Tableau des Etoiles

Films Elias Campos Jeremy Coifman Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Nicolas Lemerle Victor Lopez
The Kingdom of Dreams and Madness (Kinotayo 2014)
Sunada Mami
« Une plongée dans les secrets du studio Ghibli. Informatif, drôle et touchant. »
« Une plongée passionnante, émouvante et magique au cœur du Studio Ghibli. »
« La confirmation du talent de Sunada Mami après son bouleversant Death of a Japanese Salesman il y a 2 ans : son documentaire sur le Vent se lève est mieux que le film qu'il prend comme sujet. »
Backwater (Kinotayo 2014)
Aoyama Shinji
« Malgré quelques beaux plans, on s'ennuie ferme. »
« Le film ne démarre jamais vraiment et traite son sujet avec la finesse d'une moissonneuse-batteuse. »
« Un film retors qui regorge d'idées passionnantes, qu'un scénario assez indigeste a malheureusement du mal à mettre en lumière. »
Tamako In Moratoriumn (Kinotayo 2014)
Yamashita Nobuhiro
« Mignonnet mais anecdotique. »
« Trop de kawai tue le kawai. »
La Maison au toit rouge (Kinotayo 2014)
Yamada Yôji
« Une madeleine de Proust un peu fadasse. »
« Un mélodrame de la Shochiku des années 60 s'est glissé dans la programmation Kinotayo 2014 : un certain charme anachronique s'en dégage tout de même... »
Seventh Code (Kinotayo 2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Un bon téléfilm. »
« Un aparté sympathique mais anecdotique, dont on retiendra surtout le dernier plan. »
« Un long clip pour pour Atsuko Maeda, au sein duquel le talent de filmeur de Kurosawa transparaît par intermittence. »
The End of A Special Time We Were Allowed (Kinotayo 2014)
Ôta Shingo
« Un documentaire sur un musicien sans talent qui ne pense qu'à se suicider, mis en scène par un réalisateur sans talent qui n'a pas envie de finir son film. »
« Le gros fail du festival... Mais qu'est ce que ce truc vient faire là ? »
The Light Shines Only There (Kinotayo 2014)
Mipo Ô
« Le cinéma japonais un peu misérabiliste mais pas trop, un peu glauque mais pas trop, un peu malsain mais pas trop, un peu sombre mais la lumière n'est jamais loin. Une grosse impression de déjà-vu même si ce film n'est pas le moins réussi du lot. »
« Une mise en scène parfois inspirée gâchée par un jeu jeu d'acteur souvent outré et par des situations au grotesque peu assumé. »
Naguima (en salles le 26/11/2014)
Zhanna Issabayeva
« Âpre et difficile d'accès, un film qui marque durablement, l'air de rien. »
« Grande maîtrise formelle pour cette oeuvre kazakh. Malgré un début misérabiliste, on glisse avec empathie dans la souffrance bouleversante de sincérité du personnage. »
« De belles idées malheureusement écrasées par un rythme pesant. »
« Toujours déconcertant, un film qui gagne en force à la seconde vision. »
On The Job (en vidéo le 03/09/2014)
Erik Matti
« Polar noir, portrait sans concession de la politique philippine. »
« Bourré d'action et effrayant de noirceur. Efficace ! »
« Thriller philippin pas follement original dans son déroulement mais plutôt efficace. »
« Un bon film Action Asia à la quinzaine, oui, c'est possible ! »
A Cappella (en salles le 19/11/2014)
LEE SU-JIN
« Une structure narrative maladroite et mal amenée qui dessert un premier film pourtant intéressant. »
« Toujours les mêmes thèmes, toujours les mêmes défauts, toujours la même structure narrative, mais une sensibilité et une sincérité qui font mouche. »
« Admirable premier film, très fort et très touchant ! »
Monster Boy (en vidéo le 29/10/2014)
Jang Joon-hwan
« Le réalisateur de Save The Green Planet! change de ton. Il le fait très bien, forcément. Mais le film manque cruellement de folie ! »
« Très bon thriller coréen mis en scène avec talent et efficacité, dominé par le toujours immense Kim Yun-seok, jouant l'un des meilleurs bad guys de ces dernières années. »
The Divine Move (FFCP 2014)
Jo Bum-gu
« Si on laisse son cerveau de côté, le film est plutôt pas mal ! Et surtout, voir deux hommes, torse nu, s'affrontant au jeu de go sous un froid polaire, ça n'a pas de prix ! »
« Film d'action coréen mélangeant jeu de Go et arts martiaux, avec des séquences de combat très violentes. Ca ressemble surtout au premier opus d'une franchise en devenir. Divertissant, efficace mais vite oubliable »
The Terror Live (FFCP 2014)
Kim Byung-woo
« Un huis-clos parfaitement maîtrisé, une tension incroyable. Bref, que du bon ! »
« Une petite bombe au scénario diabolique, un grand thriller en quasi huis-clos orchestré avec un sens du rythme et du découpage incroyable, doublé d'une charge politique virulente à souhait. »
Broken (FFCP 2014)
Lee Jeong-ho
« Un scénario typiquement coréen qui mêle viol et vengeance. Pour autant, Broken est plus fin qu'il n'y paraît et pose de nombreuses questions aux spectateurs. »
« Viol, vengeance et questionnements moraux au menu de ce drame violent et émotionnellement fort, notamment grâce à l'interprétation bouleversante de Jung Jae-young. »
Night Flight (FFCP 2014)
Leesong Hee-il
« Avant d'être un plaidoyer pour l'acceptation de l'homosexualité au sein de la société coréenne, Night Flight est une histoire d'amour tragique menée avec brio par deux jeunes acteurs époustouflants. »
« Un beau drame amoureux sur un sujet encore tabou en Corée du Sud : l'homosexualité en milieu scolaire. La violence des sentiments est habilement retranscrite grâce à l'interprétation intense des deux comédiens principaux. »
My Dear Girl, Jin-young (FFCP 2014)
Lee Sung-eun
« Un scénario un peu maladroit mais impossible de ne pas tomber sous le charme de cette comédie coréenne. »
« Une comédie légère, drôle et attachante sur une scénariste ratée qui a du mal à passer le cap de la trentaine. Un trio d'actrices formidables. »
10 Minutes (FFCP 2014)
Lee Yong-seung
« Un film de fin d'études qui met subtilement en lumière la perversité insidieuse dont sont victimes les jeunes employés dans les entreprises modernes. »
A Dream of Iron (FFCP 2014)
Kelvin Kyung Kun Park
« Un documentaire en forme de symphonie sensorielle et poétique en milieu industriel et naval. »
Intruders (FFCP 2014)
Noh Young-seok
« Un thriller rondement mené mais qui ne laisse pas un souvenir impérissable. »
« Un petit film de genre qui détourne habilement les codes du film de rednecks. »
Haemoo (FFCP 2014)
Sim Sung-bo
« Une première partie réussie où l'ambiance du huis-clos fait son petit effet. Une seconde partie un peu ratée qui mêle humour et drame de façon maladroite. »
« Malgré une première partie réussie, une qualité esthétique indéniable et un Kim Yun-seok encore une fois monstrueux, cette production, co-écrite et produite par Bong Joon-ho, finit par se prendre les pieds dans le tapis à trop vouloir mélanger les genres. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.