Tableau des Etoiles

Films Jeremy Coifman Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Romain Leclercq Victor Lopez
Tharlo (FICA 2016)
pema Tseden
« Magnifique portrait sociétal au travers d'un homme en marge, baigné dans un sublime noir et blanc. »
« On pouvait craindre le pire de l'exotisme tibétain engagé, on se trouve devant un film d'une force expressive fascinante, dans la lignée de Zhang Miaoyan, l'accessibilité en plus. »
Another Way (FICA 2016)
Cho Chang-ho
« Un drame quelque peu misérabiliste, qui traite son sujet en surface. »
« Un propos intéressant sur le désespoir d'une certaine jeunesse coréenne desservi par une réalisation et une interprétation très plates. »
« Un beau film, un peu trop maîtrisé, qui ne tient malheureusement pas la distance et se conclut de manière très programmatique. »
Sayonara (Black Movie 2016)
Fukada Kôji
« Un film post-apocalyptique et tout en poésie qui nous berce par la beauté de ses images. Une certaine froideur dans le personnage principal, parfois un peu agaçante, qui empêche le film de vraiment décoller. »
« Un conte futuriste fascinant et hypnotique. »
Vapour (Black Movie 2016)
Apichatpong Weerasethakul
« Belle expérimentation d'Apichatpong Weerasethakul qui donne envie de découvrir les autres courts-métrages rassenblés dans l'anthologie Color of Asia – Masters, commande du Festival de Busan. »
Cemetery of Splendour (Black Movie 2016)
Apichatpong Weerasethakul
« Le pays des songes selon Weerasethakul est à la fois poétique, intelligent, drôle et surtout visuellement superbe. »
« Splendide pouvoir de l'imaginaire au cinéma. »
Kabukicho Love Hotel (Black Movie 2016)
Hiroki Ryūichi
« Film qui aborde beaucoup de thèmes fort intéressants sans jamais réellement les développer, Kabukicho Love Hotel reste cependant agréable à regarder. »
« Pas mal pour un One-Night Stand ! »
Tag (Black Movie 2015)
Sono Sion
« Un trip fou entre odyssée mentale, jeu vidéo et voyage interdimensionnel. Une vraie mélancolie et émotion parvient à s'exprimer sous cet anarchie plus pensée qu'elle n'en a l'air. »
« La réalisation est quasi-parfaite, la folie toujours présente. Mais l'impression de voir une accumulation de sketches gâche un peu le plaisir. »
« Thématiquement au niveau des meilleurs films de Oshii Mamoru, avec la touche de folie de Sono Sion en plus ! »
The Virgin Psychics (Black Movie 2016)
Sono Sion
« C'est Sono Sion alors ça ne peut pas être foncièrement mauvais. Mais c'est totalement inutile. Comme quoi, réaliser 5 films par an, c'est peut-être un peu trop... »
« Sono Sion avait tout dit sur le sujet dans le formidable Tag. Une redite vulgaire, dans laquelle le cinéaste s'embrouille entre le cahier des charges de la commande et son propos, qui devient franchement pénible à suivre après 10 minutes amusantes... »
Vers l'autre rive (Black Movie 2016)
Kurosawa Kiyoshi
« Le chemin vers la rédemption est long, bien trop long. »
« De belles idées, mais auxquelles il manque l'ampleur émotionnelle qu'elles devraient porter. Qu'il est difficile d'y arriver à cette autre rive... »
Veteran (Black Movie 2016)
Ryoo Seung-wan
« Une première partie survoltée et jouissive, compensée par une suite un peu plus conventionnelle mais tout aussi efficace. »
« De l'action, de la comédie, une pointe de critique sur la corruption des élites coréennes... Veteran fait le job et rempli sa mission de distraction populaire. »
Right Now, Wrong Then / Un jour avec, un jour sans (Black Movie 2016)
Hong Sang-soo
« HSS réalise une fois de plus un exercice de style, ce qu'adorent les (anciens) étudiants en cinéma. Heureusement, les acteurs sont formidables. »
« Magnifique réflexion sur le cinéma, l'amour, l'hypocrisie des hommes et la lâcheté face à la vie, le tout dans un dispositif précis et intelligent, qui laisse une impression égale de maîtrise et de liberté. Hong Sang-soo à son meilleur ! »
Au-delà des montagnes (en salles le 23/12/2015)
Jia Zhang-ke
« Un odyssée intimiste touchante et une réflexion passionnante sur la Chine contemoraine. »
« À travers cette fresque contemporaine de la Chine, Jia Zhang-ke prouve non seulement qu'il a encore beaucoup à dire mais aussi qu'il sait le faire avec finesse et intelligence. »
« Une grande oeuvre bouleversante sur l'évolution de la Chine. La mise de scène de Jia Zhang-ke est belle à pleurer. »
Les Délices de Tokyo (Kinotayo 2015)
Kawase Noami
« Superbe mélo qui arrive à être (virtuellement) un ravissement pour les papilles et un déchirement pour le coeur. »
« Kawase se concentre sur ses personnages, terriblement attachants, tout en gardant son amour du contemplatif. Quelques longueurs à déplorer mais de très beaux moments. Et on a faim en ressortant de la séance ! »
« Naomi Kawase laisse un peu son panthéisme contemplatif de côté pour se concentrer sur ses personnages. On ne s'en plaint pas... »
100 Yen Love (Kinotayo 2015)
Take Masaharu
« Même si quelques maladresses transparaissent dans les changements de ton, 100 Yen Love est un beau moment de cinéma et on comprend pourquoi il est candidat aux Oscars ! »
« Un beau film, touchant, âpre et sensible (servi en plus par une excellente BO) ! »
Tag (Kinotayo 2015)
Sono Sion
« Un trip fou entre odyssée mentale, jeu vidéo et voyage interdimensionnel. Une vraie mélancolie et émotion parvient à s'exprimer sous cet anarchie plus pensée qu'elle n'en a l'air. »
« La réalisation est quasi-parfaite, la folie toujours présente. Mais l'impression de voir une accumulation de sketches gâche un peu le plaisir. »
« Thématiquement au niveau des meilleurs films de Oshii Mamoru, avec la touche de folie de Sono Sion en plus ! »
We Shall Overcome (Kinotayo 2015)
Chie Mikami
« Un passionnant et touchant documentaire en ces heures de COP21 sur les valeureux résistants locaux d'une île d'Okinawa à la défiguration de leurs paysage. »
« Un beau documentaire engagé, qui souffre d'un manque de recul de la réalisatrice face à son sujet. »
Fires On The Plain (Kinotayo 2015)
Tsukamoto Shinya
« Un film fort et saisissant malgré une économie de moyens qui se ressent un peu. »
La La La at Rock Bottom (Kinotayo 2015)
Yamashita Nobuhiro
« Fumi Nikaido tient le film sur ses frêles épaules. Mais cela ne suffit malheureusement pas. On s'ennuie un peu. »
« On est dans du très conventionnel pour un film indé japonais... »
Kabukicho Love Hotel (Kinotayo 2015)
Ryuichi Hiroki
« Film qui aborde beaucoup de thèmes fort intéressants sans jamais réellement les développer, Kabukicho Love Hotel reste cependant agréable à regarder. »
« Pas mal pour un One-Night Stand ! »
Kakekomi (Kinotayo 2015)
Masato Harada
« Un sujet passionnant gâché par un traitement au classicisme dégoulinant de sentimentalité. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.