Tableau des Etoiles

Films Jeremy Coifman Justin Kwedi Kephren Montoute Elvire Rémand Marc L'Helgoualc'h Romain Leclercq Victor Lopez
Your Name (en salles le 28/12/12016)
Shinkai Makoto
« Quête d'un amour perdu, lutte contre l'oubli, your name. n'évite pas certains écueils du genre mais reste assez fort. »
« La candeur des romances adolescentes d'antan et la conscience du monde qui l'entoure de l'adulte forment un tout idéal dans cette envoûtant film, le plus accessible de son auteur. »
« Miyazaki peut rester à la retraite. »
« Joli film qui aborde des thèmes dans lesquels on peut tous se retrouver. Le dessin des environnements est toujours beau et la gestion de la luminosité impressionnante. Mais Shinkai se rapproche toujours un peu plus de la guimauve. Dommage. »
« Une sympathique histoire d'amour surnaturelle qui pêche par un excès de mièvrerie et une bande-son discutable. »
« Une synthèse accessible du cinéma de Shinkai Makoto : donc vous n'avez plus aucun excuse de ne pas retenir le nom ! »
Diamond Island (en salles le 28/12/2016)
Davy Chou
« Mélange de candeur et de lucidité, à l'image de la chimère de Diamond Island et porté par une atmosphère envoûtante. »
« Une vision douce d'une dure réalité. Un auteur est né. »
« De très beaux plans, une musique entêtante mais quelques longueurs et des acteurs pas toujours convaincants. »
« Magnifique portait de la jeunesse contemporaine d'une beauté et maîtrise totale, par une jeune réalisateur qui confirme là tout le bien que l'on pensait de son premier film : Le Sommeil d'or. »
Seoul Station (en vidéo le 17/12/2016)
Yeon Sang-ho
« On perd en adrénaline et sensations fortes ce qu'on gagne en noirceur et profondeur du propos par rapport à Dernier train pour Busan. »
« Encore plus terrible et sombre que Train To Busan. »
« Un véritable film de zombies agrémenté d'éléments trash sur la société coréenne. Un mélange de genres amené avec brio. Yeon Sang-ho est fait pour l'animation ! »
« Vivement que Yeon Sang-ho revienne à l'animation ! »
Dernier train pour Busan (en vidéo le 17/12/2016)
Yeon Sang-ho
« C'est le retour de la violence symbolique dans le film de zombie/infecté. Et c'est la meilleure chose qui soit arrivée au genre depuis des années. »
« Efficace et très bien fait (les hordes de zombies sont impressionnantes), le film est malheureusement en deçà des réalisations de Yeon Sang-ho car trop caricatural. Coup commercial ? Changement de bord ? On ne le saura jamais vraiment... »
« De bonnes idées, des zombies efficaces et un sous-texte passionnant, quelques peu gâchées par des personnages trop stéréotypés et des scènes clairement ratées. Dommage... »
Ma'Rosa (en salles le 30/11/2016)
Brillante Mendoza
« Brillante Mendoza nous livre un film cru et violent mais ne prend jamais parti pour tel ou tel camp. Un petit coup de poing en cette fin de journée de festival. »
« Un polar bien tendu qui profite de la mise en scène sur la brêche de Brillante Ma Mendoza en grande forme. »
La Tortue rouge (en vidéo le 30/11/2016)
Michael Dudok de Wit
« Le cycle de la vie exploré avec minimalisme et poésie dans une oeuvre sensible et formellement somptueuse. »
« Chef d'oeuvre de douceur et de lyrisme. »
« C'est joli, mignon et quelques séquences sont superbes. Mais même sur 1h20 de film, on trouve quelques longueurs. »
« C'est gentillet, mais simple et souvent beau. »
Le Client (en salles le 09/11/2016)
Asghar Farhadi
« Quelle longue mise en place pour une développement en demi-teinte, qui sent un peu le réchauffé dans le cinéma de Farhadi. »
The Mermaid (PIFFF 2016)
Stephen Chow
« Stephen Chow ne parvient pas à garder l'équilibre qui a fait son succès durant toute l'expérience. »
« Quelques gags surnagent mais la laideur des effets spéciaux numériques coule le film. »
Kaili Blues (en vidéo le 02/11/2011)
Bi Gan
« Il y a des films avec des séquences de rêves. Des rêves qui ressemblent à des films. Kaili Blues, c'est les deux. »
« Un premier film d'une incroyable justesse, poétique, à la réalisation bluffante. Un cinéaste à suivre ! »
« La découverte d'un réalisateur plus que prometteur. »
Sacrifice (en vidéo le 26/11/2016)
Chen Kaige
« Ça aurait pu être vraiment, mais vraiment mieux. »
« On est loin de L’Empereur et l'assassin... »
Mademoiselle (en salles le 01/11/2016)
Park Chan-wook
« Fétichisme et stylisation de tous les instants au service d'un thriller à tiroir torride porté par un beau souffle romanesque. Park Chan Wook à son meilleur. »
« Park Chan-Wook offre un beau geste érotique donc esthétique entre Ranpo Edogawa et De Palma. »
« Park Chan-wook prouve une fois de plus qu'il maîtrise la mise en scène, techniquement et esthétiquement. On aurait espéré un peu plus d'âme dans ce film un poil "trop" parfait. »
