Tableau des Etoiles

Films Elias Campos Jeremy Coifman Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Nicolas Lemerle Victor Lopez
Hill of Freedom (Black Movie 2015)
Hong Sang-soo
« Le jeu d'acteurs manque cruellement de naturel (la faute à l'anglais ?). Ce n'est pas déplaisant à regarder. »
Fires On The Plane (Black Movie 2015)
Tsukamoto Shinya
The World of Kanako (Black Movie 2015)
Nakashima Tetsuya
« Totalement décomplexé, The World of Kanako oscille entre drame adolescent lourdingue et film trash. Philosophie de comptoir, politiquement incorrect, bande son mielleuse, tout est poussé à son paroxysme. Chef d'oeuvre ou nanard... impossible de décider ! »
« Délire bordélique voguant sans cesse entre le mauvais gout, le politiquement incorrect, le trash et le too much. Ca fait du mal là ou ça fait bien. »
A CORNER OF HEAVEN (Black Movie 2015)
Zhang Miaoyan
« Légère déception après le monumental Black Blood, mais qui reste une balade hypnotique au pays de l'opium. »
OVER YOUR DEAD BODY (Black Movie 2015)
Miike Takashi
« Une jolie esthétique et une photographie soignée, mais qu'est-ce que ça traîne en longueur... »
« De belles images mais une adaptation de Yotsuya Kaidan plate et sans saveur. »
TITLI (Black Movie 2015)
Kanu Behl
« Une mise en scène brutale de la misère, teintée d'une once d'espoir. »
« Portrait sociétal dur et froid qui tient ses promesses tendues jusqu'à ses derniers plans. »
TIL MADNESS DO US PART (Black Movie 2015)
Wang Bing
« Monumental chef-d'oeuvre dans lequel des hommes se battent coûte que coûte pour garder leur humanité. »
« Impressionnante plongée en immersion totale dans un hôpital psychiatrique en Chine. Une expérience douloureuse proche de la folie. »
Coming Home (en salles le 17/12/2014)
Zhang Yimou
« Malgré la beauté du visage de Gong Li, dans lequel on perçoit l'émotion certaine de Zhang Yimou dans la manière de le filmer, l'ensemble est d'un académisme plombant. »
Hard Day (en salles le 07/01/2015)
Kim Seong-hoon
« Le cinéma coréen peut faire rire les Occidentaux ! A la fois stressant et hilarant, Hard Day ne souffre d'aucun manque de rythme. Un très joli moment de cinéma. »
« Un thriller typiquement coréen, qui alterne séquences absurdes hilarantes et moments de tension haletants, en s'amusant de la corruption au sein de la police locale. Pas original pour un sou mais efficace dans son genre. »
« Un bon petit polar coréen, tout plein d’humour, ça fait toujours plaisir à voir. Comme le dit l’ami Julien, une « bouchée d’air frais ». »
A Girl Walks Home Alone At Night (en salles le 14/01/2015)
Ana Lily Amirpour
« Très bonne surprise de la part d'une jeune réalisatrice iranienne. Ambiance Midwest pour un film de vampires qui cache un certain féminisme qu'on montre assez peu en Iran. Bande son géniale ! »
« Ce film de vampire americano-iranien, à la fois punk, rock et féministe, nous plonge dans une ambiance de film noir des années 30 où l'on pourrait croiser Jim Jarmusch, Friedrich Wilhelm Murnau et Ennio Morricone. La belle découverte de l'Etrange Festival 2014. »
« Un film décousu et poseur, qui semble avoir beaucoup trop de chose à prouver pour être honnête. »
The Terror Live (en vidéo le 14/01/2015)
Kim Byung-woo
« Un huis-clos parfaitement maîtrisé, une tension incroyable. Bref, que du bon ! »
« Une petite bombe au scénario diabolique, un grand thriller en quasi huis-clos orchestré avec un sens du rythme et du découpage incroyable, doublé d'une charge politique virulente à souhait. »
