Entretien avec Katabuchi Sunao (Dans un recoin de ce monde)

Posté le 1 septembre 2017 par

C’est grâce à l’Okinawa International Movie Festival que nous avons pu rencontrer le talentueux réalisateur de Dans un recoin de ce monde, Katabuchi Sunao. Alors que le sublime film d’animation sort en France le 6 septembre après un passage par le Festival International du Film d’Animation d’Annecy 2017, nous avons parlé avec son auteur de manga, d’Hiroshima et de… pourquoi les femmes portaient des pantalons pendant la guerre !

Katabuchi

Comment avez-vous découvert le manga Dans un recoin de ce monde de Kouno Fumiyo et qu’est-ce qui vous a poussé à l’adapter ?

Avant de faire ce film, j’ai réalisé Mai Mai Miracle, pour lequel j’ai fait beaucoup de présentations en public. J’ai eu l’opportunité de créer un lien de proximité très fort avec le public. C’est lors d’un de ces événements qu’une personne m’a parlé du manga en me disant que quelqu’un qui avait fait Mai Mai Miracle devrait adapter les œuvres de Kouno Fumiyo. L’idée vient donc du public. J’ai ensuite lu le livre et j’ai ressenti en effet une connexion très forte avec le manga. J’ai commencé à réfléchir à une manière de l’adapter et j’ai contacté l’éditeur Futabasha. La personne en charge des droits m’a elle-même dit que si j’avais fait Mai Mai Miracle, il était logique que je m’intéresse à ce manga. Et c’est vrai que j’ai ressenti une relation très intime avec l’œuvre de Kouno Fumiyo, et particulièrement avec Dans un recoin de ce monde. Et quand j’ai pu la rencontrer, j’ai découvert qu’elle-même avait vu ma série Lassie. C’est grâce à ma série que Kouno Fumiyo a pris conscience de l’importance de la description du quotidien des gens dans leur vie ordinaire, même quand il ne se passe rien en apparence. Nous ne nous étions jamais rencontrés, mais grâce à la découverte de nos œuvres respectives, nous nous sentions très proches dès le début de notre collaboration. Kouno Fumiyo m’a même dit qu’elle pensait que c’était le destin qui m’avait poussé à la rencontrer pour adapter son manga.

Vous avez choisi Matsubara Hidenori, très connu pour son récent travail sur Evangelion, comme character designer mais il semble avoir adapté son style pour correspondre au trait de Kouno Fumiyo. Était-ce important pour vous de rester très proche du manga ?

Quand j’ai décidé d’adapter le manga de Kouno Fumiyo, je me suis dit que je devais garder ses nuances dans mon film, et qu’il ne fallait pas changer son atmosphère. Il fallait faire du livre un film, sans rien y changer. M. Matsubara a travaillé deux ans pour arriver à dessiner avec un trait aussi proche que possible en restant dans le domaine de l’animation de celui de Kouno Fumiyo. Deux ans !

Vous-même, en écrivant le scénario, comment avez-vous décidé de ce que vous deviez garder du manga et de ce qu’il fallait couper ?

Je voulais mettre dans mon film le plus de choses présentes dans le manga. Mais malheureusement, il était impossible de tout mettre pour des questions de temps ! Je n’avais pas non plus un budget assez important pour me permettre de tout adapter. Dans cette optique, il a fallu que je me concentre sur certains éléments, comme par exemple la relation entre Suzu et sa belle-sœur.

Le film a mis beaucoup de temps à se faire, pourquoi ?

En fait, le projet a commencé en août 2010 ! C’est en juillet 2011 que nous avons pu choisir un studio, Mappa, et lancer l’étape suivante de la pré-production. Entre ces deux périodes, je préparais le développement du projet de manière indépendante. Mais à partir de là, la raison principale d’une production si longue est que les sponsors trouvaient que le sujet du film n’était pas assez commercial, surtout dans le cadre de la production animée mainstream. Ils doutaient que le public habituel des films d’animation se déplace pour voir ce film. En fait, nous avons pu prouver que le public pouvait se déplacer pour notre film, et qu’il pouvait toucher des générations plus âgées que celles habituelles. Produire ce film a été très important dans le développement d’un nouveau marché pour le cinéma d’animation.

