément de s'adapter à des évènements qui la renvoient à toutes ses peurs naturelles, liées aux grandes catastrophes de ces dernières années. Le crescendo est maitrisé à la perfection, jusqu'à ces trente dernières minutes apocalyptiques où tout est orchestré pour l'immersion totale du spectateur. »
« À la fois prétentieux et totalement incohérent dans sa gestion de l'espace et des personnages, Godzilla nous fait une fois de plus vivement regretter la migration du monstre du Japon à Hollywood. »
L’Île de Giovanni (en salles le 28/05/2014)
Nishikubo Mizuho
« Un film émouvant mais moins subtil que Le tombeau des lucioles. »
« Si certains procédés artistiques et certains effets visuels s'avèrent un peu lourds, Mizuho Nishikubo, à la manière de Takahata, bouleverse en jouant sur les métaphores pour mettre en images des personnages subissant les dommages collatéraux d'une guerre. Les vingt dernières minutes sont sublimes de tristesse. »
Black Coal (en salles le 11/06/2014)
Diao Yinan
« Mise en scène distanciée d'une froideur extrême qui efface, malheureusement, les personnages et l'attachement qu'on pouvait avoir pour eux. »
« Une intrigue à la Basic Instinct dans ce portrait d'une Chine où toute chaleur humaine est proscrite. Dommage que la seconde moitié ne soit pas au niveau de la première. »
« Un film tentaculaire et glaçant. »
Le Conte de la Princesse Kaguya (En Salles le 25/06/2014)
Takahata Isao
« Beau et poétique. Une merveille. »
« La nouvelle merveille d'Isao Takahata, et l'un des plus beaux personnages féminins de ces dernières années. »
« Un conte graphiquement et thématiquement envoutant. Le plus beau film d'animation depuis... Le Tombeau des lucioles ? »
Mommy (Cannes 2014)
Xavier Dolan
« Xavier Dolan fait toujours preuve d'une maîtrise impressionnante dans sa mise en scène, mais son sens du récit est bien moins tenu qu'à l'accoutumée. »
P'tit Quiquin (Cannes 2014)
Bruno Dumont
« C'est quand même autre chose que Bienvenue chez les Ch'tis ! »
« Le cinéma de Bruno Dumont dynamite avec bonheur les codes du cop drama. Inégal mais assez inclassable. »
Adieu au langage (Cannes 2014)
Jean-Luc Godard
« On peut continuer à vénérer Godard pour l'empreinte qu'il a laissée sur le cinéma, mais évitons de le porter aux nues quand il y laisse une trace de pneu. On sauvera quand même quelques plans bien composés où la 3D fait son effet. »
« Limpide, facétieux et d'une constante inventivité. Godard est toujours aussi moderne. »
Maps to the Stars (Cannes 2014)
David Cronenberg
« Hollywood pris dans les flammes de sa folie autodestructrice. De ce sujet en or, Cronenberg tire une comédie acerbe, à la mise en scène soignée mais bien trop sage pour se hisser au niveau d'un Lynch ou d'un Buñuel, inspirations évidentes de son nouveau film. »
« Un Cronenberg mineur porté par une excellente première partie que l'on croirait écrite par Brett Easton Ellis, mais qui se perd un peu dans son dernier tiers. »
Deux jours, une nuit (Cannes 2014)
Luc et Jean-Pierre Dardenne
« Les frères Dardenne ne changent pas de processus, mais on peut être touché par le parcours poignant de l'héroïne interprétée par une Marion Cotillard bluffante. »
« Certainement le plus mauvais des Dardenne. »
Coming Home (Cannes 2014)
Zhang Yimou
« Mignon, mais d'un académisme souvent plombant. »
Foxcatcher (Cannes 2014)
Bennett Miller
« Steve Carell jamais drôle dans son imitation de M. Burns. »
Still the Water (Cannes 2014)
Kawase Naomi
« Still the Water est une page de vie. Par moment calme, paisible, lent, le film est entrecoupé de moments violents, puissants et d'une intensité émotionnelle inouïe. »
« Le style documentaire de Kawase se mélange habilement aux thèmes miyazakiens. Le dernier tiers est moins convaincant malgré un beau final. »
Young Style (FCCF 2014)
Liu Jie
« Young Style prend le contrepied des films coréens et traite du sujet, sérieux et souvent démoralisant, de l'examen d'entrée à l'université de manière légère et comique. Un peu plus de finesse aurait été la bienvenue. »
« Le spleen d'un étudiant chinois en mal d'amour, au cœur d'un film en milieu lycéen tournant autour de l'obtention du précieux "gaokao". S'il n'évite pas les clichés, Liu Jie dévoile une empathie émouvante pour ses personnages. »
Vivre et mourir à Ordos (FCCF 2014)
Ning Ying
« Une belle peinture des paradoxes de la Mongolie intérieure. Mais le film ne parvient à transmettre une émotion qu'au travers d'artifices lourdingues. »
« A travers le portrait d'un policier intègre, le réalisateur dépeint avec un sens de l'image remarquable les conflits sociaux entre les habitants de la ville d'Ordos, située en Mongolie Intérieure. Cependant, on n'évite pas certaines longueurs. »
My Running Shadow (FCCF 2014)
Fang Gangliang
« Le combat poignant d'une mère pour faire accepter son fils atteint du syndrome d'Asperger. Si le sujet touche, notamment grâce à la prestation des acteurs, les partis pris esthétiques laissent à désirer. »
Winter Sleep (Cannes 2014)
Nuri Bilge Ceylan
« La précision de l'écriture, du rythme, du jeu d'acteurs, de la mise en scène est assez incroyable. On peut assister à une séquence de discussion de vingt minutes entre deux personnages sur un seul sujet (qui en cache d'autres) et ça reste passionnant de bout en bout. Très belle Palme d'or. »
« Une fresque romanesque d'une force impressionnante. »
La chambre bleue (Cannes 2014)
Mathieu Amalric
« Un exercice de style en 4/3 où Amalric joue habilement avec les temporalités. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.