« L'efficacité au prix de toute cohérence narrative, et une fin assez irresponsable ou le terrorisme apparaît comme la seule solution face à la corruption généralisée. »
Souvenirs de Marnie (en salles le 14/01/2014)
Yonebayashi Hiroshima
« Yonebayashi Hiromasa franchit malheureusement la limite entre la sensibilité et la sensiblerie, ce qui gâche un peu le plaisir que le spectateur peut ressentir devant tant de belles images. »
« Les quelques défauts du dernier Ghibli - la musique trop présente pour appuyer les émotions, le mariage culture japonaise/culture européenne qui ne fonctionne pas tout le temps - sont vite balayés par de sublimes envolées lyriques et poétiques, nées de cette frontière floue entre rêve et réalité que l'on a envie d'entretenir pour rester immerger avec ces héroïnes magnifiques. »
« De la part de Yonebayashi, c'est plutôt mieux que son précédent Arrietty, mais le film souffre de la comparaison avec les autres Ghibli cuvée 2015 des maîtres Miyazaki et Takahata. »
Beautiful New Bay Area Project (Kinotayo 2014)
Kurosawa Kiyoshi
« Sympa mais s'oublie vite. »
« Kurosawa fait ses gammes. Un amuse bouche en attendant le prochain long. »
Disregarded People (Kinotayo 2014)
Sakaki Hideo
« Des viols et des cas sociaux, encore et toujours, même si la cruauté de certaines situations est désamorcée par de l'humour, avec plus ou moins de réussite. »
« Un film ample et âpre, qui suit au plus prêt ses personnages tordus par la vie. Un beau prix de la presse pour cette édition de Kinotayo. »
Sapporo Olympiades 1972 (Kinotayo 2014)
Shinoda Masahiro
Touching The Skin of Eeriness
Hamagushi Ryûsuke
« Avec des thèmes intéressants abordés mais non approfondis, Touching the Skin of Eeriness rend somnolent. »
« Une bizarrerie aussi incompréhensible qu'intrigante, se terminant plutôt abruptement. On attend donc la suite. »
« Pas très touchant mais d'un zen reposant. »
Japanscope (Kinotayo 2014)
Philippe Emmanuel Sorlin
« Documentaire passionnant sur le fond mais agaçant sur la forme (sauf si on aime la façon "nouvelle vague"). »
« La nouvelle nouvelle vague japonaise vu façon nouvelle vague française. Forcement incomplet, franchement réjouissant en attendant la version longue. »
The Horses of Fukushima (Kinotayo 2014)
Matsubayashi Yôju
« Les chevaux sont les vrais personnages de ce documentaire touchant qu'il faut savoir apprivoiser. »
« Les chevaux comme métaphore de Fukushima : pourquoi pas ? Mais il faut quand même avoir une âme d'amis des animaux pour être sensible à cette approche. »
Campaign 1 & 2 (Kinotayo 2014)
Sôda Kazuhiro
« Ces deux parties, tournées respectivement en 2005 et en 2011, se répondent constamment afin de décortiquer la vie politique japonaise. Un dialogue passionnant qui nous plonge au cœur de la ville de Kawasaki, dans les pas du candidat Kazuhiko Yamauchi, tentant d'exister à travers ses propres idées après avoir été broyé par la mécanique froide d'une campagne électorale. »
« Des longueurs mais une approche fascinante, à la fois bouffonne et glaçante de la politique, qui éclaire la démocratie japonaise, mais résonne aussi bien au delà ! »
Forma (Kinotayo 2014)
Sakamoto Ayumi
« Un sujet intéressant et de bonnes intentions gâchés par un sens du rythme inexistant et une structure narrative très redondante. »
« Une construction passionnante qui instaure l'univers de Sakamoto Ayumi avec un premier film impressionnant de maitrise. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.