Il y a aussi le fait que décrire le bombardement d’Hiroshima est un sujet assez commun dans le cinéma japonais. C’est quelque chose qui a été maintes fois décrit et la question de la nécessité de le faire une nouvelle fois dans ce format s’est posée. Quand j’ai visité Hiroshima, on m’a même dit qu’il y avait un autre réalisateur qui était venu de Tokyo en repérage pour tourner un film sur le bombardement. Mais nous n’avions pas l’intention de reproduire une narration calquée sur la manière dont l’Histoire a déjà été racontée. Nous avions une approche très différente de la narration (storytelling).

(Il montre une liste de films sur Hiroshima sur son téléphone)

Voici la liste de films d’animation, selon Wikipedia Japon, qui traitent d’Hiroshima. Il y en a beaucoup et elle est loin d’être complète ! A la toute fin, c’est mon film. Et voici la liste des films en prise de vues réelles sur Hiroshima… Et il en manque beaucoup : ils sont trop fainéants chez Wikipedia pour tous les mettre ! M. Maruyama, qui a créé Mappa, a lui-même déjà produit deux titres de cette liste pour Madhouse. Vous pouvez donc voir à quel point l’histoire du bombardement d’Hiroshima a déjà été racontée par tellement d’artistes et de cinéastes. Mais je me suis dit que malgré toutes ces histoires, on pouvait encore faire quelque chose de différent pour un autre public. Beaucoup de gens considèrent le sujet de manière formelle, sans voir les histoires qu’il contient de l’intérieur. C’est pourquoi je me suis dit que je pouvais amener les gens vers une autre approche en racontant la vie des gens pendant la Seconde Guerre Mondiale. Quand nous pensons au bombardement d’Hiroshima, nous savons que c’est une tragédie, mais nous gardons toujours une certaine distance avec les gens qui ont vécu cela directement. Mais les gens qui ont été les victimes de la bombe sont nés par hasard à cette époque et à cet endroit. Ils ne sont pas différents de nous. Je voulais que le public puisse ressentir cela. Il me fallait donc décrire précisément la société de cette époque. Quand vous voyez un spectacle de kabuki, est-ce que vous pensez que c’est la réalité ? Je pense que c’est quand on regarde un film d’époque de Kurosawa Akira que l’on ressent plus cette impression de réalité ! La différence entre les deux est que le kabuki décrit l’époque avec des codes, mais ceux-ci n’existent pas dans la réalité. La vie n’est que dans les détails du quotidien. Je voulais vraiment me focaliser sur les détails de la vie de cette période pour arriver à décrire la réalité de ces gens. Cette période de guerre a souvent été décrite, mais toujours à travers des codes, à tel point que nous avons commencé à douter de ces codes qui sont censés décrire la réalité. Pendant la guerre, par exemple, les femmes portent des pantalons… est-ce que c’est vrai ? Si c’est la réalité, quand est-ce que ça a commencé ? Dans les années 40 ? En fait, jusqu’en novembre 1943, les femmes ne s’habillaient pas ainsi, tout simplement parce que ce n’était pas la mode, que ce n’était pas cool ! J’ai trouvé ces informations dans un article d’époque. Alors pourquoi a-t-on commencé à porter des pantalons ? C’est à cause du froid, qui a poussé les femmes à porter des pantalons en novembre 1943, car on n’avait pas d’autres moyens de se chauffer. Mais à la venue du printemps, les femmes ont arrêté de porter des pantalons… jusqu’au retour de l’hiver en novembre 1944 ! A cette époque, les bombardements avaient commencé au Japon, et il fallait être prêt à courir pour s’abriter à toute heure du jour et de la nuit. Avec ce film, je voulais décrire ce genre de choses, des choses auxquelles on peut vraiment croire.

P1160568

Outre cet aspect très réaliste, votre film est conté par un personnage très rêveur, Suzu, qui réinterprète la réalité par son imagination et ses dessins…

Suzu ? Je ne la vois pas vraiment comme quelqu’un de rêveur ! Elle ne fait pas des rêves irréalistes. Mais je pense qu’elle a un grand talent en tant qu’artiste. Elle a un talent d’abstraction à travers son dessin. Quand elle regarde quelque chose, elle perçoit différents aspects de cette chose. Mais cette capacité est inutile pour traverser la vie en ce temps de guerre. Elle choisit de devenir une femme au foyer plutôt que peintre. C’est son choix. Cela ne veut pas dire que ce talent inutile n’est pas important.