« Parangon de sensualité et de décadence. L'ère Taisho est un nid à fantasme. »
« Un bel emballage pour un produit un peu creux, et la dernière scènes, bien racoleuse, gâche quelque peu le discours féministe que l'on aurait pu déceler sous les scènes saphiques. »
Worst Woman (FFCP 2016)
Kim Jong-kwan
« Une comédie romantique anecdotique malgré quelques bons moments comiques. Les dialogues ne sont pas à la hauteur pour tenir le spectateur en haleine. »
Old Days (FFCP 2016)
Han Sun-hee
« Documentaire éclairant sur le tournage d'Oldboy, avec un Park Chan-wook obsédé par un idéal et soutenu par une équipe dévouée. Une oeuvre collective qui a marqué le cinéma. »
The World Of Us (FFCP 2016)
Yoon Ga-eun
« Bonheur et surtout heurts du monde de l'enfance scrutée avec délicatesse mais aussi une cruauté exacerbée par le contexte social coréen. Grande découverte. »
« D'une justesse et d'une délicatesse infinie. Un regard tendre mais noir sur le monde de l'enfance entre Kore-eda, Tran Anh Hung et Kim So-yong. »
« Film qui ne révolutionne pas le cinéma mais qui se montre très juste et qui voit le monde à travers les yeux des enfants, ce qui est particulièrement rare. Les jeunes actrices sont formidables. »
« L'acte de naissance d'une réalisatrice prometteuse. Un regard simple et cruel sur l'enfance, sans pathos hystérique. Brillant. »
« Une plongée subtile dans le monde de l'enfance qui réalise le tour de force de laisser sans lasser sa caméra à hauteur d'enfants pendant tout un long métrage. On peut juste regretter la prévisibilité des enjeux et du déroulement. »
Weekends (FFCP 2016)
Lee Dong-ha
« Un documentaire sur une chorale de militants homosexuels qui prend de l'ampleur seulement dans sa deuxième moitié, avec cette scène marquante d'une gay pride perturbée par des manifestants homophobes. »
« Un documentaire inégal sur une chorale gay qui se perd un peu dans l'anecdotique et la confession privée et perd de vue un contexte plus large qui rendrait les parcours individuels plus intéressants. »
Asura : The City Of Madness (FFCP 2016)
Kim Seong-su
« Mal écrit, incohérent avec un acteur principal doté du charisme d'une huître, Asura est quand même méga jouissif. »
« Une mise en scène outrancière et un cabotinage généralisé des acteurs (mention spéciale au génial Jung Woo-Sung) pour ce qui s'avère être une parodie (involontaire ?) des films policiers des années 80. Jubilatoire. »
« À ce niveau là, ce n'est plus du Hard-Boiled mais du Over-Cooked-Over-The-Top-Hard-Boiled ! »
The Truth Beneath (FFCP 2016)
Lee Kyoung-mi
« Même si tout finit par trouver son sens dans une intense conclusion, un polar qui à force de s'éparpiller dans le fond et la forme perd un peu le spectateur. Néanmoins très prometteur et sacrément intense. »
« Le meilleur film du festival pour l'instant . Coup de coeur. "The World of Kanako" en Corée. Génial. »
« Excellente surprise que l'on attendait pas. Film dense au scénario et à la réalisation maîtrisés. La réalisatrice Lee Kyoung-mi est à suivre de très près ! »
« Une mise en scène millimétrée pour ce puzzle policier et humain qui fait rappelle "Le Monde de Kanako" de Nakashima, le nihilisme en moins. »
« Un polar mental fascinant de bout en bout. La grande révélation du FFCP 2016 ! »
Dongju (FFCP 2016)
Lee Joon-ik
« Un biopic épuré et poétique sur la vie d'un poète durant une période trouble et décisive de la Corée. »
« Un biopic en noir et blanc, très conventionnel, qui vaut surtout pour son éclaircissement sur une période clef de la Corée du XXe siècle. »
The Bacchus Lady (FFCP 2016)
E J-Yong
« Des Bacchus Ladies, thème très intéressant et fort original, le film d'élargit rapidement pour traiter de la vieillesse et du temps qui passe. On reste un peu sur notre faim. »
« E J-yong prend comme point de départ la prostitution des femmes âgées pour finalement évoquer la fin de vie, la maladie, la solitude et la vie de désaxés en Corée. Inattendu et émouvant. »
« Un beau film solidement écrit sur la difficulté de la fin de vie en Corée, qui arrive à toucher malgré un manque de moyen que la mise en scène n'arrive pas toujours à surmonter. »
Project Get-Up-And-Go (FFCP 2016)
Lee Keun-woo
« Un documenteur qui révèle la vérité des émotions de ses personnages à travers la fausseté du dispositif. Fascinant ! »
« Une comédie loufoque inégale qui laisse place à la nostalgie et à une tendresse gay-friendly. Le film décolle surtout grâce au personnage de Dominguez Nam. »
  • : pas de note
  • : mauvais
  • : moyen
  • : bon
  • : très bon
  • : excellent
  • : chef-d'Oeuvre

Astuce : survolez la note d'un critique pour voir son commentaire personnel sur le film.