Edito – Hommage à Panna Rittikrai

Posté le 1 novembre 2014 par

Panna Rittikrai nous a quitté le 20 juillet dernier, quand il est décédé à l’hôpital de Bangkok. Cette bien triste nouvelle nous pousse à revenir un peu sur ce réalisateur/chorégraphe, qui a marqué d’une empreinte aussi violente qu’un uppercut en pleine tête, les amateurs de cinéma d’action.

En effet, s’il est un film qui fit connaître le cinéma thaïlandais au grand public, et provoqua un intense engouement, c’est bien Ong Bak. Ce film mit en avant la star Tony Jaa, aux capacités martiales effarantes, mais il permit aussi de s’apercevoir à quel point les cascadeurs thaïlandais étaient fous et quasi-suicidaires. Plans larges, filmés sous plusieurs angles, les coups faisaient très mal, les cascadeurs tombaient de hauteurs impressionnantes, et le résultat, à l’écran, se révélait incroyable. Le réalisateur, Prachya Pinkaew, savait mettre ses acteurs en valeur, mais le chorégraphe de ces séquences hallucinantes n’était autre que Panna Rittikrai.

Panna Rittikrai

Mais bien évidemment, sa carrière ne débute pas avec Ong Bak. L’homme a en effet réalisé et co-réalisé un grand nombre de films, dont certains sont visibles chez nous, grâce au succès de Tony Jaa. Certes, les métrages sont d’une qualité d’image aléatoire, et re-titré pour faire croire que Tony Jaa, alors cascadeur, est la star du film. Ces métrages (Muay Thai Assassin, Spirit Warrior et Battle Warrior) se révèlent cependant intéressants. Mélangeant humour et action, dans des scénarios assez simples, ils dévoilent des budgets anémiques, mais le spectateur attentif peut déjà voir l’embryon des idées de mises en scènes d’Ong Bak et des films qui ont suivis. Certaines séquences sont impressionnantes, montrées sous plusieurs angles. L’ envie d’impressionner le spectateur par de belles cascades est déjà là, et ne manquent que les moyens et le reconnaissance.

Avec Ong Bak, les spectateurs, effarés, ont vu jusqu’où l’action pouvait aller, et ensuite, Panna Rittikrai s’essaye à la comédie d’action, en co-réalisant, en compagnie de Petchtai Wongkamlao (le ressort comique d’Ong Bak) l’étrange Bodyguard. Il co-réalise aussi Ong Bak 2 et 3, en compagnie de Tony Jaa, mais le rendu reste en deçà de l’original (même s’ils oeuvrent dans des genres différents).

BKO

Cependant, quand Panna Rittikrai se lance dans la réalisation de films d’action pure, aucun doute, l’amateur reçoit ces films comme des trains lancés à pleine vitesse à travers le coeur ! Born To Fight et Bangkok Knockout ne sont ainsi pas exempt de défauts, mais quel plaisir ! Quelle violence ! Et quelle folie dans les séquences d’action ! Et l’homme, quand il ne réalise pas les films, dirige les séquences d’action. En effet, que seraient L’Honneur du dragon et sa suite sans Panna Rittikrai ?

Ainsi, c’est tristement que nous annonçons sa mort. Vengeance Of An Assassin (dont la bande-annonce a été dévoilé ici) sera son dernier film. Panna Rittikrai aura montré, toute sa carrière, qu’il aimait l’action, et qu’il voulait être le plus généreux possible avec ses spectateurs. Le meilleur moyen de le remercier de ce qu’il nous a offert, c’est de revoir quelques-uns de ses films.

Yannik Vanesse

Imprimer


Un commentaire pour “Edito – Hommage à Panna Rittikrai”

  1. Pour ne pas que le lecteur pense que la carrière de Rittikrai commence peu ou prou aux alentours de Ong Bak, soit l’exposition internationale d’un cinema d’action thai, il est bon de rappeler que le Rittikrai a officié à de nombreux postes (acteur, cascadeur, action director, director) d’une sacrée palanquée de dtv thai de la décennie précédent Ong Bak.
    Pour ceux qui veulent y jeter un oeil, il y a qqs films dispos là : http://www.ethaicd.com/list.php?catid=1769
    Attention : ce ne sont pas de bons films, c’est mal réalisé, le son crache dans les aigus, l’image est dégueue, l’histoire indigente. Mais niveau folie des cascades ça envoie du très lourd (quand on connait les conditions de tournage, ça fait meme peur)

Laissez un commentaire


*