Alors que la date du bombardement d’Hiroshima approche à la fin du film, Suzu a en tête de retourner dans sa ville natale, ce qui crée un certain suspense sur son sort. Voulez-vous créer une sorte de dramatisation autour de cet événement ?

Suzu fait l’expérience du bombardement à Kore, qui se trouve à 20 kilomètres d’Hiroshima. Elle n’est pas directement affectée, mais elle la voit, cette bombe, là où elle mène sa vie ordinaire. Elle voit ce nuage gigantesque le matin. Savez-vous combien de temps il est resté dans les airs ? Toute la journée ! Elle regarde ce nuage terrifiant mais doit continuer sa vie de tous les jours. Elle doit aussi penser au déjeuner, à ce qu’elle doit préparer pour manger. Je pense que c’est comme ça que les gens ont réagi à cet événement à cette distance. Il fallait continuer à vivre, malgré le nuage, malgré le sentiment de tristesse qu’il devait provoquer. Je pense que regarder les effets de la bombe de cette perspective est une approche nouvelle. Elle sait en regardant ce nuage qu’il y a des familles dessous, mais elle ne peut rien y faire. Je trouvais qu’il était très important de décrire cela. Dans cette situation, Suzu sait que sa sœur est à Hiroshima de manière certaine. En tant que cinéaste, je devais mettre en place ce piège narratif, sans quoi l’intrique n’aurait pas progressé. C’est pourquoi j’ai fait revenir sa sœur peu avant dans le film. Elle parle à Suzu du festival et l’invite à revenir à Hiroshima. C’est un moyen pour moi de signifier aux spectateurs que sa famille est à Hiroshima, et qu’ils attendaient le festival en ce jour tragique.

Avez-vous déjà un nouveau projet en préparation ?

J’y pense, mais rien n’est encore au stade de la réalisation. Dans un recoin de ce monde est un film qui me tenait vraiment à cœur. Le fait qu’il ait été soutenu par un large public me donne un sentiment d’accomplissement. Mais il y a d’autres histoires que je veux raconter dans des films. Je suis en train de replonger dans mes vieux rêves et de songer à ce que je peux en faire.

Nous demandons à chaque réalisateur que nous rencontrons de nous parler d’une scène d’un film qui l’a particulièrement touché, fasciné, marqué et de nous la décrire en nous expliquant pourquoi. Pouvez-vous nous parler de ce qui serait votre moment de cinéma ?

La Grande évasion de John Sturges ! Les prisonniers britanniques trouvent toujours de nouvelles façons de lutter contre la situation et n’abandonnent jamais. Donc : « Never give up! ». Quand j’ai commencé à travailler sur Dans un recoin de ce monde, il y avait dès le départ tant d’obstacles mais j’ai quand même persévéré pour pouvoir accomplir ce projet. J’ai vu La Grande Evasion quand j’étais en primaire. C’est un sentiment que l’on ne peut ignorer quand on est enfant et que j’ai pleinement ressenti. C’est une émotion qui peut encore être utile quand on a atteint la cinquantaine ! (rires)

Votre film sort en France le 6 septembre prochain. On vous souhaite autant de succès qu’ici !

Merci ! J’aimerais beaucoup organiser des choses avec le public français, pour parler de la vision de la guerre dans le film et dans le manga. Il y a tant d’histoires à raconter, comme celle des pantalons ! On a pu faire un très long débat avec le public, ici, au Japon, notamment à Hiroshima. Je suis aussi allé à Baltimore où on l’a fait un débat de 3h lors de la convention Otakon. J’aimerais faire ce genre de choses en France avant la sortie du film. Je serai à Annecy en juin, j’aimerais faire ça à ce moment, ou pendant la Japan Expo. J’aimerais que le public français puisse apprendre davantage des éléments qu’il y a dans le film à travers des événements de ce type.

Propos recueillis par Victor Lopez à Naha le 20/04/2017.

Traduction : Eiko Mizuno-Gray

Photos : Elvire Rémand

Remerciements : Momoko Nakamura, Aki Kihara et toute l’équipe du festival d’Okinawa.

Dans un recoin de ce monde de Katabachi Sunao. Japon. 2016. En salles le 06/09/2017.

À lire aussi : la critique du film ici !

Imprimer


Laissez un commentaire


*