Winter Vacation de Li Hongqi (cinéma)

Posté le 23 février 2011 par

Léopard d’or au festival de Locarno, Winter Vacation relate le quotidien hivernale de lycéens d’une petite ville du nord de la Chine. Li Hongqi déploie une poésie corrosive et minimaliste entre Kaurismaki et South Park. Parfois intéressant, mais un peu vain. Par Victor Lopez.


Medium

L’histoire: Un petit village au nord de la Chine. Des lycéens désœuvrées passe leurs derniers jours de vacances d’hiver à attendre que le temps passe. Répétant les mêmes gestes dans un environnement glacé et désert, ils semblent condamnés à jouer les mêmes petites scènettes indéfiniment.


Au milieu d’une rue déserte, un haut parleur répète la même litanie de manière ininterrompue. Peu à peu, des silhouettes viennent occuper l’espace. D’emblée, Winter Vacation affiche un dispositif d’une radicalité artistique sans faille: le plan est fixe, et étire sa durée au maximum, afin de nous faire ressentir l’ennui et l’immobilisme dans lequel se trouve ses protagonistes, une bande de jeunes lycéens en vacances. Ce parti-pris sert un humour répétitif et absurde, proche de la poésie du finlandais Aki Kaurismaki, voire de South Park, série avec laquelle le film partage son minimalisme et sa méchanceté (mais certainement pas les délires grotesques et vulgaires).

Dans ce cadre où l’austérité fait place à un humour pince sans rire et répétitif, le temps semble figé, les personnage se statufient. En ce sens, Li est l’anti Jia Zhangke : il oppose à la mélancolie du changement de l’auteur de Still Life une dépression du présent éternel. Mais si l’on adhère intellectuellement à l’univers ultra-stylisé du troisième long métrage du poète Li Hongqi, son travail trop conscient empêche d’entrer de plein pied dans son monde et l’impression de contempler une belle mais froide mécanique domine finalement. A l’inverse, l’ennui des personnages devient celui du spectateur, et lorsque des ronflements se font entendre à la fin du générique, on ne sait plus très bien s’ils viennent de la bande-son ou de la salle.

Victor Lopez.

Verdict:

Winter Vacation de Li Hongqi, en salle le 23/02/2011.

Imprimer


Laissez un commentaire


*